Navigation – Plan du site

Eliane Rothier Bautzer (dir.), « Care et professions de santé », Recherche & Formation, n° 76, 2014

Marianne Modak
Care et professions de santé
Éliane Rothier Bautzer (dir.), « Care et professions de santé », Recherche & Formation, n° 76 (2014), 2015, 150 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847887587.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eliane Rothier Bautzer, « Rendre possible l’autonomisation, “sale boulot relationnel” ou care ? », (...)
  • 2 Voir l’entretien avec Alain Ehrenberg, « Faire société à travers l’autonomie », p. 107-118.

1Le dossier « Care et professions de santé » de la revue Recherche & Formation porte sur les nouveaux enjeux liés à la reconnaissance du care au sein de la profession infirmière. Ces enjeux caractérisent un secteur sanitaire en transformation, notamment du fait de l’allongement de la durée du soin. Si ces enjeux sont nouveaux, le dossier montre toutefois que c’est au sein du débat récurrent sur les qualifications et l’« universitarisation » des formations qu’ils se situent. Eliane Rothier Bautzer, la coordinatrice du dossier, convoque ses propres travaux et les articles d’autres auteur·e·s pour retracer la longue histoire, loin d’être achevée, de la lutte pour l’autonomie de la profession infirmière. Selon elle, en effet, l’étape actuelle du « virage ambulatoire […] qui, même s’il requiert des infirmières formées plus longtemps et souvent à l’université, ne remet pas fondamentalement en question le rapport social médecin/infirmier et la division du travail cure/care qui y est associée » (p. 141). Or c’est bien ce rapport social, dans lequel le care est souvent sacrifié au profit de la technicité et le travail émotionnel qu’il requiert relégué au rang d’une qualité personnelle, que l’auteure donne à questionner à travers les articles qu’elle a réunis. Il s’agit pour elle de réfléchir à de « nouvelles articulations du soin comme care/cure intégrées dans la durée » (p. 12), et de viser « l’autonomie comme mise en capacité des personnes malades et des professionnels engagés » (p. 14). Le care est ainsi « le pont commun à l’ensemble des professions qui visent à “rendre autonome”, à mettre en pratique l’injonction qui consiste à faire subir un changement à quelqu’un, qui ne peut se produire que s’il ne se fait pas contre lui » (p. 93). Cette pratique d’empowerment2 est jugée cruciale en ce début de XXIe siècle, qui voit le mouvement de professionnalisation du secteur sanitaire fortement clivé entre, d’un côté, une « hyperspécialisation médicale et soignante » et, de l’autre, une recrudescence des situations de chronicité. Ces situations ayant pour caractéristique de contenir des composantes aussi bien sociales que médicales, elles nécessitent plus que jamais de la part des professionnel·le·s une nouvelle articulation care/cure, qui reste à construire.

  • 3 Un seul des textes est écrit en anglais, avec cependant un résumé traduit en français.
  • 4 Suzanne Kreutzer, « “Hollywood Nurses” en Allemagne de l’Ouest. Biographies, images de soi et expér (...)

2Les sept articles du dossier3 (que nous ne pouvons tous évoquer ici) relatent diverses expériences, notamment anglaise, allemande et néerlandaise, qui permettent d’éclairer les différentes facettes de ce processus de professionnalisation et font ressortir les particularités de la situation française. Par exemple, la création de l’école d’infirmières de l’université de Heidelberg en 19534, sur le modèle américain du « nursing » (soins infirmiers), a joué en Allemagne un rôle important pour la professionnalisation des écoles d’infirmières. Ce modèle de formation d’une élite de diplômées a cependant été fortement critiqué, au motif « que le nursing [pourrait] perdre ses qualités de care » (p. 31). L’école de Heidelberg est restée de ce fait « longtemps la seule à pouvoir durablement s’abstenir de considérer les élèves infirmières comme des professionnelles dès le début de la formation » (p. 32), autrement dit, elle a longtemps été la seule à imposer l’idée d’une dénaturalisation du rôle de soignante.

  • 5 Sophia Rosman, « Se former pour construire son espace d’autonomie professionnelle ? Le cas des Nurs (...)
  • 6 Alexandre Klein, « La figure du bon médecin. Du rôle des mythes épistémologiques dans le processus (...)
  • 7 Alistair Hewison et Yvonne Sawbridge, « Analysing poor nursing care in hospitals in England: the po (...)

