Navigation – Plan du site

Denis Laforgue, Essais de sociologie institutionnaliste

Alban Mocquin
Essais de sociologie institutionnaliste
Denis Laforgue, Essais de sociologie institutionnaliste, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2015, 276 p., ISBN : 978-2-343-06532-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Émile Durkheim, « Préface à la seconde édition » de Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociol (...)

1Posant les premiers jalons de la sociologie française à la fin du XIXe siècle, Émile Durkheim définit la discipline comme « la science des institutions, de leur genèse et de leur fonctionnement »1. Denis Laforgue soutient un postulat similaire en des termes contemporains : « la matière première du social est uniquement institutionnelle et non, par exemple, individuelle ou structurelle » (p. 6), explique-t-il. Dans ses Essais, il entend porter un nouveau regard sur l’intervention publique, celui de la sociologie institutionnaliste, à l’aide du concept polymorphe d’« institution ». Une telle ambition nécessite de rompre avec certains présupposés (instructifs par ailleurs) des théories de l’action publique. Dès lors, en tant qu’action menée et sens produit, l’intervention publique ne se réduit pas à des éléments proprement individuels, ni à des effets invariables, univoques et strictement délimités. Enfin, elle est autre chose qu’une action vouée à transformer un public-cible.

  • 2 Cornelius Castoriadis, L'institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.
  • 3 Maurice Merleau-Ponty, L'institution, Paris, Belin, 2003.
  • 4 Félix Guattari, Qu'est-ce que l'écosophie ?, Paris, Éditions Lignes, 2013.

2Denis Laforgue dote son analyse d’un appareil théorique, fabriqué à l’aide de concepts philosophiques quelque peu éloignés de l’outillage classique du sociologue. Chaque action publique est simultanément étudiée sous trois angles d’analyses complémentaires, invoqués et approfondis tout au long des Essais. Il convient de la concevoir comme l’instanciation d’un « magma de significations instituées et instituantes », en reprenant les concepts de Cornelius Castoriadis2. Il s’agit de « significations » déjà présentes, que les individus n’inventent pas, mais qui ont pour caractéristique d’être instantanément et singulièrement déployées. L’action publique renvoie aussi à des séries d’« événements qui font suite », selon les mots de Maurice Merleau-Ponty3, soit à un mouvement qui institue en permanence et de façon contingente les résultats de l’intervention publique. Enfin, les individus et les groupes concernés par l’action publique doivent être envisagés comme ce que Félix Guattari4 nomme une « machine institutionnelle ». Celle-ci désigne aussi bien un individu (usager, acteur public) qu’une structure particulière (administration, entreprise), c’est-à-dire un organisme vivant qui se meut lui-même, se déploie en permanence par l’instanciation de significations hétérogènes et par succession d’événements. Toute intervention publique est composée des interférences entre une pluralité de machines institutionnelles interconnectées.

3Sans aucune visée hégémonique, la thèse de Denis Laforgue conçoit l’intervention publique comme un « phénomène institutionnel », soit une relation contingente et événementielle entre l’action publique et d’autres institutions – déployées sous la forme d’individus ou de collectifs – avec lesquelles elle interfère. Si le propos de l’auteur atteint un degré élevé de formalisme, ce serait lui faire mauvais procès que de le targuer d’hermétisme ou d’abstraction. En effet, Denis Laforgue forge son analyse à partir d’enquêtes ethnographiques qui ont permis d’étudier la lutte contre la ségrégation scolaire menée par l’Éducation nationale au début des années 2000, les aides publiques (Allocations personnalisées autonomie ou APA) quotidiennement apportées aux personnes âgées dépendantes, et encore les dispositifs publics visant à ce que les citoyens participent au développement durable de leur espace de vie, en modifiant leurs consommations d’énergie journalières notamment. Aussi ces Essais ont-ils un objet empirique : l’examen des rapports pratiques et subjectifs entre d’un côté des acteurs publics (professionnels et élus) et de l’autre des populations qui, comme les enquêtes le révèlent, ne se réduisent pas à un statut octroyé d’usager ou de public-cible de l’intervention publique. Ces populations avec lesquelles toute action publique interfère sont prises dans une « pluralité de mondes sociaux, autres que le monde de l’action publique » (p. 5, note 1).

4Du pragmatisme à l’anthropologie, en passant par le structuralisme et la sociologie des organisations, le renouveau de la sociologie des institutions en France au début des années 2000 nourrit le propos de Denis Laforgue, qui en reconnaît autant les apports que les limites. Les Essais sont divisés en huit chapitres écrits entre 2009 et 2014, dont un chapitre introductif et un chapitre conclusif. L’agencement de l’ouvrage reproduit le cheminement intellectuel par lequel l’auteur examine les potentialités du concept d’« institution » pour concevoir une analyse fine et plastique des interactions entre l’action publique et les autres mondes sociaux. L’auteur refuse de considérer ces interactions comme des rapports verticaux attestant d’un effet mécanique de l’action publique sur la société.

