Navigation – Plan du site

Hélène Pétry, Envoie-moi un message. Les adolescents connectés et leurs réseaux numériques à Paris et à Rio de Janeiro

Svetlana Dimitrova
Envoie-moi un message
Hélène Pétry, Envoie-moi un message. Les adolescents connectés et leurs réseaux numériques à Paris et à Rio de Janeiro, Paris, Éditions Recherches, 2015, 366 p., ISBN : 978-2-86222-090-1.
Haut de page

Texte intégral

1Les usages généralisés de TIC sont souvent interprétés en termes d’extension de la démocratie ou de révolution numérique. Le constat de la centralité des pratiques numériques dans le quotidien de tous les adolescents semble largement partagé. Ces pratiques « déterritorialisées » conduisent-elles les adolescents à des références culturelles et à des contacts sociaux différents de ceux qu’ils ont dans le monde non virtuel immédiat ? Quel type de ressources les lycéens de milieux défavorisés acquièrent-ils ? Voici les interrogations qui guident l’analyse d’Hélène Pétry dans son ouvrage.

2Cette étude comparative se base sur un travail de terrain mené dans deux grandes métropoles, Paris et Rio de Janeiro. L’analyse se focalise sur deux lycées de quartiers défavorisés. À travers une enquête qualitative, l’auteure tente de comprendre des variations entre les pratiques numériques de ces jeunes, au-delà des données quantitatives disponibles sur les usages d’Internet et de téléphones portables en France et au Brésil. L’approche se situe à l’intersection de plusieurs disciplines (sociologie de l’éducation, SIC, science politique) et elle a l’ambition de transcender le nationalisme méthodologique.

3La première partie de l’ouvrage retrace les débats sur les TIC. L’auteure rappelle que certaines visions inscrivent l’usage des TIC dans une idéologie de croissance économique reposant sur la compétition, d’autres promeuvent ces technologies comme des biens communs collaboratifs. Hélène Pétry montre également que si la « société d’information » est un projet politique, elle est aussi un objet sociologique. Les conclusions de nombre d’études sociologiques empiriques récentes convergent : les équipements, les compétences et les usages des TIC se sont démocratisés, mais les inégalités se sont déplacées sans disparaître, en continuant à accroître le capital économique et éducatif des groupes avantagés.

4La deuxième partie, « Le capital culturel redéfini », aborde les pratiques numériques des adolescents. C’est ici que nous accédons aux matériaux originaux de terrain (observations et entretiens auprès des adolescents des lycées surnommés Rio Sud et Paris Nord, données quantitatives). Les supports numériques modifient-t-elles les pratiques culturelles dans leur nature ? La parole est donnée aux adolescents. Les jeunes Cariocas et Franciliens interrogés possèdent des téléphones portables et s’en servent pour écouter de la musique ; ils utilisent Internet pour télécharger et/ou regarder des vidéos et des films. Les analyses montrent que la majorité des pratiques numériques s’inscrivent dans la continuité des loisirs adolescents observés depuis les années 1980, autour des médias audiovisuels traditionnels (musique, télévision, vidéos, séries). La télévision continue d’être une des principales activités de loisir, dont une partie s’effectue désormais en ligne. L’évolution la plus significative réside dans le partage des activités culturelles et de loisir sur les réseaux sociaux. Grâce aux publications sur les sites de réseautage comme Facebook ou Orkut, les loisirs traditionnels acquièrent une visibilité nouvelle. Les stratégies de publication de contenus, régies par la logique de nouveauté et d’expertise, participent à l’incessante reformulation des identités numériques. C’est ainsi que la connectivité du jeune devient une composante importante de cette identité mouvante. En outre, la valorisation de la créativité par la communauté d’amis tend à déplacer les légitimités : de la consommation vers la production de contenus.

