Navigation – Plan du site

Patrick Boucheron, Corey Robin, Renaud Paye, L’exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion

Lionel Francou et Quentin Verreycken
L'exercice de la peur
Patrick Boucheron, Corey Robin, Renaud Payre, L'exercice de la peur. Usages politiques d'une émotion, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Grands débats : mode d'emploi », 2015, 84 p., textes de Corey Robin traduits de l'anglais (États-Unis) par Mariane Guillot, ISBN : 978-2-7297-0896-2.
Haut de page

Texte intégral

1Voici un petit ouvrage à l’actualité pour le moins troublante. Paru en novembre 2015 – à peine quelques jours après les attentats de Paris du 13 novembre, il retranscrit un débat qui s’est déroulé le 27 novembre 2014 à Sciences Po Lyon, entre l’historien français Patrick Boucheron (récemment nommé au Collège de France) et le politologue américain Corey Robin, au sujet de l’usage politique de la peur. En partant du constat que, dans les sociétés occidentales sécuritaires post-11 septembre, la peur s’est durablement installée dans le champ politique, les deux auteurs s’accordent sur le fait qu’elle « est constitutive de l’autorité politique » (p. 9), tant elle peut s’avérer utile à l’État pour désigner un ennemi commun ou mettre en place des mesures dites de prévention et de gestion du risque.

  • 1 Boucheron Patrick, Conjurer la peur : Sienne, 1338. Essai sur la force politique des images, Paris, (...)
  • 2 Robin Corey, La Peur : histoire d’une idée politique, Paris, Armand Colin, 2006.

2Suite à une introduction du politiste Renaud Payre qui présente les deux intervenants et synthétise l’ensemble de leurs propos, l’ouvrage divise le débat en quatre parties. La première, « Histoire et actualité », revient d’abord sur les évolutions historiques de l’« exercice politique de la peur ». Patrick Boucheron résume ici le propos de son ouvrage intitulé Conjurer la peur1, dans lequel il s’intéresse aux mécanismes qui expliquent la place occupée par la peur au cœur de la pensée politique à Sienne à la fin du Moyen Âge, au travers de la célèbre fresque des Effets du bon et du mauvais gouvernement d’Ambrogio Lorenzetti peinte à l’intérieur du Palazzo Pubblico entre 1338-1339. À l’époque, les Siennois craignaient que le régime autoritaire de l’époque, la seigneurie, ne tourne à la tyrannie. Au travers de sa fresque, Lorenzetti restitue cette inquiétude en représentant un gouvernement idéal et son opposé tyrannique, conduisant à la ruine, afin de désigner de façon tangible le danger qui guette la cité. Corey Robin, ayant pour sa part écrit La Peur : histoire d’une idée politique2, livre dans lequel il examine la place du concept de peur dans les pensées d’Hobbes, de Montesquieu, de Tocqueville et d’Arendt, commence ici par souligner l’impact des attentats du 11 Septembre 2001 sur la politique américaine. Si, depuis 2006, le terrorisme n’y occupe certes plus une place centrale, ce que Robin appelle « l’infrastructure politique de la peur », c’est-à-dire « l’appareil bureaucratique et les institutions créées au lendemain du 11 Septembre, le profilage et les pratiques de surveillance, les lois et les agences gouvernementales » (p. 36), continue quant à elle d’exister. L’exercice de la peur par le gouvernement a donc des conséquences durables sur les pratiques et les institutions. En outre, ses effets parmi la population peuvent être de félicités diverses : un américain de confession musulmane aura probablement une expérience de ces mesures gouvernementales différente, voire éprouvante, de celles qu’en feront d’autres de ses concitoyens. Ainsi, selon l’auteur, la peur divise bien plus souvent qu’elle ne rassemble. L’« unité de la peur » (p. 38) n’est donc pas automatique, au contraire, elle est le résultat d’un projet politique visant à rassembler l’opinion publique.

3Dans la deuxième partie de la discussion, « Désigner l’ennemi », Corey Robin expose deux types d’usages politiques de la peur. D’un côté, la « peur horizontale » consiste à désigner un ennemi extérieur et, de l’autre, la « peur verticale » maintient les différentes couches de la société dans une situation d’interdépendance forcée : les individus de rang subalterne craignent leurs supérieurs hiérarchiques car ils pourraient les punir, tandis que ces derniers s’inquiètent du fait que leurs inférieurs puissent se révolter et, ainsi, les priver de leur pouvoir. Cette lecture marxiste des rapports de classe, qui expliquerait la hantise du chômage aux États-Unis, a le mérite de souligner que l’exercice politique de la peur ne s’applique pas uniquement en temps de guerre mais imprègne constamment les enjeux socioéconomiques. D’ailleurs, pour Patrick Boucheron, cette division par la peur se trouve précisément nichée au cœur de la société démocratique ; c’est l’équilibre entre les différentes peurs susceptibles de traverser la société et ses populations qui permet de maintenir à flot la république (entendue ici au sens de « chose publique »).

  • 3 Beck Ulrich, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001.

