Navigation – Plan du site

Marianne Blanchard, Les Écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France

Pierre Bataille
Les Écoles supérieures de commerce
Marianne Blanchard, Les Écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d'une entreprise éducative en France, Paris, Classiques Garnier, coll. « Histoire des techniques », 2015, 411 p., ISBN : 9782812436994.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Blanchard, Marianne, Socio-histoire d'une entreprise éducative: le développement des Écoles supérie (...)

1Tiré d’une thèse soutenue en 20121, le premier ouvrage de Marianne Blanchard est, de part l’originalité de son approche et la clarté de son argumentation, une contribution importante à la sociologie des grandes écoles – et plus généralement à la sociologie du système éducatif français. Focalisé sur l’analyse du développement des « écoles supérieures de commerce » (ESC) en France depuis leur création à la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, le travail mené par l’auteure vise à déboulonner une idée a priori assez consensuelle : le développement et l’attractivité supposée de ces établissements de formation reposeraient sur le fait qu’ils répondent – « naturellement » serait-on tenté de rajouter – à une double demande (celle des entreprises d’un côté, qui seraient friandes de jeunes diplômé.e.s réputé.e.s plus employables que ceux sortant des cursus universitaires ; celle des étudiant.e.s et de leurs familles de l’autre, à la recherche de placement scolaires toujours plus rentables).

  • 2 Chapoulie, Jean-Michel, L’École d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Ren (...)
  • 3 Marry, Catherine, Les femmes ingénieurs: une révolution respectueuse, Paris, Belin, 2004, p.66.

2À rebours de cette explication utilitariste, qui tend à assimiler la création des ESC à un geste de la « main invisible » de la demande socio-économique, l’argumentation développée par l’auteure sur la base de l’exploitation d’archives (publiques et privées) et d’interviews menés avec des acteurs de l’histoire récente de ces établissements (enseignants, dirigeants d’écoles, journalistes) montre comment les ESC ont activement travaillé à la reconnaissance de leur cause – et des intérêts qui y sont associés. Plus exactement, l’analyse socio-historique de l’auteure s’attache à montrer que la place désormais centrale occupée par ce type d’établissements dans le paysage de l’enseignement supérieur français n’est pas l’aboutissement d’une providentielle rencontre entre une « offre » et une « demande », mais bien une « co-production » (p. 366), pour partie conjoncturelle, fruit de l’articulation entre les métamorphoses de la sphère économique et les enjeux propres à ce groupe d’écoles au sein de l’espace de l’enseignement supérieur. En cela, le travail de M. Blanchard se situe dans la lignée (revendiquée) des travaux de Jean-Michel Chapoulie sur la « scolarisation » progressive de la population française – dont l’apport majeur a justement été la remise en question fondamentale de l’association entre « demande sociale » et augmentation du taux de scolarisation de la population française au XXème siècle2. Précisons également qu’un des nombreux intérêts du travail mené dans ce livre est de s’intéresser à un ensemble d’établissement plus large que le petit groupe des « très grandes écoles » françaises (HEC ou l’ESSEC concernant l’enseignement du management et de la gestion d’entreprise) – comme c’est souvent le cas dans les travaux menés sur la formation des élites françaises. Il participe ainsi à mettre ainsi en lumière « la règle » plutôt que « l’exception » en matière d’enseignement supérieur français, pour reprendre la belle expression de Catherine Marry3.

3Divisé en trois parties, le découpage « chronologique » suivi par le livre est également un découpage thématique – chacune illustrant un aspect particulier de la dynamique du développement des ESC. Les parties sont toutes peu ou prou subdivisées en deux temps – le(s) premiers chapitres présentant les métamorphoses structurelles touchant l’enseignement supérieur et/ou le monde du travail et leurs interactions avec le développement des ESC sur la période considérée ; les chapitres finaux présentant les conséquences de ces métamorphoses en termes de flux d’entrée et de morphologie sociale du recrutement des nouveaux élèves.

  • 4 Boltanski, Luc, Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

4La première partie (couvrant la période fin du XIXe -1979) expose la « longue marche » (p. 33) des ESC vers la reconnaissance de leur statut de « grandes écoles ». Elle est l’occasion, pour l’auteure, de présenter une réflexion épistémologique sur l’utilisation de la catégorie « grande école ». En référence au travail de Luc Boltanski4, l’auteure souligne qu’il n’existe pas de caractéristiques clairement définies qui permettent de distinguer objectivement une « grande » école du reste des établissements d’enseignement supérieur - et pointe en creux le biais fonctionnaliste qui guette nombre de travaux sociologiques menés sur ces institutions. En s’intéressant à ce groupe d’écoles en passe de devenir « grandes », l’auteure montre combien l’accession à la reconnaissance de ce statut particulier est le fruit d’un travail actif de présentation de soi par les institutions concernées. L’auteure montre ainsi les stratégies mises en place par ce groupe d’écoles au « statut originel incertain » et « faiblement légitimes » (p. 33) pour se faire reconnaître comme « grandes », à travers notamment la mise en place de réseaux d’entre-aide symbolique, et surtout, l’imitation progressive du modèle de sélection/formation des écoles déjà reconnues comme « grandes » (la sélection à Bac+2 visant les élèves de classe préparatoires aux grandes écoles (CPGE) constituant sur ce point une pierre angulaire de la métamorphose). L’investigation historique montre d’ailleurs très bien combien les ESC ont eu, dans un premier temps, du mal à trouver leur public. En effet, visant en priorité la formation de cadres pour les entreprises locales, elles se sont trouvées en porte à faux avec leur principale « clientèle » (les fils des familles des bourgeoisies économiques locales, plus portés à aller rapidement apprendre sur le tas, au sein de l’entreprise familiale, qu’à envisager de prolonger leur période de formation). In fine ce sont les grands bouleversements démographiques de l’enseignement secondaire et supérieur des années 1960-70 qui vont fournir à ces écoles leur public (c’est à dire, principalement, de bons élèves – et souvent des femmes – en quête d’une formation plus distinctive que celle de l’université massifiée). Cette première partie – focalisée sur les tentatives d’alignement d’un groupe disparate d’établissement sur le modèle de la « grande école » à la française – est l’occasion pour l’auteure d’exposer l’une des dynamiques principale structurant cet espace particulier de l’enseignement supérieur : le processus « d’isomorphisme mimétique », soit la « tendance » des organisations à « s’imiter » dans des « situations d’incertitude » et de « prendre pour modèle celles qu’elles perçoivent comme étant plus légitimes et ayant le plus de succès » (p. 101).