5Mais le savoir-faire développé par les adolescents dans leurs pratiques numériques de loisir est-il une valeur qui s’ajoute à leur capital culturel, tout comme les connaissances transmises par l’institution scolaire ? Dans le cadre scolaire, les usages numériques tendent à se limiter aux recherches documentaires sur Internet. Les enquêtés français recourent au web seulement en complément à leurs supports de cours ; les enquêtés brésiliens, quant à eux, l’utilisent à égalité avec les cours des différentes disciplines. L’accès aux informations que permet l’Internet facilite le travail de l’enseignant, aussi bien que celui de l’élève à Rio. En effet, leur lycée n’est pas équipé d’un centre de documentation. En revanche, dans le lycée français, l’acquisition de codes et de compétences numériques spécifiques (par exemple la recherche documentaire) demeure pensée comme partie intégrante du travail des jeunes, la culture scolaire étant marquée par l’effort. Le système scolaire français attribue aussi aux notes une valeur plus importante. Le rapport aux connaissances n’est donc pas seulement une question d’accès aux informations. Si Wikipédia est la source d’information préférée des élèves interviewés des deux métropoles, ils ne se sentent pas légitimes pour produire des contenus. Quand on évoque la possibilité de modifier des contenus, ils pensent immédiatement à des modifications malveillants (appelés « vandalismes » par les Wikipédiens). La maîtrise de la langue et le fort capital culturel continuent d’être décisifs dans les rapports de pouvoir symbolique. Malgré les évolutions pédagogiques apportées par la critique les deux dernières décennies, l’identité d’élève semble être toujours fondée sur un statut de récepteur ignorant qui se définit par opposition à un professeur savant.

6Ainsi, en France, les compétences numériques sont évaluées à travers le Brevet informatique et internet (B2i) mis en place progressivement par les établissements scolaires à partir de 2000. Les paroles des élèves rendent compte d’une situation quelque peu paradoxale : l’école vient sanctionner des apprentissages extrascolaires et valide dans une large mesure le capital culturel des familles. Ce paradoxe est encore entretenu par le fait que certains enseignants ont eux-mêmes des difficultés dans l’utilisation des TIC. Enfin, même si les pratiques numériques des jeunes influent peu sur leur capital scolaire, elles entrent en jeu dans la valorisation de leur « profil employable ». En effet, ces adolescents de milieux populaires leur accordent de l’importance dans leur CV, à la rubrique de leurs « autres compétences ».

7Ce sont toutefois les pratiques de sociabilité que les usages numériques des adolescents affectent. La troisième partie de l’ouvrage, « Le capital social multiplié », se consacre à cette question. Les communications numériques sont souvent considérées comme des alternatives aux rencontres physiques. Dans cette perspective, elles permettent aux individus de nouer des contacts sans se déplacer mais elles les isolent. Pourtant, les communications numériques des jeunes, telles que l’auteure les a observées dans les deux métropoles, peuvent encourager la mobilité spatiale et stimuler les rencontres physiques. De plus, le numérique semble influer sur les perceptions de distance et de proximité sociale. Ni la multiplication des opportunités numériques de socialisation, ni le maintien des contacts tissés en coprésence n’enferment forcément les adolescents dans le « groupe des pairs ». La virtualité du réseau social peut ouvrir à diversification du capital social des jeunes enquêtés. Comme les observations du terrain le démontrent, les affinités se tissent souvent au-delà de l’homophilie sociale.

8Le livre reprend une thèse de doctorat dans son intégralité. Une version abrégée de la recherche, introduisant les matériaux originaux de terrain dès la première partie, aurait permis à l’ouvrage de toucher un public plus large. Car, par sa thématique, l’étude s’adresse à tous ceux qui s’intéressent aux médias, qui veulent en apprendre plus sur les jeunes et leurs pratiques numériques au quotidien ainsi que sur les relations entre TIC et éducation, mais aussi à ceux qui sont curieux de mieux comprendre ce qui rapproche et ce qui sépare les jeunes issus de milieux défavorisés, au-delà du clivage nord/sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Svetlana Dimitrova, « Hélène Pétry, Envoie-moi un message. Les adolescents connectés et leurs réseaux numériques à Paris et à Rio de Janeiro  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 12 février 2016, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20113

Haut de page

Rédacteur

Svetlana Dimitrova

Docteure en sociologie à l’IRIS-EHESS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page