Navigation – Plan du site

Henri Cohen Solal, Dominique Rividi, Les maisons chaleureuses

Isabelle Caby
Les Maisons chaleureuses
Henri Cohen-Solal, Dominique Rividi, Les Maisons chaleureuses, Genève, IES, Haute école de travail social, coll. « Pratiques », 2015, 93 p., Préface de Charlotte Wydra, ISBN : 978-2-88224-133-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à ce propos l’ouvrage Omar Zanna, Le corps dans la relation aux autres. Pour une éducation à l (...)
  • 2 Voir à ce propos le compte rendu de W. Nuytens, http://lectures.revues.org/11851. On y retrouve l’i (...)
  • 3 D. Le Breton,  Disparaître de soi, une tentation contemporaine, Paris, Editions Métailié, 2015.

1Rien n’est pire que de se sentir abandonné, totalement désoeuvré, livré à soi-même, sans toit, ni perspective d’avenir. Henri Cohen Solal et Dominique Rividi tous deux co-fondateurs de l’association « les amis de Bait ham », nous racontent comment des jeunes adolescents d’Israël, de Jérusalem et ses alentours en particulier, se retrouvent dans la rue, « espace de non-lieu » dans la plus grande errance. Ces jeunes « marginaux », « incasables », « enfermés au dehors » (p. 13), le plus souvent en rupture sociale et familiale, vivent un sentiment profond d’exclusion, d’abandon social, se retrouvant très fréquemment pour ne pas dire constamment en situation de souffrance, de détresse et de mal-être. On découvre et on comprend que le quotidien de ces adolescents tourne autour de la violence1, de l’insécurité affective, psychologique, matérielle et intellectuelle. Il faut « survivre ». Les maisons chaleureuses, Bait ham en hébreu, sont décrites ici comme un dispositif inédit, une réponse originale, innovante et institutionnelle à l’exclusion sociale. Les auteurs présentent une approche psycho-socio-éducative2 fondée sur des rapports humains, sur le sujet en tant qu’être, sur la bienveillance et de manière plus essentielle sur la reconstruction du lien social. Si l’on s’interroge sur les adolescents, leurs raisons de disparaître d’eux-mêmes3, leur vie d’errance, les motifs et processus qui les poussent à venir et re-venir dans les clubs Bait ham, ce qu’ils y ont trouvé et ce qu’ils sont devenus ; on s’interroge également sur la naissance des maisons chaleureuses, leur développement, leur philosophie et leur fonctionnement tant humain, matériel que financier. La problématique de cet ouvrage est centrée à la fois sur un mode de prise en charge de type psychothérapie institutionnelle et sur la qualité de cette dernière c’est-à-dire le rôle et la mission des professionnels du travail social, les éducateurs spécialisés notamment et la formation qu’ils ont suivie.

  • 4 Jean Oury parle de transfert multiréférentiel : le sujet peut faire des investissements sur des per (...)

2Les maisons chaleureuses existent depuis plus de trente ans et sont nées en France dans un contexte de révolution de l’éducation et de réflexions des psychanalystes, psychologues et éducateurs sur la relation à l’adolescent, cet « autre méconnu, à comprendre et à respecter ». Exportées en banlieue de Jérusalem pour faire face aux problèmes liés à l’immigration, ces Bait ham se sont multipliées en France, en Europe, dans les pays africains et ceux de l’océan indien. L’ensemble des professionnels est formé par l’association (p. 73-81) et depuis 1990 par l’institut de formation Bait ham de Jérusalem (p. 76), lui-même associé à des Universités françaises, israéliennes ou encore à d’autres institutions académiques voire professionnelles. En 2008, la création d’un collège doctoral permet l’enseignement de la psychothérapie institutionnelle dans les Universités de Paris et de Jérusalem. Les étudiants venant d’horizons, d’appartenances et de niveaux académiques très variés découvrent une approche pluridisciplinaire, sociale et égalitaire, de lutte contre l’exclusion, l’isolement, la précarité et la stigmatisation de certaines populations. Tout l’enjeu sera, pour ces futurs professionnels, de maîtriser les outils, les objets institutionnels pour agir en faveur de l’insertion, de l’autonomie, de la participation sociale et de l’accès à une citoyenneté (p. 85). À la croisée des concepts cliniques, philosophiques, politiques, sociaux, éducatifs et éthiques, Bait ham repose sur une pédagogie et un dispositif institutionnels. La méthode utilisée dans cet ouvrage est celle des témoignages et on a plaisir à lire les entretiens menés par Dominique Rividi lors de ses travaux de thèse en 2013 auprès de quatre anciens adolescents, Einat, Itaï, Rahela et Kamel, aux passés et vécus à la fois si différents mais en même temps si proches dans leur besoin d’être accueillis et accompagnés. À travers cet ouvrage, on saisit l’intérêt, les effets des clubs Bait ham sur les jeunes adolescents exclus, et on comprend le processus par lequel un « lieu », un « espace », devient un outil thérapeutique créateur de lien et de transfert4 (p. 24).

  • 5 Signifiant par là que le club possède ses propres règles, son propre fonctionnement. L’adolescent l (...)
  • 6 Les auteurs parlent de fonction maternelle du club et de l’équipe et font références aux travaux de (...)

