Navigation – Plan du site

Christine Détrez (dir.), « Métamorphose. Carte blanche à Christine Détrez. Rumeurs et fantasmes sur le genre », Étoiles d’encre, n° 59-60, 2015

Marie Duru-Bellat
Métamorphose
Christine Detrez (dir.), « Métamorphose. Carte blanche à Christine Détrez. Rumeurs et fantasmes sur le genre », Étoiles d'encre, n° 59-60, 2015, 264 p., Montpellier, Chèvre feuille étoilée, ISBN : 978-2-36795-018-1.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro de la revue littéraire Étoiles d’encre, Christine Détrez, sociologue de la culture et de l’écriture (mais aussi du genre et de la construction sociale des corps) s’est vu confier un dossier d’une cinquantaine de pages sur le thème de la métamorphose. Elle a rassemblé trois textes illustrant tous une forme de décalage, si ce n’est de métamorphose, avec les conceptions convenues du sexe… voire du genre. Elle introduit elle-même ce dossier par un texte intitulé « drôle de genre » : autour de ce mot, donc, qui peut sembler renvoyer à des acquis scientifiques qui ne sont plus discutés chez les chercheurs mais dont les récentes polémiques autour de la « théorie du genre » montrent qu’il n’est pas si évident, si innocent pourrait-on dire, qu’il n’en a l’air.

2Et Christine Détrez de revenir précisément sur ces polémiques qui se sont succédées en France depuis 2011. C’est à cette date que cette notion est introduite dans les programmes de sciences de la vie et de la Terre en lycée. On parlait déjà du genre en sciences économiques et sociales, mais là, c’est au tour des sciences dites dures de consacrer cette notion, dans les chapitres traitant de la sexualité. Le genre semblait alors consacrer dans le même mouvement, puisqu’il se fondait sur la démonstration du caractère construit des « rôles de sexe » (comme le disait la sociologie des années 1950), l’arbitraire de l’hétérosexualité… C’est en effet une assimilation du genre à l’homosexualité qui s’est imposée dans les polémiques (et qui explique ces dernières), alors même que la notion de genre est bien plus large, englobant « l’ensemble des mécanismes de représentation, des injonctions, des assignations qui font d’individus des hommes et des femmes » (p. 9), y compris mais pas seulement dans le domaine de la sexualité. Alors même que le but des innovations lancées par le ministère de l’Éducation était d’élargir ces assignations en ouvrant les possibles pour les garçons comme pour les filles, les opposants y ont vu une menace pour les conceptions dominantes non seulement des rôles masculins et féminins mais de la norme d’hétérosexualité.

3On est là assez loin du genre comme concept aujourd’hui reconnu par les sciences sociales. La plupart des sociologues (en majorité les femmes) s’y sont certes ralliées non sans quelques hésitations, méfiantes par rapport au terme américain gender (dont l’équivalent français est ambigu, vu son sens en grammaire ou dans les études littéraires), après lui avoir préféré un temps l’expression de « rapports sociaux de sexe », plus en phase avec les conceptions des sociétés prévalant alors. Mais petit à petit, le mot s’est imposé, notamment du fait de l’explosion de ce champ de recherche, concomitante avec son ouverture à l’international. Dans des champs proches, le concept, sinon le terme, avait diffusé chez les anthropologues, avec les analyses convaincantes et imagées de Margaret Mead sur le diversité des rôles masculins et féminins prévalant dans les sociétés mélanésiennes : quel apprenti sociologue des années 1970 n’a pas découvert l’arbitraire des rôles de sexe en découvrant que les traits de personnalités et les rôles des Arapesh, des Mundugumors et des Chambulis étaient en décalage avec nos modèles occidentaux ? De leur côté, les historiens complétaient les analyses des sociologues et des anthropologues en concevant le genre comme un système hiérarchique, assignant non seulement des traits et des rôles mais une place dans des relations de pouvoir doublées de représentations symboliques. Le genre est ainsi conçu aujourd’hui comme un concept relationnel – le féminin ne se définit que par rapport au masculin et réciproquement – sans qu’il y ait une symétrie parfaite : même si l’on étudie le prix que paient les hommes à la domination masculine, cette domination n’en existe pas moins.

4Sur un registre différent, les psychiatres et les sexologues américains se rallient au terme de genre sur la base d’observations cliniques, considérées comme pathologiques dans les années 1950, de décalages entre sexe biologique et identité subjective ; l’urgence étant alors d’opérer les corps pour remettre en adéquation le corps avec l’identité, le sexe avec le genre donc. Ces pratiques furent dénoncés comme « preuves de la mégalomanie démiurgique de ceux et celles qui voudraient “corriger” ou “contrarier” la nature » (p. 13). Sans nul doute, la notion de genre perturbe une vision des rapports hommes/femmes commandés par la nature et caractérisés par la complémentarité. Ce qui permet de comprendre la vivacité des débats !

