Navigation – Plan du site

Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement

Simon Ridley
Anticapitalistes
Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, coll. « SH / Laboratoire des sciences sociales », 2015, 324 p., ISBN : 9782707174901.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Issu de sa thèse de doctorat en science politique : De la LCR au NPA (1966-2009). Sociologie politi (...)

1Qui sont les anticapitalistes ? À première vue, on pourrait penser que le livre de Florence Johsua1, intitulé Anticapitalistes et paru chez La Découverte dans la collection « Laboratoire des sciences sociales » dirigée par Bernard Lahire, permettrait au lecteur de trouver un panorama de ces acteurs politiques particuliers que sont les anticapitalistes. En réalité, l’auteure dresse le portrait d’une partie seulement de l’extrême gauche et réalise une monographie historique du trotskisme français.

2L’ouvrage est structuré de manière classique en trois parties, chacune composée de trois chapitres. La variété méthodologique employée par l’auteure lui permet de suivre un schéma logique se fondant sur des données quantitatives qui débouchent sur une étude qualitative diachronique des évolutions de la Ligue communiste (LC) à la fin des années 1960 jusqu’à l’émergence du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) dans les années 2000.

  • 2 Florence Johsua, « La dynamique à l’extrême gauche : le cas de la Ligue communiste révolutionnaire  (...)

3La première partie débute par une analyse de données quantitatives de première main, recueillies grâce à quatre enquêtes : la constitution d’un fichier national des militant-e-s en 2003 par le biais de 1 800 talons de cartes d’adhérents – ce travail est issu du mémoire de DEA de l’auteure et a par ailleurs fait l’objet d’un « article d’étape »2 – ; à ceci s’ajoutent trois enquêtes par questionnaires auprès des délégués et des militant-e-s de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), qui permettent à Florence Johsua de réaliser une sociographie du parti dans son premier chapitre. Ce volet quantitatif montre l’hétérogénéité des militant-e-s, avec une différenciation des engagements selon la période d’entrée, et met en lumière deux événements activateurs du militantisme, en 1968 et en 2002, qui font respectivement l’objet des chapitres suivants. L’auteur mobilise alors des entretiens de type « récit de vie » pour monter que les militant-e-s des « années 68 » se sont peu à peu reconverti-e-s dans des activités professionnelles et associatives, favorisant une homogénéisation de leur profils. « 80% d’entre eux appartiennent aux catégories supérieures et moyennes de la population active » (p. 75), ce qui est certainement un facteur explicatif de la difficile jonction avec la classe ouvrière. L’arrivée du candidat Front national (FN) au second tour des élections présidentielles de 2002 est ensuite analysée par l’auteure. Elle montre que la dynamique militante qui a permis le doublement des effectifs de la LCR a aussi des conséquences qualitatives, qui ont bouleversé les cadres d’interprétation du parti car les nouveaux arrivants n’avaient pas forcément les bases théoriques et idéologiques que pouvaient détenir leurs aînés.

  • 3 Souligné dans le texte original.

4L’ouvrage traite ensuite de cette reconfiguration idéologique du parti pour mettre en évidence l’évolution de son cadre conceptuel. En se fondant sur les nombreux écrits théoriques produits par les membres désormais historiques de la direction politique – notamment Daniel Bensaïd et Henri Weber – couplés à de longs extraits d’entretiens, Florence Johsua met en évidence l’impasse stratégique du parti par rapport à la prise de pouvoir révolutionnaire. Cette crise de la stratégie et le refus de l’élaboration d’une alternative au capitalisme contraint les militant-e-s de la LCR à adopter « des stratégies défensives […] qu’ils jugent plus aptes à faire progresser des revendications transitoires »3 (p. 133). Pour Florence Johsua, les conséquences sont une plus grande variété dans la manière de militer et de se définir politiquement. Elle utilise ici comme exemple l’investissement important des militant-e-s de la LCR, à partir des années 1980, dans le mouvement altermondialiste, qui modifie leur identité collective. Néanmoins, comme elle l’indique, peut-être trop brièvement, à la fin de cette deuxième partie, la grille d’analyse « marxo-lénino-trotskiste » n’est pas effacée pour autant.

