Navigation – Plan du site

Cécile Van de Velde, Sociologie des âges de la vie

Cécile Thomé
Sociologie des âges de la vie
Cécile Van de Velde, Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin, coll. « 128 », 2015, 128 p., ISBN : 9782200600501.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour n’en citer qu’un : Bourdieu Pierre, « La jeunesse n’est qu’un mot », entretien avec Anne-Marie (...)
  • 2 On peut noter d’ailleurs la parution également très récente d’un autre manuel sur le sujet : Mauger (...)

1La catégorisation de la population en classes d’âge (« la jeunesse », « l’âge adulte », « la vieillesse ») est depuis longtemps remise en cause par les sciences sociales1. C’est dans le cadre de la critique d’une vision monolithique de ces classes d’âge que s’inscrit justement le riche ouvrage de Cécile Vande Velde, qui vise à « rompre avec une conception segmentée des âges de la vie, afin de donner à lire, de la naissance à la mort, les métamorphoses des parcours de vie contemporains » (p. 7). Cette publication, dans une collection qui se veut facilement accessible aux étudiant·e·s, souligne l’actualité de la thématique, à un moment où des questions emblématiques comme celle du chômage des jeunes ou du conflit des générations occupent une large place dans l’espace public2.

2Le premier chapitre revient sur les différentes manières de « penser les existences contemporaines ». La première approche est celle des âges, dont la succession permettrait de distinguer différentes temporalités au cours de la vie. Les âges agiraient comme des opérateurs de stratification au sein de la société, en créant une succession linéaire de classes d’âge. Cependant, cette linéarité est souvent remise en cause en ce qu’elle prend mal en compte les bifurcations que peut connaître la vie d’un individu. Les classes d’âge seraient séparées par des « seuils », dont la délimitation peut là aussi poser question (qui sont les « jeunes » : les 16-24 ans ? Les 18-30 ans ?). Cette approche permet cependant de bien mettre en évidence à la fois l’allongement des différents âges et la création de nouveaux âges de la vie (comme le « quatrième âge ») ; mais dans ce découpage, la tranche centrale qui correspond à l’âge adulte reste encore largement à déconstruire.

3La seconde approche est celle des parcours : c’est désormais « le parcours individuel qui se veut signifiant », selon l’hypothèse « d’une érosion des âges et d’une disparition des temporalités fixes des existences » (p. 18-19). Les recherches insistent sur la fin de l’idée de seuils fixes et de grandes étapes collectives, et sur la singularité et la flexibilité des trajectoires de vie contemporaines. Un paradigme central de cette approche est celui du « Life course », qui « revendique non seulement une attention aux processus de développement personnel tout au long des existences, mais aussi aux univers sociaux, normatifs, politiques dans lesquels ils s’inscrivent » (p. 23). Plutôt que d’âges, on parle alors de temporalités, qui peuvent par exemple se chevaucher. Si elle est utilisée en France, cette approche n’y est pas formalisée (alors que c’est le cas aux États-Unis, mais aussi au Québec ou en Suisse). Un autre apport d’une réflexion en termes de parcours est la mise en avant des « normes d’autonomie, de mobilité et de réalisation de soi » qui guident les individus, leur existence devenant alors une « identité à construire » plutôt qu’une succession d’étapes à suivre. Cette approche permet de considérer l’âge adulte non plus comme un « statut » mais comme une « perspective », et la vieillesse apparait comme un moment de « déprise ».

  • 3 Mannheim Karl, Le problème des générations, Paris, Armand Colin, 2011 (1928).

4La troisième et dernière approche est celle des générations, qui opère un changement d’échelle, de l’individuel au collectif. La notion de génération n'est pas neuve en sociologie, mais elle a revêtu des acceptions très différentes, à commencer par celle de « cohorte » : des individus nés la même année, pouvant avoir des caractéristiques spécifiques et durables (ce qu’on nomme un « effet cohorte », par exemple dans le domaine des pratiques culturelles). Mais c’est l’approche de Karl Mannheim3 qui fait référence, distinguant une « génération potentielle », c’est-à-dire un groupe d’individus nés à la même période, d’une « génération effective », c’est-à-dire un groupe d’individus possédant une conscience commune et ayant le sentiment de participer à un « destin commun » (par exemple la génération de Mai 68). Que l’analyse se fasse au niveau de la situation économique, de la famille ou à celui des politiques publiques, les deux questions centrales des approches générationnelles sont celles des inégalités et de la solidarité entre les générations.

