Navigation – Plan du site

Larbi Chouikha, Eric Gobe, Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance

Fella Adimi
Histoire de la Tunisie depuis l'indépendance
Larbi Chouikha, Eric Gobe, Histoire de la Tunisie depuis l'indépendance, Paris, La Découverte, coll. « Repères Sociologie », 2015, 128 p., ISBN : 978-2-7071-7816-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les Bahreïnis se sont soulevés mais leur révolte n’a pas été médiatisée comme celles des Tunisiens, (...)
  • 2 Fella Adimi, « François Burgat, Bruno Paoli (dir.), Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour c (...)

1La Tunisie s’est retrouvée à la une de l’actualité internationale lorsque le 14 janvier 2011, son président, Zine El Abidine Ben Ali, a été contraint de quitter le pouvoir suite à une révolte populaire. Ce séisme dans le monde arabe a marqué la fin du règne d’un leader autoritaire qu’il semblait impossible de déloger. La contestation s’est répandue ensuite de la Libye au Bahreïn1 en passant par la Syrie2.

2L’originalité de l’Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance de Larbi Chouikha, professeur à l’Institut de presse et des sciences de l’information à l’université de la Manouba (Tunisie) et Eric Gobe, directeur de recherche au CNRS (IRMC de Tunis) réside dans un portrait de la Tunisie qui permet de penser dans un contexte plus large ce « printemps tunisien » en l’inscrivant dans la continuité des crises survenues au cours de ces soixante dernières années.

3Inscrit « dans une optique de sociologie historique du politique », cet ouvrage invite, en effet, à prendre en considération les moments de protestation qui ont, dès les années 1970, émaillé l’histoire de la Tunisie. Les auteurs s’interrogent également sur la nature du régime mis en place depuis l’indépendance et sur les causes de son maintien jusqu’en 2011. Pourquoi ce pays indépendant a-t-il opté pour l’option autoritaire ? Quelles formes a pris cet autoritarisme ? Comment s’est-il pérennisé jusqu’en 2010-2011 et comment a-t-il été mis en échec ?

  • 3 Pierre Vermeren, Histoire du Maroc depuis l’indépendance, Paris, 2010
  • 4 Benjamin Stora, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, Paris, 2004

4Ce livre concis est le bienvenu dans la collection « Repères » qui offrait, entre autres, des synthèses sur l’histoire du Maroc3, de l’Algérie4 depuis l’indépendance mais pas sur la Tunisie. L’ouvrage est découpé en trois parties, la première retrace l’histoire de la Tunisie de Bourguiba (avec quelques pages sur le protectorat), la deuxième partie relate les années Ben Ali. La troisième partie est, quant à elle, consacrée au pays post-Ben Ali. On pourra regretter que cette dernière soit la plus courte mais on peut imaginer qu’il est moins aisé d’écrire l’histoire d’épisodes aussi récents.

5Les premières pages du livre reviennent rapidement sur le protectorat français. À la veille de l’indépendance, acquise en 1956, Bourguiba, membre fondateur et premier secrétaire du parti Néo-destour depuis 1934, et Salah Ben Youssef, secrétaire général du même parti depuis 1945 s’opposent pour le contrôle de l’appareil de l’État. Cette confrontation est, selon les auteurs, à l’origine de la mise en place de la « matrice du régime autoritaire de la Tunisie indépendante ». Pour Bourguiba, les opposants représentent un danger pour l’unité du pays : quiconque se met en travers de son chemin devient un ennemi de la nation, ce qui va « frapper d’illégitimité toute opposition ».

6Les auteurs dressent ensuite le portrait de la Tunisie de Bourguiba. Ils esquissent son entreprise de modernisation de l’État qui se traduit par un ensemble de réformes : essor de la scolarisation dans les années 1960 ; mise en place d’un nouveau code de la famille en 1956, interdiction de la polygamie et mise en place d’institutions judiciaires indépendantes des autorités religieuses notamment. La nomination des imams devient ainsi politique.

7Dans le domaine économique, la Tunisie de Bourguiba se veut libérale mais le président va mettre en place une politique interventionniste dans les années 1970. À cette période, la croissance économique est inexistante, le chômage reste important et le pouvoir d’achat des Tunisiens n’augmente pas, ce qui génère des tensions sociales. Les Tunisiens contestent le pouvoir en place. L’un des épisodes les plus marquants de cette contestation est le « jeudi noir » : le 26 janvier 1978 a lieu la première grève générale depuis l’indépendance. Des milliers de manifestants s’opposent aux forces armées, certains paieront de leur vie cette opposition.

