Navigation – Plan du site

Michel Forsé, Simon Langlois (dir.), « Sociologie du bien-être », L’année sociologique, Volume 64/n° 2, 2014

Gianni Marasà
Sociologie du bien-être
Michel Forsé, Simon Langlois (dir.), « Sociologie du bien-être », L'année sociologique, vol. 64, n° 2, 2014, Paris, Presses universitaires de France, ISBN : 9782130628729.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En témoigne l’utilisation du bien-être dans la définition de la santé donnée par l’OMS (Organisatio (...)
  • 2 Voir Alain Ehrenberg, La société du malaise, Éditions Odile Jacob, 2010.

1Le bien-être est une notion importante pour l’individu. Il reflète sa santé1 mentale et sociale. Pour cause, il peut être reconnu comme pathologique s’il dépasse un seuil critique. On parlera de pathologie sociale2. Le bien-être est porteur d’une demande sociale et d’une utilité publique. Cependant, il est difficile de le définir ou le mesurer. Michel Forsé et Simon Langlois nous proposent d’éclaircir le sujet dans ce numéro de la revue Année Sociologique. Deux problèmes sont mis en exergue. Dans un premier temps, le bien-être affecte l’ensemble de notre vie quotidienne, nous comprenons donc l’intérêt de cerner cette notion sous différents angles. En effet, on ne peut parler de bien-être au sens général du terme. Ce dernier s’inscrit dans un contexte social, politique, économique et géographique. Dans un second temps, enquêter sur le niveau de bien-être d’un individu n’est pas aisé. L’opposition entre « facteurs objectifs de bien-être » et « perception subjective du bien-être » (p. 263) persiste dans la littérature scientifique. Cela pose évidemment un problème méthodologique. La force de cette revue réside dans la capacité des articles à pouvoir agir en synergie. Forsé et Langlois ont voulu montrer l’impact des différents facteurs sur le bien-être mais également insister sur l’importance de les étudier ensemble, de les cumuler. L’objectif de ce numéro est de traiter les grands axes du « bien-être ». C’est pourquoi ce compte rendu se divisera en trois thèmes abordés par les auteurs que sont les inégalités, la justice sociale et la discrimination.

2En guise d’introduction, Rémy Pawin présente la manière dont a évolué l’objet bien-être. En effet, la perception de cette notion diffère selon les époques. L’auteur relate un problème récurent, les premières enquêtes ne mobilisent que la perception subjective du bien-être, aux dépens des facteurs objectifs laissés dans l’ombre. Le phénomène prend de l’ampleur chez les Anglo-Saxons, où il trouve son origine. En effet, les enquêtes « sociales » sur le bien-être sont rapidement rejointes par des travaux en économie, en sciences du vivant ou en psychologie. Aujourd’hui, l’OCDE grâce à son projet « Better Life Index » (p. 285), dispose de nombreuses données concernant le bien-être social. Le cas de la sociologie française est autrement différent. L’intérêt pour l’étude du bien-être est plutôt tardif et ne se développe qu’au début du second XXsiècle. En effet, les études font face à un problème central, celui de la légitimité de l’objet. Ce n’est qu’à partir des années 1970 qu’il prend réellement son essor et accumule donc un certain retard. L’auteur conclut donc les difficultés de fiabilités des enquêtes et sur les nombreux développements qui restent à réaliser en sociologie du bien-être notamment en France.

  • 3 Sur la base d’une enquête quantitative auprès d’un échantillon représentatif de 2000 personnes.

3Afin de ne pas tomber dans ce biais méthodologique mis en exergue par Pawin, Wolfgang Aschauer propose de mesurer des facteurs objectifs et subjectifs. Il mobilise donc l’autosatisfaction, les conditions de vie des enquêtés et la situation économique du pays. L’auteur compare l’état de bien-être au sein des différents pays de l’Europe. Il apparaît que le manque de reconnaissance, d’intégration et d’appartenance sociale à l’Europe est à l’origine d’un certain malaise social (p. 300). Dans le discours indigène, l’Europe socialiserait à une forme d’inégalité, d’insécurité et de vulnérabilité. Ce texte nous éclaire sur l’absence de bien-être au niveau de la société Européenne en évaluant le malaise et l’intégration sociale. Cependant, ces deux éléments ne permettent pas à eux seuls de déterminer l’état du bien-être en général. C’est pourquoi Régis Bigot et Sandra Hoibian mobilisent onze dimensions et soixante variables3 dans leur enquête « Conditions de vie et Aspirations » (p. 337). Ils critiquent l’utilisation unique du PIB dans beaucoup d’enquêtes et considèrent le bien-être comme un état de santé global. Il en résulte que sur ces 30 dernières années, quatre variables ont baissé, cinq ont augmenté et deux n’ont pas bougé. Ce résultat n’est a priori pas catastrophique. Cependant, on observe que pour la plupart des dimensions étudiées, indépendamment de la baisse ou de l’augmentation de la satisfaction, les inégalités se creusent. Seul l’accès aux « loisirs » n’est pas concerné. Suite à ce constat, un sentiment de malaise et d’insécurité émerge.

  • 4 Par exemple, les revenus dont ils disposent, et l’auto-perception de leurs rémunérations.