5C’est encore plus vrai des travaux qui ébranlent cette dichotomie sacrée entre l’homme et la femme, que Christine Détrez a choisi de mettre en avant dans ce numéro consacré à la métamorphose. L’étude la plus frappante à cet égard est l’analyse proposée par Brigitte Esteve-Bellebeau et Arnaud Alessandrin de la métamorphose de Thomas Neuwirth (étudiant israélien homosexuel) en Conchita Wurst, cette dernière étant connue pour avoir gagné le concours de l’Eurovision. Comment décrire et nommer celle-ci : s’agissait-il d’un travesti, d’une femme à barbe ou d’une « drag queen » ? Pour l’auteure de cette métamorphose, ces questions n’ont pas d’importance : voilà comme je suis, et tant pis pour les normes sexuelles qui régissent l’apparence ! Oui mais alors, Conchita est-elle encore un être humain, dès lors que la reconnaissance d’un être humain passe par la reconnaissance de son sexe ? Cela rassurerait certes de la décrire comme « femme à barbe » mais ce n’est pas non plus tout à fait ça ; bref, mes mots manquent et les réseaux sociaux rejettent avec violence voire dégoût celui (ou celle) qui refuse d’être comme les autres. Même si ceci est plus ou moins marqué selon les pays (et même si, ce que les auteurs ne soulignent guère, Conchita a fini par gagner…), la violence des réactions « met en lumière notre difficulté à penser le monde dans d’autres catégories que celles d’une binarité dissociant le pur et l’impur, le féminin et le masculin, le propre et le sale… » (p. 45), C’est bien de l’exclusion de certains ou de certaines de l’humanité qu’il s’agit.

6L’exclusion guette en fait tous les déviants et déviantes par rapport aux modèles de genre convenus. Le texte de l’anthropologue Marie Goyon sur la pratique de la broderie traditionnelle dans les provinces du Nord Canada en apporte d’autres exemples. Alors que la transmission de ces savoirs se faisait de mères en filles, apparaissent des transmissions « déviantes » qui vont toutes faire l’objet, à des degrés divers, de réprobation sociale. Dans certains cas, ce sont les filles qui se chargent de réapprendre cette pratique à leurs parents, dans d’autres, les jeunes générations se forment elles-mêmes et revendiquent à titre personnel un statut d’artiste. Ce qui choque, c’est que les brodeuses formées selon les modalités traditionnelles n’étaient pas seulement des artisanes compétentes ; en apprenant de manière souvent fastidieuse à maîtriser leurs techniques, elles s’étaient montrées conformes au modèle traditionnel féminin et pouvaient ainsi tenir une place reconnue, voire sacrée, dans les relations entre les sexes et les générations. Faire de la broderie une pratique choisie et apprise par des individu-e-s bouleverse ce modèle de la Femme docile gardienne des traditions. Ces personnes, on doute alors qu’elles soient vraiment des femmes, et dans certains cas, on va jusqu’à les désigner par une expression spécifique « two spirit people », pour traduire cet entre-deux.

7Pour conclure sur la force des modèles culturels, un bref texte littéraire, écrit par un membre dont on ignore le nom (membre d’une association de lutte pour les droits des minorités) décrit un pays imaginaire où la norme sociale dominante serait l’homosexualité. Tant les mœurs quotidiens que les pressions culturelles pèsent sur ceux et celles qui se sentent attirés par l’autre sexe, et composent ce qui est sans doute aux yeux de l’auteur l’envers de notre monde, sans que le portrait soit aussi frappant que celui fait, par exemple, par des auteurs tels que Thierry Hoquet quand il décrit une société qui ignorerait le sexe des personnes (dans son ouvrage Sexus nullus1). Toujours est-il qu’on referme ce dossier en se disant que rien, vraiment rien, n’est figé avec le genre, mais aussi que la société n’est pas sans verrouiller le plus strictement possible le régime de genre dominant.

Haut de page

Notes

1 Thierry Hocquet, Sexus nullus, ou l’égalité, Donnemarie-Dontilly, Éditions iXe, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Christine Détrez (dir.), « Métamorphose. Carte blanche à Christine Détrez. Rumeurs et fantasmes sur le genre », Étoiles d’encre, n° 59-60, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 février 2016, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20106

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page