Navigation – Plan du site

« Genèses par Genèses », Genèses, n° 100-101, 2015

Lionel Francou et Quentin Verreycken
Genèses par Genèses
« Genèses par Genèses », Genèses, n° 100-101, 2015, 256 p., Paris, Belin, ISBN : 9782701193403.
Haut de page

Texte intégral

1Après vingt-cinq années de publication, l’équipe du comité de rédaction de la revue Genèses, actuellement codirigée par la politiste Johanna Siméant et le sociologue Wilfried Lignier, a décidé, pour marquer la sortie de son centième numéro, de mener une entreprise réflexive et collective assez exigeante sur le parcours de la revue, mais aussi sur son présent et son devenir. Le numéro rassemble des articles qui analysent la revue (par le biais des caractéristiques de la composition de ses comités successifs ou des disciplines d’appartenance des auteurs), mais aussi des entretiens avec d’anciens membres de l’équipe, des témoignages et, dans la seconde partie du numéro, sur une centaine de pages, des lectures critiques d’ouvrages réalisées par les membres de l’équipe de Genèses, qui donnent à voir un certain regard porté sur les phénomènes sociaux.

2Genèses, dont le sous-titre (revendiqué) est « sciences sociales et histoire », a depuis ses origines cherché à favoriser le dialogue entre les sciences sociales, au-delà de la seule interdisciplinarité. Mais la singularité de la revue se trouve surtout dans sa double approche, d’une part, de l’histoire comme une science sociale et, d’autre part, des autres sciences sociales (sociologie, anthropologie et science politique) comme des sciences historiques. La plupart des phénomènes sociaux trouvent leurs sources dans un contexte et un passé qu’il importe – à des fins herméneutiques – de ne pas ignorer et, mieux, de prendre en compte. Fondée à l’initiative de l’historien de la période contemporaine Gérard Noiriel, Genèses a paradoxalement toujours dû lutter pour attirer en ses pages des historiens mais a pourtant accueilli majoritairement des auteurs issus des autres sciences sociales. À défaut d’occuper un créneau disciplinaire, thématique ou institutionnel, elle tente de proposer une forme d’interdisciplinarité assez active, où se rencontrent des chercheurs appartenant à des traditions disciplinaires différentes, en vue d’en tirer des enseignements mutuels, par-delà les réflexes corporatistes. Néanmoins, une vigilance interne reste constamment nécessaire pour que cette volonté interdisciplinaire ne se résume pas à une compilation hétérogène d’articles issus de disciplines différentes et aveugles les uns aux autres. À moins que, de l’aveu de plusieurs membres du comité, actuels ou passés, la plus grande menace consiste à ce que, petit à petit, une discipline prenne irrémédiablement le pas sur les autres (ici la sociologie, pour ne pas la citer) ?

3Guidés par un « Manifeste », qui offre une série de lignes directrices au projet sans indiquer de façon précise comment les mettre en œuvre, ce qui donne lieu à de nombreux débats, si l’on en croit les témoignages ici rassemblés, les membres du comité de rédaction de Genèses tentent de donner vie – et visibilité – à une certaine façon d’étudier le social. Dans le texte commun intitulé « Ce que veut Genèses aujourd’hui » qui ouvre ce numéro 100, ils actualisent et précisent leur vision de la revue. Depuis vingt-cinq ans, au fil d’arrivées et de départs réguliers (notamment de Susanna Magri, Christian Topalov, Florence Weber ou Alban Bensa), les équipes de rédaction successives ont poursuivi l’objectif d’« unicité épistémologique des sciences sociales, par-delà les découpages et frontières disciplinaires » (p. 4). Tenants d’un « constructivisme méthodologique » (p. 7), les membres de l’équipe s’interrogent sur les catégories et les processus de la connaissance, tentant de questionner à la fois le réel et leurs propres pratiques. Ils souhaitent donner la primauté aux travaux s’appuyant sur des données empiriques plutôt qu’aux analyses décontextualisées ou déracinées, et défendent le rôle critique des sciences sociales, tout en revendiquant le caractère « scientifique » de Genèses et n’entendant pas prendre ainsi le chemin d’autres revues qui placent le(s) débat(s) ou l’intervention sociale au cœur de leur démarche.

