Navigation – Plan du site

Izabela Wagner, Producing excellence. The Making of Virtuosos

Marc Loriol
Producing Excellence
Izabela Wagner, Producing Excellence. The Making of Virtuosos, New Brunswick, Rutgers University Press, 2015, 268 p., ISBN : 9780813570051.
Haut de page

Texte intégral

1Comment devient-on un (ou une) violoniste soliste virtuose, appelé(e) à jouer avec les plus grands orchestres symphoniques internationaux ? C’est à ce sujet, apparemment pointu et très spécialisé, que s’attaque Izabela Wagner à partir d’une étude ethnographique longue. Mère d’un jeune violoniste et musicienne elle-même, Izabela Wagner a d’abord investi ce monde social particulier en tant que participante avant d’entamer une thèse de sociologie et de mener une recherche ethnographique par observation et entretiens portant sur différentes scènes sociales et différents pays.

2Après avoir rappelé comment s’est imposée historiquement la figure du violoniste soliste virtuose qui, plus que les pratiquants d’autres instruments (comme le piano qui est jugé moins difficile), s’est imposée comme le symbole de l’élite de la musique classique, Izabela Wagner s’attache tout au long de son livre à détailler la « carrière » (au sens interactionniste) suivie par ceux qui ont finalement réussi à faire du violon leur métier. Elle distingue alors trois grandes phases. La première concerne la socialisation précoce à la musique et au violon. La plupart des jeunes musiciens suivis ont des parents musiciens, essentiellement professionnels (dans 64 % des cas) et plus rarement amateurs (16 % des cas). Ils ont été initiés très tôt à la musique et ont commencé à un très jeune âge à prendre des cours de violon (la plupart ont commencé le violon entre 4 et 6 ans). Tous, à l’exception d’une jeune femme, affirment que sans la contrainte exercée par leurs parents, ils n’auraient pas atteint un tel niveau. Il s’agit donc d’abord d’un projet parental exprimant le souhait de voir son (ou ses) enfant(s) atteindre(nt) les positions les plus valorisées dans le monde de la musique classique.

  • 1 Pour une approche sociologique de la passion, voir Marc Loriol et Nathalie Leroux (dir.), Le travai (...)

3Malgré cela, les violonistes solistes virtuoses rencontrés sont nombreux à parler de « passion » pour la pratique de leur art. Cette passion, cependant, est héritée, voire imposée par les parents. La passion et le plaisir doivent donc sans cesse être entretenus par différentes méthodes : gratifications symboliques (par exemple quand un morceau particulièrement défile est maitrisé), storytelling pour rappeler l’histoire glorieuse des grands violonistes du passé dans laquelle s’inscrivent les jeunes, chantage affectif ou autoritarisme, etc. Les échecs ou abandons sont attribués au « manque de passion ». Dans le même temps, la « passion » (mot ambivalent) pour le violon renvoie aussi à la souffrance des longues répétitions, à l’engagement exclusif au détriment de la vie privée, des loisirs et de la formation générale (ce qui peut encore plus mettre la pression pour la réussite)1.

4La deuxième phase est celle de l’entrée dans une classe pour soliste. Après un apprentissage classique (par les parents, en conservatoire ou par des cours privés), les jeunes musiciens doivent absolument suivre une ou plusieurs classes spécialisées dans le répertoire et la pratique en soliste, sous la direction d’un maître reconnu, pour espérer pouvoir éventuellement un jour rejoindre l’élite musicale. Le choix d’un maître (ou plusieurs maîtres successifs) est un élément crucial du parcours qui va déterminer à la fois le style de jeu et d’interprétation musical et le réseau relationnel et de pouvoir dans lequel pourra s’insérer le violoniste. Pour cela l’enfant doit avoir atteint avant 14 ans un niveau de technicité et de maturité musical suffisant, les maîtres estimant qu’un élève trop âgé ne peut plus être forgé à leur main. Il faut donc être reconnu comme ayant un « talent précoce » pour entrer dans ces classes. Toutefois, il est possible que certains professeurs exagèrent le supposé talent de leurs futurs élèves pour s’assurer un vivier suffisant. Les parents qui connaissent déjà le monde de la musique, et certains des professeurs disponibles sur le marché, ont des idées bien arrêtées et peuvent changer plusieurs fois d’enseignant pour leur enfant. Les parents non musiciens sont plutôt dirigés par les premiers professeurs de violons (notamment de conservatoire) de leurs enfants. Le choix d’un professeur, souvent coûteux, demande de gros sacrifices à la famille et aux jeunes musiciens. Par exemple, changer de ville ou de pays pour rejoindre un maître prestigieux et renommé ou, comme les familles russes, venir en Occident pour suivre un professeur qui profite de l’ouverture des frontières pour s’y installer. Souvent également, les enfants doivent quitter l’école et suivre des cours par correspondance afin de dégager plus de temps pour la pratique du violon.

