Navigation – Plan du site

« La Révolution des œillets et l'immigration portugaise », Migrance, nº 43, 2014

Pierre Marie
La Révolution des Œillets et l’immigration portugaise
« La Révolution des Œillets et l’immigration portugaise », Migrance, n° 43, 2014, ISSN : 1168-0814.
Haut de page

Texte intégral

1La Révolution des œillets a constitué une rupture majeure dans l'histoire contemporaine portugaise. Le 25 avril 1974, le Mouvement des Forces Armées, constitué d'officiers opposés à la poursuite des conflits coloniaux, dépose le régime autoritaire de l'Estado Novo fondé par António de Oliveira Salazar en 1933. En 1974, le Portugal se trouvait alors enlisé dans des conflits coloniaux en Afrique, le taux d'analphabétisme était supérieur à 25 % et les indicateurs sanitaires étaient particulièrement dramatiques. L'émigration, notamment vers la France, s'imposait comme une porte de sortie pour nombre de Portugais fuyant de difficiles conditions de vie et la perspective d'une incorporation dans l'armée.

2Le numéro de la revue Migrance du premier semestre 2014 aborde ces questions en mettant en relation l'émigration portugaise avec la Révolution des œillets. Les articles présentés questionnent le sens de cette immigration portugaise en France (mais aussi au Luxembourg) avant et après avril 1974. Ce numéro met en lumière les engagements des immigrés portugais dans la vie sociale en France, nombre d'entre eux menant des activités dans le monde associatif et dans les sphères syndicales, politiques et artistiques. Dans ces trajectoires collectives et personnelles, la chute du régime salazariste marque une césure, entraînant espoirs et méfiances.

3Dans l'introduction du dossier, Marie-Christine Volovitch-Tavares et Louisa Zanoun mettent en contexte l'immigration portugaise en France, rappelant son caractère essentiellement clandestin. Cette immigration s'accélère au cours des années 1960 et 1970 et les travailleurs portugais s'insèrent principalement dans les secteurs de l'industrie, du bâtiment et des services domestiques. Les auteures rappellent les difficultés rencontrées à l'arrivée, notamment dans les bidonvilles à l'extérieur de Paris. L'immigration portugaise en France est néanmoins hétéroclite, avec des exilés politiques, des réfractaires au service militaire et des migrants économiques. Cette introduction permet, de plus, de mettre en lumière la vigueur du mouvement associatif portugais en France, phénomène renforcé par la Révolution de 1974.

4La première partie du dossier réunit les témoignages de quatre Portugais vivant en France, mettant en lumière les caractéristiques de cette immigration portugaise. Ces quatre témoins ont quitté le Portugal entre 1961 et 1971 et leurs parcours de vie se caractérisent par leur caractère militant, dans une période pendant laquelle « ça sentait encore mai 68 », pour reprendre l'expression d'Arthur Silva (p. 14). Le milieu syndical apparaît alors comme un espace primordial pour la défense des travailleurs portugais. Outre cet engagement aux côtés de militants français, la dynamisation d'activités destinées à la communauté portugaise se retrouve dans ces quatre parcours. Ces documents montrent un engagement constant pour la démocratie et la gestion des affaires communes. La Révolution des œillets vient renforcer les espoirs de ces militants, qui revendiquent une citoyenneté active pour les émigrés et soutiennent le nouveau régime portugais, qui incarnait alors « les espoirs d'une démocratie sociale » (p. 20).

5La deuxième partie du dossier est composée d'articles explorant les diverses facettes de cette immigration portugaise. Victor Pereira signe un article portant sur les relations entre les migrants et l'État portugais, tel qu'il s'est mis en place après avril 1974. À partir de l'arrivée au pouvoir de Marcello Caetano, en 1968, l'émigration est perçue de manière plus positive, étant donné l'impact de l'envoi de devises pour l'économie du pays (8 % du PIB en 1973, selon l'auteur). Avec la chute du régime autoritaire, les émigrés organisent leurs revendications autour de l'épuration du personnel diplomatique compromis avec le salazarisme et en faveur du droit de vote pour l'élection de l'Assemblée constituante, en avril 1975. La période révolutionnaire semble alors amorcer un rapprochement entre l'État portugais et ses émigrés. Néanmoins, les difficultés imposées pour l'exercice du droit de vote montrent le caractère souvent instrumental de l'émigration pour les élites du pays.

6Thierry Hinger poursuit cette analyse en centrant son propos sur l'évolution de la presse écrite lusophone au Luxembourg au cours de la période qui s'étend de la chute du régime à l'élection de l'Assemblée constituante, le 25 avril 1975. Le sentiment d'appartenance à la communauté nationale motive la revendication du droit de vote. De plus, les Portugais du Luxembourg protestent contre le personnel consulaire. La loi électorale restrictive permettra néanmoins l'inscription de seulement 794 électeurs, chiffre dérisoire comparé aux 20 000 portugais résidant au Luxembourg. Thierry Hinger s'appuie sur les différents journaux lusophones alors présents au Luxembourg pour mettre en lumière la diversité de la communauté portugaise, loin de constituer un « groupe uni et homogène » (p. 67). La réception de la Révolution des œillets a donc elle aussi été plurielle variant entre espoirs et craintes à l'égard du nouveau régime.