5Le premier chapitre investit les rapports entre divers domaines d’action publique et leur environnement social (usagers), qui vient perturber ou conforter l’intervention publique par différents canaux. À ce stade de l’analyse, action publique et environnement sont encore étudiés distinctement. Le deuxième chapitre resserre la focale sur l’environnement proprement dit de l’action publique, et examine les ressorts de l’adoption ou de la non-adoption par les individus des pratiques et des représentations véhiculées par des acteurs publics. L’adoption de ces pratiques et représentations par un individu tient au fait que celles-là exercent leur « pouvoir instituant » tout en contribuant à instituer et à confirmer des rapports à soi et à autrui, constitutifs de la façon dont cet individu est encastré et s’accomplit dans les mondes privé et économique. On insiste ici sur la dimension instituée de l’intervention publique, « au sens où elle résulte d’institutions déjà là » (p. 137). Le troisième chapitre propose une approche phénoménologique de l’intervention publique, dont les rapports avec le supposé public cible, pris dans leur contingence et leur événementialité, renseignent sur les processus par lesquels une relation de domination peut s’instituer entre acteurs publics et individus possiblement concernés. On souligne alors la dimension instituante de l’action publique, en perpétuel mouvement.

6S’appuyant sur une enquête menée auprès d’une administration scolaire, le quatrième chapitre synthétise les deux précédents à l’aide du concept de « machine institutionnelle ». L’ethnographe se fonde sur divers registres narratifs pour analyser « la lutte contre la ségrégation scolaire » comme phénomène institutionnel. Ce cas d’intervention publique se définit alors par son hétérogénéité (une multitude d’événements singuliers ré-activant d’autres machines institutionnelles) et sa cohérence (de tels événements proviennent des rapports évolutifs entre l’administration scolaire et les autres machines institutionnelles). Le cinquième chapitre étudie la symétrie des rapports entre les significations instituées et instituantes des différents mondes (politique, économique, privé) présents chez les citoyens ordinaires sur lesquels une action publique se porte. Enfin, le sixième chapitre explore les rapports entre l’action publique et l’ordre social à partir de l’étude critique d’un projet de développement local.

  • 5 Voir par exemple Catherine Gucher (dir.), Quelle représentation sociale et politique des retraités  (...)

7Si l’enquête de terrain fournit, semble-t-il, une aide précieuse à Denis Laforgue, ce dernier reste allusif quant à ses détails empiriques et méthodologiques, présentés dans d’autres publications5. Une extrapolation séduisante lui suffit, par exemple, à rafraîchir l’analyse sociologique de la domination étatique initiée par Pierre Bourdieu, apparemment incapable d’expliquer pourquoi, dans une situation sociale, les individus actualisent telle disposition plutôt qu’une autre. La solution ne se trouve pas non plus dans le mythe d’un « individu capable de choisir par lui-même sa propre ligne de conduite » (p. 102). L’étude des relations de domination entre professionnels de Conseils généraux et de Centres communaux d’action sociale, et des personnes âgées bénéficiaires de l’APA, invite à les considérer comme le résultat d’une combinaison hiérarchisée d’institutions (le monde politique promouvant des principes de vie pour les personnes âgées, le monde privé dans lequel ces dernières sont encastrées, etc.). Il y a ainsi relation de domination quand « une des institutions déploie un pouvoir instituant tel qu’il colonise le pouvoir instituant d’une ou d’autres institutions » (p. 108).

  • 6 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Raisons d'agir/Seuil, 2 (...)

8Les Essais ont le mérite de ne pas réduire l’intervention publique à une relation verticale, et de montrer que le pouvoir instituant des organismes étatiques, publics et para-publics trouve en permanence face à lui d’autres processus instituants mal connus, relevant d’autres institutions sociales, et produisant des pratiques et des représentations empiriquement observables chez les individus enquêtés – qui sont des « morceaux d’institutions » (p. 137). Néanmoins, si les représentations et les pratiques des acteurs ordinaires s’inscrivent dans un ordre auto-organisé plutôt que fabriqué, celui-ci provient avant tout, rappelons-le avec Pierre Bourdieu, d’« instances capables de faire reconnaître leur monopole de la constitution légitime du monde social »6, ce qu’un regard attentif porté sur les conditions socio-historiques de l’action publique, souvent absent des travaux institutionnalistes, ne laisse pas de rappeler.

Haut de page

Notes

1 Émile Durkheim, « Préface à la seconde édition » de Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Quadrige/PUF, 1999 (1ère éd. 1895), p.XXII.

2 Cornelius Castoriadis, L'institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

3 Maurice Merleau-Ponty, L'institution, Paris, Belin, 2003.

4 Félix Guattari, Qu'est-ce que l'écosophie ?, Paris, Éditions Lignes, 2013.

5 Voir par exemple Catherine Gucher (dir.), Quelle représentation sociale et politique des retraités ?, IRES, 2008.

6 Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Raisons d'agir/Seuil, 2012, p.125.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alban Mocquin, « Denis Laforgue, Essais de sociologie institutionnaliste », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 février 2016, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/20080

Haut de page

Rédacteur

Alban Mocquin

Étudiant en master 1 de sociologie à l’université Paris-Descartes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page