Navigation – Plan du site

Craig Calhoun, Michel Wieviorka, Manifeste pour les sciences sociales

Laure Ferrand
Manifeste pour les sciences sociales
Craig Calhoun, Michel Wieviorka, Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Interventions », 2015, 76 p., Commentaires d'Edgar Morin et Alain Touraine, ISBN : 9782735117574.
Haut de page

Texte intégral

1Écrit à quatre mains par Craig Calhoun et Michel Wieviorka, le Manifeste pour les sciences sociales édicte et rappelle le rôle et la finalité des sciences sociales et plus précisément de la sociologie. Deux questions irriguent la réflexion des auteurs : comment les sciences sociales participent-elles à l’émancipation et au progrès social ? Comment peuvent-elles appréhender les nouveaux enjeux sociétaux et mythologiques mettant au centre de la réflexion la globalisation et l’individualisme ? L’origine de la démarche part de plusieurs constats : à l’heure où le néolibéralisme est triomphant dans nos sociétés, il est nécessaire redonner une place centrale aux sciences sociales qui risquent d’être marginalisées par une économie « par essence antisociologique » (p. 29) Aussi, face à un savoir de plus en plus circonscrit à la recherche appliquée (et donc à l’expertise), à l’hyperspécialisation et à la fragmentation des disciplines, il est primordial pour les auteurs de rappeler la richesse du dialogue entre les disciplines et de proposer des théories générales. L’objet du Manifeste consiste donc, à partir de ces constats, à rappeler les apports indiscutables des sciences sociales dans la compréhension des phénomènes sociaux et dans la réflexion sur la posture du chercheur comme acteur central de l’énonciation et de l’affirmation des règles en sciences sociales. Le Manifeste comporte deux commentaires supplémentaires, avec en fin d’ouvrage les apports respectifs d’Edgar Morin et d’Alain Touraine.

  • 1 Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Editions de Minuit, 1984.

2« Les sciences sociales donnent à voir ce qui n’est pas vu, ou mal vu » (p. 35) En paraphrasant la célèbre citation dans laquelle Pierre Bourdieu invoque le fait que la sociologie doit « dévoiler ce qui est caché »1, Craig Calhoun et Michel Wieviorka invitent les chercheurs à (ré)investir les sciences sociales comme opératrices du progrès social. Afin de permettre ce progrès et de lutter contre le néolibéralisme qui annihile la portée et les clefs de compréhension offertes par les sciences sociales, les auteurs énoncent plusieurs risques auxquels les sciences sociales sont aujourd’hui confrontées : l’hyperspécialisation, l’affirmation de sujets « tabous », la fragmentation des disciplines (l’université en étant le reflet) ou encore les coupes budgétaires portées par les différentes crises économiques et qui se reportent sur la recherche. Les auteurs revendiquent avec vigueur l’autonomie des sciences sociales au nom de leur finalité première : la recherche de la vérité. Défendant la neutralité axiologique, ils notent que l’engagement du chercheur comme idéologue n’est pas possible. Un des risques encore pointés est celui de l’« embrigadement politique » du chercheur (p. 37). Cependant, il est aussi souligné que celui-ci peut être croyant (au sens religieux du terme) s’il parvient à trouver une « juste » réflexivité. Ainsi, les auteurs estiment que l’engagement politique peut être contradictoire voire dommageable à la production scientifique, alors que l’engagement religieux ne semble pas être un problème en soi. C’est notamment à ce niveau que le Manifeste exprime certaines limites et contradictions. En effet, la neutralité axiologique défendue ici ne doit-elle pas concerner l’ensemble des sphères impliquant un engagement personnel ou collectif ?

  • 2 Wagner Anne-Catherine, Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, La Découverte, coll. « R (...)
  • 3 Lermerle Sébastien, Le singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France, Paris, Pres (...)

3À la lecture du Manifeste, il ressort que les principales règles énoncées par les auteurs sont en majorité une reprise voire une redite des lois fondamentales de la méthode et de la posture sociologiques : exigence de vérité, « passion du savoir » (p. 7), éthique de conviction, exigence de pénétration des sciences sociales dans l’ensemble sphères de la vie sociale, recherche du progrès social, etc. Cependant, s’il peut être nécessaire de rappeler ces règles, il semble que le Manifeste n’échappe pas à un point de vue lui même pétri d’une dimension idéologique plaçant l’« acteur » au centre de l’analyse. En abordant la société comme un « système », en plaçant le chercheur comme extérieur à l’espace politique, les auteurs renient, de fait, des leviers d’analyse opérants : ceux de l’analyse en termes d’inégalités sociales, de classes sociales2 ou encore de rapports de domination. En effet, pour que le chercheur puisse « élever les capacités d’action » en faveur des « exclus » (p. 30), il doit prendre en compte que les glissements sémantiques (et donc idéologiques) opérés par l’économie néolibérale touchent aujourd’hui les sciences sociales. Au-delà d’être un humaniste – comme le souligne Edgar Morin dans son commentaire du Manifeste –, le scientifique ne doit pas oublier qu’il est lui-même aux prises avec des injonctions économiques. Pour les deux auteurs, la sociologie et les sciences sociales sont concernées par un risque de disqualification. La réponse consisterait à s’engager dans la compréhension d’un contexte, d’articuler le particulier et le général et de trouver une « juste » réflexivité. De manière dangereuse, les auteurs émettent l’idée qu’il pourrait être aussi judicieux de réfléchir en termes de « races ». Le biologisme est ici remis sur le devant de la scène avec des arguments en faveur d’une science sociale s’appuyant sur des déterminismes biologiques. Les auteurs pointent un effet de contexte et d’idéologie, ne reconnaissant pas qu’ils sont eux-mêmes pétris d’une idéologie3.

  • 4 Foucault Michel, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », in Dits et écrits 1954-1988, Gallimard, (...)

4Face à ces différents constats sur lesquels les auteurs nous interpellent, il semble important d’aller plus loin dans la prise de position et dans la revendication de l’autonomie de sciences sociales. C’est pourquoi il est opportun de rappeler cette citation de Michel Foucault, qui dépasse l’idée selon laquelle le savoir n’aurait qu’une seule fonction de compréhension : « C’est que le savoir n’est pas fait pour comprendre, il est fait pour trancher »4. Même le sens premier de du terme « manifeste » est perdu. Il ne s’agit pas ici ni d’une déclaration publique, et encore moins d’un écrit engageant un mouvement de pensée ou d’action, mais d’un pot-pourri d’évidences, de redites, de propositions reléguant les sciences sociales à une dimension utilitariste (à l’image du biologisme). Au final, le lecteur ne peut qu’être interpellé par l’absence d’une réflexion épistémologique et éthique de fond qui est pourtant nécessaire pour les sciences sociales aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, Questions de sociologie, Paris, Editions de Minuit, 1984.

2 Wagner Anne-Catherine, Les classes sociales dans la mondialisation, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2007. Compte rendu de Frédérique Giraud pour Lectures : https://lectures.revues.org/456.

3 Lermerle Sébastien, Le singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France, Paris, Presses Universitaires de France, 2014. Compte rendu de Marianne Woollven pour Lectures : https://lectures.revues.org/14500.

4 Foucault Michel, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », in Dits et écrits 1954-1988, Gallimard, Paris, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Ferrand, « Craig Calhoun, Michel Wieviorka, Manifeste pour les sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 18 janvier 2016, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/19902

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page