Navigation – Plan du site

Vincent Brulois, Philippe Robert-Tanguy (dir.), « Communication en entreprise : chacun cherche sa voie », Sociologies pratiques, n° 30, 2015

Aurélie Dirickx
Communication en entreprise : Chacun cherche sa voie
Vincent Brulois, Philippe Robert-Tanguy (dir.), « Communication en entreprise : Chacun cherche sa voie », Sociologies pratiques, n° 30, 2015, 150 p., Les Presses de Sciences Po.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de Sociologies pratiques regroupe l’essentiel des clés de lecture sur les enjeux auxquels la communication en entreprise doit répondre. Les nouvelles formes d’organisation du travail et les structures en réseau adoptées par certaines entreprises transforment la nature des relations entre salariés et modifient en profondeur la manière de réaliser leur travail. Il faut aujourd’hui communiquer pour travailler, selon Vincent Brulois et Philippe Robert-Tanguy. Ces deux auteurs, qui ouvrent le présent dossier, constatent par ailleurs un fort besoin d’autonomie et d’expression du salarié qui souhaite être reconnu en tant qu’interlocuteur dans l’entreprise. La direction comprend quant à elle la nécessité de se rapprocher de ses collaborateurs et de mieux saisir les réalités issues des pratiques de terrain.

2La communication interne est dès lors chargée d’une triple attente. Elle doit favoriser l’écoute, le dialogue et la collaboration entre pairs ainsi qu’avec la hiérarchie. Guillaume Aper et Christine Donjean voient dans le management collaboratif une manière d’assurer la performance de l’entreprise grâce à l’implication des employés qui se sentent reconnus en tant que parties prenantes de l’organisation. La communication devient alors un véritable outil de management, qui vise à comprendre et à faire participer les acteurs en jeu. Elle endosse de surcroît une fonction stratégique, permettant de décloisonner l’organisation, d’assurer la transversalité de l’information et d’améliorer le climat social de l’entreprise.

3La communication interne s’accompagne de deux défis majeurs pour l’entreprise. Le premier a trait à la gestion de la surcharge informationnelle, créée par la généralisation du recours aux outils numériques qui démultiplient les espaces de communication et qui délivrent une somme importante d’informations en simultané. Le second défi touche à la façon dont l’entreprise doit s’adresser aux collaborateurs, car ces derniers « sont toujours en capacité de mesurer l’écart entre la promesse du discours interne et la réalité des situations de travail » (p. 7). Guillaume Aper note ainsi que la communication interne se destine à une audience spécifique, celle des salariés experts dans leur domaine, dont les attentes sont proportionnelles à ce que l’entreprise leur demande en termes de productivité et d’investissement. Ce constat est partagé par Renaud Berrivin, qui estime capital de fournir à l’employé un retour sur l’utilité de son travail et sur sa participation à la vie de l’entreprise.

4La complexité de la gestion de l’information et de la communication fait saillance dans la contribution de Roland Labregère. L’enquête qu’il a réalisée auprès des inspecteurs de santé publique vétérinaire (ISPV) soulève une forte ambivalence dans les pratiques de communication et dans les injonctions qui les sous-tendent. Les ISPV se voient attribuer une fonction de communication pour répondre à la nécessité de gérer les crises sanitaires. Contraints de fournir une grande quantité d’informations, ils évoquent un manque de circulation de l’information en retour. L’exigence permanente de rendre des comptes à l’administration fait obstacle à leurs pratiques de terrain et à leur professionnalité, faisant d’eux des gens mal armés et incompétents. Roland Labregère dresse en effet le constat que la « communication instrumentalisée, verticalisée et rigidifiée altère le sentiment d’efficacité personnelle » (p. 38). Eloignés de leur véritable mission scientifique et technique, les ISPV éprouvent un sentiment de défiance face à ce qu’ils nomment des outils de « contrôle bureaucratique » (p. 39) peu adaptés, contre-productifs et inopérants.

5Pour Yanita Andonova, les dispositifs d’accès à l’information sont tributaires de l’usage qu’en font les entreprises et exercent une influence directe sur l’activité des salariés. Entre aides à la communication et instruments de contrôle, la frontière est ténue. L’enquête réalisée par Anca Boboc, Fabienne Gire et Jérémie Rosanvallon fournit un second exemple des limites auxquelles se heurtent certains dispositifs de communication. En analysant la manière dont les réseaux sociaux sont utilisés par les salariés issus d’une grande entreprise disposant d’un réseau social interne, les auteurs parviennent à la conclusion que les outils numériques tendent davantage à reproduire les pratiques de communication existantes qu’à les faire évoluer vers un décloisonnement des échanges. Se référant à cette même enquête, Vincent Brulois et Philippe Robert-Tanguy soulignent que « le dispositif ne fait pas la communication, le dialogue ne se décrète pas et dépend fortement du contexte » (p. 3). De même, les utilisateurs de réseaux sociaux à titre privé ne sont pas pour autant disposés à investir ces espaces de partage dans la sphère professionnelle. La valeur ajoutée des réseaux sociaux en entreprise doit donc être pensée autrement pour parvenir à favoriser la circulation de l’information, le partage des compétences et le développement de nouvelles formes de collaboration entre salariés.

