Navigation – Plan du site

Olivier Voirol (dir), « Autour d’Axel Honneth. Reconnaissance et communication », Réseaux, n° 193, 2015

Fanny Thomas
Autour d'Axel Honneth
Olivier Voirol (dir.), « Autour d'Axel Honneth. Reconnaissance et communication », Réseaux, n° 193, 2015, La Découverte, ISBN : 9782707188151.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Réseaux « Autour d’Axel Honneth », coordonnée par Olivier Voirol, est une mise en exergue de la diversité des usages possibles de la pensée d’Honneth pour l’analyse des modalités contemporaines de communication sociale : réseaux sociaux informatisés, jeux en ligne, médias, internet, etc. Quels sont les enjeux interactionnels et les spécificités de ces pratiques communicationnelles ? Dans quelle mesure concourent-elles à l’élaboration de l’espace public ? Bien qu’Axel Honneth se soit peu intéressé à ces domaines de la vie sociale, les contributeurs de ce dossier montrent en quoi la théorie de la reconnaissance participe à rendre intelligible les rapports entre les acteurs au sein d’espaces publics, même dématérialisés.

2Le principal enjeu pour le chercheur est d’objectiver des dynamiques publiques, des mécanismes interactionnels dont la lutte pour la reconnaissance serait une force vivante. Le travail du chercheur repose sur l’objectivation de la réalité normative incorporée et mobilisée par les acteurs. La richesse de ce dossier repose d’abord sur la discussion rigoureuse de la théorie de la reconnaissance, de ses fondements et de son positionnement systématique au sein de l’espace des disciplines philosophique, psychanalytique comme sociologique. Ensuite, les interrogations transversales aux articles permettent au lecteur de rester attentif aux différents problèmes et enjeux conceptuels que pose l’ambition théorique d’Axel Honneth. Dans quelle mesure est-il possible d’objectiver l’état normatif d’une société ? Sur quels types de concepts pratiques repose t-elle ? Dans quelle mesure pouvons-nous mettre en évidence les différents paradoxes à l’œuvre dans les structures sociales, institutionnelles comme mentales ? Enfin, au-delà du thème même de la communication sociale, ce dossier montre de quelle manière la posture sociologique critique défendue par Axel Honneth constitue en soi une attitude, une méthode et un cadre d’analyse pour le chercheur de terrain.

3Dans un premier article, Axel Honneth, traduit par Olivier Voirol revient sur le concept de « maladie de la société ». Dans quelle mesure le chercheur en sciences sociales peut-il, à l’instar d’un médecin, poser un diagnostic sur l’état de santé d’une société ? Voire, quelle est sa capacité d’agir sur cet état de santé ? L’opposition entre normal et pathologique dans ce cadre pose plusieurs problèmes. Elle présuppose une norme légitimée, historiquement située, intégrée, reconnue, incorporée par les individus et régulatrice des comportements sociaux. Elle présuppose également que des mécanismes sous-jacents de reproduction sociale soient considérés comme des dysfonctionnements. Elle questionne encore le degré de tension entre l’individu et la société, entre les règles normatives et les sujets.

4L’article d’Olivier Voirol aide à se représenter la réalisation de soi comme un construit social, lié au degré de reconnaissance obtenu par le sujet lors de ses différentes expériences relationnelles avec autrui. La non-reconnaissance, qui entraîne la dépréciation de soi, reste d’après lui l’angle d’approche le plus fécond pour mesurer l’importance de ce regard d’autrui sur les pensées et les actes des individus, à l’origine de formes différenciées de luttes pour la reconnaissance. L’auteur développe l’idée selon laquelle ces luttes sont à la base de l’engagement de groupes d’individus au sein d’espaces publics, orienté vers la redéfinition constante des frontières de la visibilité publique et des pratiques langagières.

