Navigation – Plan du site

Louise Michel, À travers la mort. Mémoires inédits 1886-1890.

Simon Dorso
À travers la mort
Louise Michel, À travers la mort. Mémoires inédits 1886-1890, Paris, La Découverte, 2015, édition établie et présentée par Claude Rétat, EAN : 9782707186867.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Louise Michel, La Chasse aux loups, édition critique par Claude Rétat, Paris, Classiques Garnier, a (...)
  • 2 Louise Michel, La Commune, nouvelle édition par Éric Fournier et Claude Rétat, Paris, La Découverte (...)

1Claude Rétat, directrice de recherche au CNRS, à qui l’on doit également l’édition de quatre romans de Louise Michel1 et de La Commune2, propose ici la première édition d’un ensemble de textes présenté comme le second volume des Mémoires de Louise Michel. Ce travail a nécessité un retour aux cahiers composant le manuscrit original et aux notes autographes conservées dans des archives moscovites.

2L’ouvrage bénéficie d’une présentation d’une vingtaine de pages, de notes et de tout l’apparat critique attendu dans le cadre d’une édition scientifique. Il se compose du texte ordonné par Louise Michel pour le second volume (trois livres), de ses feuillets de prison rédigés en 1890 et d’une douzaine d’annexes rassemblant des documents contemporains et un tableau chronologique des écrits. Le tout est d’une mise en page agréable et aérée, d’un format pratique. On regrettera peut-être, bien que l’éditrice justifie sa décision par une fidélité aux manuscrits, le manque de distinction entre les citations d’articles et les commentaires de Louise Michel. Il s’agit là d’une critique tout à fait mineure au regard d’un travail critique et de retour aux sources remarquable.

3Dans sa préface, l’éditrice retrace avec une certaine passion les péripéties qu’a connu le manuscrit, jeté plus d’une fois aux flammes, composé depuis une cellule de prison, retravaillé sur le tard dans le but jamais atteint d’une publication. Deux points essentiels sont discutés par Claude Rétat, qui concernent la tradition de l’ouvrage : d’abord la place de ce « second volume » dans les Mémoires, ensuite le caractère inédit de l’ensemble.

4Si, au moment de la rédaction des textes réunis dans la présente édition, Louise Michel les désigne explicitement comme étant le second volume de ses mémoires – un premier volume paru en 1886 et présenté comme tel n’avait pas connu de suite officielle – ils ne furent jamais publiés ainsi, ni du vivant de l’auteure, ni même de manière posthume. D’autres livres, usant des écrits réarrangés de la « vierge rouge », voire forgés de toute pièce, ont pourtant été présentés comme ce second volume inédit. Claude Rétat montre que les Mémoires ont un temps été conçues par Louise Michel comme un triptyque : aux deux premiers volumes À travers la vie et À travers la mort, devait succéder À travers l’inconnu, ultime volume consacré aux évènements d’après 1890, jamais achevé, et dont une partie du matériel est ici présenté à la suite du second volume.

5Le caractère inédit de ces textes peut être discuté, car l’essentiel fut publié en 1890 dans le journal L’égalité, sous la forme d’un feuilleton réagissant à l’actualité. On touche d’ailleurs là à l’originalité de ces Mémoires, tant sur la forme que dans l’approche. Louise Michel, déçue et se sentant lésée par son précédent éditeur, Roy, opte pour une démarche permettant de contourner les éditeurs classiques. Elle utilisera la presse anarchiste, dans laquelle elle commentera les actualités, découpant consciencieusement annonces et articles, compilés dans des cahiers. Le second volume des Mémoires tranche donc radicalement avec le style plus conventionnel du précédent volume, « À travers la vie ». Louise Michel est d’ailleurs bien consciente du caractère atypique de son entreprise, qu’elle souligne dans ses premiers billets, fidèle à sa manière, dénonçant l’individualisme profond de la démarche autobiographique : « Ce second volume de mémoires, ce sera donc, non les faits et gestes d’un individu, mais quelque chose comme la goutte d’eau d’une vie mêlée à l’Océan humain », « Ce qu’on trouvera dans ce livre, c’est la pensée et non l’entassement monotone des jours qui composent une vie humaine ».

6Quant au contenu, ce volume des mémoires a parfois des airs de testament politique, l’auteure distillant ses opinions au fil des articles. La réaction aux actualités se mue alors en prises de position plus générales, dressant un tableau de ses convictions fondamentales. À plus de soixante ans, la communarde demeure radicale, dénonce avec virulence le « socialisme politique » et les sociaux-démocrates (p. 67). Pour elle, le socialisme ne peut être que révolutionnaire, et cette révolution, « la moisson qui vient », est omniprésente dans ses billets. La réforme y est toujours vaine, il faut abattre la société qui porte en elle son échec : « Non, camarades, rien à réformer, tout à détruire » (p. 170). Sans cesse menacée, attaquée, malmené par « l’Ordre », Louise Michel désigne sans trembler les acteurs d’une triste comédie politique. Elle condamne par exemple le populisme d’un Boulanger et, du même mouvement, le conformisme des antiboulangistes.

