Navigation – Plan du site

Farid Sidi-Boumedine, L’invention d’un médicament

Arthur Mary
L'invention d'un médicament
Farid Sidi-Boumédine, L'invention d'un médicament. Pratiques, relations et communications de scientifiques à la recherche d'une nanoparticule contre le cancer, Paris, PUF, coll. « Partage du savoir », 2015, 250 p., Préfacier : Samuel Lézé, ISBN : 9782130635321.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je rédige ce compte-rendu à la mémoire de Fanny Mary, ma petite sœur, morte il y a deux mois ; elle (...)

1L’ouvrage1 est une étude originale : la description ethnographique de groupes de chercheurs engagés dans l’invention de nanoparticules médicamenteuses pour lutter contre le cancer. Ainsi que le suggère Samuel Lézé dans sa préface : « Le médicament est un fait social total » (p. X), autrement dit, un fait culturel où se cristallisent de nombreux enjeux de société et de culture, que Farid Sidi-Boumedine repère et décrit avec force détails. L’auteur apporte régulièrement des éléments vulgarisés de biochimie propres à faire comprendre au lecteur ce dont parlent ses interlocuteurs, ou bien des précisions techniques sur la radiothérapie, les nanotechnologies, etc. On remarquera avec intérêt que revient régulièrement ce qui ressemble à un enjeu de taille : les dimensions précises de ce qui correspond ou non à la définition exacte des nanoparticules.

2L’ouvrage est divisé en trois grandes parties : la première partie, « Le silence des laboratoires », relève d’une anthropologie du lieu de travail et s’attache à mettre au jour l’organisation des espaces de la recherche ; la deuxième partie, « l’usage des relations », trace une cartographie des contacts entre chercheurs et entre équipes, dans une perspective à la fois synchronique et diachronique, permettant de faire apparaître des sociabilités spécifiques ; enfin, la troisième partie, « Ceci n’est pas un médicament comme les autres », resserre les questionnements sur l’objet produit par les équipes de chercheurs.

3En introduction, Sidi-Boumedine formule une interrogation qui problématise efficacement son étude : « Les nanomédicaments […] sont un nouveau paradigme scientifique qui va entraîner des révolutions technologiques majeures, affirment leurs promoteurs. On peut renverser le propos : et si l’origine n’était pas un nouveau paradigme mais plutôt une utopie communicationnelle autoréalisatrice ? Sommes-nous, avec les nanomédicaments, au bord d’une révolution thérapeutique ou confrontés à des stratégies communicationnelles aux enjeux multiples ? » (p. 12). Ces questions ne manquent pas de trouver des échos politiques dans la faveur accordée à la recherche appliquée, au détriment de la recherche fondamentale, aux prises avec les exigences de l’idéologie de marché contaminant l’industrie pharmaceutique.

  • 2 Cependant, on peut lire que Sidi-Boumedine semble réaliser quelques tâches, par exemple : « Jacquet (...)

