Navigation – Plan du site

Philippe Pelletier, Albert Camus, Élisée Reclus et l’Algérie. Les « indigènes de l’univers »

Thibault Scohier
Albert Camus, Elisée Reclus et l'Algérie
Philippe Pelletier, Albert Camus, Elisée Reclus et l'Algérie. Les « indigènes de l'univers », Paris, Éditions Le Cavalier Bleu, coll. « Mobilisations », 2015, 158 p., ISBN : 978-2-84670-716-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut lire Edward Saïd, « Albert Camus, ou l’inconscient colonial », Le Monde Diplomatique, novem (...)

1Albert Camus (1913-1960) est un auteur à la mode, Élisée Reclus (1830-1905) beaucoup moins. On peut d’ors et déjà apprécier l’initiative de Philippe Pelletier qui a décidé de rendre justice à un penseur de l’envergure de Reclus, d’autant plus pour évoquer un sujet aussi intéressant que le rapport des intellectuels révoltés à l’Algérie coloniale. Le thème a déjà été largement étudié chez Camus, notamment d’une manière critique par Edward Saïd1, mais Philippe Pelletier a choisi de le traiter sous un angle original : celui des échanges entre la géographie, la philosophie et une exaltation presque littéraire des sens, propre aux mythologies d’un monde méditerranéen « chaleureux » et « solaire ». L’anarchie traverse également l’intégralité de l’ouvrage : Reclus en était un grand théoricien et un militant revendiqué et Camus, même si son positionnement politique est plus complexe, possédait une affinité libertaire claire.

2La thèse centrale du livre, développée dans ses dix-huit courts chapitres, est que Reclus et Camus partageaient, malgré le siècle qui les sépare, le même amour pour l’Algérie et pour la Méditerranée, espaces de mélanges culturels au confluent de l’Occident et l’Orient. Cet amour, loin de nourrir un projet de civilisation prédateur, les aurait amenés à décrire la souffrance des populations colonisées et à critiquer ses causes, c’est-à-dire le droit que s’arrogeait la France d’envahir et de gouverner le reste du monde. Leurs recherches respectives d’une voie politique antiautoritaire les auraient également conduit à apprécier les modes d’organisations sociales kabyles et notamment les conseils de village, expressions d’une forme de démocratie directe et de partage égalitaire du pouvoir (dont étaient, soulignons-le toutefois, en partie exclues les femmes). Mais derrière cette thèse et l’analyse qui l’accompagne, fortement documentée et argumentée, se trouve une défense des deux intellectuels et des alternatives qu’ils proposent à la violence coloniale et anticoloniale.

3En effet, les deux penseurs ont été accusés, a posteriori pour Reclus, et de son temps pour Camus, de ne pas avoir intégré dans leurs œuvres une véritable réflexion sur la décolonisation et la libération totale des peuples colonisés – et du peuple algérien en particulier. Pelletier démontre, après avoir remis chaque auteur dans son contexte historique, que ce n’est pas exact et qu’ils ont soutenu le droit du peuple algérien à s’autogouverner et à s’auto-définir. Reclus, à travers sa géographie humaniste et anarchiste, où l’être humain est une part de la nature et ne doit pas transformer la liberté immanente de ses semblables en une domination au service d’intérêts beaucoup plus bas et vils ; Camus, d’abord dans sa jeunesse en réclamant une égalité des droits entre tous les « algériens » (arabes, berbères, français, etc.), et ensuite en proposant comme alternative à l’instauration d’un nouvel État-nation, de facto autoritaire, une « Confédération des Peuples » entre la France et l’Algérie. Les deux penseurs, persuadés que le nationalisme était un piège qui conduisait aux pires horreurs, ont tenté de construire un scénario qui intègre à la fois l’émancipation du peuple algérien, le droit des Français nés et ayant grandis en Algérie et la création d’un nouveau système politique antiautoritaire.

4Pelletier accorde associe ce projet – certes aussi difficile à penser de nos jours qu’il l’était alors – à la fascination culturelle qu’exerçait la Méditerranée sur les deux auteurs. Ils reviennent tous deux à la source philo-littéraire grecque, considère tous deux les flots comme un espace d’échange et de liaison et développent tous deux, à partir de là, une philosophie sensitive, chaleureuse, solaire, que Camus appelle la « Pensée de Midi ». Autre concordance : ils luttent contre l’obscurantisme religieux mais sans dénier, à la manière de Bakounine, le droit de tous à croire librement. Naturalisme, sensualisme et athéisme sont donc une constante dans leurs œuvres, et ces concepts définissent directement leur rapport à l’Algérie.

5On pourra reprocher à Philippe Pelletier d’écarter un peu vite le problème de l’universalisme chez Reclus. Certes il note que celui-ci est mâtiné par un humanisme pacifiste et une conception de l’égalité propre à l’anarchisme reclusien où l’entraide entre les individus prime sur l’égoïsme et la hiérarchie sociale. Mais il est quand même problématique de ne pas voir dans l’égalisation Europe/modernité opérée par Reclus une forme de colonisation culturelle. Reclus semble d’ailleurs en être conscient quand il dit : « Si par ma peau, mon langage et mes mœurs, je suis solidaire des conquérants, je n'ai qu'une chose à faire à l'égard des indigènes : me faire pardonner ma participation au crime » (cité par Pelletier, p. 51). Cette phrase, particulièrement neuve pour l’époque, aurait pu enclencher une réflexion sur le colonialisme inhérent à tout projet universaliste ou moderniste. Au même niveau, il nous semble que les critiques émises par Saïd et par beaucoup d’autres auraient méritées un débat qui va au-delà de la simple contre citation et de la mise en avant des intentions de Camus. Bien sûr, on comprend l’intention de l’auteur qui, à travers la citation de Proudhon utilisée comme sous-titre de l’ouvrage, met en avant les « indigènes de l’univers » contre les nationalistes français ou algériens. Mais ce parti pris est difficile à tenir sans révision d’une philosophie propre aux XVIIIe et XIXe siècles.

6Le livre de Philippe Pelletier demeure toutefois fort prenant pour qui s’intéresse à ce courant politique, humaniste et anarchiste, qui a défendu une position originale sur la question coloniale, aujourd’hui totalement oubliée. Albert Camus, Élisée Reclus et l’Algérie est d’une lecture fort agréable et fait le choix judicieux de citer plutôt que de paraphraser en permanence les deux auteurs. Il s’agit d’une petite pierre dans le champ des études camusiennes et d’une stèle fort utile dans le champ des études reclusiennes.

Haut de page

Notes

1 On peut lire Edward Saïd, « Albert Camus, ou l’inconscient colonial », Le Monde Diplomatique, novembre 2000. URL : http://www.monde-diplomatique.fr/2000/11/SAID/2555, consulté le 25/01/2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Scohier, « Philippe Pelletier, Albert Camus, Élisée Reclus et l’Algérie. Les « indigènes de l’univers » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 26 janvier 2016, consulté le 26 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/19968

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page