7Favorable au machinisme, elle appelle les travailleurs à se saisir et s’approprier leurs outils pour diminuer leur peine, osant plus en cela que ne l’avait fait la Commune. Louise Michel prend aussi position contre la tauromachie (p. 73-74), la peine de mort (p. 85), la prison et les bagnes. Elle condamne violemment la finance (p. 141), cette « schilockerie » qui prospère en temps de misère. C’est d’ailleurs avant tout contre la misère qu’elle s’insurge, et contre l’inégalité de la « société », érigée dans ses textes comme une chose vivante, personnification du « vieux monde » dont elle appelle la fin.

  • 3 En mai 1886, huit anarchistes sont arrêtés puis condamnés à la pendaison (sur les huit, trois seron (...)

8On ne peut qu’être frappé par sa description de l’indigence dans laquelle est alors maintenue une grande partie de la population. Des anecdotes mettent en scène des femmes détenues qui n’envisagent comme seule échappatoire à leur misère la mort, pour elles et leurs enfants. Cette mort, comme celle « pour la cause » obtient la compréhension sinon l’adhésion de Louise Michel, qui défend la décision des « huit de Chicago » (p. 65)3.

9Comme le suggère le titre du livre, la mort tient une place essentielle dans le récit, qui est rythmé par les nécrologies de ses proches (particulièrement nombreuses dans le livre III). Autre point fort, la lutte et ses conséquences : procès, condamnations, exécutions sont au cœur des mémoires. L’information sur les procès (du monde entier) est largement diffusée, de journal en journal. Y sont reproduits lettres des condamnés, pièces administratives (rapports d’huissiers, de procureurs), compte-rendu de témoins. Les procès sont d’ailleurs vus comme une tribune où s’expriment publiquement des idées souvent censurées dans la presses et dans la rue : « Allez, vous faites bien, les procès attisent l’idée ».

10Les Mémoires rendent enfin compte de la vivacité de l’activisme révolutionnaire en cette fin de siècle. Louise Michel court de conférence en réunion, la presse anarchiste, sans cesse condamnée (p. 191) est forte de nombreux titres dans lesquels l’auteure se révèle peut-être plus facilement que dans un livre, à coup de poésies et d’anecdotes. Jouissant d’une grande liberté de ton mais également vis à vis des sujets qu’elle aborde, elle partage son intérêt pour les légendes et les chants canaques (p. 107-108), mais aussi pour l’argot de la rue et des prisons. Son style efficace, agrémenté de commentaires incisifs (p. 162 notamment), laisse au lecteur une sensation de proximité, presque d’intimité. D’autant qu’on est souvent surpris par l’extrême résonnance des indignations, et des combats de Louise Michel avec ceux de notre temps. Colonisation, peine de mort, rôle de la finance, souffrance animale, sont autant de thématiques brûlantes d’actualité. Les Mémoires témoignent de la force et de la grande lucidité de Louise Michel, qui a un âge déjà avancé se présente comme une personnalité totale, sans renoncement, fidèle à ses engagement, malgré l’exil et la prison, et à travers la mort.

Haut de page

Notes

1 Louise Michel, La Chasse aux loups, édition critique par Claude Rétat, Paris, Classiques Garnier, août 2015 et Louise Michel, Trois romans, Les Microbes humains, Le Monde nouveau, Le Claque-dents, édition, présentation et annotation par Claude Rétat et Stéphane Zékian, Lyon, PUL, 2013.

2 Louise Michel, La Commune, nouvelle édition par Éric Fournier et Claude Rétat, Paris, La Découverte, octobre 2015.

3 En mai 1886, huit anarchistes sont arrêtés puis condamnés à la pendaison (sur les huit, trois seront finalement emprisonnés). Ils étaient accusés d’avoir jeté une bombe sur la police alors que celle-ci chargeait les participants d’un meeting en faveur de la journée de huit heures à Chicago. La réplique policière suite à l’explosion de la bombe aurait fait selon Louise Michel, quatre-vingt morts dans les rangs des manifestants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Dorso, « Louise Michel, À travers la mort. Mémoires inédits 1886-1890. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 21 décembre 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19726

Haut de page

Rédacteur

Simon Dorso

Doctorant en histoire et archéologie médiévale. Sa thèse porte sur le peuplement d’une région du royaume franc de Jérusalem au temps des croisades.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page