  • 4 De Singly François, Les Adonaissants, Paris, Armand Colin, 2006.
  • 5 Tanguy, réalisé par Étienne Chatiliez, 2001.
  • 6 Newman Katherine, The Accordion Family. Boomerang Kids, Anxious Parents, and the Private Toll of Gl (...)
  • 7 Jones Gill, The Youth Divide: Diverging Paths to Adulthood, York, Joseph Rowntree Foundation, 2002.

5Après ce tour d’horizon théorique, l’ouvrage se centre sur « l’arborescence sociale » des parcours, afin de « repérer ce qui rassemble et ce qui sépare les trajectoires de vie des membres d’une société » (p. 42). Cécile Van de Velde revient sur chacun des trois principaux moments du cycle de vie par le biais d’une problématique centrale. Ainsi, la jeunesse est abordée à travers la question de l’autonomie, l’âge adulte à travers celle de la mobilité et la vieillesse à travers l’activité. Ce sont d’abord les childhood studies qui sont examinées, et en particulier la manière dont ces études rendent compte du développement et des limites de l’autonomie enfantine. L’auteure s’intéresse ensuite à l’« adonaissance »4 (le début de l’adolescence), puis à l’adolescence, en pointant le rôle prévalent qu’y jouent les nouvelles technologies, mais aussi les groupes de pairs et les normes sociales véhiculées par eux (en particulier en matière de corps, de sexualité et de genre). Elle souligne aussi que les difficultés d’accès à l’autonomie sont devenues une problématique centrale pour les jeunes majeur·e·s dans les pays occidentaux. On assiste à l’émergence de catégories comme les « Tanguy »5, selon le film éponyme dans lequel un jeune trentenaire refuse de quitter le domicile parental, ou les « boomerang kids »6, expression qui qualifie les jeunes contraints de revenir vivre chez leurs parents. Cette question de l’autonomie est bien sûr en lien avec l’emploi, et les sociologues notent en particulier l’augmentation des NEETS (Not in Education, Employement or Training – ni étudiant, ni employé, ni stagiaire). Mais l’auteure prend soin de ne pas uniformiser « la jeunesse », en soulignant la polarisation sociale qui se forme en son sein, et qui peut être qualifiée de « Youth Divide »7, en fonction du sexe, de l’ethnicité et surtout de la classe sociale. Globalement, le contexte économique incertain apparaît comme un obstacle à la construction de l’autonomie.

  • 8 Gojard Sandrine, Le métier de mère, Paris, La Dispute, 2010.
  • 9 Widmer Eric, Ritchards Gilbert, « The De-Standardization of the Life Course: Are Men and Women Equa (...)

6Ce contexte influe également sur les trajectoires de l’âge adulte, qui apparaissent de plus en plus instables, que ce soit en termes de vie personnelle (avec l’augmentation des séparations, du célibat, mais aussi avec les mutations du « métier de parent »8) ou de vie professionnelle. L’auteure insiste sur l’accélération que connait la vie adulte, et sur les bifurcations qu’elle peut prendre. La mobilité est ainsi devenue nécessaire pour résister à l’instabilité. Il apparait pourtant que celle-ci reste genrée9 : « l’incertitude et la variabilité des statuts touchent les hommes au moment de l’entrée dans la vie adulte mais tendent à s’atténuer fortement après, alors que pour la majorité des femmes, elles se prolongent bien au-delà » (p. 73).

7C’est enfin le moment de la retraite qui est examiné, qui est désormais divisé entre un âge « actif » et un « grand âge ». L’auteure insiste sur les solidarités qui peuvent se mettre en place entre générations, mais aussi sur les inégalités qui touchent la catégorie des retraités et sur la fragilité qui naît de la dépendance aux autres. Ce deuxième chapitre synthétise efficacement les travaux portant sur l’avancée en âge, tout en restant dans « une représentation occidentale des existences, sous la forme d’une ligne de vie d’abord ascendante, lors du temps de la jeunesse, puis descendante, lors de la vieillesse », comme le souligne l’auteure elle-même (p. 89).

  • 10 Esping-Andersen Gosta, Les trois mondes de l’État-providence. Essai sur le capitalisme moderne, Par (...)