4La troisième partie du texte, « Instrumentaliser et Manipuler », s’intéresse aux mécanismes qui permettent à un gouvernement d’utiliser la peur afin de mettre en place certaines politiques publiques. Corey Robin résume ainsi le processus à l’œuvre : « la première étape consiste à identifier un objet dont le public devra avoir peur, la deuxième à en interpréter la nature et à expliquer les raisons de sa dangerosité afin, en dernier lieu, d’y faire face » (p. 50). Comme le remarque à cet égard Patrick Boucheron, « conjurer la peur, c’est lui donner son objet véritable, qui porte le beau nom de vigilance » (p. 51). Autrement dit, lorsque le gouvernement entend prévenir la peur, intensifiant sa lutte contre cet ennemi protéiforme, il s’enfonce toujours plus, progressivement mais inexorablement, dans la « société du risque »3, qu’il prétend pourtant combattre.

  • 4 Il peut en effet y avoir une continuité entre ces temps différents, comme l’a par exemple montré De (...)

5Dans la quatrième partie, « Les deux visages de la peur », l’ouvrage se conclut sur une question : existe-t-il un bon usage de la peur ? Après tout, n’est-ce pas grâce à la peur que l’on peut être averti d’un danger réel ? Comme le souligne Patrick Boucheron : « on a parfois raison d’avoir peur, et il appartient alors au bon gouvernement non pas de dévier l’attention vers des cibles secondaires mais de désigner ici le vrai danger » (p. 55). Corey Robin dénonce cependant deux formes particulières de peur : celle qui maintient les systèmes de domination structurelle « au sein desquels une poignée d’êtres humains profite des plaisirs de la vie » (p. 59) et celle qui se fait créatrice d’euphorie. Selon l’auteur, en effet, les régimes fascistes et néo-conservateurs ont en commun le fait de considérer que la paix conduit à la décadence, alors que, au contraire, le danger mènerait à des comportements héroïques et donc à l’euphorie. Robin débat ensuite avec Patrick Boucheron sur la place de la terreur en politique. Le politologue insiste sur la place de choix de la terreur dans la tradition de la pensée politique révolutionnaire, notamment lorsqu’elle s’inscrit dans un discours politique de gauche, qui n’hésite pas à prôner l’usage de la violence afin de créer de la vertu politique – autrement dit, de purger. L’historien, pour sa part, souligne l’institutionnalisation de la terreur par l’État, qui rationalise le gouvernement par la peur. Finalement, Patrick Boucheron rappelle que l’exercice politique de la peur ne peut se comprendre au travers d’une opposition binaire entre situation de paix et situation de guerre4. Ainsi, la violence politique, mais aussi le terrorisme, peuvent être pratiqués en temps de paix, tandis que l’État n’est plus vu uniquement comme le garant de la tranquillité du citoyen, du fait de l’extension des « infrastructures politiques de la peur » et des possibles atteintes à la vie privée ainsi qu’à l’État de droit.

6En conclusion, on retiendra de ce livre le dialogue interdisciplinaire particulièrement fertile entre Patrick Boucheron et Corey Robin, au point que l’on souhaiterait voire la collaboration entre les deux auteurs se poursuivre. Les réflexions que ces derniers soulèvent dans leurs échanges sont très à propos pour éclairer l’actualité, en même temps qu’elles font office d’avertissement pour l’avenir. Ainsi, dans le climat actuel d’incertitude politique et de tensions sécuritaires, on ne saurait trop conseiller la lecture de ce texte. On nuancera malgré tout l’idée transversale à cet ouvrage que les autorités étatiques cherchent, de façon consciente et choisie, à ainsi faire un usage politique de la peur. En effet, différentes questions, que le cadre étroit de cet ouvrage n’aura permis de régler, restent malgré tout en suspens. Par exemple, dans quelle mesure le gouvernement par la peur est-il choisi ou subi par les gouvernants ? Jusqu’où les populations des sociétés démocratiques peuvent-elles renoncer à leurs libertés au profit d’attentes de sécurité sans y sacrifier dans le même temps l’exercice de leur citoyenneté ? Les auteurs traitent d’usages politiques de la peur que l’on pourrait qualifier de « sécuritaires », mais n’y a-t-il pas également des possibilités, pour d’autres acteurs, de recourir à cette émotion à des fins d’émancipation, par exemple ?

Haut de page

Notes

1 Boucheron Patrick, Conjurer la peur : Sienne, 1338. Essai sur la force politique des images, Paris, Éditions du Seuil, 2013.

2 Robin Corey, La Peur : histoire d’une idée politique, Paris, Armand Colin, 2006.

3 Beck Ulrich, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier, 2001.

4 Il peut en effet y avoir une continuité entre ces temps différents, comme l’a par exemple montré Debos Marielle, Le métier des armes au Tchad. Le gouvernement de l’entre-guerres, Paris, Karthala, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou et Quentin Verreycken, « Patrick Boucheron, Corey Robin, Renaud Paye, L’exercice de la peur. Usages politiques d’une émotion », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 04 janvier 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/19750

Haut de page

Rédacteurs

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain. Membre du comité de rédaction d’Émulations et de Lectures, ainsi que du comité de lecture d’Urbanités. Boursier Anticipate (Innoviris).

Articles du même rédacteur

Quentin Verreycken

Aspirant F.R.S.-FNRS à l’Université catholique de Louvain et à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Membre du Centre d’histoire du droit et de la justice (CHDJ) et du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page