Navigation – Plan du site

Nathalie Paton, School shooting. La violence à l’ère de Youtube

Frédéric Roux
School shooting
Nathalie Paton, School shooting. La violence à l'ère de YouTube, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Interventions », 2015, 224 p., ISBN : 9782735117550.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment cette utile mise au point de Frédéric Lebaron, Fanny Jedlicki et Laurent Willemez : (...)
  • 2 Youtube est un site web, créé en 2005, hébergeant des vidéos partagées par des internautes. Celles- (...)
  • 3 Nathalie Paton fournit un code d’accès pour que le lecteur puisse visionner ces vidéos supprimées d (...)

1La place de la sociologie dans l’explication de la violence, par exemple terroriste, a récemment fait l’objet d’un débat1. L’ouvrage de Nathalie Paton, issue d’une thèse, est de ce point de vue un excellent exemple de contribution des sciences sociales à l’explication méthodique de formes contemporaines de violence, et ce à travers un média non moins inédit : Internet, et plus particulièrement la chaîne Youtube2. Les School Shootings sont un type de fusillade particulier et assez récent, dont l’auteure cherche d’emblée à cerner les contours. Ce sont en effet des fusillades faites « au hasard » (rampage shooting), dans un cadre scolaire, et auxquelles on peut attribuer quatre caractéristiques. Elles se déroulent dans un lieu public, les auteurs sont des élèves ou des anciens élèves, ils visent des cibles multiples et leurs victimes sont « choisies » à titre symbolique et non à titre personnel. Si l’ouvrage s’ouvre sur des lignes du roman Rage de Stephen King, explorant l’univers mental d’un adolescent qui va devenir tueur, Nathalie Paton s’intéresse davantage à ce qui lui paraît être une des caractéristiques saillantes des tueries récentes, pour la plupart nord-américaines, à savoir l’usage des médias numériques. Elle relève en effet que depuis les années 1990, ces meurtres sont très fortement liés à des productions numériques réalisées de plus en plus systématiquement par les tueurs eux-mêmes, ce qui la conduit à parler de « violence expressive ». Elle inscrit sa recherche dans une réflexion sur ces nouveaux médias, en la distinguant de la problématique habituelle de « l’influence », parfois invoquée aussi à propos des jeux vidéos : « Il ne s’agit pas tant de s’intéresser à ce que les médias font faire aux individus, mais à ce que les individus font avec les médias et au sens qu’ont ces usages pour eux. » (p. 15). Plus largement, il s’agit d’interroger les ressorts sociologiques de cette « violence expressive » et de les mettre en lien avec une sociologie de la production des individus. « Nous considérons donc que les productions médiatiques des individus, ces vidéos ou ces profils d’utilisateurs par exemple, parlent bien moins de ce qu’ils célèbrent, à savoir les school shootings, que des individus eux-mêmes » (p. 16). Le matériau analysé est original et se compose de trois sortes de documents numériques : des « sanctuaires » de commémoration où les internautes postent des messages après les tueries, des forums de soutien aux tueurs ou de débats autour des explications de leurs actes, dont la sociologue souligne qu’ils participent d’une « subculture de fans », et enfin des « paquets multimédias » produits par les tueurs eux-mêmes. Ces derniers documents sont pour la plupart des vidéos supprimées par Youtube mais encore hébergées sur des sites spécialisés3. Ce travail de recherche est donc une « ethnographie en ligne » qui s’appuie sur la lecture des propos tenus sur Internet, mais aussi sur des analyses d’images, et non pas une étude de criminologie sur ce type de meurtre (les références à la criminologie sont absentes de la bibliographie). Il se conclut par une liste répertoriant 113 school shootings de 1927 à 2013 et une utile bibliographie, avec beaucoup de références anglo-saxonnes.

