Navigation – Plan du site

Salvador Juan, L’École française de socioanthropologie

Jean-Baptiste Vérot
L'école française de socioanthropologie
Salvador Juan, L'école française de socioanthropologie, Auxerre, Éditions Sciences Humaines, 2015, 304 p., Préface de Georges Balandier, ISBN : 978-2-36106-332-0.
Haut de page

Texte intégral

1Émile Durkheim et Marcel Mauss sont traditionnellement considérés comme des figures fondatrices de la sociologie et de l’anthropologie françaises. Peut-on dire pour autant qu’ils aient « fait école », au-delà du cercle restreint de leurs collaborateurs ? Il manquait pour répondre à cette question un véritable travail de recherche au croisement de l’histoire de la pensée et de la sociologie de la connaissance.

2C’est ce manque qu’entend combler Salvador Juan, professeur de sociologie à l’université de Caen, avec cet ouvrage qui, issu d’un cours donné à l’université de Valencia, conserve la clarté d’exposition et le souci pédagogique d’un enseignement universitaire. L’auteur y développe une argumentation visant à montrer l’existence d’une « école française de socio­anthropologie », qu’il désigne par l’acronyme EFSA. Le néologisme « socio­anthropologie », emprunté à Georges Balandier (auteur de la courte préface du livre), a pour fonction de rendre compte de « l’union intime des deux disciplines » qui caractérise une tradition française initiée par Durkheim et Mauss et qui repose sur l’étude commune des institutions humaines.

  • 1 Juan Salvador, Les formes élémentaires de la vie quotidienne, Paris, PUF, 1995. Voir le compte rend (...)

3Salvador Juan, auteur notamment des Formes élémentaires de la vie quotidienne (1995)1, dont le titre indiquait déjà une filiation durkheimienne, ne dissimule pas la « fierté » que lui procure le sentiment d’appartenir lui-même à l’EFSA. Si cette appartenance a pour conséquence une inévitable subjectivité, elle donne en revanche à l’auteur une connaissance fine et complète du champ, au-delà des auteurs les plus connus. Il présente ainsi Célestin Bouglé, Henri Hubert, François Simiand, Paul Fauconnet ou encore Maurice Halbwachs : complétude rare et indispensable à la recherche des principes conceptuels, institutionnels et éthiques d’unité qui sont caractéristiques d’une école de pensée.

4Pour identifier ces principes d’unité, l’ouvrage de Salvador Juan propose d’analyser les travaux d’une vingtaine d’auteurs. Ceux-ci sont regroupés et organisés selon un critère chronologique, qui est à l’origine de la structure en quatre parties. Ils sont abordés selon des critères thématiques qui permettent, sous leur diversité apparente, de dégager des concepts et interrogations communes, comme l’étude des processus d’institutionnalisation ou encore la recherche de la cohésion sociale qui sont, selon l’auteur, à la fois le socle et la preuve de l’existence d’une « école française de socioanthropologie ».

5Un premier chapitre propose d’identifier les « sources et racines de l’EFSA ». La lecture de textes tels que la thèse de Durkheim consacrée à Montesquieu, ou encore La sociologie de Proudhon de Célestin Bouglé, permet à Salvador Juan de montrer la grande diversité des influences qui s’exercèrent sur les fondateurs de la socioanthropologie française. Montesquieu et Rousseau, respectivement porteurs d’une « proto-sociologie » et d’une « proto-anthropologie », seraient à l’origine des deux intérêts essentiels de l’EFSA, à savoir les processus d’institutionnalisation et les moyens de maintenir la cohésion sociale. D’Auguste Comte, Durkheim et ses collaborateurs auraient moins retenu un certain évolutionnisme que l’ambition positiviste d’ériger leurs travaux en une véritable science sociale dotée de sa propre méthodologie. Enfin Salvador Juan montre que les membres de l’EFSA étaient pleinement insérés dans les débats de leur temps sur la question ouvrière et qu’ils s’y opposèrent aux libéraux en défendant plutôt le solidarisme de Léon Bourgeois et le mutuellisme de Proudhon.

