Navigation – Plan du site

Valérie Souffron (dir.), « Chairs disparues », Communications, n° 97, 2015

Thaïs Bihour
Chairs disparues
Valérie Souffron (dir.), « Chairs disparues », Communications, n° 97, 2015, Paris, Seuil, ISBN : 9782021219487.
Haut de page

Texte intégral

1La revue Communication se penche ici sur la thématique complexe du devenir du cadavre et de son acceptation par les vivants. Grâce à la confrontation de diverses disciplines, l’ouvrage permet une riche appréhension de points de vue sur un sujet tabou, tout en gardant distance : si certains articles traitent de thèmes sensibles, arguments ou témoignages sont constamment mis en parallèle avec les faits. Assurément, il s’agit de contributions accessibles aux spécialistes comme aux amateurs, et se complétant de manière cohérente.

2Valérie Souffron ouvre la réflexion, amorçant une ligne directrice : l’ambivalence des sentiments à l’égard des corps défunts. Trace matérielle et objet de répulsion, ces corps que la vie a quittés suscitent l’empathie autant que l’aversion. Une ambivalence qui ne s’arrête pas à la présence physique, mais altère la relation à l’image ; « Lorsque nous éteindrons la lumière ce soir, combien de morts aurons-nous vu ? Assurément des dizaines » (p. 7) : l’exutoire de la fiction reste l’exception de notre tolérance visuelle. Quoi qu’introductif, cet article dévoile une problématique spécifique : celle du corps des terroristes, épineux problème qui exprime l’« enjeu de pouvoir, [où] les cadavres exercent finalement un empire qui oblige à déployer des trésors d’imagination pour résister à la menace gluante » (p. 14).

3Une menace qui investit le langage, par cette incapacité à parler du corps mort. D’ailleurs, est-ce de corps ou de cadavre dont il s’agit ? Martine Courtois, dans « Parler du cadavre », explique combien le langage révèle notre rapport à la corporalité défunte : on parle d’un « corps » quand il s’agit d’un proche, mais on emploie le mot « cadavre » pour des inconnus. De même, les registres familiers tels l’argot, sont porteurs de contradictions symptomatiques : si certaines expressions pour désigner la mort sont très crues, elles se refusent à exprimer le processus de putréfaction. Ainsi, « Les débats actuels sur le statut juridique du cadavre […] trouvent écho dans les hésitations de la langue » (p. 24).

4L’article de Mathieu Touzeil-Divina et Magali Bouteille-Brigant (« Le droit du défunt »), complète ce constat, précisant que la question du cadavre n’a jamais été tranchée juridiquement : on oscille entre « chose », trace d’une « personnalité » et « demi-personnalité » (p. 29). Cependant, le droit étant une science humaine, il ne peut exclure tout sentiment à l’égard du corps : les deux auteurs proposent donc leur alternative aux cadres juridiques en place : une redéfinition du cadavre en « personne défunte », pour qui il conviendrait d’établir des lois spécifiques.

5Loin du milieu juridique, la contribution d’Anne Carole sur l’histoire médicale des critères de la mort analyse l’évolution des signes qui permettent de prononcer le décès. Elle revient sur l’histoire de la définition de la mort, « celle qui, à partir du XVIIIe siècle, voit des médecins s’emparer de ce qui se définissait jusque-là sans eux, et jeter paradoxalement le doute là où ils prétendaient apporter la lumière » (p. 45). Pour autant, à cette quête du signe pouvant confirmer la mort, succède un épuisement qui coïncide avec une médecine plus perfectionnée, et où le signe clinique de la mort devient l’activité cérébrale. Paradoxalement, ces progrès ont fragilisé le statut du défunt, créant un vide émotionnel entre médecins et familles : comment accepter l’état d’un proche cliniquement mort, alors que son souffle se fait entendre ?

6La réflexion se poursuit avec trois contributions dont les problématiques s’entremêlent. Entre Valérie Souffron (« De l’autopsie à la virtopsie »), Yvan Freund (« L’illustration anatomique ») et Sylvia Girel (« L’art du cadavre »), s’amorce un dialogue entre art et médecine légale. Le premier article s’intéresse à la figure des légistes, dont la tâche consiste à transgresser les frontières physiques et morales de la mort : dépositaires d’un acte qui incombe à eux seuls, ils possèdent le droit d’ouvrir un corps sans qu’il s’agisse de profanation. Pourtant, Valérie Souffron met en avant un problème éthique et médical : l’introduction de l’imagerie virtuelle dans le champ de l’autopsie. Désormais, ce ne sont plus simplement des légistes qui accèdent aux cadavres, mais aussi des radiologues, brisant les barrières symboliques de la dissection dont le légiste était garant.

7Dans ce milieu médical, évoluent en parallèle les illustrateurs anatomiques. La difficulté consiste pour eux à accepter que leur art, à mi-chemin entre deux disciplines, soit privé de liberté créatrice, tout en étant respectueux d’une éthique vis-à-vis des corps qu’ils étudient. Comme le souligne Yvan Freund, l’apprentissage de la médecine par ces illustrateurs est un enjeu considérable : caution scientifique des connaissances acquises, il est « également un rite de passage où le médecin identifie l’artiste et lui donne le crédit nécessaire pour traiter des sujets dont il est spécialiste » (p. 75).