4De prime abord (en particulier dans la deuxième partie), cette étude présente l’intérêt d’offrir une vision assez réaliste de la façon dont travaillent les communautés de chercheurs. Or, nos sociétés, travaillées par le mythe du progrès, par la figure largement fantasmée du Chercheur (à C majuscule) et par les effets des technosciences sur la vie quotidienne, méconnaissent les réalités des laboratoires où s’inventent et se découvrent ce dont les médias feront leur miel dans leurs pages « Sciences & Techniques ». Le ton des descriptions est relativement neutre : on apprend peu du ressenti de l’auteur sur tel ou tel aspect de ce qu’il observe et sans doute cela est-il à mettre sur le compte d’un souci d’objectivité, garantie présumée de sérieux. L’auteur parle ainsi d’une « observation objectivante » (p. 6). Cependant, ce qui ressemble à une observation non-participante2 pourrait bien receler une participation inaperçue, inobservée : l’auteur est lui-même un chercheur participant pleinement à une démarche de recherche. L’ouvrage que l’on tient entre les mains est donc aussi une recherche sur la recherche et il n’est pas impossible que les spécificités du terrain viennent se réfléchir dans la façon même dont le terrain est abordé. « Pharmacien d’officine, historien et didacticien des sciences et docteur en sciences de l’information et de la communication… » (quatrième de couverture), l’auteur n’est pas tout à fait extérieur au terrain qu’il rencontre, et sa propre pratique de terrain est traversée par des enjeux communs avec le terrain lui-même (financements, relations aux autres chercheurs, lieux de la recherche, rapports aux représentations culturelles de la recherche, etc.) ; qu’un pharmacien se donne pour objet de recherche l’invention d’un médicament ne peut être tenu pour un choix anodin ou arbitraire. D’autre part, certains détails des observations consignées par l’auteur ne semblent pas à première vue présenter d’intérêt par eux-mêmes : « Tous sortent [manger] en laissant le bureau ouvert, leurs papiers et ordinateurs sans protection particulière » (p. 135). Si l’auteur précise « sans protection particulière », c’est qu’il s’en étonne (ou feint de s’en étonner), c’est que son lecteur s’en serait sans doute aussi étonné s’il avait assisté à la scène, c’est que l’auteur connaît suffisamment les représentations naïves en circulation dans nos sociétés à propos de la recherche et des chercheurs – représentations selon lesquelles les papiers des chercheurs sont relativement inaccessibles et ne sauraient être des feuilles volantes négligemment posées sur la table d’un bureau laissé ouvert pendant la pause-déjeuner –, c’est parce qu’il partage assez ces représentations que l’auteur peut émailler ses descriptions et récits d’un certain nombre de détails, apparemment anodins, mais qui participent à produire un tableau évocateur de la recherche.

5Dans sa deuxième partie sur les relations, on retiendra que Farid Sidi-Boumedine parle de rituel pour caractériser le temps du déjeuner : « En observant l’environnement dans lequel se déroulent les interactions des scientifiques, ce n’est ni la qualité de la nourriture, ni celle de la décoration qui influe sur leurs fréquentations. Peut-être la musicalité ambiante joue-t-elle un rôle ? Comme si écouter les autres discuter dans tel registre nous engage à entretenir le même type de conversations. La position centrale du déjeuner dans leur emploi du temps représente plus qu’une pause. Ce rituel, aussi simple qu’il paraisse, leur permet d’amorcer, modifier et explorer leurs idées, leurs envies et leurs projets. Durant ces conversations s’ébauchent les objets de la recherche » (p. 138).

  • 3 On retiendra par exemple la scène d’une doctorante au bord des larmes à qui ses directeurs reproche (...)

6On sera sensible aussi aux enjeux d’affiliations et d’alliances qui ne manquent pas d’évoquer les questionnements de l’anthropologie de la parenté. En effet, les groupes de chercheurs que rencontre Farid Sidi-Boumedine sont traversés par des séparations de divers types : hiérarchiques (les niveaux vont du collégien stagiaire, au directeur de laboratoire, en passant par le doctorant et le maître de conférences3 ; les relations salariales sont asymétriques), disciplinaires (les physiciens ne sont pas des chimistes), institutionnelles (les différents laboratoires sont en concurrence ; certains sont affiliés à l’Université, d’autres à l’hôpital), public versus privé. Des jeux de fidélités et rivalités s’attachent à ces affiliations symboliques que l’auteur ne manque pas de repérer dans les discours de ses interlocuteurs.

  • 4 « Qu’attend-on de la science quand on la convoque pour répondre à une question, évidemment posée pa (...)

