Navigation – Plan du site

Markus Messling, Les Hiéroglyphes de Champollion. Philologie et conquête du monde

Clément Dréano
Les Hiéroglyphes de Champollion
Markus Messling, Les Hiéroglyphes de Champollion. Philologie et conquête du monde, Grenoble, Ellug, coll. « Vers l'Orient », 2015, 141 p., édition revue et augmentée ; traduit de l’allemand par Kaja Antonowicz, ISBN : 9782843103117.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Champollion déchiffre à partir de 1821 les premiers cartouches royaux sur la pierre de Rosette, ram (...)
  • 2 Markus Messling enseigne la philologie romane à l'université de Potsdam. Ses recherches portent not (...)
  • 3 Messling se place dans la tradition de la micro-histoire chère à Carlo Ginzburg (voir Ginzburg Carl (...)

1Le déchiffrement des hiéroglyphes par Jean-François Champollion (1790-1832)1 constitue selon Markus Messling, auteur de cet ouvrage2, un moment essentiel pour la philologie européenne du XIXe siècle ainsi que pour l'environnement politique, intellectuel et colonial qui la voit naître. Voici le point de départ de ce texte succinct et bien documenté, qui évite un nouveau portrait de Champollion en génie, et cherche davantage à retracer les péripéties européennes de l'écriture hiéroglyphique. Se démarquant à la fois de la perspective biographique et des récits de la « grande histoire », l'auteur se décide pour une « approche narratologique de la “micro-histoire” » (p. 17)3 qui l'autorise à faire de l'écriture hiéroglyphique et de l'entreprise de son déchiffrement le lieu d'un dialogue entre philologie, épistémologie, politique, mais aussi esthétique et religion.

2Pour bien saisir les enjeux du déchiffrement des hiéroglyphes, il est tout d'abord nécessaire, rappelle Messling, de resituer le contexte égyptien au cœur du projet civilisateur de l'Europe des Lumières. L'écriture hiéroglyphique serait ainsi le paradigme d'une Égypte en laquelle l'Europe universaliste de la fin du XVIIIe siècle reconnaît ses propres origines civilisatrices. Ceci serait particulièrement vrai pour la France qui, à l'occasion de l'expédition napoléonienne (1798-1801), se donne pour mission l'« “appropriation” scientifique, philologique, littéraire, voire culturelle » (p. 30) de l'Égypte. La quête de l'Égypte se transforme ainsi en une « quête des fondements de l'Europe » (p. 34), dont un des enjeux principaux est la recherche, par-delà le monde hellénistique, d'une langue civilisatrice commune qui rompe avec la vision chrétienne des origines hébraïques. En effet, l'écriture hiéroglyphique, qui côtoie de si près le grec sur la pierre de Rosette, semble s'imposer avec les Lumières comme une concurrente sérieuse à l'explication biblique d'une langue adamique originelle commune à l'humanité.

  • 4 Champollion Jean-François, Lettre à M. Dacier, secrétaire perpétuel de l'Académie royale des inscri (...)

3Messling précise cependant que Champollion occupe une place tout à fait singulière au sein de cette entreprise philologique. En effet, si les Lumières défendent l'idée d'une origine civilisatrice commune et du progrès historique, elles tendent à mystifier les hiéroglyphes en y voyant l'« expression d'une altérité grammatologique fondamentale » (p. 65). Cependant, lorsque Champollion, dans sa Lettre à M. Dacier4 de 1822, révèle la nature phonétique des hiéroglyphes, celui-ci introduit une perspective historicisante sur les langues qui ne permet plus de penser leur altérité radicale. C'est ce passage de l'écrit à l'oral, des contenus idéaux atemporels de l'écriture à la nature phonétique, vivante, historique de la langue parlée qui, pour l'auteur, caractérise la philologie au XIXe siècle et trouve à s'exprimer dans la linguistique comparée. L'entreprise de Champollion donne ainsi une nouvelle dimension à la philologie qui, selon Messling, prend la forme d'une « archéologie philologique » (p. 48), c'est-à-dire d'une nouvelle pratique historiographique qui ne vise pas seulement à historiciser les langues, mais cherche, par leur étude, « la compréhension du phénomène historique dans son ensemble » (p. 48). L'entreprise de déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion semble donc introduire une rupture épistémologique fondamentale non seulement en philologie, mais aussi en philosophie de l'histoire et plus généralement au sein de la culture intellectuelle et scientifique de l'époque.

  • 5 Les soutiens à l'un ou à l'autre semblent en effet s'établir au-delà des frontières nationales. Voi (...)

