Navigation – Plan du site

Jean-Samuel Beuscart, Pierre-Marie Chauvin, Anne Jourdain et Sidonie Naulin (dir.), « La réputation et ses dispositifs », Terrains et Travaux, n° 26, 2015

Julie Alev Dilmaç
La réputation et ses dispositifs
Jean-Samuel Beuscart, Pierre-Marie Chauvin, Anne Jourdain, Sidonie Naulin (dir.), « La réputation et ses dispositifs », Terrains & travaux, n° 26, 2015, Cachan, ENS Cachan.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Entre autres : Origgi Gloria, La réputation. Qui dit quoi de qui, Paris, PUF, 2015, compte rendu d’ (...)

1Cet ouvrage a pour objectif d’apporter un nouveau regard sur la réputation et les dispositifs utilisés en vue de la forger. Si cette thématique a déjà été traitée par d’autres auteurs1, l’originalité de l’ouvrage est qu’il montre comment Internet est devenu un vecteur puissant de la réputation des individus. Le premier apport de ce livre est qu’il pose un nombre important de questions, trop souvent oubliées, permettant de clarifier la définition de la renommée. Qu’est-ce que la réputation ? Avec qui les individus la forgent-ils ? Quels sont les moyens employés aujourd’hui pour la maintenir ? Autant de problématiques soulevées par les auteurs. Ainsi, décrire « la nature “cognitive” d’une considération sociale circulant dans des collectifs et la nature “métrologique” des dispositifs » (p. 10) est l’objectif que se sont donné les auteurs de ce numéro de Terrains et Travaux.

2On en retient, de manière non exhaustive, que la réputation est une forme de considération qui ne peut être appréhendée sans une référence aux types de médiations qui rendent possible sa diffusion. La logique réputationnelle repose ainsi sur divers leviers qui peuvent être aussi bien langagiers que matériels, mais aussi qui mettent en scène divers acteurs, autant les pairs, les critiques que tout autre public. De plus, la réputation semble ne pouvoir être pensée sans son rapport à la visibilité, à savoir au fait d’exister aux yeux du public. C’est pourquoi de nombreuses stratégies sont mises en place, ou plutôt, comme les nomment les auteurs de l’ouvrage, des « dispositifs », afin de maintenir et de « gérer » cette présence. Le but ultime de l’individu soucieux de sa réputation étant d’« exister sur la scène publique dans un contexte marqué par une forte concurrence » (p. 43).

3La réputation est constamment soumise au jugement des pairs et n’est jamais acquise de façon définitive. L’individu se doit donc de la « travailler ». Ainsi, pour exister dans l’immensité du marché, l’artiste doit chercher à imposer son autorité, son œuvre et même sa personnalité, et ceci ne peut se faire sans fracas. Or, si l’individu se doit de gérer sa réputation pour exister aux yeux de l’audience et obtenir la reconnaissance, l’authenticité doit bien entendu rester le mot d’ordre.

  • 2 Notamment : Greif Avner, « Reputation and Coalitions in Medieval Trade: Evidence on the Maghribi Tr (...)

4L’introduction pose un rappel des travaux les plus signifiants sur la réputation2. Elle recense les diverses notions liées à la réputation, telles que la reconnaissance, l’honneur, la morale ou encore la célébrité, rappelle que ce concept est fondamentalement transdisciplinaire, mais aussi « trans-milieux » puisqu’on le retrouve aussi bien dans la religion ou en économie, que dans les mondes littéraire, universitaire ou scolaire, sportif et même virtuel.

5Les deux premiers articles, celui de Frédérique Giraud d’une part et celui d’Émilie Saunier d’autre part, s’engagent à décrire le travail réputationnel, respectivement, d’Émile Zola et d’Amélie Nothomb, en se basant sur leurs parcours littéraires. On constate ici que la réputation de l’écrivain est intimement liée à son œuvre et à sa visibilité. Ainsi, la nouveauté apportée par ces deux articles est qu’ils montrent comment la valeur d’une œuvre est associée à la mise en scène de son auteur et comment la réputation tend à dépendre d’une présence médiatique calculée qualifiée de « politique de visibilité ». La réputation se veut donc élaborée et surtout entretenue. Ainsi, à travers deux terrains d’étude littéraires, les auteures décrivent le travail collectif visant à la construction et à l’orientation de la réputation de ces deux écrivains.