4Si Genèses pratique le peer reviewing des articles, c’est selon une formule particulière qui n’est sans doute pas parfaite, mais qui n’est certainement pas moins inspirée que les modes classiques d’évaluation par les pairs, au contraire. Plutôt que de solliciter des évaluateurs externes à la revue, puis de prendre (ou non) en compte leur avis et de trancher en comité restreint, la rédaction privilégie une évaluation interne au comité. Chaque texte est lu par trois membres issus de plusieurs disciplines, dont les avis sont différents et décalés par rapport à ceux de spécialistes. Ensuite, l’équipe prend collectivement une décision, sur base des rapports des lecteurs et de la discussion qui s’ensuit. Cela contribue à faire des membres du comité prioritairement des lecteurs et évaluateurs, plutôt que des gestionnaires – ce à quoi sont souvent contraints de se résoudre les chercheuses et chercheurs qui animent une revue scientifique. Si la « ligne Genèses » et son maintien semblent une préoccupation constante de la revue, nul doute que cette façon de procéder, très concrète, a joué un rôle majeur dans la perpétuation de l’aventure collective, quelles que soient les limites, imperfections et légères déviations constatées, sans parler des problèmes matériels qui sont ici révélés (la question de l’équilibre de l’implication entre les différents membres, mais aussi les difficultés pour obtenir puis conserver des financements et un secrétaire de rédaction).

5Comme le souligne avec justesse l’un des cofondateurs de la revue, Michel Offerlé, ce numéro propose une « remémoration » de l’aventure et non une « commémoration » (p. 88). Les réflexions y sont donc critiques et se veulent les plus lucides possibles, à distance d’une (auto-)consécration publique d’une entreprise éditoriale dont la réussite et la réputation ne sont plus à démontrer. L’équipe de Genèses a entrepris, avec succès selon nous, de réaliser sur elle-même ce qu’elle promeut comme l’un des principes majeurs pour les sciences sociales : étudier le présent de l’objet en tenant compte de ses Genèses, de ses imbrications passées, de ses contextes et de leurs influences respectives. Au travers de ce numéro, elle mène à bien une historicisation de son propre projet, si l’on peut dire. Le récit qui est fait de la vie de la revue s’avère, il faut le souligner, réellement polyphonique. Les témoignages, nombreux, se succèdent, et l’on accède ainsi à des souvenirs, des ressentis et des interprétations variés selon les personnes et les rôles qu’ils ont occupé (ancien secrétaire de rédaction, fondateurs, membres actuels et passés du comité, mais aussi des auteurs qui ont accepté de revenir sur leurs échanges avec la revue). Poussant plus loin encore le mouvement de mise à nu de l’aventure Genèses, une analyse socio-biographique des membres des comités successifs est réalisée, ainsi qu’un traitement bibliométrique du contenu des numéros afin de mesurer le décalage entre l’objectif d’ouverture à l’histoire souhaité et à sa réalisation dans les faits. Cette analyse révèle que la revue peine à susciter l’intérêt des historiens autant qu’elle le souhaiterait, mais aussi qu’elle a toujours été très (trop ?) parisienne, centrée plus particulièrement autour de l’ENS et de l’EHESS, principalement parce qu’un nombre non négligeable de ceux qui y ont contribué ont participé, de près ou de loin, à ce qui fût le DEA de sciences sociales co-organisé par ces deux institutions.

6Cette autocritique réflexive à laquelle se sont prêtés les membres du comité de rédaction de la revue constitue un véritable travail d’intérêt public, dont l’impact dépasse largement ses seuls enjeux internes. En effet, il est rare de voir ainsi dévoilées les conditions de production de la recherche scientifique, au-delà de considérations méthodologiques, et c’est encore plus rare lorsqu’il s’agit de la fabrication au jour le jour d’une revue, exposant ses dilemmes, ses spécificités, ses succès et ses déconvenues. Outre un « goût d’être ensemble », parsemé de quelques doutes et conflits, il ressort de ce numéro que Genèses demeure une revue sérieuse et qui continue d’avancer, sur un chemin digne d’intérêt, même si des bifurcations ont eu lieu. Alors qu’un certain nombre de disciplines tendent à se refermer sur elles-mêmes et que les (sous-)spécialisations tendent à prendre une importance toujours croissante dans le monde de la recherche et de l’édition scientifique, Genèses est plus que jamais essentielle car elle constitue à la fois un véritable « pôle de résistance » (p. 87) et une revue qui continue de se questionner sur son identité et son devenir, ce qui semble être une force plus qu’un défaut.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou et Quentin Verreycken, « « Genèses par Genèses », Genèses, n° 100-101, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 05 février 2016, consulté le 27 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/20072

Haut de page

Rédacteurs

Lionel Francou

Doctorant en sociologie au CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain. Membre du comité de rédaction d’Émulations et de Lectures, ainsi que du comité de lecture d’Urbanités. Boursier Anticipate (Innoviris).

Articles du même rédacteur

Quentin Verreycken

Aspirant F.R.S.-FNRS à l’Université catholique de Louvain et à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Membre du Centre d’histoire du droit et de la justice (CHDJ) et du Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page