Navigation – Plan du site

Martine Ruchat, Edouard Claparède. À quoi sert l’éducation ?

Sarah Pochon
Édouard Claparède
Martine Ruchat, Édouard Claparède. À quoi sert l'éducation ?, Lausanne, Éditions Antipodes, coll. « Histoire », 2015, 392 p., ISBN : 9782889011049.
Haut de page

Texte intégral

1« À quoi sert l’éducation ? ». Ce fut bien la question fondamentale et obsédante que Claparède, ce « maître de la pédagogie scientifique », se sera posée durant toute sa vie, lui qui aura « donné une si grande envergure à Genève » (p. 19) en allant et venant « autant du côté de la psychanalyse (…) que vers la politique, vers la psychologie des sensations et la pédagogie, vers l’enquête sociale et l’expertise psychiatrique » (p. 281). Mais c’est aussi l’interrogation posée comme « fil conducteur » du récit biographique que nous livre Martine Ruchat dont l’attachement au fondateur de la psychologie moderne et des sciences de l’éducation est palpable dès les premières pages. L’auteure a rassemblé avec passion et minutie, les nombreuses correspondances d’Edouard Claparède, ses écrits, ses comptes rendus, ses croquis, ses dessins d’enfance et de plus tard, tous ses « gestes d’écriture » (p. 13) issus d’archives privées et de fonds privés et publics. Au moyen de ces éléments, documents épistolaires mais aussi iconographiques et photographiques, Martine Ruchat retrace en nous la racontant, l’existence de ce médecin, psychologue, philosophe, de cet homme à l’initiative de tant de projets et aux engagements tellement « multiples, professionnels et sociaux » (p. 159) qu’il est « impossible de [le] réduire à une seule catégorie professionnelle » (p. 15). Chaque chapitre de l’ouvrage couvre avec détails chacun des âges de la vie de « Clapa » (p. 15). Alors la fiction biographique fonctionne. On se laisse transporter en nous faisant le témoin de ses rencontres, de ses recherches, de ses expérimentations, de ses engagements politiques, de ses combats pour ses convictions menés tout au long de sa vie et qui l’auront conduit à fonder à Genève l’Institut Jean-Jacques Rousseau des Sciences de l’éducation.

2Octobre 1940. On entre dans la vie de Claparède alors que lui-même la quitte. Plus que les funérailles d’un homme, ce sont celles d’un esprit. Et déjà grâce aux hommages de ses amis, on est au fait de ses qualités d’homme. Puis, très vite nous le retrouvons dans la campagne de Clairmont, au Vieux Champel, à l’aube de sa vie, en 1873. C’est alors l’histoire de sa famille qui nous est comptée, son lien avec le protestantisme, les amis qu’il se fait, sa façon de travailler en classe et les rêves auxquels il se laisse aller ; mais « sur-le-champ, [c’est] la psychologie [qui] le passionne » (p. 30).

  • 1 Lauréat à 25 ans du prix Amiel.

3Automne 1891. Il démarre ses études de médecine à 18 ans et très vite il perçoit « l’univers universitaire comme un univers militaire » (p. 42). Au fur et à mesure des chapitres, nous le suivons en randonnée, en voyages en Allemagne, à Londres, en vacances à la montagne ; nous restons à ses côtés lors de ses services militaires successifs. Nous sommes aussi présents lors des rencontres déterminantes qu’il fait : Hélène Spir qui sera la femme de sa vie, Alfred Binet, Hélène Antipoff, Henri Piéron, Jean Piaget et tant d’autres avec qui il entretiendra une correspondance régulière et/ou mènera à bien des projets. Tout au long de sa vie Claparède sera travailleur, publiant de nombreux articles et rédigeant des ouvrages récompensés1, investi au laboratoire de psychologie attenant à l’asile psychiatrique où il exerce comme médecin, communiquant dans des Congrès et/ou les organisant, éditant et dirigeant parfois même des revues et des journaux.

  • 2 Essai sur l’opinion publique dans ses rapports avec la raison et la morale, 1898.

41895. Après la mort de sa mère, il entre en politique, dans le Groupe National (p. 59), constitué de Protestants. En 1898, son ouvrage sur la morale et la politique2 s’adresse à la jeunesse à qui il veut montrer « combien l’opinion de la foule déteint sur l’opinion de l’individu » (p. 81). Il pose la question de la liberté individuelle et de la responsabilité (la liberté morale) face à l’environnement social. Il veut développer « un art de penser » et même de « bien penser » et entreprend de « faire la guerre aux préjugés » (p. 82).

5En 1901, à la naissance de son fils, c’est l’éducation qui va davantage le préoccuper. Tout en défendant la psychologie contre les médecins sceptiques, Claparède va lire Dewey et Rousseau et porter ses réflexions sur la pédagogie qu’il conçoit comme « une science nourrie par la médecine » (p. 95). Pour lui, il faut observer l’élève et « laisser le temps au temps » (p. 94). L’idée de faire de la pédagogie une philosophie pratique au service de la démocratie est en train de germer. Et c’est la question des « enfants anormaux » qui va l’absorber. Il veut « comprendre les raisons du retard scolaire et ses signes pour en faire un diagnostic » (p. 109). Son idée est de créer une « école sur mesure » et fonder l’éducation sur des bases biologiques. Alors, la conception « Claparadienne » de l’apprentissage dans laquelle « l’individu est toujours premier » (p. 110) et l’approche fonctionnelle de l’éducation s’enracinent.