3Le deuxième chapitre nous fait entrer dans cet espace de vie, qualifié d’espace transitionnel par les auteurs (p. 20). L’institution, ici les maisons chaleureuses, sont des lieux « ouverts » où les entrées et sorties sont libres, l’accueil y est temporaire pour des adolescents âgés entre 15 et 21 ans. Les adolescents viennent y boire un café, « le café du matin » à 17 heures pour Einat qui se lève, ou encore jouer ou écouter de la musique pour Itaï, faire des parties de ramy et d’autres jeux pour Rahela, se poser, s’asseoir dans un fauteuil pour Einat, discuter ou encore faire des activités artistiques ou sportives comme le football, le « ping-pong » pour Kamel. Les jeunes s’y sentent complétement libres de circuler, de s’exprimer, en sécurité vis à vis des autres et d’eux-mêmes. C’est le cas d’Itaï, déscolarisé, chassé de chez lui à 14 ans, ne supportant aucun cadre, se définissant comme « un enfant difficile, pas normatif » (p. 28). Arrivé dans un des clubs par le bouche à oreilles pour la musique, il apprend à jouer de la batterie et rencontre Ronit, une éducatrice pour laquelle il accepte de suivre une cure de désintoxication. La clinique à Bait ham se fait alors à partir d’un travail de « nouage » entre l’extérieur et l’intérieur, entre la rue, ses dangers, ses dérives et le club, cadre souple et sécuritaire, « extra-territorial5 ». Bait ham a une âme et cette âme se veut plurielle : celle d’une mère6 protectrice, aimante, chaleureuse (p. 46) ; celle d’un père, ici le cadre institutionnel, avec sa rigueur, ses règles (horaires, lieux, non-usage de produits toxiques) ; celle des jeunes dans ses décors urbains, son mobilier usé, ses coins détente, ses activités, ses projets cogérés ; enfin celle des éducateurs bienveillants, soucieux d’une relation réciproque de confiance, respectueuse et égalitaire, véritables « passeurs » vers l’institution, partenaires d’un devenir en construction ou encore médiateurs entre les espaces familial et social, s’inscrivant tantôt dans une relation duelle avec l’adolescent, sujet psychique, tantôt dans une relation collective, sujet social.

4La postface de cet ouvrage nous présente des dispositifs semblables aux maisons chaleureuses (p. 86-87) en Suisse occidentale, à Genève, et on pourrait aisément parler de ceux de la France, comme, par exemple, les maisons de quartiers, les centres de loisirs, les points jeunes, les centres de jour thérapeutiques ou médico-pédagogiques où encore les classes inclusives. Ces dispositifs étatiques restent contraignants du point de vue administratif. L’accueil, la solution et la prise en charge qu’ils proposent à l’adolescent en situation d’exclusion ne connaissent pas le succès attendu et sont souvent rejetés ou boudés par les jeunes de la rue. On note que la force et l’originalité des clubs Bait ham reposent à la fois sur le lieu, « un endroit où tu crois en toi » selon Einat mais aussi sur une prise en charge et un accompagnement individualisés. Les éducateurs ont une expertise, un savoir-faire et un savoir-dire, ils disposent des ressources, manipulent les outils et se jouent du dispositif institutionnel (espaces communs, créatifs et duels). Le statut associatif des Bait ham a l’avantage d’offrir une souplesse, relative, mesurée et contrôlée par les municipalités, dans le pilotage et la gérance mais expose aussi à une recherche constante de fonds avec tout ce que ça engendre d’incertitude, de tensions et d’angoisse. Ce qui est souligné ici, c’est l’importance du qualitatif, de plus en plus effacé au détriment du quantitatif et « d’une efficience mesurable », dans l’attribution des aides et subventions (p. 92).

5Henri Cohen Solal et Dominique Rividi, nous font comprendre que les quatre adolescents Einat, Rahela, Itaï et Kamel ont tous fait un choix, celui de franchir les portes d’un Bait ham pour y investir un lieu, des espaces, des activités, des objets porteurs de transfert et créateurs de lien vers l’autre, les autres. Tous ont pris le temps de se recentrer sur eux-mêmes, de se (re) construire une identité, de trouver une place dans un collectif. Tous ont évolué vers un projet professionnel, universitaire ou familial, vers un mieux-être. Ces adolescents en situation de rupture sociale et familiale sont devenus, au fil du temps et des années, des adultes responsables. Et ces choix leur ont permis de se définir.

6Pour conclure, on peut dire que ce livre est le partage d’une expérience associative, d’une aventure, psycho-socio-éducative de plus de trente ans. Il aidera et orientera les travailleurs sociaux, les décideurs, les financeurs, les municipalités, etc., qui souhaitent agir en faveur de la bienveillance et lutter contre l’exclusion sociale. Il fera voyager le lecteur dans un espace de vie qui réunit le corps et l’âme, qui relie le passé, le présent et le futur, un lieu intermédiaire entre la rue et la famille : « une maison chaleureuse ».

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos l’ouvrage Omar Zanna, Le corps dans la relation aux autres. Pour une éducation à l'empathie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2015.

2 Voir à ce propos le compte rendu de W. Nuytens, http://lectures.revues.org/11851. On y retrouve l’idée d’une association entre psychologie et sociologie, entre structures sociales et personnalité.

3 D. Le Breton,  Disparaître de soi, une tentation contemporaine, Paris, Editions Métailié, 2015.

4 Jean Oury parle de transfert multiréférentiel : le sujet peut faire des investissements sur des personnes, des choses, des espaces. « Psychanalyse, psychiatrie et psychothérapie institutionnelles », Revue du champ social et de la santé mentale, 2007, 95.

5 Signifiant par là que le club possède ses propres règles, son propre fonctionnement. L’adolescent le voit comme un abri, une maison (p.45).

6 Les auteurs parlent de fonction maternelle du club et de l’équipe et font références aux travaux de D.W. Winnicot, la mère suffisamment bonne, Paris, Editions Payot, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Caby, « Henri Cohen Solal, Dominique Rividi, Les maisons chaleureuses », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 janvier 2016, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19777

Haut de page

Rédacteur

Isabelle Caby

Maître de Conférences, Université d’Artois, Unité de Recherche Pluridisciplinaire Sport Santé Société

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page