Navigation – Plan du site

Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay et Laure Scalambrin, Joindre l’utile à l’agréable. Jardin familial et modes de vie populaires

Jan Synowiecki
Joindre l'utile à l'agréable
Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay, Laure Scalambrin, Joindre l'utile à l'agréable. Jardin familial et modes de vie populaires, Lausanne, Éditions Antipodes, coll. « Existences et société », 2015, 240 p., ISBN : 9782889011001.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du X (...)

1Sous le double effet des formes de philanthropie développées par le christianisme social et des théories de l’hygiénisme, les jardins ouvriers avaient fleuri dans les métropoles de la fin du XIXe siècle. Répondant à l’impérieuse nécessité de réguler des classes laborieuses déracinées, mobiles et considérées comme dangereuses1, ces jardins s’inscrivaient dans le sillage des préoccupations d’alors autour de la constitution d’une classe ouvrière respectable et imprégnée des valeurs de la famille. Depuis les années 1950 et 1960, l’expression de « jardins familiaux » s’est substituée à celle de « jardins ouvriers », témoignant par là des nouvelles fonctions d’agréments ou de loisirs que ces espaces pouvaient revêtir à l’heure de la reconfiguration des catégories populaires lors des Trente Glorieuses. Les années 1980 ont quant à elle scellé l’articulation du jardin familial avec des préoccupations urbanistiques, écologiques et de réinsertion sociale, avant que ce modèle ne soit concurrencé dans les années 2000 par d’autres formes de jardins (jardins partagés, potagers urbains, community garden etc.). En prenant explicitement le contrepied du discours officiel des aménageurs et des autorités publiques, Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay et Laure Scalambrin cherchent à saisir « par le bas » ces espaces d’investissement subjectif par excellence que sont les jardins familiaux, en étant attentifs aux pratiques sociales les plus banales de la vie quotidienne et aux représentations que les individus attachent à ces pratiques. L’étude de l’appropriation des jardins familiaux au quotidien a été permise par une enquête de terrain particulièrement dense au sein de trois groupements de jardins à Genève (Le Temple, la Plaine-des-Renards et Le Grand-Chêne), faisant tous partie de la Fédération genevoise des jardins familiaux (FGJF). À partir d’observations directes in situ et d’entretiens semi-directifs approfondis, les sociologues ont voulu restituer la complexité des formes d’appropriation d’espaces tantôt loués pour leurs vertus salvatrices – le retour à un Eden perdu –, tantôt dénoncés du fait de certaines pratiques potagères peu durables. En pénétrant dans le microcosme social du jardin familial, c’est un pan tout entier de la culture matérielle et du monde privé des classes populaires qui est susceptible d’être révélé.

2La première partie du livre, constituée de deux chapitres, révèle la méthodologie employée, les caractéristique sociales des jardiniers ainsi que les hypothèses de travail. Les sociologues soulignent la quadruple spécificité sociale des personnes interrogées : la prédominance des classes populaires, dans leur acception la plus large et quand bien même ce concept à « géométrie variable » est encore l’objet de discussions sur ses frontières ; la surreprésentation masculine, du fait d’une partition genrée où les schèmes de perception dichotomiques opposant l’intérieur (féminin) à l’extérieur (masculin) demeurent prégnants chez ces catégories populaires ; l’importance quantitative des personnes d’origine étrangère, qu’il s’agisse des Portugais, des Espagnols, des Italiens et des ressortissants de l’Europe de l’est ; enfin, la forte proportion de retraités et d’actifs de 31 à 65 ans avec deux ou trois enfants. Mais c’est véritablement le lien que ces personnes nouent avec la terre qui finit d’homogénéiser le groupe étudié, puisque la quasi-totalité des interrogés a grandi à la campagne.

3Dans la deuxième partie de l’ouvrage, les sociologues suisses restituent minutieusement les contextes de socialisation primaire ayant pu influencer l’activité jardinière postérieure. Dans la mesure où la majorité des familles est issue du monde rural, le jardin familial apparaît moins comme la manifestation d’un choix purement désintéressé ou d’une inclination quelconque que comme l’actualisation de comportements obligés délimitant le régime de justification éthico-moral de ces pratiques. Les activités socialisatrices de l’enfance font ainsi se chevaucher obligation, sens du devoir et inculcation progressive d’un attachement affilié aux valeurs de la terre. Le passage d’une situation de contrainte à une situation d’autocontrainte où l’on s’adonne à l’activité par goût pour la chose témoigne ainsi d’un processus d’incorporation et d’intériorisation de normes et de comportements, qui trouvera son actualisation lors d’une forme de déracinement géographique et culturel, à savoir l’arrivée en ville – ici, à Genève. Bien que les jardiniers versent un loyer de 400 francs à la FGJF, ils manifestent tous le besoin d’investir ces parcelles du sens de la propriété en créant un groupe permanent, uni par des relations sociales pérennes, même si le modèle du jardin avec cabanon s’éloigne du modèle de la propriété paysanne et se rapproche des formes de villégiature de la maison de campagne, imprégnées de modestie sociale. Les enquêtés souhaitent disposer d’un cadre de vie qui leur soit propre et d’un temps à pouvoir investir librement. Devant composer avec un réseau de contraintes professionnelles (tâches répétitives, cadences de travail, horaires stricts à respecter, travail de nuit) et immobilières, puisque les jardiniers vivent souvent dans des logements exigus et sont fréquemment exposés aux nuisances sonores, les personnes interrogées trouvent dans le jardinage la possibilité d’un travail recomposé et la réaffirmation de leur maîtrise sur un processus de production complet, loin du travail en miettes qui rythme leur quotidien.