61905. Edouard Claparède est directeur du laboratoire de psychologie expérimentale et publie Psychologie de l’enfant et pédagogie expérimentale, son deuxième ouvrage. Au cours des années qui suivent et dans le prolongement de cet ouvrage, il promeut la psychologie pédagogique et élabore une pédagogie fonctionnelle. Il affirme qu’il ne faut pas surmener l’élève et le « lasser de l’effort » ; il décrit le « besoin d’apprendre à apprendre ». L’élève doit savoir pourquoi il apprend pour avoir de l’intérêt. Puis, « de plus en plus convaincu de l’intérêt de la psychologie pour améliorer la société, en particulier l’enseignement » (p. 156), Claparède veut créer un institut psycho pédagogique qui se distinguerait par sa direction. Et en 1912, le centenaire de la naissance de J.J Rousseau est l’occasion de lancer le projet d’un « Institut libre » (p. 167) qui reposera « d’une part sur la psychobiologie de l’enfant et d’autre part, sur l’observation du jeu de l’activité humaine » (p. 167).

7Jusqu’à l’ouverture de l’Institut des sciences de l’éducation J.J Rousseau le 21 octobre 1912, Martine Ruchat relate la persistance sans faille de Claparède face aux résistances qui s’opposent à son projet.

8La suite du récit biographique nous plonge dans le quotidien de l’Institut qui a pour objectif « d’améliorer l’enseignement en respectant le développement de l’enfant » (p. 179). Nous traverserons les anniversaires de sa création, assistons à quelques cours dispensés par Claparède et partageons les pique-niques en bord de lac aux côtés des enseignants et de leurs étudiants. En parallèle de son investissement pour l’Institut, Claparède continue d’écrire et publier, de participer à des Congrès et voyage aussi. Le 1er novembre 1928, il se rend au Caire afin de développer les relations entre la Suisse et l’Égypte. Il a pour contrat d’élaborer une étude sur la psychologie du jeune égyptien afin de contribuer à la réforme de l’instruction publique en Égypte. C’est ensuite au Brésil, « où il est connu et aimé comme personne » (p. 279) qu’il se rend pour communiquer mais surtout retrouver son amie Hélène Antipoff qui lui manque tant. Mais Claparède est aussi et de plus en plus souvent fatigué et déprimé ; avant son départ au Brésil il traverse une crise personnelle et financière. Il doit faire face à des critiques malveillantes et des controverses mais « ce qui le fatigue par-dessus tout, c’est l’opinion publique qui n’évolue pas et qui se représente toujours l’expérimentation comme une vivisection qui prendrait les élèves pour des cobayes et les martyriserait » (p. 307). Pourtant, si Claparède est « aboulique » et souffre de « neurasthénie épistolaire (p. 308), il poursuit ses publications d’articles et participe toujours à des Congrès de psychologie. Et même s’il poursuit ses « causeries psychologiques » dans le Journal de Genève, Claparède est devenu « un ancien » (p. 320) et n’apparaît plus comme le patron incontesté de l’Institut. Il a de plus en plus de soucis : la maladie de son fils, la crise financière, la crise politique à l’École des sciences de l’éducation.

9À partir de 1935 et jusqu’en 1940, Martine Ruchat nous confie les tourments de Claparède, son désœuvrement et sa solitude et les épreuves auxquelles il fait face ; la mort de son fils en particulier en avril 1937. Et même s’il éprouve un « sentiment d’isolement catastrophique » (p. 330) et souffre de l’absence de sa grande amie Hélène Antipoff, Claparède a toujours ses cours, travaille au laboratoire, poursuit ses conférences et ses écritures (p. 362). Début 1939, il développe « sa pensée politique et philosophique qui a été en quelque sorte au fondement de son action éducative […] » (p. 356) et cette année de guerre va le stimuler dans « l’écriture de textes qui dévoilent une pensée politique à la base de ses intérêts psychologiques et pédagogiques » (p. 357).

10Jusqu’à ce que sa santé se dégrade véritablement Claparède en faisant face à un « surmenage effrayant » (p. 361), travaille à son dernier ouvrage Morale et politique ou les vacances de la probité, dans lequel il réaffirme que « l’éducation est un art de bien penser » (p. 365).

11Tout au long de l’ouvrage, Martine Ruchat aura « traqué le moindre de signe de cet homme, en relation, de cet homme en train de vivre » (p. 13) pour réussir à nous le « révéler » tel qu’il fut dans ses afflictions, dans ses convictions et dans ses combats sans jamais chercher à « l’expliquer ou l’analyser » (p. 14) ; alors l’auteure rend effectivement possible la rencontre avec cet homme, avec « ce représentant universellement connu du monde scientifique suisse » (p. 368).

Haut de page

Notes

1 Lauréat à 25 ans du prix Amiel.

2 Essai sur l’opinion publique dans ses rapports avec la raison et la morale, 1898.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Pochon, « Martine Ruchat, Edouard Claparède. À quoi sert l’éducation ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 31 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/19910

Haut de page

Rédacteur

Sarah Pochon

Professeure agrégée (PRAG) en Education Physique et Sportive à l’UFR STAPS de Liévin. Doctorante en sociologie. Université d’Artois, URePSSS, Laboratoire Sherpas

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page