6Dans la même optique, Jean-Samuel Beuscart et Kévin Mellet tentent quant à eux de cerner le sens que les vidéastes qui publient des productions sur Youtube ou Dailymotion donnent à leur réputation sur Internet. Cette notoriété virtuelle peut-elle se convertir en réputation artistique, valorisable sur les marchés du travail ? Il en ressort que les audiences non seulement forgent la notoriété, qui peut être rentabilisée par le partage publicitaire, mais constituent aussi un indice du talent des vidéastes sur Internet, ce qui leur permet de construire leur réputation.

7Les articles cités ci-dessus, mais aussi celui de Géraldine Bois, Émilie Saunier et Olivier Vanhée sur le travail réputationnel des éditeurs et blogueurs dans le domaine littéraire, ont pour point commun de mettre en avant l’importance de l’interdépendance entre le regardé et le regardant sur Internet ; c’est-à-dire la relation fondamentale entre celui qui cherche la reconnaissance (et qui souhaite se bâtir une réputation) et celui qui accepte de poser son regard sur le support partagé. Ceci démontre que la réputation est interactive et surtout réflexive : ainsi, s’il est vrai que le public fait et défait la réputation d’un tiers, il est tout aussi vrai que l’individu, par certains mécanismes, a le pouvoir d’orienter, de provoquer et de maintenir sa propre renommée.

  • 3 Voirol Olivier, « Présentation. Visibilité et invisibilité : une introduction », Réseaux, n° 129-13 (...)

8Or, si la reconnaissance suppose la visibilité, la visibilité ne garantit en aucun cas la reconnaissance3. Ainsi, être présent dans le monde virtuel ne suffit pas pour acquérir une réputation. C’est ce que s’emploie à démontrer l’article de Dominique Boullier et Audrey Lohard qui livre une analyse des services numériques proposés en vue de « mesurer » la e-réputation. On constate que la réputation ne s’impose plus comme la simple opinion d’un individu sur un autre, mais qu’elle intègre des processus plus complexes : elle peut être désormais classée, notée, évaluée, diagnostiquée et même calculée. Des services de promotion et de gestion de la réputation sont dorénavant proposés pour prévenir un risque de réputation négative, voire de discrédit. La réputation prend place au cœur même du marché : sur Internet, le capital symbolique rend désormais possible le profit économique puisque chaque vue est rentabilisée. L’ouvrage apporte d’ailleurs une nouvelle dimension à la définition de la réputation : celle-ci ne s’applique plus seulement aux individus, mais s’étend aux marques, aux objets, aux entreprises et même aux institutions.

9La logique marchande semble d’ailleurs jouer un rôle important dans l’émergence de cette nouvelle appréhension de la réputation, illustrée par Baptiste Kotras dans son article : il y montre comment les entreprises américaines et françaises tirent parti des bribes d’opinion contenues dans des discussions entre consommateurs sur les blogs, les forums et les réseaux sociaux, « pour mesurer en temps réel la réputation des organisations marchandes et informer leur action stratégique » (p. 128). Les opinions des clients sont récoltées, recensées puis étudiées pour être ensuite réutilisées dans la constitution de la réputation. Il ne s’agit donc plus d’une simple mesure de l’opinion, mais d’une réelle exploitation stratégique de celle-ci en vue de parfaire l’image de marque des organisations marchandes.

  • 4 Quartier d’une commune de la région parisienne.

10Marie Benedetto-Meyer et Nicolas Klein montrent comment un blog destiné à informer les habitants de Bellevue4 d’un projet immobilier qui touche leur quartier est mobilisé de manière informelle par un conseiller de l’entreprise de télécommunication Orange, en vue de maintenir la présence de la marque sur Internet. Pour les auteurs, cette présence a permis de cerner l’émergence d’une nouvelle relation entre l’entreprise et le client. L’article démontre aussi que si le blog peut être utilisé pour la vente et de la promotion d’un service, il est de même un moyen d’engager des relations privilégiées et personnalisées avec les consommateurs, acteurs qui ont le pouvoir de constituer la réputation de l’entreprise.

