Navigation – Plan du site

Damien Chabanal et Véronique Quanquin (dir.), « Acquisition du langage et phonologie. Méthodes, objets enjeux théoriques », Lidil, n° 51, mai 2015

Bauvarie Mounga Ndounkeu
Acquisition du langage et phonologie
Damien Chabanal, Véronique Quanquin (dir.), « Acquisition du langage et phonologie. Méthodes, objets, enjeux théoriques », Lidil, n° 51, mai, 2015, 251 p., Grenoble, Ellug, ISBN : 9782843102974.
Haut de page

Texte intégral

1Les chercheurs en phonologie ont proposé, ces dernières années, plusieurs méthodes pour étudier et comprendre l’acquisition du langage. Ce numéro de la revue Lidil dirigé par Damien Chabanal et Véronique Quanquin, essaye de faire le point sur la question. Plus précisément, il s’agit de suggérer une réflexion sur les relations entre, d’une part, la construction et/ou l’emploi d’outils méthodologiques par les chercheurs travaillant sur les champs liés à l’acquisition phonologique et, d’autre part, les choix théoriques qui sous-tendent ces options méthodologiques. À cette fin, le dossier réunit sept contributions.

  • 1 Un non-mot est un mot inventé qui n’a aucune signification, mais dont l’orthographe respecte les rè (...)

2Dans leur article, Sandrine Ferré et Christophe dos Santos présentent la méthodologie et les contraintes liées à la création d’un test de répétition de non-mots1 nommé Litmus-Nwr-French, ainsi que l’analyse d’une expérimentation de ce test sur une population constituée de quatre groupes d’enfants, âgés de cinq ans et demi à huit ans et demi, bilingues et monolingues, avec ou sans troubles du langage. L’expérience est faite sur soixante-sept enfants qui ont en commun de parler le français comme langue première ou seconde. Pour les chercheurs, l’avantage théorique principal d’une tâche de répétition de non-mots est de ne s’appuyer que légèrement sur la connaissance lexicale de la langue considérée. Le test doit pouvoir s’appliquer à un grand nombre de langues. Les résultats obtenus valident le fait que la tâche de répétition des non-mots Litmus-Nwr-French permet de distinguer les enfants qui présentent les troubles du langage de ceux qui n’en ont pas, dans un contexte de bilinguisme.

  • 2 La variation phonétique renvoie à l’ensemble de changements que peut subir un phonème en fonction d (...)

3Damien Chabanal, Loïc Liégeois et Thierry Chanier étudient le rapport entre la recherche sur l’acquisition de la variation phonologique2 et les méthodes d’analyse de cette acquisition, à partir d’un corpus d’interactions parents-enfants. Des interactions ont été recueillies entre quarante mères et leurs enfants âgés de deux à quatre ans. Les auteurs font observer que l’absence d’étude centrée sur les caractéristiques du discours adressé à l’enfant (DAE) avant les années 1970 n’est pas uniquement due à des difficultés méthodologiques. De fait, les cadres théoriques majeurs qui ont influencé les travaux des chercheurs ne considéraient pas le DAE comme un élément moteur du développement linguistique des enfants. Dans le cadre des tests des corpus d’interactions parents-enfants, Chabanal, Liégeois et Chanier font remarquer que les parents ajustent leur discours en fonction du développement linguistique de leur enfant. On peut ainsi déceler une volonté pédagogique des parents puisque ces derniers semblent vouloir produire un discours tourné vers la norme orale, dans un but de s’adapter aux besoins de leurs enfants à chacun des stades de son apprentissage.

  • 3 Les liaisons catégoriques sont des liaisons obligatoires. Elles sont systématiquement réalisées par (...)