7Enfin, la troisième partie aborde notamment la question de la « naissance des mythes » (p. 209), pour rendre compte de la façon dont les chercheurs parlent et ajustent leur parole à la fois à la société – quand il s’agit de vulgariser – et aux marchés – quand il s’agit de vendre. Cependant, tant sur la question des ritualités que sur celle de la fabrication des mythes (mythopoïèse), on regrettera que l’étude en reste à un niveau assez descriptif et ne se risque pas, par exemple, à justifier l’emploi des notions de rituel et de mythe. Pour la seconde de ces notions, on pourrait notamment faire valoir que le mythe désigne certes un certain type de récit, mais aussi (et surtout ?) une modalité narrative particulière : le grec ancien, qui fournit la notion, dispose justement du verbe correspondant : mutheomai [μυθέομαι], je dis, je parle. Or, l’ethnologue sur son terrain paraît bien avoir été frappé par la façon de parler d’un chercheur produisant du mythe : « Thibaud Jacquet parle volubilement. Il sait qu’il est très près du but. […] S’il a raison, l’histoire retiendra qu’il a découvert le médicament contre un cancer inguérissable, il méritera respect et reconnaissance, gloire et fortune. […] En quoi son produit est-il exceptionnel ? Il me regarde comme si je mettais en doute sa parole. Heureusement, il ne se vexe pas. Il m’explique, parle vite, sans formules chimiques, mais j’ai du mal à tout saisir, des verbes ou des compléments d’objet manquent, les mots se mélangent, je n’arrive pas à tout noter. Passionné, les yeux illuminés, un sourire satisfait quand il a terminé. […] » (id.). On y découvre un chercheur pris d’« enthousiasme » (id.), un autre nom pour l’exaltation prophétique, un héros d’épopée rêvant une gloire homérique ; la diction prolixe s’affranchit de la syntaxe. Cette énonciation particulière est-elle à mettre en rapport avec ce que l’auteur repérait d’une éventuelle « utopie communicationnelle » ? Si le mythe et le fantasme apportent une réponse à ce qui se tient résolument inaccessible, silencieux ou invisible à l’humain (« Comme les physiciens, les chimistes sont confrontés à l’invisible […] », p. 35), il n’est pas à exclure que la science se mette à l’occasion au service du fantasme4. Une coquille de l’auteur (« un écho gémit faiblement : c’est le silence qui raisonne » (p. 50, sic), coquille de facture poétique !) pourrait s’entendre comme l’aveu d’une raison là où, à proprement parler, les interactions physico-chimiques ne parlent pas et demeurent silencieuses face aux questions existentielles qui travaillent les humains, et en particulier les malades du cancer fondant leur espoir de guérison dans les nanotechnologies.

  • 5 Lacan, notion qui se construit tout au long de son séminaire, dès la séance du 24 novembre 1954, cf (...)

8Sidi-Boumedine ne perd pas le fil de ses questions politiques et épistémologiques : qu’il s’agisse des risques que peut faire courir tout nouveau médicament mis sur le marché, ou sur la forme que prend le « discours de la science »5 dans notre modernité : pour l’auteur, il s’agit « de constater comment, de manière pratique, les scientifiques font prévaloir leur utopie au recueil de la preuve de son inexistence possible » (p. 236) et ce n’est pas le moindre intérêt de son travail que de faire apparaître la dimension utopique et mythique que sécrète la Science, pourtant tenue pour étrangère à tout relativisme, subjectivisme.

Haut de page

Notes

1 Je rédige ce compte-rendu à la mémoire de Fanny Mary, ma petite sœur, morte il y a deux mois ; elle rêvait de travailler dans un laboratoire de recherche, en biologie végétale. En écrivant, je pense aussi à mes anciens collègues du service d’oncologie-hématologie de l’hôpital Sainte-Musse de Toulon.

2 Cependant, on peut lire que Sidi-Boumedine semble réaliser quelques tâches, par exemple : « Jacquet me demande de rédiger un communiqué de presse pour annoncer les résultats obtenus avec les PRUF » (p. 212).

3 On retiendra par exemple la scène d’une doctorante au bord des larmes à qui ses directeurs reprochent un manque de résultats (p.  43).

4 « Qu’attend-on de la science quand on la convoque pour répondre à une question, évidemment posée par et dans son champ, mais ayant, évidemment aussi, des enjeux d’un tout autre ordre – des enjeux éminemment « subjectifs » ? Réponse : qu’elle se mette au service du fantasme » écrit Alain Abelhauser dans « L’imposture, partenaire-symptôme de la science », Cliniques méditerranéennes, 81, 2010. La mise subjective de certains chercheurs est indiquée par l’auteur, par exemple : « La recherche contre le cancer lui tient à cœur intimement : ses quatre grands-parents en sont morts » (p. 58)

5 Lacan, notion qui se construit tout au long de son séminaire, dès la séance du 24 novembre 1954, cf. Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse 1954-1955, Paris, Seuil, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Mary, « Farid Sidi-Boumedine, L’invention d’un médicament », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 08 février 2016, consulté le 24 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/20078

Haut de page

Rédacteur

Arthur Mary

Psychologue clinicien, docteur en psychopathologie clinique (Université de Toulouse-Jean Jaurès : LCPI, EA-4591 et Université de Nice-Sophia Antipolis : LIRCES, EA-3159), diplômé en anthropologie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page