4Messling considère dès lors l'interprétation des hiéroglyphes comme le « lieu paradigmatique de la lutte pour une nouvelle culture scientifique » (p. 64), lutte qui se matérialise notamment au moment de la controverse de Rome, qui oppose en 1826 l'égyptologue allemand Gustav Seyffarth à Champollion. Cette controverse devait décider quel « “système” égyptologique était le meilleur » (p. 57) entre la théorie défendue par Champollion à partir de 1822 et les interprétations de Seyffarth, parfois teintées de mysticisme et qui, selon Messling, visaient moins à être cohérentes qu'à nuire par tous les moyens à la renommée de Champollion. L'évènement, particulièrement attendu par la classe politique et intellectuelle européenne, revêt un caractère international inédit qui, selon l'auteur, dépasse les seuls particularismes nationaux5. Messling y voit un moment fort de la constitution d'une « communauté diplomato-scientifique » (p. 64), voire d'une opinion publique scientifique européenne. L'avènement de cette « nouvelle culture scientifique » qui se positionne in fine en faveur de la théorie de Champollion – celle de Seyffarth ayant finalement été rejetée pour son inconsistance – voit également naître un certain nombre de désillusions (culturelle, religieuse et esthétique) allant de pair avec l'historicisation et la démystification de l'écriture hiéroglyphique. Avec le déchiffrement des hiéroglyphes, c'est toute l' « économie médiatique » (p. 74) du XIXe siècle qui se voit bouleversée. L'altérité linguistique et culturelle radicale revendiquée par les Lumières ; la mystique religieuse qui, depuis la Renaissance, voyait dans les hiéroglyphes autant de « clés cosmologiques » (p. 65) révélatrices du dieu créateur ; enfin, l'idéal romantique des « hiéroglyphes de l'art » (p. 66), qui, après Goethe et Schlegel, devait opposer la connaissance esthétique sensorielle directe et non rationnelle à la connaissance scientifique rationnelle, proclamant ainsi l'autonomie de l'art moderne par rapport à la science ; tout cela est remis en cause par la perspective historicisante introduite par Champollion, qui rompt ainsi avec une conception des hiéroglyphes comme « modèle sémiotique opposé » (p. 89), c'est-à-dire comme mythe des origines qui se maintient en dehors de l'histoire et fait l'objet d'une connaissance intuitive immédiate. Cependant, si cette altérité radicale n'existe plus en tant que « variante historico-anthropologique possible », elle reste, nous dit Messling, disponible et « imaginable sous la forme d'un symbolisme religieux, psychologique ou esthétique. » (p. 89) qui continue d'habiter la pensée du XIXe siècle à travers le symbolisme baudelairien ou encore la psychanalyse freudienne, deux exemples discutés par l'auteur.

5Loin de se limiter à la seule dimension philologique du déchiffrement des hiéroglyphes, Messling fournit donc avec cet ouvrage un certain nombre de clés visant à mieux saisir la complexité de cette entreprise. Révolution philologique et historiographique par la découverte de l'alphabet phonétique et l'avènement de la linguistique comparée ; naissance d'une opinion publique scientifique européenne ; inflexions dans l'économie médiatique culturelle, religieuse et esthétique du XIXe siècle sont autant de changements qui ont été introduits ou soutenus par le déchiffrement de l'écriture hiéroglyphique. Cependant Messling ne se contente pas d'évoquer, dans sa complexité, la manière dont les hiéroglyphes ont peuplé et peuplent l'Europe. Il rappelle que cet engouement européen pour l'Égypte est indissociable d'une politique coloniale souvent violente, qui trouve notamment à s'exprimer à travers l'idée de culture matérielle et de collection ainsi que des pratiques muséographiques qui l'accompagnent. L'idéal universaliste des Lumières se couple ici à une logique d'appropriation qui veut que « le monde et les “objets” qui le constituent [soient] amenés au centre pour y être saisis » (p. 15), le centre n'étant autre que l'Europe éclairée. Des marchés de collectionneurs et de conservateurs s'établissent ainsi peu à peu en Europe, en parallèle des pratiques de pillage de biens culturels égyptiens arrangés a posteriori en collections plus ou moins cohérentes et exhaustives. Messling voit alors dans cette « rage de conservation prédatrice (…) l'alliance du pouvoir colonial et de la rupture scientifique moderne » (p. 93), tout en précisant que Champollion, défenseur de l'idée de progrès, mais également de la préservation de la pluralité irréductible des langues historiques, n'a pas été sans observer cette conquête culturelle d'un œil critique.

  • 6 Voir le chapitre 4 consacré à la controverse de Rome, qui reste peut-être trop dépendant d'un portr (...)