3Si la formation poussée des infirmières et infirmiers est maintenant un fait accompli, l’article de Sophia Rosman5, qui a étudié le cas de la nurse practitioner néerlandaise (détentrice d’un master et accomplissant des tâches dévolues au médecin), montre que des diplômes élevés ne garantissent pas l’autonomie professionnelle par rapport au médecin. L’enquête exposée dans l’article montre que pratiquement aucune des nurses practitioners de l’échantillon n’a gagné en responsabilités après son diplôme, et très rares sont celles qui ont accédé au statut de véritables partenaires – et non de subordonnées – du médecin. Ainsi, malgré le fait que le modèle classique du médecin praticien6 soit désormais l’objet de la contestation des publics qui critiquent le monopole médical en matière de santé, le rapport hiérarchique subsiste. La forte technicité de l’infirmière n’est donc pas le sésame ouvrant à la reconnaissance de son métier : non seulement, elle ne l’autonomise pas face au médecin, mais elle serait un facteur de perte des qualités de « caring » qui contribuerait à la « médiocrité des soins ». Analysant le cas critique des hôpitaux en Angleterre, l’article d’Alistair Hewison et d’Yvonne Sawbridge7 déconstruit ce lieu commun. Se fondant sur une vaste panoplie d’études scientifiques, les auteures démontrent que la baisse de qualité des soins est due aux modèles de l’organisation soignante, tels l’organisation spatiale défectueuse des services, l’accent exclusif mis sur les objectifs quantitatifs et, de ce fait, l’occultation du travail émotionnel des soignant·e·s. La « médiocrité » des soins n’est donc pas imputable aux professionnel·le·s, elle est politique. De ce fait, comme le suggèrent les articles de ce dossier, elle atteste de la crise générale des systèmes de santé et concerne le corps médical dans son ensemble. Une telle crise nécessite, selon Alexandre Klein qui analyse le cas des médecins, plus qu’une réforme ou un surcroît de professionnalisation, mais bien « un renouvellement des fondements identitaires, et donc épistémologiques, autour desquels se sont établis tant le savoir médical, que la relation soignant-soigné ou l’unité du corps médical » (p. 74).

  • 8 Eliane Rothier Bautzer, « Autour des mots : care et profession infirmière », p. 93-106.

4Le dernier article, signé par la coordinatrice du numéro8, plaide pour une articulation « réelle » des concepts de care et de professionnalisation dans les soins infirmiers. Face au « déficit d’accompagnement des trajectoires des personnes malades chroniques [qui] engendre une progressive suspicion et une crise de confiance vis-à-vis de l’ensemble des professionnels » (p. 94), l’auteure propose de revisiter le lien ancien – posé par Florence Nightingale – unissant la profession d’infirmière et le concept de care. Tâche ardue puisque, comme elle le reconnaît, « aucune juridiction autonome autour du caring avec monopole d’exercice ne peut à ce jour être identifiée » (p. 98). Le processus de professionnalisation tend à évacuer ce qui n’est pas mesurable, ce qui est invisible, ce qui prend du temps, bref le travail émotionnel et relationnel propre aux pratiques de care. Or, comme le souligne à raison l’auteure, il s’agit de réintégrer le care au centre de la profession d’infirmier·ère, ou plutôt « l’articulation care/cure », et « de passer de modèles d’action où l’on fait pour, où l’on fait avec, à un modèle où l’on s’attache à rendre autrui capable de faire pour lui-même » (p. 102). Le care serait ainsi à même d’intégrer l’autonomie « comme dimension constituante des relations interprofessionnelles et des relations aux personnes malades » (p. 103).

5En conclusion d’une lecture de ce dossier riche, complexe et ardu, j’aimerais m’arrêter sur la conception instrumentale du concept de care suggérée par Eliane Rothier Bautzer, laquelle, me semble-t-il, fait l’impasse sur les rapports sociaux qui relèguent le travail de care dans la gratuité et l’invisibilité. Or, la reconnaissance du care (une revendication identitaire de plus en plus forte dans les métiers du social et de la santé), cela a été montré, n’est pas incompatible avec le maintien des discriminations de genre et des hiérarchies situées tout au long de la chaîne du care. La professionnalisation du travail infirmier – mais aussi du travail social – comme un travail articulant cure et care ne devrait-elle pas nécessairement questionner l’occultation des pratiques de care et leur délégation en direction des plus faibles au sein des rapports sociaux, de classe, de sexe et de racialisation ? L’enjeu de reconnaissance du care reste problématique, du moins tant que les compétences nécessitées par la sollicitude, l’empathie ou l’attention au besoin d’autrui seront considérées comme naturelles, relevant de l’expérience privée, plutôt que d’une formation professionnelle.

Haut de page

Notes

1 Eliane Rothier Bautzer, « Rendre possible l’autonomisation, “sale boulot relationnel” ou care ? », p. 9-18.

2 Voir l’entretien avec Alain Ehrenberg, « Faire société à travers l’autonomie », p. 107-118.

3 Un seul des textes est écrit en anglais, avec cependant un résumé traduit en français.

4 Suzanne Kreutzer, « “Hollywood Nurses” en Allemagne de l’Ouest. Biographies, images de soi et expériences d’infirmières de formation universitaires après 1945 », p. 19-32.

5 Sophia Rosman, « Se former pour construire son espace d’autonomie professionnelle ? Le cas des Nurses practitioners néerlandaises », p. 79-92.

6 Alexandre Klein, « La figure du bon médecin. Du rôle des mythes épistémologiques dans le processus de professionnalisation de la médecine française », p. 61-78.

7 Alistair Hewison et Yvonne Sawbridge, « Analysing poor nursing care in hospitals in England: the policy challenge », p. 33-48.

8 Eliane Rothier Bautzer, « Autour des mots : care et profession infirmière », p. 93-106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Modak, « Eliane Rothier Bautzer (dir.), « Care et professions de santé », Recherche & Formation, n° 76, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 février 2016, consulté le 24 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/20184

Haut de page

Rédacteur

Marianne Modak

Sociologue, domaines de la famille, de la parenté, du travail de care et des études genre, professeure honoraire à la Haute école de travail social et de la santé, Lausanne, Suisse.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page