  • 5 Label d’un classement des formations préparant à un master, un MS ou un MBA, fondé en 1994 par un c (...)

11La troisième partie de l’ouvrage regroupe trois articles conséquents ; elle développe de manière plus technique la relation entre la réputation et la gestion de celle-ci à travers des exemples pris dans divers domaines tels que l’éducation et le sport. L’article de Stéphanie Mignot-Gérard et François Sarfati explore les dispositifs de jugements dans de l’enseignement supérieur et la recherche à la lumière d’une analyse du classement « Super Master »5. Les auteurs démontrent ici que si les étudiants indexent leur choix d’orientation sur ce classement, ils en sont de même des acteurs réactifs : les usagers sont parties prenantes du maintien du classement, classement qui consolide la réputation des filières universitaires. Cette idée est d’ailleurs prolongée par Johann Chaulet et Marie-Pierre Bès, dont la recherche porte sur les réseaux de diplômés de grandes écoles. D’après les auteurs, les réseaux d’alumni des écoles françaises de commerce et d’ingénieur permettrait de maintenir la réputation de ces établissements, d’inscrire les étudiants dans une histoire collective, mais aussi de contrôler l’image de l’institution. L’article introduit le concept de « capital réputationnel », qui renvoie à une forme de capital social visible liée à la possession d’un réseau durable de relations et qui signe l’appartenance à un groupe dont les membres entretiennent des liens permanents et utiles. Le site relie les individus autour d’une même identité, celle de l’école côtoyée, et ces sentiments d’attachement et de loyauté à l’institution pérennisent la réputation de celle-ci. Quant à Julie Demeslay et Olivier Le Noé, à travers des enquêtes effectuées dans le domaine de l’escrime et le judo, ils montrent comment la réputation fondée sur l’expérience a laissé place à celle reposant sur la performance.

  • 6 Chauvin Pierre-Marie, « La sociologie des réputations. Une définition et cinq questions », Communic (...)

12Dans l’ensemble, il ressort de ce dossier que tout peut être utilisé comme dispositif et comme « arène réputationnelle »6. L’apport principal de l’ouvrage est qu’il met en avant le glissement définitionnel de la réputation, glissement d’une considération qui renverrait au nom, à la notoriété et à la renommée, vers une réputation qui se voudrait quantifiable, basée sur la performance et qui viserait le profit.

Haut de page

Notes

1 Entre autres : Origgi Gloria, La réputation. Qui dit quoi de qui, Paris, PUF, 2015, compte rendu d’Anaïs Déas pour Lectures : https://lectures.revues.org/19655 ; Origgi Gloria (dir.), « La réputation », Communications, n° 93, 2013.

2 Notamment : Greif Avner, « Reputation and Coalitions in Medieval Trade: Evidence on the Maghribi Traders », Journal of Economic History, vol. 49, n° 4, 1989, p. 857-882 ; Bellah Robert, « The Meaning of Reputation in American Society », California Law Review, vol. 74, n° 3, 1986, p. 743-751.

3 Voirol Olivier, « Présentation. Visibilité et invisibilité : une introduction », Réseaux, n° 129-130, 2005, p. 9-36.

4 Quartier d’une commune de la région parisienne.

5 Label d’un classement des formations préparant à un master, un MS ou un MBA, fondé en 1994 par un cabinet spécialisé dans l’orientation personnalisée pour les étudiants.

6 Chauvin Pierre-Marie, « La sociologie des réputations. Une définition et cinq questions », Communications, n° 93, p. 131-145.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Alev Dilmaç, « Jean-Samuel Beuscart, Pierre-Marie Chauvin, Anne Jourdain et Sidonie Naulin (dir.), « La réputation et ses dispositifs », Terrains et Travaux, n° 26, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 15 février 2016, consulté le 09 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20120

Haut de page

Rédacteur

Julie Alev Dilmaç

Maitre de conférences en sociologie, Cyprus International University.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page