Navigation – Plan du site

Corinne Grenouillet et Catherine Vuillermot-Febvet, La Langue du management et de l’économie à l’ère néolibérale. Formes sociales et littéraires

Stéphanie Bertrand
La langue du management et de l'économie à l'ère néolibérale
Corinne Grenouillet, Catherine Vuillermot-Febvet (dir.), La langue du management et de l'économie à l'ère néolibérale. Formes sociales et littéraires, Strasbourg, PU de Strasbourg, coll. « Formes et savoirs », 2015, 294 p., ISBN : 9782868205261.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour ne signaler que les travaux les plus récents, auxquels la plupart des contributeurs du volume (...)
  • 2 Alain Bihr, La Novlangue néolibérale : la rhétorique du fétichisme capitaliste, Lausanne, Suisse, é (...)
  • 3 Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich : carnets d’un philologue, Paris, A. Michel, 1996.
  • 4 Éric Hazan, LQR (Lingua Quintae Respublicae), Paris, Raison d’agir, 2006.

1Au sein des nombreuses études consacrées actuellement à la « littérature du travail » ou au « roman de l’entreprise1 », l’ouvrage dirigé par Corinne Grenouillet et Catherine Vuillermot-Febvet se distingueà la fois par son approche pluridisciplinaire et par le choix d’envisager le corpus d’abord par le truchement de la langue. Si ce choix n’est pas complètement neuf (Alain Bihr et Jean-Paul Engélibert s’étaient déjà intéressés à la « novlangue néolibérale » ou « novlangue de l’entreprise2 »), la démarche est cette fois-ci systématisée, au sens où il s’agit, comme l’explicite une préface très complète, d’analyser la « LAngue du Management et de l’Économie à l’ère Néo-libérale » (LAMEN) sur le modèle des études que Victor Klemperer et Éric Hazan ont respectivement consacrées à la langue du IIIe Reich3 et à celle de la cinquième république4. En d’autres termes, l’enjeu est de mettre au jour les caractéristiques et les enjeux du « discours de l’économie, du travail et du management » (c’était le titre du colloque dont l’ouvrage publie les communications), au cours des trente dernières années, dans un corpus littéraire (multigénérique) et non littéraire, celui de la communication d’entreprise et de la presse. C’est précisément la nature du corpus qui dicte l’organisation tripartite de l’ouvrage, un intermède artistique de Jean-Charles Massera (l’album tiré de son film documentaire « Call Me Dominik ») venant séparer la première partie consacrée aux « discours utilitaires de LAMEN » de la troisième, qui porte sur les « discours fictionnels et littéraires de LAMEN ».

  • 5 Catherine Vuillermot-Febvet, « Le discours sur le management de quelques grands dirigeants français (...)
  • 6 Michel Feynie, « Le discours managérial instrument "d’idéalisation" de l’entreprise », p. 29.
  • 7 Ibid.
  • 8 Thierry Guilbert, « De la certitude des représentations économiques : analyse du discours du Monde (...)
  • 9 Ibid.

2La première partie permet de constater qu’au-delà des divergences de corpus (littérature managériale, autobiographies de grands dirigeants français, discours de presse…), il est possible d’identifier un discours « de/sur l’entreprise », « standardisé voire stéréotypé5 », concourant à proposer une représentation idéalisée de ce milieu. « Ce discours proche de la langue de bois6 » possède, comme le montrent plusieurs contributeurs, une linguistique spécifique, sur le plan lexical comme syntaxique : tandis que la littérature managériale, véritable « instrument "d’idéalisation" de l’entreprise », « complexifi[e] au maximum les mots7 », le discours de presse, de son côté, « utilise la forme verbale modalisée, les valeurs aléthique et déontique, de même que le vocabulaire technique et l’appel à la réalité et au bon sens » pour « désubjectivis[er] » le propos, véritable « garantie de l’efficacité du discours8 » d’après Thierry Guilbert, qui analyse cette tendance en s’appuyant sur les articles du Monde au moment de la privatisation de France Télécom en 1997. Tous ces procédés concourent à constituer le discours néolibéral en « évidence », en « métadiscours du consensus9 ».

  • 10 Michel Feynie, art. cit., p. 31.