6Pour Messling, il s'agit donc à travers cet ouvrage d'établir l'entreprise du déchiffrement des hiéroglyphes en lieu productif de l'interaction entre diverses logiques historiquement situées qui ne sont pas sans entrer en tension les unes avec les autres, la contradiction entre idée de progrès de l'humanité et établissement d'une politique coloniale n'étant pas la moindre. Si le parti pris de la micro-histoire doit ainsi permettre de reconstituer « les structures historiques à partir des constellations individuelles » (p. 17), on pourra néanmoins regretter que cela n'ait pas toujours conduit l'auteur à adopter un style « narratologique » adapté. Ainsi, le texte reste çà et là attaché à la justification psychologique6. Cependant, on relèvera une certaine originalité dans la tentative de faire varier la narration entre récit historique et analyse littéraire (notamment au cours des pages consacrées à Baudelaire et Freud). Le chapitre conclusif dédié à l'histoire de l'établissement des collections d'Égypte fait également l'objet d'une approche narrative intéressante. L'auteur y introduit en effet, dans un mouvement quasi-ethnographique, quelques photographies personnelles (temple de Dendour au Metropolitan Museum of Art de New York, chambre funéraire de la pyramide de Khéphren), qu'il ne limite pas à leur fonction illustrative, mais charge de compléter et de guider l'ensemble du propos.

7Messling livre donc ici un ouvrage à la croisée de l'histoire, de la littérature et de la sociologie, qui révèle quelques pistes passionnantes pour penser à nouveaux frais, au-delà du contexte égyptien, les liens complexes qui unissent aujourd'hui encore les pratiques culturelles et épistémologiques occidentales à leurs contextes (post-)coloniaux.

Haut de page

Notes

1 Champollion déchiffre à partir de 1821 les premiers cartouches royaux sur la pierre de Rosette, ramenée d'Égypte à l'occasion de la campagne napoléonienne. Celle-ci contient, dans trois écritures différentes (hiéroglyphes, égyptien démotique et grec), un décret du Pharaon Ptolémée V datant de 196 av. J.-C. Il fait part de sa découverte en 1822 dans sa Lettre à M. Dacier (voir plus bas dans ce compte-rendu).

2 Markus Messling enseigne la philologie romane à l'université de Potsdam. Ses recherches portent notamment sur les théories racistes dans la philologie européenne du XIXe siècle ainsi que sur les liens entre philologie et épistémologie. Voir, par exemple, son ouvrage à paraître en 2016 (en allemand) consacré au racisme et à la connaissance dans la philologie européenne moderne (Messling Markus, Gebeugter Geist. Rassismus und Erkenntnis in der modernen europäischen Philologie. Göttingen: Wallstein, 2016).

3 Messling se place dans la tradition de la micro-histoire chère à Carlo Ginzburg (voir Ginzburg Carlo, Poni Carlo, « La micro-histoire », Le Débat, décembre 1981 (1979)), ou encore de l'« histoire au ras du sol » revendiquée par Jacques Revel (Revel Jacques, « L'histoire au ras du sol », préface de l'édition française de Levi Giovanni, Le Pouvoir au village. Histoire d'un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, 1989) qu'il tente de faire dialoguer avec les formes du récit littéraire. Voir la note p. 17 sur le positionnement épistémologique de l'auteur.

4 Champollion Jean-François, Lettre à M. Dacier, secrétaire perpétuel de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres, relative à l'alphabet des hiéroglyphes phonétiques employés par les Égyptiens pour inscrire sur leurs monuments les titres, les noms et les surnoms des souverains grecs et romains, Paris, Firmin Didot frères, 1822.

5 Les soutiens à l'un ou à l'autre semblent en effet s'établir au-delà des frontières nationales. Voir par exemple le soutien de Wilhelm von Humboldt à Champollion ainsi que leur échange épistolaire, que Markus Messling publie pour la première fois en 2008 (Messling Markus, Pariser Orientlektüren. Zu Wilhelm von Humboldts Theorie der Schrift. Nebst der Erstedition des Briefwechsels zwischen Wilhelm von Humboldt und Jean-Francois Champollion le Jeune (1824-1827), Paderborn et al. : Schöningh (Humboldt-Studien, 11), 2008).

6 Voir le chapitre 4 consacré à la controverse de Rome, qui reste peut-être trop dépendant d'un portrait psychologique de Seyffarth et de son « désir pathologique de reconnaissance » (p. 60).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Dréano, « Markus Messling, Les Hiéroglyphes de Champollion. Philologie et conquête du monde », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://lectures.revues.org/19785

Haut de page

Rédacteur

Clément Dréano

Étudiant en Master 2 de sociologie à l'université J.W. von Goethe de Francfort sur le Main

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page