5La deuxième partie (couvrant la période 1979-1991) offre l’opportunité à l’auteure de présenter plus finement une deuxième dynamique structurante : celle de la distinction inter-établissement – qui peut pousser le groupe considéré au bord de l’éclatement, comme cela semble alors avoir été le cas dans cette seconde période. L’auteure montre ainsi que si la reconnaissance d’une appartenance au cercle des « grandes écoles » a beaucoup profité aux écoles les mieux dotées en capitaux symboliques et économiques (HEC et l’ESSEC en tête), c’est beaucoup moins le cas pour les écoles occupant des positions intermédiaires ou dominées. Le modèle de sélection après deux ans de CPGE – garant du prestige des établissements – se révèle en effet problématique dès lors qu’il s’agit de recruter un nombre d’élève suffisant à assurer financièrement la survie des établissements (pour qui les frais d’inscription constituent la principale manne économique) et que le nombre d’établissements offrant des formations similaires ne cesse de croître. L’auteure analyse ainsi comment les intérêts divergents des différents établissements ont conduit à une importante polarisation sur la période considérée. Et, contre l’idée d’une « demande sociale » moteur du développement des ESC, l’auteure avance ainsi l’idée qu’au regard de l’histoire de ces établissements, ce sont davantage les problèmes de recrutement et les stratégies pour attirer de nouveaux publics qui semblent avoir été au centre de leur dynamique.

6La troisième partie (1998-2010), peut-être la plus réussie à nos yeux du fait de l’utilisation plus systématique des propos des acteurs, traite des évolutions récentes qu’ont connu les ESC, et notamment de leur progressive « académisation ». L’auteure revient notamment sur les métamorphoses de l’enseignement supérieur au niveau (inter)national (ranking, généralisation du principe de publish or perish) et montre comment ces métamorphoses ont fait passer les ESC de cas « à part » dans l’enseignement supérieur français à « modèle à suivre », tant elles ont été favorables à la promotion du modèle de gestion et d’organisation des ESC (ou en tout cas des plus prestigieuses d’entre-elles). L’auteure montre également que loin d’avoir été balayé, le si décrié modèle de formation des élites « à la française » a été dans les faits largement conforté par les ESC, leur permettant un double placement de leurs produits scolaires – sur le plan national et international.

  • 5 Notamment dans sa thèse (op. cit., p. 32-39).

7Au terme de l’ouvrage, on reste impressionné par la capacité de l’auteure à tenir de bout en bout ce difficile équilibre entre restitution minutieuse du travail empirique et argumentation logique charpentée. Deux points mériteraient cependant d’être plus approfondis à notre sens. Premièrement, le manque d’une mise au point « conceptuelle » se fait parfois sentir, même si l’auteure a déjà fait ce travail d’explicitation dans d’autres publications par ailleurs5. C’est en particulier le cas concernant son choix de ne pas avoir recours de manière systématique au concept de « champ » – concept par ailleurs souvent utilisé pour analyser l’espace des grandes écoles françaises. Un argumentaire serré sur les conditions d'opérationalisation d'un tel appareil conceptuel et sa possible articulation avec d'autres perspectives analytiques aurait été fort apprécié, dans la mesure où les dialogues entre traditions épistémologiques différentes sont relativement rares dans les travaux en sociologie des élites. Ensuite, deuxièmement, si les parcours des acteurs (directeurs, enseignants, présidents de commission…) de cette socio-histoire sont bien détaillés par l’auteure, ils ne sont pas systématiquement mis en lien avec les logiques de développement des ESC. Or, comme M. Blanchard le souligne par ailleurs (p. 242 par exemple), on peut penser que certaines propriétés sociales des réformateurs (leur origine sociale, leur parcours scolaire et professionnel, bref les types de capitaux sociaux et économiques dont ils sont porteurs) ont également pu orienter leurs actions et leurs prises de positions. C’est peut-être ici l’élément qui nous a laissé le plus sur notre faim.

8Ces deux (très) légères critiques ne doivent néanmoins pas faire oublier que l’on tient là un ouvrage donnant un aperçu du meilleur de ce que permet la démarche sociologique – c’est à dire, très prosaïquement, lutter contre les prénotions grâce à l’objectivation des dynamiques sociales informant le phénomène observé.

Haut de page

Notes

1 Blanchard, Marianne, Socio-histoire d'une entreprise éducative: le développement des Écoles supérieures de commerce en France (fin du XIXe siècle-2010), Thèse de doctorat en sociologie, Paris, EHESS, 2012.

2 Chapoulie, Jean-Michel, L’École d’État conquiert la France. Deux siècles de politique scolaire, Rennes, PUR, 2010.

3 Marry, Catherine, Les femmes ingénieurs: une révolution respectueuse, Paris, Belin, 2004, p.66.

4 Boltanski, Luc, Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

5 Notamment dans sa thèse (op. cit., p. 32-39).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Bataille, « Marianne Blanchard, Les Écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 février 2016, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20076

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page