3L’examen des conditions de production de ces discours et des structures textuelles récurrentes dans lesquelles ils s’inscrivent se révèle d’autant plus important que ce sont généralement elles qui déterminent le sens du discours, comme le souligne Michel Feynie pour la littérature managériale : « [s]ans cette mise en scène, le discours n’est rien, c’est elle qui lui donne sens10». La « mise en scène » qui préside à l’énonciation des discours et l’héroïsation du locuteur figurent parmi les constantes les plus fréquemment observées.

4Les articles qui achèvent cette première partie illustrent pour leur part la manière dont le discours néolibéral se diffuse dans tous les domaines de la société : il gagne le vocabulaire académique des sciences sociales (Roland Pfefferkorn), imprègne les dossiers de validation des acquis de l’expérience des cadres de santé (Emmanuel Triby), se perçoit dans les classements touristiques (Lionel Prigent), se répand dans la presse grand public à travers les injonctions au « devenir soi-même »(Ève Lamendour), etc. Mais ce que soulignent encore et surtout ces articles, c’est qu’au-delà d’une diffusion linguistique, c’est bien l’idéologie néo-libérale elle-même que ces discours transportent, introduisant ainsi partout son esprit de compétition, générant un individualisme exacerbé.

  • 11 Alexandre Péraud, « De Balzac à Reinhardt : le roman à l’épreuve de l’argent et vice-versa », p. 17 (...)
  • 12 Ibid., p. 175.
  • 13 Ibid., p. 185.

5Les articles qui examinent les discours fictionnels et littéraires du LAMEN soulignent de leur côté la manière dont le discours et l’idéologie néolibérales déterminent jusqu’à la poétique romanesque. Alexandre Péraud présente ainsi Éric Reinhardt en digne héritier de la « poétique de l’argent » balzacienne : non seulement son roman Cendrillon est prodigue en « leçon[s] d’économie11 », au sens propre comme au sens figuré, mais, surtout, l’idéologie néolibérale y détermine une « conception de l’individu comme réservoir de possibles12 ». Toutefois, l’issue incertaine du roman rend la portée de ce dispositif problématique : les « destinées inachevées » deviennent dès lors « la métaphore d’une économie capitaliste en crise qui contrevient à ses principes fondamentaux13 » (le remboursement des dettes). 

  • 14 Philippe Dufour, Le Réalisme, Paris, PUF, 1998, cité parReynald Lahanque, p. 199.
  • 15 Reynald Lahanque, « La condition économique dans le roman ; Michel Houellebecq et Philippe Vasset » (...)
  • 16 Ibid., p. 205.

6Houellebecq et Vasset, étudiés par Reynald Lahanque, se révèlent eux aussi, mais de manière plus modeste, des héritiers de l’écriture économique balzacienne ou zolienne ; il s’agit surtout, dans le cadre d’un réalisme désormais « restreint14 », pour Houellebecq, de refléter « l’extension à toutes les sphères de la vie de la logique économique15 » (ce que met aussi en évidenceMarianne Noujaim pour le théâtre de Michel Vinaver, s’agissant de la langue en particulier), pour Vasset, de pallier le déficit de sens engendré par le système capitaliste, en soumettant ses personnages à une « recette très classique : faire de sa vie un roman16 ». C’est encore le pari du mimétisme, plus linguistique cette fois, que font Mathieu Larnaudie, Jean-Charles Massera et Nicole Caligaris, dans les romans étudiés par Aurore Labadie.

  • 17 Pour reprendre le titre d’un ouvrage de Thierry Guilbert, L’« évidence » du discours néolibéral. An (...)

7Le roman ne saurait pour autant être considéré comme un simple « miroir », qu’il soit amplifié ou restreint, de la réalité économique : Corinne Grenouillet montre bien que plusieurs romanciers contemporains (François Salvaing, Lydie Salvayre), et parfois les mêmes (Jean-Charles Massera), recherchent au contraire la « défamiliarisation » du lecteur vis-à-vis de « l’évidence du discours néo-libéral17 », afin d’éveiller l’esprit critique de ce dernier. Si le roman, par la multiplicité des ressorts qu’il propose (discursifs, narratifs, poétiques), apparaît alors comme le genre de prédilection pour une réflexion du et surlemonde capitaliste, l’essai, le théâtre et la poésie exploitent chacun leurs ressources propres, dans une veine souvent plus critique ou satirique. Isabelle Krywkowski insiste ainsi sur la manière dont plusieurs poètes contemporains subvertissent la langue néo-libérale par des pratiques intertextuelles (pastiche, parodie, collage), pratique qui rappelle la « logique de l’entrisme » définie par Massera et analysée par Sonya Florey.