2Le premier chapitre de l’ouvrage pose le cadre historique du phénomène des School Shootings : émergence aux États-Unis dans les années 1990 puis internationalisation du phénomène. Il montre aussi comment se construit une catégorie médiatique et criminologique nouvelle, de plus en plus consensuelle dans sa stabilité et ses contours, même si les attentats du 11 septembre 2001 l’ont un peu éludée par la suite. « Ces fusillades sont le produit de rapports sociaux spécifiques à une époque et à une aire géographique données, de telle façon qu’elles demeurent ancrées dans leur contexte de production et héritent des premiers attributs ayant servi à en déterminer les contours » (p. 39). Car si des fusillades dans les écoles ont pu exister, elles sont inscrites, dans l’imaginaire collectif, dans la violence « classique » des gangs urbains (auteurs souvent noirs, marginaux, trafiquants de drogues, aux objectifs économiques), les années 1990 voient apparaître – notamment lors de la tuerie emblématique de Columbine, très fortement médiatisée – une nouvelle forme de crime débouchant presque toujours sur un suicide direct ou indirect, et surtout une nouvelle façon de la penser et de l’expliquer, sur fond de « panique morale ». En effet, ces jeunes tueurs blancs, masculins, présentés comme « intégrés », tuant semble-t-il au hasard des élèves de leur propre école sans motif rationnel apparent, vont représenter un défi pour les explications traditionnelles par le contexte social. Des explications naturalisantes, avec des catégories désocialisées comme celle de « super prédateur » et des débats récurrents sur l’influence néfaste des jeux vidéo, des films violents et des réseaux sociaux numériques vont ainsi se multiplier.

3C’est cette influence médiatique qu’interroge le second chapitre. Nathalie Paton prend ses distances avec l’explication dominante du copycat (imitation). Les médias divulgueraient des modes opératoires voire une incitation à tuer par une désensibilisation, une perte de sens de la réalité. Une version plus subtile de cette influence évoque un « script culturel », répertoire d’actions et de symboles violents et virils dans lequel les tueurs puiseraient un scénario. Pour l’auteure, les school shooters font preuve de réflexivité en s’appropriant ces codes médiatiques. Ces individus ne seraient ainsi pas de simples récepteurs, mais des acteurs capables de créer des produits culturels. Les effets des médias sont donc plutôt ceux d’une ressource que d’une programmation mécanique. « Si nous n’avons pas vocation à récuser la théorie du script culturel et son modèle analytique transmedia, nous allons étayer toutefois la thèse, à rebours du déterminisme, selon laquelle les auteurs des attaques produisent des indices mimétiques à des fins stratégiques, plutôt qu’ils ne reproduisent des bribes du script culturel des school shootings à leur insu » (p. 82).

4Le troisième chapitre (« Les médias participatifs, entre ressources et menaces démocratiques ») explore les enjeux collectifs de ces nouveaux médias en mobilisant des travaux contemporains et des concepts récents concernant ces formes de réseaux sociaux. Nathalie Paton insiste sur leur rôle socialisateur, sur la création d’« arènes politiques régulées » et sur les formes nouvelles de participation, de communication et de mise en scène de soi qu’ils permettent, loin des conclusions « déclinistes » : « Cela contrarie les discours les plus alarmistes faisant d’Internet un signe supplémentaire de déclin du capital social. Internet se présente au contraire comme une ressource démocratique qui pallie la dispersion et la division des individus à une époque où s’expriment des inquiétudes quant à une atomisation grandissante de la société, une dissolution du lien social, voire la disparition même des structures du social avec l’avènement d’une société sans structure ou liquide » (p. 124-125). Nathalie Paton montre ainsi que beaucoup d’anonymes ont contribué, sans excuser ces actes, à les expliquer et les contextualiser socialement.