8La dernière partie s’articule autour d’une « lecture comparée de l’expérience des âges au sein des sociétés occidentales, et de leurs métamorphoses face à la crise » (p. 90). À partir de la typologie classique d’Esping-Andersen10, on peut distinguer quatre « modèles » d’États. Le modèle « social-démocrate », qui décrit les sociétés scandinaves, repose sur une individualisation forte des trajectoires individuelles, liée à une indépendance importante dès le plus jeune âge, mais aussi sur la sécurisation des parcours professionnels, flexibles sans être précaires. Le modèle anglo-saxon, qualifié de « libéral », valorise la capacité d’autofinancement des individus et la relie à un devoir, voire à une idéologie de l’indépendance, où les parcours sont par conséquent particulièrement vulnérables aux aléas de la vie. On distingue ensuite le modèle « conservateur », qui concerne en particulier l’Allemagne et la France et qui met en tension famille et État, ce dernier assumant un rôle de protection vis-à-vis de certains statuts (les plus de 25 ans en France, par exemple). Les solidarités familiales conservent une grande importance, que ce soit entre parents et enfants en France ou au sein du couple mariée au Allemagne (pays où les politiques familiales encouragent l’arrêt du travail des femmes lors de la naissance des enfants). Enfin, le modèle « familialiste », qui concerne les pays du sud de l’Europe, s’appuie principalement sur les solidarités intrafamiliales, en particulier entre générations. La forte dépendance des enfants par rapport à leurs parents est encore accentuée actuellement par la crise économique, qui touche en premier lieu les jeunes et les laisse souvent sans ressources autres que celles de leurs familles, elles-mêmes touchées, ce qui amène l’auteure à évoquer une « impasse familialiste » (p. 123).

9Cécile Van de Velde se livre donc ici à une synthèse efficace de ce que peut être aujourd’hui l’étude des « âges de la vie », et ce d’autant plus qu’elle accorde une large place aux travaux internationaux (occidentaux), ce qui appuie et enrichit le propos tout en permettant la découverte de nombreux travaux passionnants. On peut saluer l’utilisation de recherches récentes, qui permettent en particulier de bien distinguer les parcours en fonction du sexe ou de la classe sociale. Les développements théoriques sont quant à eux particulièrement bienvenus et éclairants, même si l’on aurait aimé que les termes de « trajectoires » et de « carrières », souvent utilisés indifféremment avec celui de « parcours », y soient davantage explicités. Mais ce qui ressort finalement le mieux de l’ouvrage, c’est que « la façon dont se déroulent aujourd’hui nos existences est une affaire résolument politique » (p. 128) : un constat de départ indispensable pour les chercheuses et chercheurs qui s’intéressent aujourd’hui à cet objet.

Haut de page

Notes

1 Pour n’en citer qu’un : Bourdieu Pierre, « La jeunesse n’est qu’un mot », entretien avec Anne-Marie Métailié, Les jeunes et le premier emploi, Paris, Association des Âges, 1978, p. 520-530. Repris in Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit, 1992 (1984), p. 143-154.

2 On peut noter d’ailleurs la parution également très récente d’un autre manuel sur le sujet : Mauger Gérard, Âges et générations, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2015. Compte rendu de David Bully pour Lectures : https://lectures.revues.org/17940.

3 Mannheim Karl, Le problème des générations, Paris, Armand Colin, 2011 (1928).

4 De Singly François, Les Adonaissants, Paris, Armand Colin, 2006.

5 Tanguy, réalisé par Étienne Chatiliez, 2001.

6 Newman Katherine, The Accordion Family. Boomerang Kids, Anxious Parents, and the Private Toll of Global Competition, Beacon Press, 2012.

7 Jones Gill, The Youth Divide: Diverging Paths to Adulthood, York, Joseph Rowntree Foundation, 2002.

8 Gojard Sandrine, Le métier de mère, Paris, La Dispute, 2010.

9 Widmer Eric, Ritchards Gilbert, « The De-Standardization of the Life Course: Are Men and Women Equal? », Advances in Life Course Research, 2009, vol. 14, n° 1-2, p. 28-39.

10 Esping-Andersen Gosta, Les trois mondes de l’État-providence. Essai sur le capitalisme moderne, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Thomé, « Cécile Van de Velde, Sociologie des âges de la vie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 21 janvier 2016, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/19922

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page