6C’est dans cette même volonté de créer du lien dans l’organisation que vient s’inscrire la fonction de « communicant interne ». Ce professionnel de la communication en entreprise a pour missions premières de saisir les attentes et besoins des salariés, de faciliter les échanges entre les échelons hiérarchiques et de favoriser les conditions de dialogue dans l’entreprise. La profession manque pourtant encore de reconnaissance. Incorporés à des pratiques peu visibles, les communicants internes peinent à légitimer leur fonction pour deux raisons principales. Assimilés à des fournisseurs d’outils, ils souhaitent valoriser la finalité de leurs actions orientées vers le relai de l’information, la création d’un dialogue social, le conseil et l’accompagnement. Les outils sur lesquels ils sont évalués ne sont en effet qu’un moyen pour atteindre ces objectifs. L’analyse de Valérie Lépine mène au constat que l’efficacité d’action des communicants internes n’est mesurée qu’à partir de critères quantitatifs (nombre de clics, de connexions, etc.), ce qui exclut la prise en compte de l’activité réelle des communicants, centrée sur la création d’une relation sociale de qualité au sein de l’entreprise.

7Le deuxième facteur susceptible d’expliquer le manque de reconnaissance de la profession trouve son origine dans l’hétérogénéité de profil des communicants internes. Dans leur contribution, Stéphanie Dupouy, Philippe Fenot et Ken Fukuhara s’intéressent à la diversité des parcours de formation, des savoir-faire mobilisés et des collectifs de travail auxquels la fonction est reliée. Son accès est ouvert aussi bien aux diplômés des sciences humaines et sociales qu’aux ingénieurs ou techniciens issus des technologies de l’information et de la communication. Les pratiques mobilisées sont également hétéroclites et peuvent inclure l’événementiel, le conseil, les relations presse, le numérique, etc. Pour finir, la position du communicant dans l’organigramme peut tour à tour se rattacher aux RH, au consulting ou au marketing, ce qui complexifie le développement d’une « éthique de métier commune » (p. 67). Les trois chercheurs observent par ailleurs que l’identité professionnelle des communicants est fortement structurée par la nature de la relation qu’ils entretiennent avec la direction. Leur capacité d’agir est en effet délimitée par la stratégie managériale adoptée dans l’entreprise.

8Jean-Marie Charpentier et Jacques Viers situent l’activité du communicant dans un système de contraintes et de paradoxes. Le niveau d’autonomie et de créativité qui lui est donné vient s’opposer au contrôle de ceux qui commanditent les actions de communication. Ces dernières se confrontent quant à elles au scepticisme des employés en perte de confiance. Pour redonner du sens à l’organisation, la fonction de communication doit rapprocher les salariés et la direction. Les deux auteurs proposent d’aborder la communication en entreprise avec une entrée par les sciences humaines et sociales, qui ouvre sur « de nouvelles grilles de compréhension, d’analyse et d’intervention » (p. 74).

9Interroger les situations et agir sur elles de manière pertinente nécessite de considérer l’entreprise comme un système social avec ses cultures et ses changements structurels. Sous cet angle, l’écoute sociologique fait partie des ingrédients clés de la communication interne, d’après Renaud Berrivin. Les raisonnements et techniques issus de la recherche en sociologie offrent des outils de compréhension qui favorisent le rapprochement entre les salariés et l’organisation. L’administration de questionnaires, la réalisation d’entretiens et la restitution des résultats font partie intégrante des démarches visant à favoriser le dialogue en entreprise, à tenir compte des réalités des employés et à reconsidérer leurs attentes et attitudes vis-à-vis de l’organisation.

10Les six contributions et les deux entretiens qui composent ce dossier nous montrent que la communication en entreprise a une portée stratégique fondamentale pour améliorer la performance de l’entreprise et le bien-être des collaborateurs. L’un des points centraux auxquels s’attache l’ensemble des auteurs concerne l’importance de créer des conditions de dialogue permettant d’impliquer les salariés dans la vie de l’entreprise et de les rendre acteurs de l’organisation. Selon Renaud Berrivin, les managers prennent conscience qu’ils ne sont pas contraints de tout prendre en main et qu’une partie des réponses est à trouver auprès de leurs collaborateurs. Pour apporter de la valeur ajoutée à l’organisation, tout dispositif de communication et de recueil d’informations devrait donc reposer sur les trois principes essentiels que sont le dialogue, le partage et la réciprocité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélie Dirickx, « Vincent Brulois, Philippe Robert-Tanguy (dir.), « Communication en entreprise : chacun cherche sa voie », Sociologies pratiques, n° 30, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 10 février 2016, consulté le 30 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/20094

Haut de page

Rédacteur

Aurélie Dirickx

Doctorante en sciences de l’éducation à l’Université de Genève (thèse portant sur les reconversions professionnelles volontaires) et assistante qualité de vie au travail au Service de la petite enfance en Ville de Genève.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page