Navigation – Plan du site

Laurence Costes (dir.), « Habiter. Ou vivre autrement ? » Socio-anthropologie, n° 32, 2015

Aurore Meyfroidt
Habiter
Laurence Costes (dir.), « Habiter. Ou vivre autrement ? », Socio-anthropologie, n° 32 (2015), 2016, 226 p., Paris, Publications de la Sorbonne, ISBN : 9782859449261.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro de la revue interdisciplinaire Socio-anthropologie, Laurence Costes, sociologue de l’urbain, a rassemblé neuf articles dédiés à l’habitat participatif, que l’on peut définir comme un type d’habitat construit par ses occupants, qu’ils soient seuls ou associés à un bailleur social ou un promoteur, dans l’optique de mener en commun non seulement un projet d’habitat, mais aussi un projet de vie. La redécouverte de ce type d’habitat et son caractère apparemment nouveau sont questionnés dès l’introduction : si l’habitat participatif est souvent associé à une forme d’habitat alternatif, à une volonté d’habiter autrement, Costes souligne que les projets actuels s’inscrivent dans une lignée qui remonte aux projets utopistes et philanthropiques de la fin du XIXe siècle, et qui ont ensuite été réinterprétés selon les contextes nationaux et socio-économiques (au gré des différentes crises ou contre-modèles de société). Le but de ce numéro est d’aborder les initiatives contemporaines de l’habiter et d’en saisir les significations. Cette préoccupation répond à une demande sociétale, face à la résidualisation du logement social (qui ne viserait que les plus pauvres) à l’échelle européenne, et à la promotion du vivre-ensemble à l’échelle locale de l’habitat. La problématique générale de ce numéro est la suivante : dans le contexte actuel de crise du logement que les pouvoirs publics peinent à juguler, comment expliquer cette volonté d’un habiter plus communautaire ? Car il s’agit bien ici d’habiter, en raison de motivations finalement plus qualitatives (« habiter autrement ») que quantitatives (accès économique au logement), avec une volonté de devenir acteur, co-constructeur de son logement.

2Les contributions se rejoignent autour d’une réflexion sur la définition de l’habitat participatif, selon les contextes nationaux et les langues utilisées (co-housing, habitat groupé, Baugruppen…). Toutes mettent en lumière la redécouverte de ce champ, que ce soit à travers la mobilisation d’expériences héritées de mouvements militants tels que les projets en autogestion ou les coopératives du début du XXe siècle, ou alors des initiatives similaires menées à l’étranger. Le profil des auteurs respecte le pari de l’interdisciplinarité (cinq urbanistes, deux géographes, un ethnologue, quatre sociologues, un politiste et un anthropologue), mais, à la différence d’une approche selon les housing studies qui privilégierait l’analyse des politiques publiques du logement, il s’agit ici d’opérer un décentrement du regard, en partant de l’échelle du projet, de celle du groupe voire de l’individu. La méthode, exclusivement qualitative, reflète cette volonté de donner à voir la « fabrique » sociale de ces projets, par le recours fréquent aux extraits d’entretiens ou d’observations participantes, qui font voir à la loupe la construction aussi bien endogène (groupe considéré comme microcosme) qu’exogène (institutionnalisation, circulation des modèles) de l’habitat participatif.

  • 1 Bonnin Philippe, Habitats autogérés, Paris, Éditions alternatives, 1983.
  • 2 Maury Yann, Les coopératives d’habitants. Méthodes, pratiques et formes d’un autre habitat populair (...)
  • 3 Tummers Lidewij et al., « Taking apart co-housing: Towards a long-term perspective of self-managed (...)
  • 4 Lazzarotti Olivier et al., « Habiter : mots et regards croisés », Annales de la géographie, n° 704, (...)

3Cette publication s’inscrit dans un renouveau de la recherche sur l’habitat participatif. Si les années 1980 ont vu émerger un intérêt pour ces projets, notamment avec les travaux de Philippe Bonnin1, complétés par les contributions de Yann Maury autour des coopératives de logement2, la décennie 2000 se caractérise par une activité scientifique foisonnante, comme en témoignent le programme de recherche Alterprop, mené entre 2010 et 2013 et auquel ont participé quelques contributeurs de ce numéro, ou des publications telles que le numéro spécial de Urban Research and Practice, « Taking apart co-housing »3, ainsi que le numéro des Annales de Géographie, « Habiter : mots et regards croisés »4, dans la lignée de l’édition 2015 du Festival International de Géographie, dédiée à l’habiter. Nous analyserons les contributions de ce numéro selon quatre axes : le lien entre forme de l’habitat participatif et structuration du groupe, la revendication d’un autre habiter, les héritages et la circulation des modèles, et enfin la « fabrique politique » de cet habitat.

4La première thématique recouvre les contributions de Guillaume Faburel et Mathilde Girault d’une part, et de Geneviève Pruvost d’autre part, autour des formes originales que peut prendre l’habitat, qu’il s’agisse, dans le premier cas, des écoquartiers ou, dans le second, de l’habitat léger sous forme de yourte. Ces deux contributions se rejoignent sur le rôle donné à l’habitat dans la structuration du groupe d’habitants en interne et dans son rapport au milieu. Prenant le contrepied de l’approche traditionnelle des écoquartiers au prisme des promoteurs, Faburel et Girault s’intéressent à la participation au sein de ces nouveaux modes d’habiter, qui se caractérise par la volonté de se réapproprier son milieu de vie. Cette participation s’articule autour de trois piliers, selon les auteurs : la reconnaissance, le partage et la sociabilité, terreaux de nouveaux biens communs. Cette dimension de l’habiter comme « être présent au monde » est également traitée par Geneviève Prévost, à travers la relation entre l’habitant et son environnement immédiat, avec une approche sensible de l’habiter reflétée par le lien à la terre, à la fois socle de l’habitat nomade et centre d’un projet de vie en quasi autarcie.