5Le dernier chapitre (« De l’attrait pour la violence aux échecs de l’individuation ») revient sur les « paquets numériques » laissés par les tueurs et se propose de traiter le média numérique non plus en tant qu’objet mais en tant que « méthode » de production autonome de soi et d’individuation par la distanciation. Les vidéos et les écrits des tueurs ou de leurs fans, souvent affichées sur le mode de la revendication ou du testament, révèlent un double mouvement. Ils se présentent d’abord comme des objets passifs, des victimes faibles (nobody), avec la référence récurrente au harcèlement scolaire par les pairs (bullying) ou par l’institution elle-même (compétition jugée injuste et inégalitaire). Puis s’opère un basculement, une prise de pouvoir (empowerment) à travers une prise de conscience vécue comme un choix libérateur. Ils se recomposent alors dans ces épreuves en être surpuissants, exceptionnels et souffrant d’une hyper clairvoyance à la fois grisante (les autres ne sont plus vus à travers les schèmes d’un darwinisme social que comme des animaux, des esclaves ou des zombies) et douloureuse (la violence est présentée comme une porte de sortie mais aussi comme une impasse suicidaire). Ce processus d’individuation et de négation des déterminismes sociaux par l’affirmation d’un moi surpuissant jouissant du droit de vie et de mort, qui répond à une injonction contemporaine (« être soi »), est aussi traversée de multiples contradictions : « Mais tandis qu’ils cherchent à affirmer leur individualité, voire leur qualité d’antihéros, ils se copient les uns les autres, s’enfonçant alors dans un paradoxe » (p. 149). Car cette subjectivation reste fortement normée, notamment dans ses références à la culture hypermasculine et violente des armes, mais aussi à celle de l’entrepreneuriat, de la « prise en main de soi ». Elle sort enfin du jeu social par l’absurdité de la mise à mort, qui brise un tabou mais marque aussi la fin de la vie du sujet, qui ne survit que par sa célébrité de martyr et dans le mouvement « révolutionnaire » qu’il cherche parfois à instituer. « À la différence de la figure de l’anti-sujet, l’acteur de school shooting cherche à réussir le pari contemporain de l’individuation et ainsi à se soumettre aux valeurs prescrites de l’autonomie subjective, mais en utilisant des méthodes illégitimes pour glorifier son individualité à titre posthume » (p. 151).

6Très bien illustré, écrit dans un langage clair et accessible, cet ouvrage intéressera tous ceux qui se questionnent avec rigueur sur ces actes en apparence insensés (on pense évidemment au terrorisme islamiste), mais aussi, et peut-être plus encore, ceux qui veulent comprendre les enjeux et les usages des nouveaux réseaux numériques. Si la méthodologie est originale et pertinente à bien des égards, le cadre théorique, celui d’une sociologie de l’individuation, montre à nos yeux parfois ses limites, ces individus paraissant paradoxalement assez inconsistants car uniquement saisis par leurs productions et leurs discours sur Internet. De même, le postulat du déclin des institutions mériterait d’être plus discuté car la violence institutionnelle semble en effet traverser les destins individuels effrayants que cette étude nous donne à voir.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment cette utile mise au point de Frédéric Lebaron, Fanny Jedlicki et Laurent Willemez : http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/12/14/la-sociologie-ce-n-est-pas-la-culture-de-l-excuse_4831649_3232.html.

2 Youtube est un site web, créé en 2005, hébergeant des vidéos partagées par des internautes. Celles-ci peuvent être indexées autour de mots clefs (tags) et commentées par ceux qui les visionnent. Ce média est très populaire, notamment chez les jeunes. En 2010, le nombre de visites quotidiennes aurait dépassé les deux milliards. Source : http://www.latribune.fr/technos-medias/internet/20100517trib000509822/youtube-passe-d-un-a-deux-milliards-de-videos-vues-parjour.html

3 Nathalie Paton fournit un code d’accès pour que le lecteur puisse visionner ces vidéos supprimées de la toile qu’elle analyse dans l’ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Roux, « Nathalie Paton, School shooting. La violence à l’ère de Youtube », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://lectures.revues.org/19898

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Roux

PRAG en sciences sociales, docteur en sociologie, Espé d’Aquitaine, Université de Bordeaux, laboratoire SPH EA 4574.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page