4L’article de Céline Dugua et Jean-Pierre Chevrot concerne l’acquisition des liaisons prénominales qui apparaissent en français entre les déterminants et les noms. Comme exemple de liaison prénominale, on peut citer dans la suite Mot1-Mot2 un avionœ̃navjɔ̃/, la liaison en /n/. Les auteurs défendent l’idée que l’acquisition de la liaison ne peut être ni décrite, ni comprise si l’on restreint les faits et les modèles à l’acquisition phonologique. Dugua et Chevrot mentionnent également que le modèle d’acquisition de la liaison catégorique3 permet de mettre en évidence la façon dont les principes des théories basées sur l’usage des mots s’organisent dans le développement du langage de l’enfant.

  • 4 Les classes naturelles correspondent aux classes de phonèmes qui partagent un trait ou un ensemble (...)

5Naomi Yamaguchi, Christophe dos Santos et Sophie Kern analysent l’harmonie consonantique (HC) chez l’enfant. Ils s’intéressent, plus précisément, à ce que révèle l’ordre d’acquisition des classes naturelles4 à propos des harmonies consonantiques. Le phénomène de l’harmonie consonantique est un processus par lequel deux consonnes non adjacentes au sein d’un même mot tendent à se ressembler. Ainsi, dans le mot gâteau /gato/ par exemple, /g/ ressemble à /t/. Les auteurs défendent une méthodologie spécifique de HC : il s’agit d’analyser l’harmonie consonantique tout en tenant compte du contexte global de l’acquisition du phénomène phonologique. Cette méthodologie peut apporter des éclairages intéressants sur le développement phonologique l’enfant.

  • 5 Le schwa est un e muet dont on fait fréquemment l’élision. Le e dans le mot bulletin est un schwa.
  • 6 Racine Isabelle, Les effets de l’effacement du schwa sur la production et la perception de la parol (...)
  • 7 Smith Jennifer, Durham Mercedes et Fortune Liane, « Universal and dialect-specific pathways of acqu (...)
  • 8 Vosoughi Soroush, Interactions of caregiver speech and early word learning in the speechome corpus: (...)

6Le comportement du schwa5 dans l’acquisition du français langue première est l’objet de la contribution d’Helene N. Andreassen. L’auteure indique qu’en prenant appui sur des données de jugement collectées auprès de deux groupes de locuteurs, provenant de Neuchâtel (Suisse romande) et de Nantes (France), Isabelle Racine6 a montré que la variante sans schwa est légèrement mieux acceptée dans la variété neuchâteloise que dans la variété nantaise. Les travaux de Smith, Durham et Fortune7 et Vosoughi8 révèlent que le langage adressé aux enfants (LAE) français contiendrait un taux élevé de la variante avec schwa comparé au langage inter-adulte, mais que l’usage accru de cette variante diminuerait de manière inversement proportionnelle au degré de maitrise de l’enfant.

7Laetitia de Almeida, Yvan Rose et Maria Joāo Freitas s’interrogent sur les problématiques théoriques de l’étude du développement simultané de deux langues (français et portugais) chez des enfants et analysent les questions empiriques et méthodologiques qui y sont associées. Les enfants qui composent le corpus ont été recrutés au lycée français Charles Lapierre en mai 2012 en fonction du critère suivant : celui d’avoir été exposés à la fois au français et au portugais à la maison depuis leur naissance. Ils sont âgés de trois à quatre ans. Les auteurs ont évalué dix enfants au cours de deux sessions séparées, une en français et l’autre en portugais, à l’aide de l’outil d’évaluation de la phonologie du Cross-linguistic Child Phonology Project. Les résultats révèlent que certains patrons sont communs à la majorité des bilingues évalués, en particulier l’acquisition plus rapide des attaques branchantes en français par rapport au portugais.

  • 9 Vihman Marilyn May et McCune Lorraine, « When is a word a word? », Journal of child language, vol.  (...)

