Navigation – Plan du site

Elisabeth Chatel (dir.), « L’enseignement de l’économie : conflits, débats et controverses », Education et Sociétés, n° 35, 2015

Julien Besançon
L'enseignement de l'économie : conflits, débats et controverses
Elisabeth Chatel (dir.), « L'enseignement de l'économie : conflits, débats et controverses », Éducation et Sociétés, n° 35, 2015, 220 p., Bruxelles, De Boeck, ISBN : 9782807300859.
Haut de page

Texte intégral

1Comment les curricula en économie sont-ils définis ? Comment ont-ils évolué ? Quels sont les facteurs explicatifs de cette évolution ? Le dossier de la revue Education et Sociétés dirigé par Elisabeth Chatel propose d’aborder l’enseignement de l’économie dans une perspective socio-historique, et de prendre les conflits, les débats et les controverses qui entourent cet enseignement comme point d’entrée pour comprendre la formation et l’évolution de ses contenus. Les contributions rassemblées portent sur l’enseignement économique aux niveaux à la fois secondaire et supérieur et s’appuient sur une démarche historique et comparative (principalement aux États-Unis, en France et en Allemagne). Dans un article liminaire, Elisabeth Chatel constate la rareté des recherches sociologiques et historiques sur les contenus de l’enseignement de l’économie. Les articles rassemblés visent donc à répondre à ce manque en montrant, lors de différentes épreuves ou crises, quels sont les clivages qui divisent les enseignants, les économistes et tous les acteurs extérieurs intéressés par la nature de cet enseignement à la dimension éminemment politique (acteurs politiques et administratifs, mouvements patronaux, syndicats, etc.), en analysant les conceptions, intérêts et rapports de force qui les opposent et en expliquant comment des curricula finissent par être stabilisés ou comment des mouvements de réforme peuvent contester les modes et contenus d’enseignements dominants.

2Aux États-Unis, l’enseignement universitaire de l’économie s’institutionnalise dès le début du XIXsiècle et son contenu se stabilise autour d’un format général commun fondé sur l’apprentissage de la théorie néo-classique. Julie A. Reuben montre comment, dans les années 1930-1940, des économistes inquiets de la désaffection des étudiants pour les études d’économie, soutenus par un courant de réforme de l’enseignement supérieur appelé « mouvement de l’éducation générale », remettent en cause les contenus et les méthodes de cet enseignement en premier cycle, critiquent son excès de théorie et de spécialisation comme son manque de réalisme et d’utilité pour comprendre les problèmes économiques et sociaux contemporains. Ces réformateurs appellent à la création d’un cours de « sciences sociales intégrées » en première année, au développement de l’étude des problèmes et des institutions économiques et à la formation moins d’experts que de citoyens capables de comprendre la complexité du monde social et de s’engager dans l’élaboration des politiques économiques. À ces réformateurs, qui défendent aussi le bien-fondé de l’intervention de l’État dans l’économie, s’opposent les économistes néo-classiques, qui soutiennent l’importance de l’enseignement de la théorie, gage de scientificité de la discipline, et de la formation de spécialistes. La controverse conduit l’American Economics Association à créer en 1944 un Comité sur l’enseignement de l’économie dans le premier cycle, présidé par Horace Taylor, acquis aux idées réformatrices. J. Reuben montre comment le rapport du comité, publié en 1950, n’eut pourtant que peu d’effets. Le contexte de la guerre froide était peu favorable aux idées pédagogiques réformatrices et, entre-temps, le manuel de Samuelson, Economics: an Introductory Anlaysis, publié en 1948, s’imposa comme le manuel de référence en premier cycle en affirmant la vision de l’économie comme discipline séparée des autres sciences sociales, fondée sur ses capacités d’abstraction et de quantification, dont l’enseignement devait avoir pour finalité principale de former des experts.

  • 1 On pourra compléter ces analyses avec la lecture de : Galy Marjory, Le Nader Erwan, Combemale Pasca (...)