7Maria Beatriz Rocha-Trindade analyse ensuite la représentation des Portugais habitant hors des frontières nationales dans le cadre du nouveau régime démocratique. Après près d'un demi-siècle d'autoritarisme, la mise en place de mécanismes de participation politique constitue un enjeu central pour le nouveau régime. Outre la présence au Parlement de quatre députés représentant les communautés émigrées, la création d'un secrétariat d'État à l'Émigration amorce une dynamique nouvelle. En 1980, une nouvelle institution voit le jour, le Conseil des communautés portugaises, conçu comme organe de représentation et de participation. Ce conseil se fonde sur une décentralisation et ambitionne de mobiliser le mouvement associatif portugais établi à l'étranger. Néanmoins, cet organe ne dispose d'aucune protection constitutionnelle et l'absence de volonté politique conséquente ne permet pas son fonctionnement optimal.

8Les deux articles suivants traitent de la relation entre l'exil et la condition d'intellectuel. Yvette Santos aborde la trajectoire d'António José Saraiva, figure de l'histoire culturelle au Portugal. Ancien militant du Parti communiste portugais et collaborateur des revues néo-réalistes Seara Nova et Vértice, António José Saraiva est contraint à l'exil en France avant de travailler au sein de l'Institut portugais d'Amsterdam jusqu'en 1975 et son retour au Portugal. Yvette Santos analyse cet exil comme la cause de sa lecture critique de la période révolutionnaire portugaise. Militant en faveur d'un socialisme pluraliste, António José Saraiva se montre néanmoins critique du processus révolutionnaire, en ciblant notamment le Parti communiste avec lequel il a rompu.

9Dominique Stoenesco aborde, quant à lui, l'expression poétique d'exilés et d'émigrés portugais. Son étude montre l'importance de la poésie populaire et notamment du mouvement associatif comme socle pour ces créations. Dominique Stoenesco recense les principales initiatives d'éditions de ces œuvres et développe les trajectoires de vie de certaines figures de la poésie portugaise de France. Ces œuvres constituent des témoignages de la vie des émigrés portugais en France, mais aussi de leur réception de la période révolutionnaire dans leur pays d'origine.

10Dans son article, Marta Silva aborde l'histoire et la mémoire des intermédiaires de l'émigration clandestine. Cette étude élargit l'analyse de l'émigration portugaise vers la France, en prenant pour objet d'étude les rabatteurs, les passeurs et les guides qui permettaient le passage de la frontière, puis la traversée de l'Espagne. Marta Silva appuie son article sur des témoignages d'anciens intermédiaires, afin de convoquer les mémoires et les diverses perceptions du 25 avril. La chute du régime affecte en profondeur ces activités économiques clandestines et l'adhésion du Portugal à la Communauté économique européenne concrétise progressivement une liberté de circulation.

11Dans leur article, Manuel Antunes da Cunha et Maria Engrácia Leandro analysent l'évolution de l'émigration entre 1974 et 2014, en s'appuyant sur un corpus de courriers d'auditeurs de l'émission des travailleurs portugais, diffusée sur l'ORTF et sur des entretiens réalisés en 2014. La comparaison de ces deux sources permet de tracer l'évolution du projet d'émigration. La Révolution des œillets, « révolution vécue de l'extérieur » pour reprendre l'expression des auteurs (p. 123), a eu pour conséquence la prise de parole de nombreux émigrés pour raconter leur difficile parcours et l'espoir d'un Portugal nouveau. En 2014, après plusieurs années de crise et une émigration de nouveau à la hausse, l'amertume et la désillusion semblent s'être imposées, de même que les critiques à l'égard des pouvoirs politiques et économiques.

12Ce numéro de la revue Migrance est d'un grand intérêt pour l'étude des phénomènes migratoires et de l'histoire contemporaine du Portugal. Les articles et témoignages constituent un ensemble permettant d'aborder l'immigration portugaise en France dans sa pluralité. Pour ces immigrés, le 25 avril 1974 a représenté une césure historique permettant de penser le futur démocratique de leur pays d'origine. Ce dossier se conclut sur une présentation du portail Odysséo, fonds concentrant la presse publiée par les communautés étrangères en France et se révèle être une précieuse source pour l'étude de l'immigration portugaise en France. Les périodiques disponibles émanent de groupes politiques, associatifs et culturels. Certaines archives sont d'ailleurs présentées au fil des pages de ce numéro et illustrent admirablement les témoignages et articles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Marie, « « La Révolution des œillets et l'immigration portugaise », Migrance, nº 43, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://lectures.revues.org/19909

Haut de page

Rédacteur

Pierre Marie

Docteur en histoire contemporaine. Université de Caen, Université de Coimbra

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page