5Les contributions d’Anaïs Angeras, Anne Labit et Sylvette Denèfle, complétées par l’iconographie de Marlène Ghorayeb, relèvent de la revendication d’un « autre » habiter, par rapport à l’offre conventionnelle. L’un des articles les plus intéressants de ce numéro est peut-être celui de Labit, autour des stratégies des femmes âgées qui font le choix de l’habitat participatif. En effet, cet habitat est étudié ici au prisme de l’intersectionnalité, à travers le genre et l’âge. Étant en position doublement périphérique (être une femme et être âgée), ces femmes considèrent l’habitat participatif comme une ressource et leur engagement renvoie souvent à des pratiques militantes ancrées. Après une description très précise du corpus d’enquête, les motifs justifiant ce choix résidentiel sont présentés (expérience de la solitude ou rupture familiale, capital culturel important, sens de l’engagement, expérience de la vie en communauté, critique de l’habitat médicalisé) et sont liés à l’histoire personnelle de ces femmes. La dichotomie entre utopie revendicative et nécessaire institutionnalisation de l’habitat pour répondre aux enjeux de la vieillesse est questionnée à la fin de l’article et remet en cause l’innovation que représente cette nouvelle ressource. Les deux autres articles analysent la construction de l’habitat participatif « en creux » par rapport à une norme. Il s’agit d’une norme d’aménagement communal, à travers les logiques foncières, dans le quartier de la Baraque (Louvain, Belgique), étudié par Anaïs Angeras, où la résistance d’habitants contre l’expulsion de leur terrain, rejoints ensuite par des étudiants, a permis un retournement de valeur du quartier vers la promotion de l’habitat créatif qui y prend place. Cette norme peut également être d’ordre sociétal, comme le montre Sylvette Denèfle, avec la mobilisation du coopérativisme face aux différentes crises, et une promotion de l’humain, reflétée dans la contribution de Marlène Ghorayeb encourageant à « penser l’habitat avec l’habitant » (p. 208).

6La troisième approche est dédiée plus spécifiquement aux modèles nationaux qui ont pu servir de base à la réémergence de l’habitat participatif pour faire face à la crise, comme en témoignent les contributions de Stéphane Sadoux sur les garden cities et de Annalisa Iorio sur le cohabitat à l’italienne. Cette dernière offre une réflexion sémantique sur le terme même de « cohousing » importé par deux universitaires milanais. Quant à l’étude de Sadoux, elle donne à voir le renversement de la conception des cités-jardins, selon une approche diachronique, celles-ci étant initiées « par le haut » de nos jours pour faire face à la crise du logement en Grande-Bretagne.

7À ce titre, les articles de Claire Carriou et Anne d’Orazio et de Camille Devaux interrogent l’institutionnalisation du logement participatif. La contribution des deux premières auteures se singularise du dossier en formulant la seule proposition de cartographie de l’habitat participatif à l’échelle de la France, avec un grand ouest héritier de l’habitat autogéré des années 1970, une région est influencé par les expériences allemandes et enfin une région lyonnaise structurée autour de l’association Habicoop, fondée en 2005 et pionnière dans la mise en place de cet habitat. Les auteures présentent aussi une institutionnalisation de cet habitat au « coup par coup », au gré des porosités entre espace militant et espace de l’action publique conventionnelle. Les stratégies d’adaptation de ces deux sphères, mobilisant des figures types comme celles du militant pragmatique, ont permis ainsi l’entrée de l’habitat participatif dans le projet de loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové (ALUR). C’est ce moment précis, après la reconnaissance de l’habitat participatif par la sphère institutionnelle, qu’interroge Camille Devaux, en soulignant la démocratisation de ces expériences mobilisées par les professionnels de l’habitat, les bailleurs sociaux ou les promoteurs privés.

8Si l’on peut regretter un manque d’illustrations (schéma d’acteur, photo de réunion…), une présentation de la méthode parfois lacunaire ou encore la prédominance de terrains classiques, ce dossier présente cependant une synthèse éclairante sur les expériences contemporaines d’habitat participatif, en précisant les modalités de ce « learning by doing » et en exposant les positions des différents acteurs.

Haut de page

Notes

1 Bonnin Philippe, Habitats autogérés, Paris, Éditions alternatives, 1983.

2 Maury Yann, Les coopératives d’habitants. Méthodes, pratiques et formes d’un autre habitat populaire Bruxelles, Bruylant, 2011 ; Maury Yann, «Les coopératives d’habitants», Pouvoirs Locaux, n° 2, 2012, p. 29-38 ; Maury Yann (dir.), Les coopératives d’habitants, des outils pour l’abondance. Repenser le logement abordable dans la cité du XXe siècle, sl., Chaircoop, 2014.

3 Tummers Lidewij et al., « Taking apart co-housing: Towards a long-term perspective of self-managed collaborative housing initiatives », Urban research and practice, n° 1, 2015.

4 Lazzarotti Olivier et al., « Habiter : mots et regards croisés », Annales de la géographie, n° 704, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Meyfroidt, « Laurence Costes (dir.), « Habiter. Ou vivre autrement ? » Socio-anthropologie, n° 32, 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 22 février 2016, consulté le 24 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/20162

Haut de page

Rédacteur

Aurore Meyfroidt

Doctorante en géographie, Université de Lyon EVS UMR 5600 / Université de Vienne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page