Navigation – Plan du site

Anne Steiner, Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque »

Sylvain Lesage
Le temps des révoltes
Anne Steiner, Le temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la "Belle époque", Paris, L'Échappée, 2015, 176 p., ISBN : 9782915830903.
Haut de page

Texte intégral

1Si les luttes sociales de la Belle Époque sont aujourd’hui bien connues, les lacunes restent de taille concernant la manière dont circulent des récits de ces conflits au sein de la société française, et en particulier la dimension visuelle de ces mises en récits. L’ambition de l’ouvrage d’Anne Steiner est d’articuler l’ébullition sociale de la Belle Époque au foisonnement de cartes postales : « la multiplication des conflits du travail était liée aux progrès accélérés de l’industrialisation qui entraînaient une déqualification du travail, une baisse des salaires, l’imposition d’une discipline plus stricte dans les ateliers, et un poids plus important du personnel d’encadrement et de maîtrise » (p. 8). L’auteure réduit en fait la Belle Époque à la période 1905-1911, ce qui n’est pas sans poser de questions. Mais l’essentiel est bien entendu ailleurs, dans le projet d’articuler ces luttes sociales aux représentations photographiques dont elles ont fait l’objet. Au-delà des revendications concernant le temps de travail, le salaire, les règlements, la reconnaissance de l’action syndicale, ces luttes soulèvent la question de la reconnaissance du travail et des identités professionnelles.

2En sortant du cadre de la photographie d’art ou du photo-journalisme, Anne Steiner s’empare d’un objet paradoxalement mal connu : la carte postale. Alors que les photographies de presse demeurent rares et de qualité médiocre, la production de cartes postales explose, faisant de cette forme « un média à part entière » (p. 10). Les principales maisons dépêchent des reporters photographes pour couvrir l’actualité, s’appuient sur des photographes locaux, offrant pour certains conflits des représentations précises (cortèges, soupes communistes, barricades, troupe, funérailles…).

  • 1 Aline Rippert, Claude Frère, La Carte postale, son histoire, sa fonction sociale, Lyon, Presses uni (...)
  • 2 Clément Chéroux, Ute Eskildsen, La Photographie timbrée. L’inventivité visuelle de la carte postale (...)
  • 3 Pierre Brouland, Guillaume Doizy, La Grande Guerre des cartes postales, Paris, Hugo Images, 2013.

3Longtemps, les historiens devaient se contenter pour appréhender cet objet de l’ouvrage d’Aline Ripper et Claude Frère1, à la perspective restreinte. Mais l’approfondissement de l’histoire de la photographie a fort heureusement permis d’explorer celle de la carte postale, au cœur de la production photographique et des usages sociaux de la photographie à la Belle Époque (Aline Rippert et Claude Frère évoquaient le chiffre de quelques 300 millions de cartes par an). En 2008, Clément Chéroux et Ute Eskildsen s’étaient emparés de ces usages longtemps considérés comme anecdotiques de la photographie : vues de villages, cartes fantaisies…, pour en restituer l’inventivité visuelle, inventoriant calembours graphiques, photomontages, surimpressions2… L’histoire de la Première Guerre mondiale a également accordé une attention récente à la carte postale, notamment à travers le livre de Pierre Brouland et Guillaume Doizy3, qui traite à la fois les thèmes représentés et les usages de l’écrit. Dans le cadre de la commémoration du centenaire de la guerre, de nombreuses institutions ont mis en ligne des fonds de cartes postales, ouvrant des pistes fécondes aux chercheurs.

4L’ouvrage d’Anne Steiner s’inscrit donc dans un mouvement de réévaluation historiographique de la carte postale, objet longtemps cantonné à l’attention des collectionneurs et peu manié par les historiens. Cependant, le sous-titre risque de tromper le lecteur ; en guise « d’histoire en cartes postales des luttes sociales », c’est bien d’une histoire des luttes sociales illustrées de cartes postales qu’il s’agit. La différence est de taille : passée une brève introduction où l’auteure contextualise l’ébullition sociale du début du XXe siècle et la production, parfois très locale, de cartes postales, l’auteure cesse à peu près de s’intéresser à l’objet qu’elle annonce étudier.