  • 5 Union générale tunisienne du travail

8Si Bourguiba règne en maître absolu, il y a néanmoins des voix dissidentes qui émergent. Parmi elles, le mouvement de la tendance islamique (MTI), futur Ennahda, de Rached Ghannouchi gagne en popularité mais n’est pas reconnu par les autorités. Les auteurs expliquent comment Bourguiba, stratège, laisse ce mouvement se déployer dans l’espoir d’affaiblir l’extrême gauche qu’il considère comme le principal danger. Ils présentent également des instances comme la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme ou encore le syndicat UGTT5 qui permettent l’expression d’un pluralisme politique dans un contexte marqué par l’interdiction des partis d’opposition.

9Les années 1980 sont marquées par des crises multiples. Les tensions sociales s’accentuent et le pays connait une série de contestations parmi lesquelles les « émeutes du pain » en 1983-1984. Dans différents endroits en Tunisie (Douz, Monastir etc.) les Tunisiens se révoltent et l’armée est appelée pour ramener l’ordre.

10C’est un Bourguiba, malade et vieillissant, qui ouvre l’espace du politique tout en restant toujours vigilant aux expressions divergentes. Le MTI qui n’est toujours pas légalisé parvient à se faire entendre notamment en se déployant en février 1987, « sur son terrain de prédilection : l’université. ». Les étudiants lancent des grèves auxquelles les autorités répondent par la répression, ce qui va motiver d’autres rassemblements. Les tensions inquiètent alors les Tunisiens. Dans un contexte mouvementé, la question de la succession de Bourguiba est posée. S’appuyant sur un certificat médical signé par sept médecins, Ben Ali destitue Bourguiba le 7 novembre 1987.

11La deuxième partie du livre est consacrée aux années Ben Ali. Les auteurs indiquent clairement comment cet homme, qui connait l’exercice du pouvoir bourguibien, le perpétue ; le régime autoritaire, l’accaparement du pouvoir, l’absence de pluralisme politique et le contrôle policier de la société ne sont pas remis en cause. Les premières années de Ben Ali au pouvoir (1987-1994) sont toutefois marquées par des ouvertures. Le nouveau président abolit, par exemple, la présidence à vie et institue un mandat présidentiel de cinq ans, renouvelable trois fois.

12Il fait face, tout comme son prédécesseur, aux islamistes du MTI. Les auteurs montrent comment Ben Ali va tenter de les contrer notamment en se posant en garant de l’islam et de la modernité. Le MTI n’est toujours pas admis dans le paysage politique, ce qui crée des tensions avec un cycle de manifestations/répression. Ce parti devient Ennahda en 1989 et apparaît peu à peu comme le seul opposant crédible au pouvoir. Le combat de Ben Ali contre Ennahda lui permet de justifier les options autoritaires.

  • 6 Nicolas Beau, Catherine Graciet, La régente de Carthage, Main basse sur la Tunisie, La Découverte, (...)
  • 7 Interview d’Eric Gobe au Huffington Post dans laquelle il revient sur cette pratique benalienne : « (...)

13Les auteurs caractérisent le pouvoir benalien. Technocratique et néopatrimonial, il repose sur trois piliers : le « palais » composé de proches conseillers et d’une administration de deux cents personnes ; l’appareil de sécurité, et enfin l’entourage familial du président et de son épouse Leila Trabelsi, décrite par des commentateurs comme ayant joué un rôle important dans la gestion du pays6. Alors que ces familles mettent la main sur l’économie et bénéficient d’avantages liés à la corruption (accès à des marchés publics…), des intervenants extérieurs, pour certains payés par le régime7, vantent le miracle économique tunisien.

  • 8 Jean Pierre Séréni in Le Monde Diplomatique, « Après Ben Ali quelle police en Tunisie ? », Avril 20 (...)

14Les auteurs reviennent sur l’un des aspects les plus frappants du pouvoir benalien : son appareil bureaucratique de surveillance des populations qui s’appuie sur des organisations et des réseaux. Son ampleur est soulignée par plusieurs données : des cellules, actives sur tout le territoire, aux militants, véritables médiateurs entre les populations et les administrations locales, qui facilitent l’accès à l’emploi, au logement etc. tout en surveillant les partisans de l’opposition8.

  • 9 Larbi Chouika, Eric Gobe, « La Tunisie entre la « révolte du bassin minier de Gafsa » et l’échéance (...)

15Les auteurs décrivent la montée des dissidences dans les années 20009 et la manière dont elles fragilisent le pouvoir présidentiel. Les protestations de 2008 dans le bassin minier de Gafsa, aux ressorts économiques et sociaux, sont-elles, se demandent les auteurs, le « prodrome de la révolution » ? Le 17 décembre 2010, l’immolation d’un jeune chômeur de Sidi Bouzid déclenche un soulèvement populaire qui mènera au départ de Ben Ali.