8Ce statut d’artiste scientifique laisse place, chez Sylvia Girel, à la figure de l’artiste contemporain. Révélant le glissement d’une peur de la mort en général à la peur spécifique du cadavre, l’auteure met en évidence le paradoxe qui nous pousse à le surexposer de manière fictionnelle. Cela est probant dans l’art contemporain pour lequel le cadavre constitue un véritable enjeu, à l’instar du collectif SEMEFO travaillant sur des tissus humains. Mais aussi macabres que soient leurs performances, elles ont pour but de confronter le spectateur à une mort si galvaudée qu’elle en aurait perdu son essence.

9L’anthropologie est aussi convoquée dans deux articles de grande qualité. Le socio-anthropologue Roger Kuipou se penche sur le culte des crânes chez les Bamilékés, rituel qui constitue un moyen de communication entre deux mondes, une manière d’accompagner le défunt vers son statut d’ancêtre. Primordiale, cette cérémonie funéraire se matérialise par le détachement de la tête et du squelette, le crâne devenant marqueur d’une résurrection symbolique. Philippe Charlier s’intéresse quant à lui, à la communauté Parsie de Bombay, dont les rites autours de la mort aboutissent à la déposition du cadavre au sein de tours du silence (Dakhma), où il sera dévoré par les vautours. « Loin d’être un processus macabre, l’exposition du cadavre […] est un processus de transformation des corps morts à la fois rapide et écologique [qui] se double d’une référence mythologique » (p. 112).

10L’article suivant traite d’un sujet sensible : en se penchant sur le sort des fœtus et des mort-nés, Philippe Charrier et Gaëlle Clavandier mettent lumière les limites du droit et de la médecine face à l’émotion de parents, dont les enfants mort-nés sont considérés comme des pièces anatomiques qui « n’acquièrent pas le statut de « personne » d’un point de vue légal puisqu’ils ne sont pas nés » (p. 117). Si depuis les années 1990, certaines tentatives pour faire évoluer ces questions ont été entreprises, la situation reste précaire. Les pouvoirs publics étant démunis, tant psychologiquement qu’économiquement, « le devenir du corps […] donne lieu à une diversité d’arrangements » (p. 121), et certains fœtus et mort-nés finissent par suivre le même circuit que les membres amputés.

11Mais le traitement du corps mort revêt un autre aspect : celui de sa transformation par la crémation. Dominique Memmi étudie l’émergence de deux courants contradictoires nés au XXe siècle : celui d’une répugnance accrue face au cadavre, contrebalancée par un besoin de reconnaissance du corps. En ce sens, les différentes opinions autour de la crémation seraient symptomatiques de ces courants antagonistes qui traversent la société. Alors que ce procédé s’est développé abondamment durant les années 1970, tout concourrait à une dématérialisation physique et symbolique du corps : fragments d’os pulvérisés, urnes non scellées, décret du 18 mai 1976 donnant aux cendres un « droit tacite de vagabondage ». Mais à partir des années 1990, cette dématérialisation a commencé à inquiéter : difficulté à faire son deuil, vide juridique, condamnation par le Vatican ; autant de problématiques qui amorcent, de manière sporadique, un déclin de la crémation.

12Poussant plus loin l’analyse des procédés funéraires, Elisabeth Anstett aborde les « Funérailles “bio” ». Caractérisés par une volonté d’intégrer le cadavre à l’écosystème, ces processus de décomposition s’accompagnent d’arguments séduisants : dissolution des tissus humains, cercueils biodégradables ou tombes décorées par un végétal se nourrissant du corps mort. Mais où se place réellement l’éthique ? Le parallèle entre cadavre et déchet à éliminer ne peut être occulté : le déchet étant devenu insupportable, il convient de l’éliminer, dans la sphère même de la corporalité. Mais on touche ici aux limites de ces procédés et, de manière symptomatique, ces derniers révèlent toujours le dégoût du cadavre : alors que le but est de transformer le corps en source de vie pour de nouveaux végétaux, il n’est pas question qu’il s’agisse d’arbres comestibles. Tel un ultime tabou.

13Enfin, la contribution « Les morts de Lampedusa » clôt ce numéro. Guido Nicolosi et Ketty Panebianco livrent une étude exemplaire sur le décalage entre images véhiculées par les médias italiens et ressenti des populations face à un tel drame. Alors que les médias usent de subterfuges pour éluder l’image de la mort, celle-ci devient aux yeux du monde, un arrière-plan où se greffent discours politiques, économiques et sanitaires. Mais sur le terrain, la fracture est réelle : les habitants de Lampedusa ont affronté la mort en face, et non à travers le filtre des caméras : cris de migrants, corps glissants, odeurs de de putréfaction ; une violence d’autant plus symbolique qu’elle atteint le tabou de l’alimentation. Alors que les cadavres ont été transportés dans des cellules de refroidissement destinées à la nourriture, ou bien dévorés par les poissons, comment pêcher et manger après ça ?

14Dans leur contribution, Mathieu Touzeil-Divina et Magali Bouteille-Brigant ouvraient sur une supplique nécessaire : « Osons regarder en face cette mort et ces cadavres que d’aucuns se refusent encore d’affronter » (p. 40). Probablement ces contributions sont-elles un pas vers une acceptation de nos « chairs disparues », un plaidoyer pour une reconnaissance de nos propres corporalités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thaïs Bihour, « Valérie Souffron (dir.), « Chairs disparues », Communications, n° 97, 2015  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/19799

Haut de page

Rédacteur

Thaïs Bihour

Doctorante en histoire de l’art contemporain à l’Université Paris I – Panthéon Sorbonne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page