5La troisième phase est celle de la « crise d’adolescence », dans laquelle le jeune musicien prend ses distances à l’égard de ses parents et de leurs conseils pour se rapprocher de ses pairs mais aussi de son professeur avec lequel il doit assurer un véritable « couplage ». Le maître ne peut construire sa réputation qu’à travers la réussite de certains de ses élèves, qui deviennent ses favoris, auxquels il consacre plus d’efforts, tandis que l’élève ne peut entrer dans ce monde professionnel sans l’appui d’un maitre influent et reconnu. Les concours, qui constituent le principal outil de reconnaissance, illustrent bien cette dépendance. Dans la dizaine de concours observés, tous les finalistes, sans exception, avait suivi des cours ou des masters classes avec au moins un des membres du jury. Les outsiders n’ont pratiquement aucune chance. S’ils sont vraiment très bons, un membre du jury peut venir les approcher pour leur proposer de suivre des cours avec lui et espérer pouvoir gagner la fois suivante. Izabela Wagner est très critique à l’égard des concours et développe même en ouverture et en fin d’ouvrage, le cas d’une injustice (et de magouilles flagrantes pour la masquer) à l’encontre d’une jeune violoniste pourtant jugée bien meilleure que les candidats mieux classés.

6Certains élèves changent alors de maîtres pour augmenter leurs chances. D’autres ont aussi recours à différentes maîtres successifs en fonction de leur progression (d’abord un professeur pédagogue pour la maitrise technique, puis un autre qui les aidera plus à forger un style musical compatible avec le succès aux concours, un troisième avec de l’influence, etc.). Le maître est également nécessaire pour avoir accès à d’autres personnes et ressources indispensables : un bon pianiste accompagnateur, des chefs d’orchestres et des compositeurs qui laisseront leur chance aux jeunes musiciens, un sponsor généreux où le prêt d’un violon d’exception. Dans ce dernier cas on retrouve les effets d’intérêts réciproques. Un grand violon italien vieux de plusieurs siècles (stradivari, guardiani, etc.) est jugé indispensable pour produire le « bon son », adapté aux grandes salles de concert ; mais pour garder sa qualité, il doit être régulièrement joué par un ou une virtuose. Le fait d’avoir été utilisé par les plus grands violonistes peut alors augmenter encore sa valeur symbolique et marchande.

7La dernière étape, ultime marche sur laquelle trébuchent nombre de prétendants, est l’acquisition d’un statut de soliste dans un grand orchestre. Arrivés à 18-20 ans, les musiciens se doivent d’être plus autonomes, même s’ils gardent des contacts informels avec leurs anciens maîtres pour les plus talentueux, de trouver des concerts, des enregistrements, des compositeurs, etc. Les dispositifs destinés aux jeunes joueurs et enfant prodiges (bourses, concours, masters classes) se font plus rares et beaucoup doivent, dans la douleur, réajuster à la baisse leurs ambitions en devenant musiciens d’orchestres, professeurs, chef d’orchestre ou premier violon dans des philarmoniques de deuxième ou troisième rang. Certains doivent même quitter la musique. La désillusion est d’autant plus amère que tout le système, selon Izabela Wagner, repose sur une sous-estimation de la concurrence et du risque d’échec qui seule permet de tenir dans ce mode dur et concurrentiel, exigeant de la part de jeunes enfants et adolescents (ainsi que de leurs parents) de lourds sacrifices.

  • 2 David Graeber, Dette : 5000 ans d'histoire, Paris : Les Liens Qui Libèrent, 2013.
  • 3 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Grandes Fortunes. Dynasties familiales et formes de riches (...)

8Cette étude très riche et très minutieuse présente un intérêt qui dépasse le seul cas des violonistes professionnels. Si Izabela Wagner fait à plusieurs reprises la comparaison avec les carrières scientifiques (sur lesquelles elle a aussi travaillé), d’autres comparaisons seraient aussi très pertinentes. On peut penser aux carrières sportives (notamment les tennismen) ou aux travaux sur l’artisanat traditionnel et l’apprentissage (Izabela Wagner y fait juste allusion de façon trop rapide). Ce travail permet aussi d’illustrer et d’expliquer, à partir d’un cas particulier et précis, des mécanismes sociologiques plus généraux. Par exemple ce que l’anthropologue David Graber appelle « le communisme des riches »2 ou les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot décrivent en terme de « solidarité de classe dominante »3. Solistes virtuoses, professeurs renommés, riches sponsors et propriétaires de violons d’exception ont ainsi intérêt à s’aider mutuellement afin d’accroitre de concert leur réputation et au final la valeur de leurs actifs spécifiques respectifs. C’est peut-être le principal regret que l’on pourrait avoir à la lecture de ce livre. Que l’auteur n’ait pas eu la témérité d’aller plus loin dans le rapatriement des ses résultats et analyses au profit d’une sociologie générale sur les rapports de genre et de domination, la construction des hiérarchies sociales, l’intrication complexe et dynamique des dons personnels et des conditionnements sociaux, le rôle des différentes cultures nationales et des stéréotypes, etc.

Haut de page

Notes

1 Pour une approche sociologique de la passion, voir Marc Loriol et Nathalie Leroux (dir.), Le travail passionné. L'engagement artistique, sportif ou politique, https://lectures.revues.org/19658.

2 David Graeber, Dette : 5000 ans d'histoire, Paris : Les Liens Qui Libèrent, 2013.

3 Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, Grandes Fortunes. Dynasties familiales et formes de richesse en France, Paris : Payot, coll. « Documents Payot », 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Loriol, « Izabela Wagner, Producing excellence. The Making of Virtuosos », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 13 janvier 2016, consulté le 26 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/19866

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page