Navigation – Plan du site

Charles-Edouard de Suremain et Doris Bonnet (dir), « L’enfant du développement », Autrepart, n° 72, 2014

Safietou Diack
L’enfant du développement
Charles-Édouard de Suremain, Doris Bonnet (dir.), « L’enfant du développement », Autrepart, n° 72, 2014, 250 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724633474.
Haut de page

Texte intégral

1La convention internationale sur les droits de l’enfant (CIDE) adoptée en 1989 a largement contribué à instaurer une image globalisée de l’enfant. Il s’agit de ce que Charles-Edouard de Suremain et Doris Bonnet décrivent comme l’« enfant Onusien ». Les principes et valeurs formulés par cette convention constituent aujourd’hui le cadre normatif privilégié du secteur de la protection de l’enfance. Dans les situations de crises (conflits armés, épidémies, ajustements économiques...), des institutions internationales ainsi que des organisations gouvernementales et non gouvernementales se basent sur ces normes institutionnelles pour cibler certaines catégories d’enfants considérées comme vulnérables (enfants de la rue, enfants-soldats, enfants travailleurs...) et déployer des interventions à leur égard. Ainsi, ce référentiel international qu’est la CIDE motive et légitime la mise en œuvre de programmes ayant pour finalité déclarée le bien-être de l’enfant.

2En se basant sur des enquêtes de terrain menées en Amérique latine, en Afrique subsaharienne, en Asie du sud-est et dans les Caraïbes, ce numéro de la revue Autrepart interroge la notion d’enfant qui préside aux actions des acteurs de développement. Les contributions présentent une réflexion sur la définition des figures de l’enfant ainsi que sur les discours et les formes d’intervention qu’elles induisent en direction de l’enfant. Sur le terrain, ces figures se confrontent aux réalités locales et font l’objet de réappropriations mais également de résistances de la part des acteurs locaux.

3À Bogota, capitale de la Colombie, le gouvernement s’est réapproprié les principes de « vulnérabilité » et d’« intérêt supérieur de l’enfant » dans le cadre de la mise en place de garderies communautaires. Celles-ci fonctionnent sous l’égide d’une structure gouvernementale et sont gérées par des femmes appelées des « mères communautaires ». Ces dernières greffent à ce projet des services qui leur permettent d’améliorer leurs revenus. Ainsi, le dispositif étatique de protection de l’enfance est exploité par les communautés pour contribuer à leur développement socio-économique. L’article de Susana Borda Carulla montre qu’en plaçant l’enfant au cœur de son projet de société, l’administration colombienne en fait un « levier » pour le développement et le changement social.

4Outre la réappropriation des normes internationales sur les droits de l’enfant, les thèmes que les chercheurs abordent confirment ce que l’anthropologie de l’enfance a fini de démontrer : la dimension relative du concept d’enfance. L’enfant est l’objet de perceptions et de mode de socialisations multiples en fonction des sociétés et de leurs cultures. Ce postulat conduit à une critique des catégories qui orientent l’aide internationale. Pour construire leurs programmes et entreprendre des interventions, les agents de développement (ONG, associations, institutions internationales...) définissent des populations cibles. De cette manière naissent des figures telles que celles d’« enfants de la rue », d’« enfants travailleurs » ou encore celle d’« orphelins et enfants vulnérables », comme en témoigne l’étude de Fabienne Hejoaka au Burkina Faso. En partant de cette catégorie qui apparaît dans le cadre des politiques internationales de lutte contre le sida, la chercheuse propose une réflexion sur l’impact de ces programmes dès lors que les enfants n’entrent pas ou ne répondent plus aux caractéristiques de la cible. Elle pose la question de la « concurrence des souffrances ». Dans les pays en développement comme le Burkina Faso, les situations facteurs de vulnérabilité peuvent exister indépendamment d’une infection ou d’une affection par la maladie ; est-il alors pertinent de recourir à la notion de vulnérabilité dans ces situations ? Car le ciblage préalable des enfants se base sur de tels critères pour sélectionner ceux qui pourront ou non prétendre à une intervention.

5On en vient alors au processus de construction et de diffusion de ces figures infantiles. Le fait qu’elles se construisent sur la base d’une vision universaliste de l’enfant est à l’origine d’interprétations biaisées de certaines pratiques locales de socialisation de l’enfant. Au Bénin, les vidomègon sont des enfants, généralement originaires de zones rurales, confiés en ville à un tiers qu’ils aident dans les tâches domestiques en échange d’une éducation ou d’une formation professionnelle. Simona Morganti revient sur cette tradition qui, à l’origine, s’insère dans un modèle de socialisation valorisant l’éducation par le travail. Cependant, depuis quelques années, cette pratique de confiage apparaît aux agences internationales comme une forme de traite des enfants. C’est sur cette base que se mettent en place des programmes visant le retour de ces enfants dans leur famille. Mais en recueillant la parole des enfants, Morganti montre que ceux-ci n’adhèrent pas toujours à cette perspective du retour, préférant rester en ville dans l’espoir de trouver une meilleure opportunité pour leur avenir. Ce décalage entre les solutions que les organismes d’intervention proposent et leur réception par les destinataires pose la question de la participation de l’enfant dans l’élaboration des solutions. Comment peut-il participer, donner son avis, prendre part à la conception puis à l’application des programmes et projets conçus à son intention ?