4Michel Forsé et Maxime Parodi insistent donc sur l’importance de prendre en compte le sentiment d’insécurité et de justice sociale en avançant « la justice qui, même au nom du bien-être […] ne peut être transgressée. » (p. 360). La satisfaction à l’égard des ressources de l’individu, de la qualité de vie professionnelle et de la vie sentimentale et sociale est prise en compte. Forsé et Parodi mettent en exergue la relation entre la frustration, produit de l’insatisfaction, et la baisse du bien-être. L’insatisfaction s’associe à un sentiment d’injustice vécu dans la société dans 33 % des cas (p. 381). Cela montre à quel point ce facteur est d’une grande importance dans l’étude du bien-être. L’objectif de cet article est moins de montrer l’impact individuel de chaque facteur sur le bien-être mais bien d’insister sur l’importance des relations entre l’insatisfaction, la frustration et le sentiment de justice sociale. Suite à ce constat, Simon Langlois propose d’élargir le sujet par le prisme de la comparaison entre la France et le Québec. L’auteur met en corrélation les revenus des enquêtés avec la perception de leurs conditions de vie. Il montre également une relation entre satisfaction à l’égard de sa vie et sentiment de bonheur. La comparaison des deux populations s’articule à l’aide de différents facteurs associés à leur propre perception4. L’étude montre un niveau égal de bien-être entre les deux pays. Cependant, la différence s’observe au niveau des facteurs qui influencent le bien-être, différent selon le pays d’appartenance. La micro-justice, la macro-justice, les revenus, l’insatisfaction, ne sont pas perçus de la même manière en France ou au Québec. Cette étude permet de poser un nouveau regard sur la notion de bien-être et la manière dont l’aborder. Cela permet également de remettre en question les grandes enquêtes de satisfaction proposant une méthodologie unique pour diverses populations distinctes.

  • 5 Les élèves anticipent les discriminations à leur égard, ce qui atténue les conséquences.

5C’est pourquoi Barbara Fouquet-Chauprade apporte une vision plus « empirique » du sentiment de justice sociale. Elle traite de la discrimination et de la stigmatisation existant au sein d’un établissement scolaire. Il aurait été intéressant de diversifier la population étudiée. Malgré cela cet article met en avant les effets que peuvent avoir, les inégalités sociales et ethniques ainsi que les discriminations, sur le bien-être. Si les inégalités ne semblent pas ici influencer le bien-être, il en va différemment de la discrimination vécue comme une injustice sociale. L’origine sociale et ethnique semble en être la source. Cet impact de la discrimination est accentué avec le temps et en fonction de l’année d’étude du discriminé (p. 438-439). Bien que ce résultat soit pondéré par le phénomène d’anticipation5 des élèves ainsi que par l’ambition moindre dont ils font preuve, cette discrimination montre tout de même son importance. C’est pourquoi Cécile Collinet et Matthieu Delalandre poursuivent la question de la discrimination au sein d’une population de senior et placent le concept d’indépendance au cœur de l’article. L’aspect économique, souvent mobilisé, est important mais vivement critiqué par l’auteur, ne suffisant pas à lui seul pour mesurer le bien-être. En effet, le bien-être s’apparente au « bien vieillir », prenant en compte la multitude de facteurs qu’il engendre : autonomie, satisfaction, relations sociales et familiales, logement, revenus etc. Le sentiment d’« utilité sociale » (p. 457) est important notamment lorsqu’un senior n’y est pas associé. Cela s’apparente à une injustice sociale en termes d’employabilité. Le bien vieillir est donc très hautement associé au phénomène d’utilité sociale et d’indépendance. Ils permettent tous deux d’améliorer sa place au sein de la société et en conséquence, de renforcer le sentiment de justice sociale et de bien-être.

  • 6 À ce sujet : Robert K. Merton, The Matthew Effect in Science, Science, 1968.

6Pour conclure, ce numéro rend compte de l’importance d’étudier le bien-être sous de nombreux angles. En effet, il diffère selon, les individus, leur environnement, leur milieu social… Le bien-être peut donc être défini comme un état de quiétude pouvant varier selon les situations. Il n’est donc pas possible d’étudier ce dernier de façon générale sans faire de choix méthodologiques. Cependant, ce numéro met en exergue une relation récurrente entre sentiment de justice sociale, discrimination et bien-être. Il en ressort un constat inquiétant.La diminution tout comme l’augmentation du bien-être des individus engendre un élargissement des inégalités d’accès à ce dernier (p. 339). Ce phénomène peut être expliqué par « l’effet Saint Matthieu6 », mis en avant par Merton en 1968 « On donnera à celui qui a, et il sera dans l’abondance, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il a. ». Cela conduit à une distribution inégale des chances d’accès au bien-être des individus selon leur milieu social d’origine et à une augmentation de cette différence. Il est certes difficile, nous l’avons vu, d’étudier le bien-être. Il est notamment dommage que certains critères tels que le revenu ou la qualité du logement soient essentiellement « perçus » lors de certaines enquêtes et non objectivé. Cependant, tout en le traitant de façon claire et explicite, ce numéro permet de mieux comprendre cet objet complexe qu’est le bien-être et de saisir l’impact que peuvent avoir certains facteurs tels que la discrimination et la justice sociale.

Haut de page

Notes

1 En témoigne l’utilisation du bien-être dans la définition de la santé donnée par l’OMS (Organisation mondiale de la santé), Conférence internationale sur la santé, New York, 19-22 juin 1946.

2 Voir Alain Ehrenberg, La société du malaise, Éditions Odile Jacob, 2010.

3 Sur la base d’une enquête quantitative auprès d’un échantillon représentatif de 2000 personnes.

4 Par exemple, les revenus dont ils disposent, et l’auto-perception de leurs rémunérations.

5 Les élèves anticipent les discriminations à leur égard, ce qui atténue les conséquences.

6 À ce sujet : Robert K. Merton, The Matthew Effect in Science, Science, 1968.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gianni Marasà, « Michel Forsé, Simon Langlois (dir.), « Sociologie du bien-être », L’année sociologique, Volume 64/n° 2, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 janvier 2016, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19805

Haut de page

Rédacteur

Gianni Marasà

Étudiant en parcours à visée « Recherche », Université d’Artois, URePSSS, Atelier SHERPAS

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page