Navigation – Plan du site

Ali Noureddine, Ahmed Noureddine (1912-2007). Vie d’un patriote, rapportée par Ali Noureddine

Daniel Rivet
Ahmed Noureddine (1912-2007)
Ali Noureddine, Ahmed Noureddine (1912-2007). Vie d’un patriote, rapportée par Ali Noureddine, Sousse, Iris Éditions, 2015, 194 p..
Haut de page

Texte intégral

1Le fils, d’emblée, nous prévient : il ne s’agit pas d’écrire les mémoires du père par procuration, mais d’évoquer des séquences de vie d’un homme important au sein du personnel politique, qui bâtit la Tunisie au lendemain de l’indépendance. En effet, Ahmed Noureddine fut secrétaire d’État aux travaux publics et à l’habitat de 1959 à 1969, avant d’être ambassadeur en Italie de 1970 à 1972 et à Alger en 1973. Le fils, professeur à l’université de Sousse et auteur d’une forte thèse consacrée à l’exercice de la justice pénale sous le protectorat français, ne veut pas faire œuvre de biographe. Il s’adresse directement à son père comme s’il poursuivait avec lui le dialogue entretenu de leur vivant. Cette piété filiale n’interdit nullement son auteur de trouver le bon angle de vue et le ton juste pour parler de son père. De la succession d’instants qui grésillent comme des flashs, je retiendrai trois moments forts où l’auteur nous entraîne dans sa descente au plus profond de la Tunisie sur un long demi-siècle. Ajoutons qu’une flopée de témoignages et un large éventail de sources écrites, dont les archives diplomatiques françaises conservées à Nantes, étayent les souvenirs du fils, si bien que, grâce à la maîtrise de la technique du zoom, on voit le père tantôt au plus près, tantôt au plus loin, ce qui produit au lecteur la sensation, contrastée de familiarité cognitive et de distanciation critique.

2Il y a un volet roman d’apprentissage qui pourrait être rapproché du parcours d’un enfant issu du peuple de la III° république dans une province de France. Cela fait penser irrésistiblement aux débuts d’un Bourguiba ou d’un Ben Barka. Mais grâce au fils, on sort de l’imagerie consacrée du boursier indigène méritant. On suit, simultanément, les étapes de la formation scolaire et universitaire d’Ahmed Noureddine et les phases de son insertion dans le mouvement national. Élève à l’école franco-arabe, il a des maîtres qui, pour la plupart, ignorent la barrière coloniale, mais il ressent comme un affront l’abdication forcée par Lucien Saint du bey Naceur en 1922. Lycéen au collège de Sousse, il est ulcéré par l’expulsion d’un élève qui refuse d’enlever sa chéchia devant son prof de physique et il réussit à s’extraire de son milieu grâce à des professeurs qui le suivent de près. Étudiant en physique chimie à la Sorbonne de 1933 à 1939, il entre au Néo-Destour dès 1934, mais vit au premier degré le Front Populaire. Comme tant d’autres membres de l’Association des étudiants musulmans d’Afrique du Nord, il trouve un point d’équilibre entre tradition et modernité comme on disait jusque dans les années 1960. Il dispose d’une bourse de la République et d’un complément de ressources grâce à la Qolla (la jarre) de Sousse, association d’entraide qui soutient les étudiants nécessiteux.

  • 1 La Tunisie mosaïque, s.d. de Patrick Cabanel et Jacques Alexandropoulos, Toulouse, Presses universi (...)

3Deuxième temps fort éclairé par la lanterne du fils : l’exercice du métier de Professeur de physique chimie au collège de Sfax durant la Deuxième guerre mondiale, puis de Sousse. Ahmed se marie à une militante nationaliste, la mère d’Ali, qui disparaît à l’âge de 33 ans. Il fait son métier avec une autorité et un souci d’être équitable sur lesquels reviennent ses anciens élèves, dont une femme française et un général ancien de Saint Cyr. Elèves juifs, musulmans et chrétiens cohabitent et, entre eux et la plupart des enseignants il y a une entente qui dépasse les frontières confessionnelles. On respire l’atmosphère de la classe et de la salle des profs dans un établissement contemporain de la IV° république. On s’y croirait presque, tant cette évocation est concrète. On est bien dans l’ambiance de cette Tunisie mosaïque célébrée par d’anciens français de Tunisie de haut vol (Philippe Seguin, Bertrand Delanoë) et relevée par des historiens1. C’est fort de cette compétence acquise au lycée qu’Ahmed Noureddine joue un rôle central pondérateur, dans la commission de la Réforme de l’enseignement en 1958.

  • 2 Tahar Belkhodja, Les trois décennies Bourguiba. Témoignage, Paris, Publisud, 1998.

4L’auteur passe assez vite sur son père qui fut maire de Sousse entre 1957 et 1970 tout en étant ministre. Il énumère ses réalisations et en dressant le listing, il prend le risque de se limiter à un palmarès. Il est plus éclairant lorsqu’il met en exergue le sens du service de l’État et le désintéressement qui caractérisèrent son père dans l’exercice de ses fonctions, auxquels Habib et Wassila Bourguiba rendront hommage, tardivement, la disgrâce venue. Notre ministre du logement vit de son seul salaire et veille à ce que son logement de fonction et son train de vie se conforment à l’éthique de la amâna (le dépôt confié à un responsable qui en prend soin et le restitue intact) qu’il s’est forgé et qu’il applique à son fils sommé de choisir le lycée Khaznadar et non pas Carnot parce que « ce serait indécent » (formule favorite du père) d’aller au lycée de la mission culturelle étrangère. Le moment névralgique qu’Ali Noureddine passe au laser, c’est l’automne 1969, lorsque Bourguiba entre en dépression et est soigné à l’étranger. Ahmed ben Salah est un ami d’Ali depuis le lycée de Sousse en 1949. Il s’est marié avec une de ses nièces. Ahmed ne désavoue pas, comme tant de ses pairs, la politique de développement des coopératives rurales. Il regrette seulement son application autoritaire et sa généralisation hâtive à partir de janvier 1969. Les pages consacrées à cette crise de l’automne 1969 sont un témoignage de première valeur, qui complète, nuance ou infirme le témoignage de Tahar Belkhodja, alors ministre de l’Intérieur2. Ali Noureddine montre que le régime opère son propre procès et que de là surgit le mal qui va ronger la « pérarchie » de Bourguiba.

5Ce livre qui procède par petites touches successives, concises, aiguës, est à la fois un document richement illustré (photographies), une lecture à neuf de la Tunisie scolaire à l’époque coloniale et un précis d’histoire du système politique bourguibien dans les années 1960.

Haut de page

Notes

1 La Tunisie mosaïque, s.d. de Patrick Cabanel et Jacques Alexandropoulos, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2000.

2 Tahar Belkhodja, Les trois décennies Bourguiba. Témoignage, Paris, Publisud, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Rivet, « Ali Noureddine, Ahmed Noureddine (1912-2007). Vie d’un patriote, rapportée par Ali Noureddine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 février 2016, consulté le 24 mai 2017. URL : http://lectures.revues.org/20008

Haut de page

Rédacteur

Daniel Rivet

Professeur d'université retraité, auteur d'ouvrages portant sur le Maghreb à l'époque coloniale et d'une histoire du Maroc parue chez Fayard en 2012. A enseigné à la Faculté des lettres et sciences humaines de Rabat (université Mohammed V) et aux universités de Lyon Lumière II et Paris 1 Panthéon Sorbonne. Dernière parution : Un acteur incompris de la décolonisation : le général Édouard Méric (1901-1973), Éditions Bouchène, 2015.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page