6Bien qu’elle soit essentielle et recommandée en vertu du principe de la liberté d’opinion et d’expression formulée dans la CIDE, cette notion de participation peine à se concrétiser, comme le montre Tuline Gülgönen au Mexique. À partir des cas de dix ONG à Mexico qui fondent leur intervention sur une approche basée sur le droit, la chercheuse analyse les obstacles qui empêchent une implication effective de l’enfant dans les politiques qui le concernent. En effet, bien que cette approche par le droit reconnaisse la capacité d’agir du sujet, une perspective d’aide et d’assistance domine encore l’action de ces ONG. Ceci en raison de leur dépendance vis-à-vis des bailleurs de fonds, mais surtout de la conception locale dominante de l’enfant comme être immature et dépendant, qui s’oppose au principe de participation. De ce fait, l’implication de l’enfant reste subordonnée aux décisions des adultes.

7Les droits de l’enfant, avec les valeurs qu’ils véhiculent, influencent donc grandement l’intervention et drainent un ensemble de représentations sur l’enfant qui ne sont pas toujours opérantes sur le terrain. Dans une école d’un village du Cambodge, l’anthropologue Steven Prigent s’intéresse à la mise en place d’une nouvelle pédagogie d’enseignement. Dans le cadre de programmes de développement relatifs à l’éducation, le gouvernement cambodgien, avec des institutions internationales et des ONG, a décidé d’expérimenter une approche centrée sur l’enfant, pour rompre avec la relation « verticale » qui lie l’élève à l’enseignant. Par une analyse sémantique de la notion d’enfant, Prigent remarque que cette innovation s’oppose aux logiques locales. En effet dans cet environnement socio-culturel, l’âge de l’enfance est lié à la « dépendance » et à l’« infériorité » vis-à-vis des adultes ; il s’avère donc complexe de concrétiser cette méthode qui nécessite que les enfants travaillent avant tout entre eux, l’enseignant n’intervenant plus qu’en accompagnateur passif. Cette confrontation entre les représentations locales et une conception universaliste de l’enfant suggère une marge de manœuvre pour les populations bénéficiaires de l’intervention. En témoignent les discours d’«enfants de la rue » que recueille Muriel Champy au Burkina Faso. L’analyse qu’en fait la chercheuse montre que les destinataires des programmes de développement s’approprient aussi ces projets. Loin d’être simplement reçus par les acteurs locaux (populations, autorités politiques, bénéficiaires directs...), autour de l’idéologie et des programmes de protection de l’enfant, ces projets suscitent des enjeux de pouvoirs, des stratégies de contournement, de détournement ou encore des résistances. Géraldine André l’observe au Ghana, où les programmes de lutte contre le travail des enfants dans les mines se développent, dans un contexte de libéralisation du marché de l’exploitation minière. Ce contexte se caractérise par un climat conflictuel entre d’un côté l’État et les multinationales, et de l’autre les mineurs artisanaux. Les représentations de l’enfant véhiculées par les programmes sont alors exploitées (entre autres) par les autorités publiques et les médias ghanéens pour construire un discours négatif sur le travail artisanal dans les mines qui engage des enfants.

8Ces catégories de l’enfant qui victimisent (OEV), stigmatisent (enfant de la rue) et sont parfois facteurs d’exclusion, par la sélection que les programmes font en déterminant des cibles, ne doivent pas pour autant être rejetées. Dans son étude de cas d’une ONG travaillant à la réinsertion des « enfants en situation de rue » au Sénégal, Véronique Gilbert propose de dépasser une vision dichotomique qui opposerait l’enfant-victime à l’enfant-acteur. À travers l’action de cette ONG, elle expose une approche où les deux dimensions se côtoient. Si, du fait des facteurs qui le conduisent à la rue, l’ONG considère l’enfant comme une victime, elle prend cependant en compte sa capacité d’action, laquelle permet d’orienter le processus de réinsertion sociale de l’enfant.

9La plupart des interventions placent l’enfant au cœur de la pratique, qui consiste en une réinsertion des enfants de la rue, une démobilisation des enfants-soldats, un renforcement des capacités des groupes vulnérables... Or, les sources de vulnérabilité sont extérieures à l’enfant, comme l’indique Diane M. Hoffman. S’agit-il alors de donner à l’enfant les moyens de seulement faire face à une situation défavorable ou bien aussi les moyens d’agir sur cette situation, en tenant compte de ses capacités ? Dans ce sens, Hoffman suggère une action davantage orientée sur les contextes à l’origine de la vulnérabilité que sur l’enfant comme sujet vulnérable.

10Finalement, ces contributions proposent de dépasser une vision misérabiliste et « monolithique » de l’enfant dans le champ du développement. Les enfants que les programmes ciblent ne sont pas seulement des victimes à sauver, mais aussi (sans tomber dans une vision populiste) des acteurs dotés de capacités, qu’ils mettent en œuvre, comme les organisations de développement, pour apporter une amélioration, introduire du changement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Safietou Diack, « Charles-Edouard de Suremain et Doris Bonnet (dir), « L’enfant du développement », Autrepart, n° 72, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/19717

Haut de page

Rédacteur

Safietou Diack

Doctorante en anthropologie à l’université Lyon 2.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page