16La Tunisie post Ben Ali est évoquée dans la dernière partie de l’ouvrage. Les auteurs précisent que le départ de Ben Ali n’annonce pas de fait « une transition démocratique » et montrent bien comment, ici et là, parmi les nouveaux dirigeants on retrouve des anciens du régime benalien ou bourguibien. Ce qui n’est pas sans inquiéter des Tunisiens qui descendent dans la rue pour demander la dissolution du parti de Ben Ali (RCD) et l’élection d’une assemblée constituante.

17L’ouverture du champ politique permet à plusieurs courants (nationaliste arabe, islamiste etc.) de s’exprimer. Les médias entrent dans une période de libéralisation. Le nouveau code de la presse consacre « la liberté du journaliste d’accéder aux informations et de les diffuser ». Le 23 octobre 2011 a lieu les élections de l’Assemblée constituante qu’Ennahda remporte. Les auteurs reviennent sur la portée et le sens de la victoire de ce parti qui ne dispose pas de la majorité et doit composer avec d’autres forces politiques. Ils s’interrogent sur la nature de cette assemblée dont le mode de fonctionnement est ambigu. Est-elle une assemblée constituante ou une assemblée parlementaire ? Ils évoquent également les clivages entre islamistes et sécularistes dans un climat de tension, entretenu par des violences commises par des « groupes dits salafistes » et les assassinats d’opposants politiques en 2013. Les Tunisiens recherchent un compromis constitutionnel et la constitution adoptée le 26 janvier 2014, en est le reflet « véhiculant deux conceptions opposées de l’État, l’une séculariste et l’autre islamo-conservatrice ».

  • 10 Cité par les auteurs, Ben Abderrazak et al., « En Tunisie, le retour de l’ancien régime n’est pas u (...)

18Les auteurs concluent en évoquant le principal gain du printemps tunisien : la liberté d’expression et d’opinion. Quel est l’avenir de la Tunisie ? Certains voient dans l'élection de Beji Caid Essebsi (2014) une « restauration autoritaire »10 mais les auteurs expliquent que d’autres perspectives sont possibles, parmi elles, « un régime politique hybride » ou la démocratie.

Haut de page

Notes

1 Les Bahreïnis se sont soulevés mais leur révolte n’a pas été médiatisée comme celles des Tunisiens, des Egyptiens etc. Un documentaire permet de comprendre ce qui s’est passé dans ce pays : Bahreïn, plongée dans un pays interdit, Arte, 12 mars 2012

2 Fella Adimi, « François Burgat, Bruno Paoli (dir.), Pas de printemps pour la Syrie. Les clés pour comprendre les acteurs et les défis de la crise (2011-2013) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 avril 2014, consulté le 12 décembre 2015. URL : http://lectures.revues.org/14389

3 Pierre Vermeren, Histoire du Maroc depuis l’indépendance, Paris, 2010

4 Benjamin Stora, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, Paris, 2004

5 Union générale tunisienne du travail

6 Nicolas Beau, Catherine Graciet, La régente de Carthage, Main basse sur la Tunisie, La Découverte, coll. « cahiers libres », 2009, 178p.

7 Interview d’Eric Gobe au Huffington Post dans laquelle il revient sur cette pratique benalienne : « Le régime de Ben Ali de son côté a commandé à des auteurs tant Tunisiens qu’étrangers des ouvrages destinés à faire l’apologie du régime. Je pense notamment au livre de Salvatore Lombardo intitulé "Chroniques tunisiennes: les vingt ans du printemps" et à celui d’Antoine Sfeir le rédacteur en chef des Cahiers de l’Orient qui a commis une "Tunisie, terre de paradoxe". » 17/09/2015 http://www.huffpostmaghreb.com/2015/09/17/histoire-de-la-tunisie_n_8147176.html

8 Jean Pierre Séréni in Le Monde Diplomatique, « Après Ben Ali quelle police en Tunisie ? », Avril 2011, https://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2011-04-01-Tunisie

9 Larbi Chouika, Eric Gobe, « La Tunisie entre la « révolte du bassin minier de Gafsa » et l’échéance électorale de 2009 », in L’Année du Maghreb 2009, Paris, CNRS éditions, 2009b, p.387-420 https://anneemaghreb.revues.org/623#authors

Vincent Geisser, Eric Gobe,  « Des fissures dans la « Maison Tunisie » ? Le régime de Ben Ali face aux mobilisations protestataires », in L’Année du Maghreb, II, 2005-2006, Paris, éd. CNRS, p.  353-414, http://anneemaghreb.revues.org/140

10 Cité par les auteurs, Ben Abderrazak et al., « En Tunisie, le retour de l’ancien régime n’est pas une rumeur », Libération, 21 novembre 2014

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fella Adimi, « Larbi Chouikha, Eric Gobe, Histoire de la Tunisie depuis l’indépendance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/19908

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page