4On comprend dès lors mieux pourquoi le jardinage est investi de significations multiples et en quoi l’ethos populaire valorise un « surtravail domestique ». Les sociologues brillent à montrer comment les classes populaires valorisent l’activité au jardin par opposition à l’inactivité et à l’oisiveté parées des vices les plus pernicieux, dont le temps passé au bistrot ou devant la télévision constitue le corollaire. Cette dichotomie entre un temps utilitariste et un temps mort – sur lequel plane la menace de la déchéance – structure par ailleurs l’opposition que les jardiniers dressent entre le bon jardinier, actif et cultivant son jardin selon l’adage de Voltaire, et le mauvais jardinier, laissant son lopin de terre en friche. Au fond, c’est bel et bien la logique de l’honneur qui prévaut dans les relations communautaires au jardin, car les trois auteurs relèvent la fierté d’exhiber son travail achevé et d’affirmer ce travail pour soi.

  • 2 Richard Hoggart, La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleter (...)
  • 3 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. (...)

5Outre la dimension productive du jardin familial, il ne faut pas omettre les circuits de sociabilité permettant la constitution d’un entre-soi protecteur, puisque « le jardin familial renvoie à un ensemble de conditions de coexistence partagées spécifiques qui façonnent des formes de sociabilités diverses, rendent possible et favorisent certaines interactions, certains comportements, certains échanges » (p. 141). La promiscuité spatiale des parcelles permet donc la formation d’une microsociété articulée autour d’interdépendances sociales multiples, et le fait d’être à la fois observateur et observé contribue à certaines formes d’autocensure et d’autodiscipline afin de préserver les logiques de respectabilité – avoir un beau jardin – qui prévalent. Les relations de voisinage sont ainsi structurées en fonction de commodités pratiques renvoyant à une forme de pragmatisme populaire. Les conseils horticoles et les biens circulant entre jardiniers inscrivent les échanges dans un système de réciprocité mettant en jeu l’honneur du donneur et du receveur. Les codes d’interaction induisent dès lors des règles tacites à ne pas transgresser : il est informellement interdit de demander, mais il est toléré d’accepter un produit offert, d’autant plus que le receveur sera lui-même en situation de donner. Cependant, les sociabilités dépassent le cadre du don/contre-don, puisque la vie au jardin est scandée par les rituels de la convivialité populaire que sont les apéritifs et les barbecues, autant de « protections rapprochées » et de manifestations d’un hédonisme du quotidien dont Richard Hoggart avait déjà esquissé les fondements chez les classes populaires anglaises2. Ces pratiques de sociabilités s’inscrivant dans une relation généreuse et familière, « c’est-à-dire à la fois simple et libre que le boire et le manger en commun favorisent et symbolisent3 » ne sont pourtant pas dénuées d’ambivalence, et c’est le mérite du dernier chapitre que de montrer qu’en dépit des rites d’interaction festifs et conviviaux, les jardins familiaux ne sont pas exempts de tensions. Si peu de conflits ouverts ont été relevés par les sociologues, tous ne partagent pas la même conception du jardin ni les mêmes modes de vie, ce qui rend nécessaire la négociation d’une bonne entente et d’une juste cohabitation. Outre le bruit, la fumée des barbecues et autres nuisances qui sont perçues comme telles par certains jardiniers, les circuits et canaux de commérage n’en demeurent pas moins redoutables dans leur capacité à créer de l’altérité – le bon contre le mauvais jardinier – et à classer ou distinguer. La mise en avant de la tension entre le jardin comme espace d’intégration sociale et en même temps comme terrain de divisions est vraisemblablement l’élément le plus novateur de l’ouvrage, qui aurait d’ailleurs gagné à l’explorer davantage.

  • 4 Florence Weber, L’honneur des jardiniers. Les potagers dans la France du XXe siècle, Paris, Belin, (...)

6L’intérêt monographique de l’enquête est indéniable, et la mobilisation des travaux de Pierre Bourdieu, Richard Hoggart, Olivier Schwartz et de Florence Weber permet d’offrir une relecture du « populaire » féconde car attentive à peindre avec précision le banal et à prendre au sérieux les choses du quotidien. Mais cette richesse bibliographique constitue aussi, paradoxalement, le point faible de l’ouvrage. Alors même que les travaux de Florence Weber sur les potagers dans la France du XXe siècle ou ses travaux d’ethnographique ouvrière4 sont cités presque à toutes les pages, on peine à saisir par contrecoup quelles conclusions novatrices ont pu être avancées, hormis des nuances apportées aux analyses de Hoggart. Ces réserves étant émises, la lecture de cet ouvrage s’avère particulièrement stimulante à un double titre : tout d’abord parce que les auteurs prennent le soin de donner la parole aux subalternes en restituant de nombreux extraits de leurs entretiens, et ensuite parce que, sans tomber dans le pittoresque, ils peignent avec acuité l’univers matériel du jardin familial genevois.

Haut de page

Notes

1 Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, Plon, 1958.

2 Richard Hoggart, La culture du pauvre. Étude sur le style de vie des classes populaires en Angleterre, Paris, Éditions de Minuit, 1970 [traduction Françoise et Jean-Claude Garcias, Jean-Claude Passeron].

3 Pierre Bourdieu, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit, 1979, p. 200.

4 Florence Weber, L’honneur des jardiniers. Les potagers dans la France du XXe siècle, Paris, Belin, 1998 et Florence Weber, Le travail à-côté. Étude d’ethnographie ouvrière, Paris, INRA/EHESS, 2001 [1989].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Synowiecki, « Arnaud Frauenfelder, Christophe Delay et Laure Scalambrin, Joindre l’utile à l’agréable. Jardin familial et modes de vie populaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 23 février 2016, consulté le 28 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/20198

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page