5L’ouvrage s’organise en effet autour de huit luttes sociales emblématiques, choisies dans la période pour représenter une diversité de métiers, de lieux et de processus de mobilisation : « noir printemps » porte ainsi sur la grève des porcelainiers à Limoges en 1905, « jacquerie picarde » sur une grève dans les usines de serrurerie de Fressenville, etc. L’auteure alterne ainsi l’analyse des grandes mobilisations dont l’ampleur et la violence marquent l’opinion publique, et sont bien connues des historiens (la révolte des viticulteurs du Languedoc, au chapitre 5), avec des conflits plus localisés (la grève des boulonniers du Chambon-Feugerolles en 1910, par exemple). Chaque conflit est narré, de son déclenchement à la reprise du travail, en passant par les pics de mobilisation, les phases et acteurs de négociation, restituant également la brutalité des répressions et la minceur des résultats. Chaque chapitre s’accompagne en outre d’un « focus » très succinct sur un acteur, une catégorie d’acteurs ou un enjeu transversal : les femmes au travail, l’armée dans la guerre sociale, le sabotage, Benoît Broutchoux…

6L’ensemble du livre met en regard le texte et les cartes postales ; mais au-delà de ce travail sur la maquette, l’auteure ne tire aucun élément de ce matériau d’une richesse méconnue. Là où Pierre Brouland et Guillaume Doizy, par exemple, avaient proposé une typologie des représentations véhiculées par l’abondante production de cartes postales de la Première Guerre mondiale, Anne Steiner délaisse ses sources, manquant son objet et s’en tenant, au fond, à une approche vériste de l’image en histoire – la photographie étant ici convoquée pour attester de ce qui a été.

7Mais outre le fait que l’ambition d’une « histoire en cartes postales » n’est pas mise en œuvre, la mise en récit de ces luttes soulève également des questions. La dimension représentative des conflits retenus par l’auteure, si elle peut être considérée comme pertinente, ne s’accompagne d’aucune approche quantitative permettant une réflexion sur les rythmes et la typologie des conflits (déclenchement, rôle des syndicats, nombre de grévistes, issue du conflit, formes de la mobilisation…). La restitution des conflits retenus, dans leur variété, ne s’attache qu’aux formes les plus spectaculaires de mobilisation contre les progrès de l’industrialisation en France, et ne rend pas compte des diverses formes de conflictualité dans les villes et les campagnes, sur lesquelles les historiens ont pourtant abondamment travaillé.

  • 4 L’auteure reste très floue sur sa méthode de travail : son récit est-il tiré d’un travail d’archive (...)

8Surtout, à aucun moment l’ouvrage ne propose de visée synthétique – il ne comprend pas même une conclusion – ou d’élément d’approfondissement, en particulier d’évocation de sources4. Il laisse donc nettement le lecteur sur sa faim, car l’absence de dimension analytique n’en fait pas vraiment une clé d’entrée convaincante dans la vulgarisation. Ce petit livre (169 pages) à la maquette soignée délaisse donc les précautions scientifiques au profit d’un engagement militant ; c’est d’autant plus regrettable que l’auteure tenait un beau sujet… Il en reste une iconographie très riche et passionnante posant les jalons d’une histoire visuelle des conflits sociaux au début du XXe siècle.

Haut de page

Notes

1 Aline Rippert, Claude Frère, La Carte postale, son histoire, sa fonction sociale, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1983.

2 Clément Chéroux, Ute Eskildsen, La Photographie timbrée. L’inventivité visuelle de la carte postale photographique, Paris, Jeu de Paume / Steidl, 2008.

3 Pierre Brouland, Guillaume Doizy, La Grande Guerre des cartes postales, Paris, Hugo Images, 2013.

4 L’auteure reste très floue sur sa méthode de travail : son récit est-il tiré d’un travail d’archives et d’une synthèse de travaux historiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Lesage, « Anne Steiner, Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 février 2016, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/20091

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Lesage

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Lille 3.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page