Navigation – Plan du site

Françoise Flamant, Women’s Lands. Construction d’une utopie. Oregon, USA 1970-2010

Anne-Charlotte Millepied
Women's Lands
Françoise Flamant, Women's Lands. Construction d'une utopie. Oregon, USA, 1970-2010, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, coll. « Fonctions dérivées », 2015, 256 p., ISBN : 979-10-90062-28-3.
Haut de page

Texte intégral

1Dans les années 1970, alors que le mouvement des femmes est en plein essor aux Etats-Unis, des groupes de lesbiennes féministes acquièrent des terres en Oregon pour y créer des communautés. L’ouvrage de Françoise Flamant retrace leur histoire, de leur émergence à leur héritage aujourd’hui. Ces terres lesbiennes sont nées de la volonté de vivre en dehors du monde fait par les hommes. Elles ont été l’occasion d’expérimenter de nouveaux modes d’organisation collective et de rapports humains, et de rendre l’utopie réelle et concrète. Ce choix du séparatisme fut violemment critiqué à l’époque, notamment par les féministes qui continuaient à se battre à l’intérieur même de la société.

2La première partie de l’ouvrage nous situe dans le contexte de l’Amérique des années 1960 et 1970 et dans les conditions d’éclosion des communautés. L’auteure dessine une géographie précise de ces terres de femmes, en s’arrêtant sur les histoires singulières de chacune : on se trouve plongé(e) dans la vie quotidienne des Lands, les moments de joie et de communion comme ceux plus difficiles. On apprend à connaître les trajectoires personnelles de ces femmes courageuses. En effet, la vie sur les Lands est souvent éprouvante : ces femmes qui, pour la plupart, n’avaient jamais vécu à la campagne, ont dû aménager les terrains, construire des maisons, se protéger du froid et des intempéries, tout en gérant les conflits relationnels qui pouvaient émerger. Leurs terres ont été de formidables lieux d’apprentissage : du maniement des outils, des techniques de construction, de réparation, de survie, donc d’une autonomie dont, en tant que femmes, elles n’avaient pu jouir auparavant.

3La deuxième partie explore plus en détail l’identité et la culture des Lands. Il s’agit avant tout d’une identité lesbienne et féministe. Les femmes des Lands ont une conscience très vive de leur volonté de créer une nouvelle culture, qui soit strictement féminine et qui marque un nouveau rapport au monde. Françoise Flamant insiste sur l’importance des relations affectives dans la constitution des communautés, et décrit le coming out comme un processus plus que comme une révélation. L’entre-soi féminin donne un sentiment de liberté et d’intimité, dans lequel il est possible de se réinventer, de se choisir de nouveaux noms, de retravailler le langage, notamment en féminisant les éléments naturels. La libération du corps occupe aussi une place centrale, en lien avec une autre dimension majeure de la vie sur les Lands : la proximité avec la nature. Cette dimension écologiste est profondément spirituelle. Le choix d’utiliser des matériaux écologiques, le respect de la vie sous toutes ses formes, le végétarisme, s’allient à la pratique de médecines « alternatives » et des rituels tournés vers le culte de la déesse Terre-Mère. Cette spiritualité emprunte à d’anciennes traditions chamaniques et/ou amérindiennes, dans un syncrétisme qui rejette les religions de la transcendance et cherche plutôt un retour à la Terre. Parmi les activités spirituelles des Lands, il faut mentionner la création de la revue WomanSpirit par Jean et Ruth Mountaingrove, publiée entre 1974 et 1984, ainsi que l’organisation d’événements et de fêtes tout au long de l’année, qui rassemblent les femmes des Lands et de nombreuses visiteuses, à l’occasion, par exemple, des équinoxes et des solstices.

4Une troisième dimension essentielle de la vie des Lands est la production artistique. L’écriture occupe une place importante, aussi bien pour l’expression individuelle que pour la sauvegarde de la mémoire des communautés, comme en témoigne l’ouvrage Country Lesbians. The Story of The WomanShare Collective, publié en 1976 par les cinq habitantes de la Land WomanShare (elles étaient trois à sa création). En effet, des groupes et des ateliers d’écriture étaient organisés pour que chacune puisse donner libre cours à sa créativité tout en ayant le soutien du groupe. La photographie fut également au cœur des activités collectives sur les Lands. Les Ovulars (1979-1982) étaient des rencontres estivales annuelles autour de la photographie et donnaient lieu à la publication de la revue The Blatant Image (1981-1982). Les artistes avaient la volonté de représenter les femmes sous un nouveau jour, en donnant une visibilité à leur vie quotidienne, leurs activités, leurs métiers. Françoise Flamant choisit enfin de rendre hommage à l’artiste Tee Corinne, écrivaine, sculptrice, dessinatrice et photographe, qui a beaucoup apporté à l’animation des communautés en Oregon. Son œuvre a notamment contribué à la visibilité lesbienne aux États-Unis et dans le monde.

5Dans la troisième et dernière partie, l’auteure s’interroge sur ce que sont devenues ces terres après leur « âge d’or », dans le nouveau contexte politique, économique et culturel des années 1980-1990. Beaucoup de femmes, et parmi elles des fondatrices, sont parties. D’autres ont pris le relais. La plupart des Lands existent toujours aujourd’hui, notamment grâce à une volonté de préserver l’histoire, l’esprit et surtout la vocation première des terres d’accueil pour les lesbiennes du monde entier. Mais leur avenir est incertain, car la vie sur les Lands demande beaucoup d’investissement, de temps, de courage et de soutien financier. De plus, cette vie reculée à la campagne semble moins correspondre aux idéaux d’aujourd’hui. Mais la volonté de conserver la mémoire et de retracer l’histoire de ces terres de femmes a émergé ces dernières années, notamment de la part dans le monde universitaire. Il faut ici parler du fonds d’archives constitué à l’initiative de Linda Long, bibliothécaire-archiviste à l’Université de l’Oregon, à Eugene. Linda Long a bénéficié de l’aide de Tee Corinne, essentielle pour convaincre les femmes des Lands de donner leurs documents. Ces archives ont été baptisées « SO CLAP! », acronyme qui signifie The Southern Oregon Country Lesbian Archival Project.

6Ce sont ces archives que Françoise Flamant a consultées pour la rédaction de son ouvrage, et qui lui ont permis, avec les entretiens qu’elle a réalisés avec des femmes des Lands et les visites qu’elle a faites sur ces dernières, de dresser un tableau vivant et passionné de ces communautés. En conséquence, tel un roman, ce livre se lit avec curiosité, voire avidité, dans le plaisir de voir se dérouler sous nos yeux le récit de la construction (réussie) d’une utopie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Charlotte Millepied, « Françoise Flamant, Women’s Lands. Construction d’une utopie. Oregon, USA 1970-2010 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 janvier 2016, consulté le 29 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/19830

Haut de page

Rédacteur

Anne-Charlotte Millepied

Étudiante en master « Genre, Politique et Sexualité » à l’École des hautes études en sciences sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page