Navigation – Plan du site

Pascal Hintermeyer (dir.), Foucault post mortem en Europe

Jean-Baptiste Devaux
Foucault post mortem en Europe
Pascal Hintermeyer (dir.), Foucault post mortem en Europe, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2015, 194 p., ISBN : 978-2-86820-927-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Classement établi en 2014 par l’Institute of scientific information de Thomson Reuters, selon la mé (...)

1L’audience des travaux de Michel Foucault n’a cessé de croître depuis sa mort il y a maintenant plus de trente ans, faisant de lui l’auteur le plus cité au monde dans des publications académiques1. Cette permanence de l’œuvre foucaldienne dans le champ des sciences sociales interroge puisque, contrairement à d’autres, Foucault n’a jamais fondé de revue ou d’institution garantissant la pérennité d’une école de pensée. Elle questionne d’autant plus que, si l’on sait l’importance acquise par ces travaux aux États-Unis (et plus largement par l’ensemble des auteurs que l’on pourrait regrouper derrière la bannière de la French theory), ces derniers sont longtemps restés marginaux et teintés d’hérésie à l’est de l’Atlantique. Qu’en est-il alors de la réception de Foucault dans les sciences sociales et le champ académique en Europe depuis sa mort ?

  • 2 Eribon Didier (dir.), L’infréquentable Michel Foucault : renouveau de la pensée critique, Paris, EP (...)

2C’est à cette question que l’ouvrage dirigé par le sociologue Pascal Hintermeyer tente de répondre au travers du recueil de quatorze contributions issues d’un colloque organisé à Strasbourg en 2014, à l’occasion du trentième anniversaire de la mort du philosophe. Si la réception et la postérité d’une telle œuvre ont déjà donné lieu à plusieurs travaux, comme celui dirigé par Didier Eribon, L’infréquentable Michel Foucault2, ce livre offre des éclairages originaux traversés par le souci d’interroger l’œuvre de Foucault dans l’éclectisme qui lui est propre, en se préservant de l’écueil qu’aurait été une série d’étude de cas limitée au seul champ francophone. C’est bien la circulation d’une œuvre post mortem dans l’espace européen des sciences sociales que les différents contributeurs interrogent, donnant des éléments de réflexion sur la fécondité des travaux de l’auteur de Les Mots et les choses tout en éclairant la structuration du champ intellectuel européen depuis le milieu des années 1980. L’ouvrage est organisé en quatre parties. La première questionne la manière selon laquelle il convient de lire Foucault au travers des questions que son œuvre soulève (statut de l’auteur, conception du sujet…). Les seconde et troisième parties interrogent la réception de Foucault dans différentes discipline (sociologie, science politique, psychiatrie) et les usages que celles-ci ont faits de l’œuvre protéiforme du philosophe. Enfin, la dernière partie est une contribution originale à la lecture de l’œuvre de Foucault, la faisant dialoguer avec celles d’autres intellectuels que sont Pierre Bourdieu, Jürgen Habermas et Quentin Skinner.

3Cet ouvrage peut donc être lu d’abord comme une contribution à une histoire sociale des idées, celle de la pensée d’un philosophe traversé elle-même par la question de la circulation et de l’usage des savoirs. Penser l’œuvre de Foucault avec Michel Foucault nous oblige, comme le souligne Jean-François Bert, à nous défaire de l’analyse herméneutique pour interroger les espaces de réception et de discussion des travaux qui contribuent à faire de cette œuvre un « chantier perpétuellement ouvert » (p. 16). L’une des premières hypothèses émises par différents auteurs pour comprendre et saisir la diversité des usages de Foucault dans le temps est la suivante : le philosophe a toujours cherché à penser contre lui-même, s’affranchissant des carcans théoriques et méthodologiques qu’il a pu construire. Jean Zoungrana éclaire l’obstination tenace déployée par Foucault pour s’opposer à ceux qui souhaitaient ranger son œuvre derrière la bannière du structuralisme. En cherchant à se prémunir de tout étiquetage, Foucault réussit non seulement à préserver l’apparente originalité de son travail mais aussi à assurer la postérité de ses écrits au-delà de la conjoncture favorable à une école de pensée. Cette appétence pour le décloisonnement des savoirs l’a amené à dialoguer avec de nombreuses disciplines dans les sciences sociales. Avec la psychanalyse, comme le détaille Jean-Pierre Warnier dans sa contribution, qui met en exergue les passerelles importantes entre les travaux de Lacan et Foucault, notamment dans leur volonté de se défaire de la catégorie « sujet » ; ou avec la sociologie critique, Foucault s’étant très tôt demandé « comment nous sommes devenus ce que nous sommes, dans nos rapports aux instituions, aux normes, aux autres, à la science, à la vérité, à la subjectivité, au corps, au désir, etc. », explique Pascal Hintermeyer (p. 53).

  • 3 À propos de l’intellectuel spécifique, voir Foucault Michel, « La fonction politique de l’intellect (...)

