Navigation – Plan du site

Boissonade Jérôme (dir.), La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique

Romain Maurice
La ville durable controversée
Jérôme Boissonade (dir.), La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique, Paris, Editions Pétra, coll. « Pragmatismes », 2015, 487 p., ISBN : 978-2-84743-097-4.
Haut de page

Texte intégral

1La notion de développement durable est moins usitée dans les travaux scientifiques et dans les politiques publiques urbaines aujourd’hui que dans les années 1990 et 2000, mais elle n’en reste pas moins présente dans les représentations, dans les discours et dans les actes des acteurs publics et privés impliqués dans les dynamiques urbaines. Le titre de l’ouvrage révèle le positionnement souhaité par les auteurs. Tout d’abord, il s’agit de questionner et de critiquer la notion de « développement durable » appliquée dans le cadre des dynamiques urbaines. Ensuite, comme le fait ressortir le terme « dynamique », les différents auteurs rappellent que la ville se construit selon un jeu complexe d’acteurs multiples. L’appui théorique et la démarche d’analyse se veulent ouvertement pragmatiques (p. 14). Une telle approche est justifiée par Jérôme Boissonade dans le chapitre 1, avec la présentation de deux modèles d’analyse aux conséquences descriptives et interprétatives différentes. Le premier s’appuie sur une « pragmatique de l’accord ». Il permet de mettre en avant les manières dont les acteurs organisent leurs comportements et leurs discours pour tendre vers un accord final, ce qui permet de stabiliser un nouvel état. Le second modèle s’appuie sur une « pragmatique de la resymétrisation ». Il prend acte que les conflits ne débouchent pas tous sur des pratiques permettant l’accord, pour la raison principale que les acteurs sont rarement égaux dans leurs interrelations (il y a « asymétrie »). Le « développement durable » n’est alors plus forcément vu comme un concept capable d’englober l’ensemble des critiques et de les synthétiser dans de nouveaux modes d’action. Cette approche met donc l’accent sur les manières dont les acteurs cherchent à faire basculer le rapport de force en leur faveur, sans présupposer qu’ils vont chercher à tendre vers un modèle commun.

2L’ouvrage s’organise en trois parties. Dans la première, les auteurs y discutent des approches critiques du développement durable sur des bases théoriques. Les deux suivantes regroupent les présentations plus empiriques, ancrées dans des terrains d’études français et étrangers. Les quatre chapitres de la seconde partie (chapitres 6 à 9) adoptent des échelles d’analyse relativement larges (nationales et métropolitaines) et se centrent sur des politiques publiques et des projets d’aménagement. Les trois derniers chapitres (10 à 12) évoquent plutôt les pratiques habitantes, les manières qu’ont les individus de « s’engager au monde », que ce soit à l’échelle de l’immeuble (dans le cas des bâtiments « basse consommation ») ou du quartier (Can Masdeu à Barcelone). Presque tous chapitres pointent la difficile acceptabilité sociale du développement durable et les résistances (réfléchies ou non) qu’il engendre de la part des acteurs des territoires (entreprises, associations, habitants…).

3Alors qu’on pourrait penser que le développement durable permet une forme d’émancipation des individus, Eric Pautard souligne qu’au contraire, les discours politiques et les politiques publiques qui se revendiquent « durables », appuyés par les stratégies de professionnels de la communication, infantilisent les populations. L’injonction au développement durable se traduit dans les faits par l’inculcation d’un ensemble de règles relativement strictes, doublées de contrôles multiples. Pour Pautard, il est dès lors possible de parler du développement durable comme d’une forme renouvelée de contrôle social (p. 127) plutôt que comme un principe émancipateur. Sur le modèle des critiques énoncées en leur temps contre des idées utopistes ou contre le mouvement moderne en urbanisme et en architecture, le cadre quasi-imposé de la « ville durable » n’engendre-t-il pas une nouvelle façon de faire le bonheur des habitants « contre leur gré » ? Philippe Genestier (chapitre 4), va même plus loin en analysant le développement durable comme le reflet d’un plus vaste changement de paradigme. La philosophie des Lumières et le « paradigme du progrès » qui se sont progressivement imposés aux XIXet XXsiècles, ouvraient la connaissance vers d’autres futurs souhaitables. Ils font aujourd’hui place à un « présentisme » (p. 164), à des principes de prudence et de tempérance pour sauvegarder ce qui peut encore l’être. Ceci se traduit à la fois par un « néomoralisme » (p. 170) qui ré-enferme l’homme dans des sociabilités forcées et par la fin du primat du politique et de la liberté de décision par rapport à des ordres préétablis. Hélène Reignier (chapitre 5) constate aussi que les voix discordantes ont du mal à se faire entendre. Leurs discours sont non seulement rapidement discrédités et marginalisés, mais les politiques publiques urbaines actuelles (de transport et de stationnement notamment) contribuent aussi à les éloigner (avec les comportements indésirables qui vont avec) de certains lieux jugés stratégiques tels que les centres-villes historiques. Les opérations de tri spatial et social des usagers restent indissociables l’une de l’autre et sont bien présentes dans l’organisation actuelle de nos villes, même si ces dernières se revendiquent « durables » (p. 187).