8Si l’organisation de l’ouvrage permet d’apprécier la manière dont la littérature s’empare des procédés en usage dans les textes non littéraires du monde économique, la disparité des articles, voire leur lien parfois assez éloigné avec la stricte question de « la langue du management et de l’économie », laissent quelque peu le lecteur sur sa faim, et d’autant plus, peut-être, que la préface a très solidement posé les bases du travail, et que plusieurs articles esquissent des typologies stimulantes, qui mériteraient d’être reprises, peut-être dans le cadre d’un colloque ultérieur ?

Haut de page

Notes

1 Pour ne signaler que les travaux les plus récents, auxquels la plupart des contributeurs du volume ont d’ailleurs participé : Stéphane Bikialo et Jean-Paul Engélibert (éds.), Dire le travail : fiction et témoignage depuis 1980, Rennes, France, Presses universitaires de Rennes, 2012 ; Sylvie Servoise-Vicherat et Solange Chavel (éds.), Le Travail sans fin, Raison publique, Paris, PUPS, n° 15, 2011 ; Corinne Grenouillet, Usines en textes, écritures au travail. Témoigner du travail au tournant du XXIe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2015.

2 Alain Bihr, La Novlangue néolibérale : la rhétorique du fétichisme capitaliste, Lausanne, Suisse, éd. Page deux, 2007 ; Jean-Paul Engélibert, « Que faire du novlangue de l’entreprise ? Quelques exemples contemporains (Beinstingel, Caligaris, Kuperman, Massera) », in Sylvie Servoise-Vicherat et Solange Chavel (éds.), op. cit., p. 51-65.

3 Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich : carnets d’un philologue, Paris, A. Michel, 1996.

4 Éric Hazan, LQR (Lingua Quintae Respublicae), Paris, Raison d’agir, 2006.

5 Catherine Vuillermot-Febvet, « Le discours sur le management de quelques grands dirigeants français (à partir de leurs autobiographies) », p. 50.

6 Michel Feynie, « Le discours managérial instrument "d’idéalisation" de l’entreprise », p. 29.

7 Ibid.

8 Thierry Guilbert, « De la certitude des représentations économiques : analyse du discours du Monde lors de la privatisation partielle de France Télécom en 1997 », p. 66.

9 Ibid.

10 Michel Feynie, art. cit., p. 31.

11 Alexandre Péraud, « De Balzac à Reinhardt : le roman à l’épreuve de l’argent et vice-versa », p. 175. C’est ce que confirme aussi l’article de Françoise Cahen, « Le système romanesque du libéralisme dans les œuvres d’Éric Reinhardt », p. 188.

12 Ibid., p. 175.

13 Ibid., p. 185.

14 Philippe Dufour, Le Réalisme, Paris, PUF, 1998, cité parReynald Lahanque, p. 199.

15 Reynald Lahanque, « La condition économique dans le roman ; Michel Houellebecq et Philippe Vasset », p. 197.

16 Ibid., p. 205.

17 Pour reprendre le titre d’un ouvrage de Thierry Guilbert, L’« évidence » du discours néolibéral. Analyse de la presse écrite, Bellecombe-en-Bauges, Ed. Le Croquant, « Savoir/agir », 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Bertrand, « Corinne Grenouillet et Catherine Vuillermot-Febvet, La Langue du management et de l’économie à l’ère néolibérale. Formes sociales et littéraires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 février 2016, consulté le 29 mai 2016. URL : http://lectures.revues.org/20195

Haut de page

Rédacteur

Stéphanie Bertrand

Docteur en langue et littérature françaises, chargée de cours à l’Université de Lorraine (Metz)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page