6Le deuxième chapitre porte sur la « naissance de l’EFSA » autour de la figure fondatrice d’Émile Durkheim. Quels ont été les principes conceptuels, éthiques et institutionnels à l’origine de l’unité du groupe qui s’est formé autour de lui ? Deux axiomes donnent au groupe un socle commun : la recherche de la cohésion sociale d’une part, et une « vision unitaire du genre humain » d’autre part. Un objet d’étude spécifique, les institutions dont se dotent les sociétés humaines, vient renforcer la cohésion. Différents textes de Durkheim, dont Les règles de la méthode sociologique, donnent au cercle une référence épistémologique commune et une méthode à la fois « génétique et générique ». Enfin, deux derniers éléments ont constitué un véritable ciment unifiant le groupe des durkheimiens : les engagements d’inspiration socialiste (comme le soutien apporté par Mauss au mouvement coopératif) et la collaboration académique concrétisée avec la création en 1896 de l’Année sociologique, revue consistant en un bilan annuel de la recherche.

7Le troisième chapitre est consacré à « la deuxième période des durkheimiens », de la mort de Durkheim en 1917 jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Salvador Juan montre comment l’EFSA a survécu à son fondateur. Il souligne notamment le rôle clé qu’a joué le pouvoir académique de Célestin Bouglé et de Marcel Mauss, qui créèrent respectivement le Centre de documentation sociale et l’Institut d’ethnologie. Pour dépeindre les prolongements conceptuels de la pensée durkheimienne, Salvador Juan propose des aperçus de l’œuvre de différents auteurs, qu’il range en deux catégories. La première porte une attention particulière à la question des institutions et des formes symboliques. On y trouve notamment Michel Leiris, dont L’Afrique fantôme marque l’origine de la pénétration de l’EFSA dans les études africanistes. La seconde catégorie s’intéresse essentiellement aux structures et aux morphologies sociales. Ici sont exposées l’œuvre de François Simiand, dont les apports décisifs pour l’utilisation des méthodes quantitatives en sciences sociales sont rappelés, ainsi que les travaux novateurs de Maurice Halbwachs sur les villes et sur les liens entre classes sociales et « genres de vie ».

8Le dernier chapitre est consacré aux « prolongements de l’EFSA jusqu’à nos jours ». Salvador Juan souligne le rôle décisif qu’ont joué Georges Gurvitch et Georges Balandier pour la transmission de ce qu’il appelle la « tradition durkheimaussienne ». Là encore, cette transmission est opérée par la création d’institutions (comme le Centre d’études sociologiques et le Centre d’études africaines), mais aussi par des prolongements conceptuels, qui se traduisent chez Balandier par une critique de l’évolutionnisme et du structuralisme. D’autres auteurs sont évoqués ici, comme Henri Lefebvre dont la notion de production de l’espace est interprétée comme une adaptation des théories durkheimiennes sur les institutions et leur traduction morphologique, ou encore André Leroi-Gourhan qui, dans le sillage de Mauss et d’une « conception unitaire du genre humain », a su intégrer les études préhistoriques à l’ethnologie. Enfin, quelques travaux contemporains sont évoqués, comme ceux de David Le Breton sur le corps ou de François Dubet sur l’exclusion sociale. La diversité des travaux actuels n’efface pas, selon Salvador Juan, le cœur de leur héritage « durkheimaussien », qui constituerait finalement en une approche à la fois institutionnaliste et actionnaliste, étrangère au déterminisme qu’on lui attribue parfois.

9Pour conclure, l’auteur rejoint les réserves émises dès la préface par Georges Balandier quant à l’emploi du terme d’« école » pour désigner la « socioanthropologie » française de tradition durkheimienne, et choisit d’en adopter une définition large centrée sur la notion d’héritage. L’intérêt principal de l’ouvrage est donc avant tout de présenter avec une grande clarté la pensée d’Émile Durkheim et d’identifier, de ses premiers collaborateurs jusqu’à nos jours, les travaux de socio-anthropologie qui lui sont redevables.

Haut de page

Notes

1 Juan Salvador, Les formes élémentaires de la vie quotidienne, Paris, PUF, 1995. Voir le compte rendu de Philippe Gaboriau : http://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1997_num_37_144_370375.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Vérot, « Salvador Juan, L’École française de socioanthropologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 janvier 2016, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/19899

Haut de page

Rédacteur

Jean-Baptiste Vérot

Étudiant en master 2 d’histoire moderne et contemporaine à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page