4Concernant l’incorporation des principes du développement durable dans les politiques publiques, Philippe Genestier (chapitre 4), Pierre-Arnaud Barthel, Valérie Clerc et Pascale Philibert (chapitre 6) comme Ludivine Damay (chapitre 7) montrent que, dans certains pays arabes (Maroc, Syrie et Egypte d’avant les évènements de 2011) comme en Belgique, les questions d’échelle spatiale d’intervention et de découpage administratif sont importantes dans la décision politique. Par exemple, dans le cas de la mise en place d’un réseau ferroviaire de type RER à Bruxelles, l’injonction à la « mobilité durable » a été importante mais non suffisante pour créer un consensus sur les politiques concrètes à mettre en place pour y arriver. Les différentes contributions rappellent que le développement durable est une forme d’appel au compromis entre des objectifs très divers et parfois même trop divers. Ainsi, le développement durable ne dispense pas de faire des choix politiques. À Bruxelles, le renforcement du réseau ferroviaire métropolitain ne suffit pas à rendre évident un compromis entre acteurs, elle ne « constitue pas la pierre angulaire permettant de fonder l’accord politique » (p. 252). Ce qui ressort de l’article de Caroline Lejeune et Guillaume Villalba, c’est que ce sont plutôt les contraintes financières et l’injonction à la croissance économique qui guident les projets d’aménagement, même lorsque ces projets se présentent comme des modèles d’urbanisme durable et sont reconnus comme tels par l’État (cas du quartier de l’Union à Lille, « Grand prix national des écoquartiers » en 2011). Toutefois, à Lille, la référence à la « durabilité » a malgré tout permis un « accord minimal » (p. 283) entre les attentes des investisseurs économiques et celles d’acteurs parfois initialement contestataires. Les auteurs constatent que la complexité et la richesse des échanges permettant d’aboutir à un accord entre acteurs sont pourtant absentes des discours qui justifient a posteriori le fait que le quartier de l’Union soit un « quartier modèle ». Christophe Beaurain et Delphine Varlet constatent la même chose dans leur analyse de « l’écologie industrielle » dunkerquoise. Comme dans le cas du quartier de l’Union à Lille, ils y montrent que les interactions entre acteurs d’un territoire sont déterminantes. Les industries dunkerquoises ne font pas que se conformer à des normes préexistantes (qu’elles soient environnementaux, de « durabilité » ou autres). C’est surtout par les partenariats, e le dialogue, voire le conflit qu’elles aboutissent à des systèmes territoriaux qui fonctionnent. Tel fut le cas pour la constitution de réseaux locaux de réutilisation des flux énergétiques, des matières premières non utilisées et des déchets. La difficulté de transcrire sur le terrain des principes qui se veulent durables et de l’importance des interactions entre acteurs se retrouvent aussi dans le secteur du bâtiment. Comme le soulignent Christophe Beslay, Romain Gournet et Marie-Christine Zelem (chapitre 10), les bâtiments dits « passifs » ou « basse consommation » ne le sont qu’en promesses de consommation énergétique. Le maintien d’une « haute qualité environnementale » demande aux résidents d’être formés, vigilants et actifs dans la gestion de leur logement (tout l’inverse d’une « passivité »). La baisse des consommations énergétiques ne peut passer que par une prise de conscience ; autrement dit, il ne doit pas y avoir de disjonction entre l’homme et les techniques mais une nécessaire coopération.

5Cet ouvrage, riche en contributions et en réflexions, est publié au moment où les acteurs des politiques urbaines et de l’aménagement commencent à avoir un certain recul sur leurs pratiques et utilisent moins le terme « durable » que dans les années 1990 et 2000. Toutefois, si la sémantique a évolué, les pratiques et les législations (notamment celles qui s’appliquent aux domaines de l’urbanisme et de la construction) n’en restent pas moins fortement marquées par les injonctions au développement durable. La ville durable controversée offre au lecteur une prise de recul réflexive sur des pratiques d’acteurs désormais globalement bien implantées et partagées. L’ouvrage se termine sous forme d’un appel à prolonger la réflexion vers le droit des biens et des terres. Il ouvre la question des modes de propriété et d’appropriation foncière sur la base d’un exemple barcelonais (au Can Masdeu) qui contribue à faire (re)vivre les communs. Ces communautés redéfinissent la place de l’individu et du collectif (au sens large, en incluant également les « non humains ») dans un espace dont chacun peut faire usage mais qui reste juridiquement inappropriable par un groupe ou un individu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Maurice, « Boissonade Jérôme (dir.), La ville durable controversée. Les dynamiques urbaines dans le mouvement critique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 01 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/19911

Haut de page

Rédacteur

Romain Maurice

Docteur en urbanisme, ATER à l’Université de Franche-Comté, laboratoire Théma, UMR 6049.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page