4Michel Foucault est, selon des études bibliométriques publiées dans plusieurs contributions, aujourd’hui le plus cité, d’abord en philosophie, puis en sociologie, en histoire et en science politique. L’ouvrage témoigne de l’intérêt des sociologues pour Foucault puisque c’est cette discipline qui y est la mieux représentée (six contributions). Le travail du philosophe autour des configurations discursives, des questions de pouvoir et de domination ainsi que sa réflexion autour de la figure de l’intellectuel spécifique3 auraient permis à la sociologie d’explorer de nouveaux horizons et de dépasser ses propres limites, comme l’explique Pascal Hintermeyer. Deux contributions originales méritent une attention particulière. Celle de Nicoletta Diasio, qui examine la manière selon laquelle Foucault offre des instruments pour penser les catégories comme l’âge et tout particulièrement ce qu’elle nomme « le gouvernement des enfants » (p. 97), et celle de Flavien Le Bouter, qui montre comment les approches sociologiques des médias en Allemagne ont profondément renouvelé leur cadre analytique en intégrant à leur répertoire la notion de « dispositif ». Par ailleurs, l’auteur de Naissance de la clinique a largement inspiré les savoirs psychiatriques, comme le révèle Elisabetta Basso dans l’étude qu’elle réalise de la réception des travaux du philosophe chez les psychiatres italiens (notamment proches de Basaglia) ou allemands (proches du courant de la « sozialpsychiatrie »). On découvre alors un Foucault producteur de savoirs inspirant la réforme de dispositifs médicaux et psychiatriques.

5De la lecture de ce livre se dégagent deux éléments qui traversent les diverses réceptions de l’œuvre de Foucault. D’une part, il convient d’apprécier l’idée selon laquelle la réception d’une telle œuvre n’a pu se faire qu’aux marges de chaque discipline. Le politiste Jean-François Bayart rappelle qu’il ne lui a été possible de faire usage de Foucault que du fait de son appartenance à un courant marginal en science politique (l’étude des aires culturelles socio historique comparée du politique). De même, l’emprise du philosophe sur les travaux de sociologie, alors qu’il est absent dans la plupart des revues canoniques de la discipline, interroge. Cette pensée a en réalité irrigué la sociologie par le travail de « passeurs », en marge de l’institution (mais pleinement reconnus aujourd’hui), comme Pierre Lascoumes, Robert Castel ou encore Judith Butler. D’autre part, les usages de Foucault varient largement selon les champs et les ressources des acteurs. Pour le sociologue Jérôme Lamy, l’influence du philosophe dans ce qu’il est convenu d’appeler les STS (science and technology studies) s’est opérée au détriment d’une lecture exigeante de son œuvre et d’un recours approprié aux instruments d’analyse fournis par lui. Le regard apporté par Maria Solarska sur l’histoire des femmes en Pologne permet également de voir qu’il est insuffisant de se réapproprier les questionnements ouverts par le philosophe si le travail ne s’accompagne pas d’une problématisation des catégories (ici, la catégorie « femmes »), faute de quoi la pratique intellectuelle se défait de son potentiel critique.

  • 4 Michel Foucault, Le corps utopique suivi de Les hétérotopies, Fécamp, Nouvelles éditions Lignes, 20 (...)

6En conséquence, cet ouvrage peut être lu comme un manuel d’introduction à l’usage de Foucault dans les sciences sociales, tant la diversité des propos rassemblés témoigne d’une pensée qui n’a cessé d’interroger l’ensemble des disciplines du champ scientifique. Par-delà la question de la réception d’une œuvre en Europe, il donne à voir l’actualité des problèmes soulevés par la pensée du philosophe, et la façon dont les métaphores et catégories analytique qu’il a développées ont irrigué le champ. Il en va ainsi de la biopolitique, du lien profond qu’il souligna entre savoirs et dispositifs de pouvoir, de la question de la postmodernité ou encore de la fécondité d’hypothèses ouvertes comme celles des hétérotopies, analysées dans la contribution de Jérôme Lamy4. Chaque pensée doit faire face au danger de s’installer dans de confortables récupérations. L’un des moyens d’y remédier est de chercher à faire dialoguer la pensée du philosophe avec celles d’autres savants et penseurs critiques. Jean-François Bayart souligne qu’il n’est pas possible aujourd’hui de penser Foucault sans faire résonner ses travaux avec ceux de Gilles Deleuze, tout comme la contribution de Christophe Pébarthe évoque les liens étroits entre les travaux de Foucault et ceux de Bourdieu autour des questions du pouvoir et de la gouvernementalité. La politiste Stéphanie B. Martens souligne que l’étude du libéralisme s’enrichit avec Michel Foucault d’un fructueux dialogue avec Quentin Skinner et les travaux de l’école de Cambridge, dans une relation attentive aux savoirs, à leur production et leurs contextes d’énonciation. Enfin, le travail réalisé par le philosophe Thomas Bolmain sur les rapports entre Habermas et Foucault autour de la question de la postmodernité révèle une pensée foucaldienne hybride, prise en étau entre un attachement à la tradition critique héritée de la modernité et une éthique politique postmoderne. En faisant dialoguer les travaux de penseurs avec qui Michel Foucault a peu discuté, comme Quentin Skinner ou Jürgen Habermas, ce recueil de contributions interroge une œuvre qui se révèle féconde, critiquable et dans l’inconfort d’une pensée toujours ouverte.

Haut de page

Notes

1 Classement établi en 2014 par l’Institute of scientific information de Thomson Reuters, selon la méthode de « l’impact factor ».

2 Eribon Didier (dir.), L’infréquentable Michel Foucault : renouveau de la pensée critique, Paris, EPEL, 2001.

3 À propos de l’intellectuel spécifique, voir Foucault Michel, « La fonction politique de l’intellectuel », in. Dits et Ecrits II, Paris, Gallimard, 2010, p. 109-114

4 Michel Foucault, Le corps utopique suivi de Les hétérotopies, Fécamp, Nouvelles éditions Lignes, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Devaux, « Pascal Hintermeyer (dir.), Foucault post mortem en Europe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 février 2016, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20116

Haut de page

Rédacteur

Jean-Baptiste Devaux

Doctorant en science politique, IEP de Lyon, Laboratoire Triangle.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page