Navigation – Plan du site

François Duchêne, Léa Marchand, photographies de David Desaleux, Lyon, vallée de la chimie. Traversée d’un paysage industriel

Pascal Marichalar
Lyon, vallee de la chimie
François Duchêne, Léa Marchand, David Desaleux, Lyon, vallee de la chimie. Traversée d'un paysage industriel, Lyon, Éditions Libel, 2015, 176 p., ISBN : 978-2-917659-44-1.
Haut de page

Texte intégral

1D’un format original et d’une lecture agréable, ce livre propose une « déambulation » au sein de ce que la métropole du Grand Lyon appelle actuellement la « vallée de la chimie » – l’expression antérieure, « couloir de la chimie », ayant été écartée par le politique au motif que dans un couloir, on ne fait que passer... Ce n’est pas le cas des auteurs, qui ont parcouru à pied et à vélo les villes industrielles de Pierre-Bénite, Saint-Fons et Feyzin, et les abords du Rhône, en dormant sur place dans de petits hôtels à l’ombre des cheminées et des torchères, et en prenant le temps de conduire des entretiens biographiques approfondis avec ceux, et plus rarement celles, qu’ils rencontraient en chemin.

2Telle qu’elle est présentée dans l’introduction, la méthodologie de la déambulation sans but ne convainc pas complètement. En exergue, les auteurs, qui se réclament de la géographie, citent Pérec : « ce qui se passe chaque jour et qui revient chaque jour, le banal, le quotidien, l’évident, le commun, l’ordinaire, l’infra-ordinaire, le bruit de fond, l’habituel, comment en rendre compte, comment l’interroger, comment le décrire ? ». Ce faisant, ils prennent le risque d’être orientés par leurs prénotions sur la limite entre le banal et l’extraordinaire, et de voir leurs pas guidés par les préoccupations qui sont les leurs plutôt que celles des personnes rencontrées. Au fond, la promenade sans but n’existe pas, tout comme l’entretien sociologique sans fil directeur, comme le trahissent a contrario une certaine fascination pour la vigueur du collectif ouvrier bagarreur, ainsi que des notes de nostalgie sur le mode « c’était mieux avant » face au monde ouvrier en délitement.

3Cependant, le livre évite globalement ces écueils, en proposant une réinscription du paysage contemporain dans l’histoire, telle qu’elle a été vécue par ceux qui ont habité, travaillé, jardiné, pêché, joué à l’ombre des usines. Proposant plusieurs manières d’écrire l’histoire d’un même lieu – résidentielle, financière, syndicale, agricole, ouvrière... – et plusieurs descriptions cartographiques – par exemple la carte des dénominations successives des établissements, au gré des cessions, fusions et acquisitions – l’ouvrage offre une quatrième dimension à l’appréhension de ces paysages industriels, celle du temps long, temps des vies humaines, des aménagements du fleuve et des balmes (collines). Ce guide touristique de la banlieue sud de Lyon propose ainsi une visite d’anciens lotissements gérés par les industriels, d’un café-restaurant, des champs de Feyzin, des établissements de la Compagnie nationale du Rhône, de jardins ouvriers ou encore de l’étang artificiel construit par la raffinerie afin de pouvoir pêcher du poisson qui n’est pas victime de la pollution due en partie à... la raffinerie. Cependant, parce que le destin du lieu se décide aussi dans des salles de réunion, il nous fait entrer dans les arcanes des spéculations boursières à plusieurs bandes, des stratégies industrielles de plus en plus complexes ou encore d’un Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail étrange où les directeurs des sociétés sous-traitantes veillent à ce que leurs salariés restent muets sur les problèmes rencontrés. Certains passages sont marquants, comme cet entretien avec un groupe de jeunes hommes qui expliquent que leur ville compte à la fois le plus d’usines et le moins d’emplois.