5La dernière partie de cette étude s’attache aux pratiques de la vie militante. Son premier chapitre réalise une description du modèle du « révolutionnaire professionnel » léniniste et de sa progressive remise en cause au fil des années 1970. Selon l’auteure, « tous les militants interrogés […] ont souligné l’activisme forcené qui caractérisait [la] période » (p. 167) de l’immédiat après-1968 ; et dès le milieu des années 1970, ce modèle explose sous la pression des militants déçus d’une révolution qui ne vient pas, d’une contrainte trop importante par rapport à des désirs de carrière professionnelle et de projets personnels. Elle estime que la remise en cause des normes de genre porte le coup de grâce à ce modèle. Le pénultième chapitre s’attache alors entièrement à examiner la perspective de genre au sein du militantisme. Le masculinisme du monde politique est critiqué et des portraits de femmes militantes sont mis en avant, mais on observe avec l’auteure que la hiérarchie genrée persiste encore aujourd’hui, malgré la mise en place de mesures volontaristes. Le chapitre final, quant à lui, mélange les perspectives pour faire le point sur l’évènement de 2002 et sur la transformation de la LCR en NPA.

6Ce livre se distingue par le fait qu’il croise une enquête quantitative avec un volet qualitatif proche de l’enquête par entretiens. La position de la chercheuse et ses attaches familiales par rapport à l’objet de recherche, qui sont présentées dans l’introduction, sont intéressantes mais nous regrettons qu’elles ne lui aient pas permis de rendre compte de manière plus détaillée de ses observations de terrain. Seule une scène de réunion est décrite (p. 232-235) et nous aurions aimé être amené plus au cœur de son objet de recherche. Inversement, on peut estimer que la part réservée aux retranscriptions d’entretiens est trop importante, ce qui laisse relativement peu de place pour développer une analyse multicausale des changements observés. La focale étant mise sur l’aspect diachronique de l’évolution des militant-e-s de la LCR, les effets synchroniques sont difficiles à saisir. Si on comprend bien que les militant-e-s des années 1968 ne sont pas identiques à celles et ceux des années 2000, on cerne difficilement la complexité et la multitude des facteurs qui ont influencé leurs mutations. Le rapport des militant-e-s aux nouvelles technologies, par exemple, n’est pas évoqué.

  • 4 Voir : Michel de Certeau, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Seuil, 1994 (1968)

7Bien qu’ils soient délicats à réaliser, plusieurs modèles compréhensifs des militant-e-s d’aujourd’hui auraient peut-être apporté une valeur heuristique que des récits vie ne parviennent pas à traduire de manière complète. En ce qui concerne la remise en cause du modèle léniniste, par exemple, et au vu des nombreuses tâches exercées volontairement par les militant-e-s décrit-e-s, on peut se poser la question de savoir si le militantisme « forcené » a véritablement disparu. Ou concernant l’alternative envisagée au capitalisme, il aurait sans doute été intéressant d’offrir quelques pistes. Par exemple, si le choix de se focaliser sur l’aspect genré du militantisme est tout à fait pertinent, la décision de l’auteure de ne pas féminiser les termes, en particulier « militant », contribue à notre avis, à la domination masculine qu’elle critique par ailleurs. Prise de pouvoir et prise de parole sont intrinsèquement liés, comme l’a montré Michel de Certeau dans son analyse de 19684. En effet, pour offrir une alternative, il faut pouvoir la formuler dans une sémantique qui est justement un outil de la classe dominante. C’est ainsi que nous revenons au titre de l’ouvrage : l’auteure nous offre une monographie intéressante et très bien référencée – malgré l’absence d’une bibliographie – de la métamorphose de la LCR en NPA, mais si ce dernier a désormais pour ambition de « rassembler tous les anticapitalistes, quelles que soient leurs origines politiques et militantes » (p. 258), nombreux sont les anticapitalistes qui refusent cette forme de représentation politique.

Haut de page

Notes

1 Issu de sa thèse de doctorat en science politique : De la LCR au NPA (1966-2009). Sociologie politique des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, sous la direction de Nonna Mayer, soutenue le 28 juin 2011, à l’Institut d’études politiques de Paris.

2 Florence Johsua, « La dynamique à l’extrême gauche : le cas de la Ligue communiste révolutionnaire », Les Cahiers du Cevipof, n° 37, 2004.

3 Souligné dans le texte original.

4 Voir : Michel de Certeau, La prise de parole et autres écrits politiques, Paris, Seuil, 1994 (1968).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Ridley, « Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 04 février 2016, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/20058

Haut de page

Rédacteur

Simon Ridley

Doctorant en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre, laboratoire Sophiapol (EA 3932).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page