3En France, l’institutionnalisation de l’enseignement de l’économie à l’université est beaucoup plus tardive, la première licence apparaissant en 1959 dans les facultés de droit. En revanche, l’enseignement économique est présent dans le secondaire depuis 1865. Deux articles du dossier portent sur l’enseignement économique au lycée. Elisabeth Chatel retrace la naissance, entre 1964 et 1966, d’un enseignement de sciences économiques et sociales (SES), associant l’économie à la sociologie, la science politique et l’anthropologie, au sein d’une nouvelle série conduisant au baccalauréat général. À partir d’un minutieux travail d’archives, elle analyse les luttes intellectuelles, politiques et administratives qui ont marqué la redéfinition des séries du baccalauréat ainsi que la définition du programme de SES. Le projet d’un enseignement de SES est porté par un petit groupe de réformateurs mené par le ministre de l’Éducation Christian Fouchet qui apparaît comme un véritable entrepreneur de politique publique. Soutenu par certains syndicats, il doit cependant faire face aux réticences des représentants des cabinets du premier ministre Pompidou et du président De Gaulle et à l’opposition active des philosophes qui revendiquent le monopole du discours et de l’enseignement des sciences sociales. Les réformateurs, proches de l’Ecole des Annales, de l’Ecole des Hautes Etudes et de l’Institut d’études politiques, doivent défendre leurs propositions de programme contre les inspecteurs généraux qui défendent leurs disciplines et leur corps d’enseignants. E. Chatel fait ainsi une analyse précise de la genèse des dispositifs et des contenus d’enseignement de SES. Depuis leur création, ces derniers n’ont pas cessé de faire l’objet de controverses. Isabelle Harlé et Xavière Lanéelle analysent ainsi les débats internes à la discipline qui ont éclaté lors de la réforme Chatel en 2010-2012. Celle-ci réduisait la place des SES et modifiait les programmes en limitant l’interdisciplinarité caractéristique de l’esprit de la discipline. À partir d’entretiens auprès d’enseignants, les auteurs mettent en évidence l’existence de deux réseaux internes à la discipline, qui développent des visions concurrentes de la didactique et de la pédagogie des SES, des relations de l’économie avec les autres sciences sociales et de la place de la micro-économie néoclassique. Ces deux réseaux s’affrontent lors de l’élaboration des nouveaux programmes, en mobilisant des ressources internes et externes afin d’infléchir les contenus des curricula, dans un environnement où les acteurs économiques font aussi pression sur les acteurs politico-administratifs1.

4Les contenus de l’enseignement scolaire de l’économie ont été l’objet de controverses similaires en Allemagne. Andréa Szukala montre ainsi que, depuis les années 1970, l’économie est présente dans l’enseignement scolaire de certains Länder d’Allemagne de l’Ouest, intégrée dans des enseignements de sciences sociales ou d’éducation civique, et doit transmettre les vertus du modèle de l’économie sociale de marché. Au début des années 2000, l’enseignement d’économie fait l’objet de débats opposant d’une part les acteurs du monde économique qui réclament à travers de grandes campagnes de lobbying l’introduction d’une matière « économie » spécifique dans le secondaire afin de défendre le modèle économique allemand, et d’autre part, les syndicats d’enseignants et des groupes de didacticiens des SES qui veulent préserver le caractère pluridisciplinaire de leur enseignement et l’autonomie de leur profession dans la définition des contenus curriculaires.

5Les deux dernières contributions au dossier sont des témoignages d’acteurs engagés dans les luttes actuelles autour de la définition du contenu de l’enseignement de l’économie à l’université et montrent comment les curricula sont toujours aujourd’hui l’objet de luttes sociales et politiques. Jack Reardon, fondateur de la revue The International Journal of Pluralism and Economics Education, présente ainsi les enjeux, les acteurs et les rapports de force en présence. Il appelle à une transformation profonde de l’enseignement de l’économie par un retour à l’économie politique, fondée sur le pluralisme théorique, le dialogue avec les autres sciences sociales et un nouveau rapport pédagogique entre professeurs et étudiants. Gilles Raveaud retrace l’histoire et la postérité du mouvement « Autisme-économie » à la fondation duquel il a participé. Ce mouvement, né dans les années 2000 à l’ENS de la rue d’Ulm, initié par des étudiants issus de classes préparatoires Lettres et sciences sociales (ou l’étude de l’économie est associée à celle de l’histoire, de la sociologie et de la philosophie) appelait à une plus grande ouverture théorique, au refus de la formalisation mathématique pour elle-même et au retour plus systématique aux faits. Le mouvement s’est propagé, a reçu le soutien de nombreux universitaires tout en divisant la profession, s’est inscrit dans l’espace médiatique avant de devenir international. Il se heurta finalement aux mécanismes corporatistes et aux structures institutionnelles existantes. Si l’enseignement de l’économie n’a pas changé, le mouvement s’est poursuivi à la fois du côté des étudiants (par exemple avec le mouvement PEPS-Economie ou le réseau International Student Initiative for Pluralism in Economics) et des enseignants (avec la création en 2009 de l’Association française d’économie politique qui lutte pour la création d’une nouvelle section au sein du Conseil national des Universités2).

6Les contributions à ce dossier montrent ainsi comment une approche socio-historique peut être fertile pour comprendre la définition de l’enseignement de l’économie, tant ce dernier est le produit de luttes entre des acteurs à la fois internes et externes à la discipline qui en font un objet politisé. Elle permet de mettre aussi en évidence, au-delà des spécificités contextuelles, la récurrence et la similarité dans le temps et l’espace des questionnements, des clivages et des conflits.

Haut de page

Notes

1 On pourra compléter ces analyses avec la lecture de : Galy Marjory, Le Nader Erwan, Combemale Pascal (dir.), Les sciences économiques et sociales. Histoire, enseignement, concours, Paris, La Découverte Collection « Grand Repères », 2015.

2 Ce combat a néanmoins échoué : http://www.liberation.fr/futurs/2015/05/15/economistes-la-revolte-hetero_1310187

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Besançon, « Elisabeth Chatel (dir.), « L’enseignement de l’économie : conflits, débats et controverses », Education et Sociétés, n° 35, 2015 », Lectures [En ligne], Les revues, 2016, mis en ligne le 05 janvier 2016, consulté le 08 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/19759

Haut de page

Rédacteur

Julien Besançon

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page