4Les photographies de David Desaleux ne cèdent pas à la facilité d’esthétiser les usines, alors que certains habitants évoquent la beauté des illuminations de la raffinerie de Feyzin la nuit, ni au contraire de les rendre inquiétantes, ce qui ne serait pas difficile avec les bonnes proportions de flammes et de fumées de couleurs diverses. Elles ont une tonalité globalement chaude, montrant la coexistence étrange mais apaisée par l’habitude entre deux environnements qui ne sont pas habituellement appelés à se côtoyer d’aussi près, donnant parfois l’impression que la vie résidentielle et les loisirs se sont développés dans les interstices entre les usines, alors qu’on comprend que ce sont elles qui ont progressivement étendu leur emprise.

5On regrette par moments que le livre ne pousse pas encore plus loin le côté « guide touristique d’une zone non touristique », en mentionnant des adresses ou en proposant des circuits de balades sociologiques et historiques à la manière des Pinçon-Charlot à Paris. Parmi les limites, on peut noter également la surreprésentation générale de personnes plutôt âgées parmi les interviewés. Leurs récits offrent certes la profondeur historique recherchée, mais par contraste, les témoignages plus rares recueillis autour de jeunes offrent l’image d’une nouvelle génération qui habite un monde laissé en héritage, sans réussir à se l’approprier, plutôt qu’elle ne s’invente son propre monde. Par exemple, la profusion de kebabs à Saint-Fons est décrite uniquement du point de vue de l’ancien habitant qui la regrette, sans donner le point de vue de ceux qui en sont les clients actuels.

  • 1 Dan Fagin, Toms River. A Story of Science and Salvation, New York, Random House, 2014.
  • 2 Renaud Bécot, Syndicalisme et environnement en France de 1944 aux années quatre-vingt, Thèse de doc (...)

6La thématique de la pollution industrielle est globalement sous-exploitée, alors qu’elle est majeure dans ce type de « plateformes » industrielles. Le risque industriel est appréhendé sous l’angle de la catastrophe, avec des références à l’incendie de Feyzin en 1966 ou à l’explosion d’AZF en 2001, plutôt que sous celui des maladies chroniques. Il est également thématisé uniquement comme un élément de l’expérience subjective des habitants, sans contrepoint plus matériel ou objectivé, à part les questions de poissons pollués aux PCB : rien sur les expertises de pollution des sols, les techniques de dépollution, les contraintes des stations d’épuration dans ce type de zones, les analyses de contamination de l’eau potable, les servitudes qui empêchent de cultiver des potagers... Si l’on s’en tient au livre, il y a un contraste étonnant entre l’usine de colorants exploitée par la Ciba à Saint-Fons, et l’usine Ciba équivalente à Toms River, New Jersey, décrite dans un autre travail qui montre comment elle a été à l’origine d’une crise de santé publique de dimensions colossales, déchaînant les passions jusqu’à aujourd’hui1. Les auteurs affirment sans précaution ni sources que « d’importants progrès ont certes été faits depuis une quarantaine d’années pour réduire les rejets industriels susceptibles de produire des atteintes aux personnes ou plus largement au milieu environnant » (p. 107), ou encore que « de même, un riverain s’habitue probablement, au moins jusqu’à un certain point, à la présence d’une pollution récurrente » (p. 107). Ces propos contrastent avec la vitalité des controverses sur la pollution dans la même région que décrit la thèse d’histoire de Renaud Bécot2. Enfin, le discours publicitaire sur la conversion des usines à la « chimie verte », également en vogue dans la Ruhr, aurait pu être davantage nuancé.

7Il y a donc encore d’autres strates du paysage à explorer, en plus de celles déjà richement décrites dans ce livre rafraîchissant.

Haut de page

Notes

1 Dan Fagin, Toms River. A Story of Science and Salvation, New York, Random House, 2014.

2 Renaud Bécot, Syndicalisme et environnement en France de 1944 aux années quatre-vingt, Thèse de doctorat en histoire, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Marichalar, « François Duchêne, Léa Marchand, photographies de David Desaleux, Lyon, vallée de la chimie. Traversée d’un paysage industriel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 février 2016, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/19860

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page