5Louis Carré opère quant à lui un retour socio-historique autour de l’espace public et de ses évolutions. Le concept d’émancipation sociale, au prisme des travaux inscrits dans la veine de l’Ecole de Francfort, apparaît dans les travaux d’Axel Honneth comme un potentiel favorisé par différentes représentations normatives du concept de liberté sociale. Il inclut la définition des droits des individus, comme leur capacité effective de participer à la définition des cadres collectifs, légitimes à structurer l’ensemble de leurs interactions. Dans la perspective bourdieusienne adoptée par Axel Honneth – dans certains de ses travaux – autour de la notion d’espace public, Louis Carré retient deux principaux axes assimilés pour exemple à « des pathologies sociales » : l’hégémonie d’une culture légitime dominante basée sur l’habitus bourgeois et le processus de marchandisation de l’information. Ces deux phénomènes sociaux dépossèdent certains groupes de leurs propres processus d’accès à la reconnaissance sociale. Dépréciés et niés, les individus se positionnent ainsi de plus en plus souvent en retrait de l’espace public. La participation active des chercheurs en sciences sociales dans la compréhension de ces mécanismes est, d’après l’auteur, particulièrement importante, notamment pour mettre au jour les difficultés rencontrées par les acteurs de terrain comme leurs réussites pour maintenir et faire exister les valeurs de la démocratie au cœur de l’espace public.

6Avec une approche plus empirique, Julien Rueff et Haud Guéguen reviennent sur la notion de diagnostic social par l’illustration concrète de la logique scientifique initiée par Axel Honneth. Quel type de rapport à soi les jeux de rôles en ligne ou les réseaux sociaux participent-ils à construire ? Julien Rueff défend dans son article l’intérêt de bien repérer l’architecture normative des catégories de pensée des joueurs en ligne pour comprendre les enjeux, individuels comme collectifs, de leur participation au jeu. L’auteur décrit le processus de valorisation sociale par lequel les acteurs acquièrent une certaine notoriété au sein du jeu comme vis-à-vis des autres joueurs. La structure sociale de la communauté de joueurs est principalement objectivée autour de trois interrogations. Sur qui repose le processus de valorisation sociale d’un joueur ? Comment s’exprime la reconnaissance des uns vis-à-vis des autres ? Quelles pratiques ou quels actes sont plutôt valorisés vs méprisés par les joueurs ? Julien Rueff montre ainsi dans quelle mesure la solidarité et les valeurs touchant au « vivre ensemble » forment le socle normatif explicatif de l’engagement des acteurs au sein du jeu, comme de leurs actes et de leurs interactions.

7Haud Guéguen montre, pour sa part, dans quelle mesure les supports numériques, voies d’émancipation des individus, restent cadrés par des schémas de pensée normatifs et par une morale orientée vers la recherche de reconnaissance. Elle souligne, pour notre plus grand intérêt, qu’un mécanisme de renversement de cette forme nouvelle de réalisation de soi tend à rendre les modalités d’expression et de représentation de soi plus contraignantes qu’émancipatrices, rythmées par une logique quantitative. Par exemple, les membres des réseaux sociaux vont prioritairement s’attacher à se rendre visible pour un grand nombre de personnes. Réduit aux statistiques de visites de son profil, l’individu se trouve contraint à répondre aux attentes normatives des autres internautes, moins à travailler à son émancipation sociale.

8Au final, ce numéro de Réseaux est un plaidoyer pour une posture scientifique critique de terrain, dans un contexte social où impératifs, devoirs, cultes et idéologies dominantes dépossèdent les individus de leur idéal d’autonomie de pensée, en les soumettant aux marchés économiques. Dans ce cadre, l’étude des mécanismes contemporains de communication sociale, des pratiques langagières qui les supportent et des formes de reconnaissances comme de non-reconnaissances qu’ils engagent, sont un enjeu pour la recherche en sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fanny Thomas, « Olivier Voirol (dir), « Autour d’Axel Honneth. Reconnaissance et communication », Réseaux, n° 193, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 février 2016, consulté le 29 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/20161

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page