8Dans son article, Guillaume Roux se propose de discuter des choix théoriques et méthodologiques concernant la comparaison des structures syllabiques et des paramètres articulatoires des proto-mots et des mots en français langue maternelle à partir d’un corpus longitudinal de quatre enfants âgés de un à deux ans. Selon les définitions données par Vihman et McCune9, un mot est une forme phonologique réitérée dans une même situation et/ou désignant un même objet (incluant également les productions qui désignent plusieurs situations et plusieurs objets). Un proto-mot serait, quant à lui, un mot créé par l’enfant et auquel il attribue un sens tout à fait personnel, mais qui n’a pas de sens pour les adultes. On peut citer des proto-mots tels que nene, ada, mana. Les proto-mots sont, en général, les premiers mots de l’enfant. Roux a opté, au niveau méthodologique, pour un suivi longitudinal d’enfants français monolingues afin de mieux mettre en évidence l’évolution progressive des mots et des proto-mots.

9La section varia comporte deux contributions. Dans le premier article, rédigé par Jacqueline Billiez et Carla Serhan, il est question de l’analyse d’un postulat portant sur l’ensemble des langues au Liban et notamment sur une représentation majoritaire qui consiste à concevoir l’enseignement/l’apprentissage du français, langue soi-disant difficile, avant l’anglais prétendument facile, comme garant du trilinguisme libanais. Dans la seconde contribution, Diane Bedoin s’intéresse à la place occupée par une troisième langue, à savoir la langue d’origine des jeunes sourds migrants ou issus de l’immigration, dans le prolongement des travaux classiques dans le champ de la surdité centrés sur le bilinguisme français/langue des signes française (LSF).

10Le numéro 51 de la revue Lidil apporte des éclairages sur l’acquisition du langage en phonologie, notamment chez des enfants. Son intérêt majeur tient au fait que plusieurs méthodologies sont expérimentées. Sa lecture s’avère indispensable pour les chercheurs en phonologie. Ces derniers pourront ainsi prendre connaissance des nouvelles méthodes existantes et peut-être s’y appuyer pour mener des recherches futures.

Haut de page

Notes

1 Un non-mot est un mot inventé qui n’a aucune signification, mais dont l’orthographe respecte les règles orthographiques de la langue dans laquelle il a été créé. Par exemple, limato est un non-mot.

2 La variation phonétique renvoie à l’ensemble de changements que peut subir un phonème en fonction de son voisinage phonétique.

3 Les liaisons catégoriques sont des liaisons obligatoires. Elles sont systématiquement réalisées par les locuteurs français. Exemples : un arbre, vos amis.

4 Les classes naturelles correspondent aux classes de phonèmes qui partagent un trait ou un ensemble de traits et fonctionnent de la même manière lors d’un ou de plusieurs processus phonologiques.

5 Le schwa est un e muet dont on fait fréquemment l’élision. Le e dans le mot bulletin est un schwa.

6 Racine Isabelle, Les effets de l’effacement du schwa sur la production et la perception de la parole en français, Thèse de doctorat, Université de Genève, Genève, 2008. Disponible en ligne sur : http://archive-ouverte.unige.ch/unige:602 (consulté le 1er juin 2014).

7 Smith Jennifer, Durham Mercedes et Fortune Liane, « Universal and dialect-specific pathways of acquisition: caregivers, children, and t/d deletion », Language and change, vol. 21, n° 1, 2009, p. 69-95, http://dx.doi.org/10.1017/S0954394509000039.

8 Vosoughi Soroush, Interactions of caregiver speech and early word learning in the speechome corpus: computational explorations, Mémoire de master, 2010, Massachusetts Institute of Technology. Disponible en ligne : http://hdl.handle.net/1721.1/62082 (consulté le 1er juin 2014).

9 Vihman Marilyn May et McCune Lorraine, « When is a word a word? », Journal of child language, vol. 21, n° 3, 1994, p. 517-542.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bauvarie Mounga Ndounkeu, « Damien Chabanal et Véronique Quanquin (dir.), « Acquisition du langage et phonologie. Méthodes, objets enjeux théoriques », Lidil, n° 51, mai 2015 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 25 février 2016, consulté le 29 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/20203

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page