Navigation – Plan du site

Christopher H. Johnson, Becoming bourgeois. Love, kinship & power in Provincial France, 1670-1880

Fadi El Hage
Becoming bourgeois
Christopher H. Johnson, Becoming bourgeois. Love, Kinship, and Power in Provincial France, 1670–1880, Ithaca (US), Cornell University Press, 2015, 346 p., ISBN : 978-0-8014-5398-4.
Haut de page

Texte intégral

1 Christopher H. Johnson, professeur émérite de l’Université Wayne State, publie un ouvrage qui a nécessité vingt-cinq ans de recherches, de réflexions et d’écriture. L’entreprise est ambitieuse, dans la mesure où il s’intéresse à un sujet d’histoire sociale, l’ascension de la bourgeoisie de province, sur la longue durée, de la seconde moitié du XVIIe siècle à la seconde moitié du XIXe siècle.

2Pour mener sa tâche à bien, Johnson a choisi d’analyser l’exemple d’une famille, qui a essentiellement évolué à Vannes, en Bretagne : la famille Galles. Cela a été rendu possible grâce à la conservation d’une correspondance familiale et de documents d’affaires, produits entre 1749 et 1852 (et aujourd’hui disponibles en ligne1). Dire qu’il s’agit d’une époque charnière pour la bourgeoisie est un euphémisme, puisqu’il s’agit pour celle-ci d’une la période synonyme d’ascension politique, accompagnée d’un renforcement de sa présence économique et sociale dans une France en pleine mutation. Se limiter à la seule famille Galles n’aurait pas été pertinent d’un point de vue problématique et méthodologique, selon Johnson. La mise en perspective des parentés (maître-mot de l’ouvrage) avec les familles Jollivet et Le Ridant est la pierre angulaire d’un livre qui constitue l’étude d’un cas d’unions parmi les élites de la première moitié du XIXe siècle. Le but est de « comprendre le caractère plus général de la parenté dans la ville [de Vannes] et ses environs » (p. 2). Afin de saisir l’évolution de la formation de ces parentés, il était nécessaire de remonter dans la chronologie pour mieux en déceler les étapes.

3Dès l’introduction, Johnson pose une question cruciale pour parer aux éventuelles critiques de son approche : peut-on généraliser les conclusions tirées de l’étude d’un cas particulier ? C’est un problème méthodologique important, dans la mesure où les sources exploitées sont centrées sur un seul groupe familial et que, faute de comparaisons avec d’autres lignages de la ville, voire de la région ou du pays, il est impossible de tirer des conclusions générales. On peut néanmoins songer à l’exemple de la micro-histoire, la famille Galles nous permettant d’apercevoir un microcosme, marqué par les événements plus ou moins globaux de son temps. Johnson justifie également sa recherche en mettant en valeur l’intimité qui ressort de la correspondance familiale. Les sentiments n’y sont pas retenus, même si « les secrets d’alcôve » ne s’y exposent pas (p. 4). Sur ce point, la famille Galles ne diverge pas d’autres lignages bourgeois de province, puisque, comme le souligne l’auteur, le constat est le même dans d’autres fonds familiaux, en Provence et dans le Lyonnais.

4À travers cette intimité, Johnson a relevé des lignes de force, susceptibles d’inviter à une approche plus générale (à condition de mener des études comparatives approfondies), telles que l’entrée dans une élite par l’intermédiaire de mariages endogames, l’intégration politique dans la mouvance modérée, ainsi que l’essor de la femme bourgeoise. Johnson s’interroge également sur la question de la consanguinité dans la bourgeoisie comme facteur de formation d’un groupe social.

  • 2 Le travail d’Albert Macé et son édition du Journal sont disponibles sur Gallica : http://gallica.bn (...)

5L’ouvrage forme un diptyque, inégal en proportion. La première partie semble même jouer le rôle d’un prologue, puisqu’elle permet de mettre en place les éléments de compréhension du cœur de l’ouvrage. Elle court de 1670 à 1800, et retrace l’origine et le début de l’ascension de la famille Galles. Il s’agit d’une bonne prolongation des indications généalogiques données à son propos par Albert Macé, dans la Revue de Bretagne et de Vendée en 1890, où a été édité le Journal de Jean-Marie Galles pour les années 1799 à 18012. La seconde partie, qui va de 1800 à 1880, décrit la diffusion du lignage et de ses parentés à l’échelle locale et nationale, tout en insistant sur l’intimité des personnages, perceptible dans les correspondances.

  • 3 Valérie Toureille, Le drame d’Azincourt. Histoire d’une étrange défaite, Paris, Albin Michel, 2015, (...)
  • 4 Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435)(...)

6Le premier représentant connu de la famille est Noël Galles, imprimeur itinérant vivant à Caen, et dont le patronyme était un indice de son ascendance galloise. Johnson ne précise pas quand la famille s’est installée en France. Il est fort possible qu’elle l’était depuis au moins le XIVe siècle. En effet, Caen était l’ancienne capitale du duché de Normandie, longtemps lié à l’Angleterre, qui avait conquis le pays de Galles en 1282. La Normandie était devenue française en 1204, avant le retour d’une domination anglaise épisodique au cours de la guerre de Cent ans. Après Azincourt (1415), le roi Henri V avait entrepris la reconquête de la Normandie et avait implanté des colons afin de contrebalancer la francisation de ce territoire, menée à partir de Philippe Auguste. Il en installa notamment à Caen3. Dans les Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435), nous relevons la mention en 1427 d’un charretier, appelé également « Noël Galles », qui, « en portant un chargement de bois dans les rues de Caen, a écrasé par mégarde un jeune enfant »4. Il est possible qu’il s’agisse d’un ancêtre du Noël Galles mentionné par Johnson et ayant vécu durant la première moitié du XVIIe siècle.

7Noël Galles eut quatre fils, dont l’un prénommé Ian, ce qui laisse penser que l’acculturation de la famille ne fut pas totale, même après la fin de la guerre de Cent ans. Toutefois, ils francisèrent leurs prénoms, puis trois d’entre eux épousèrent des femmes aux ascendances françaises et issues du commerce urbain. Le quatrième devint prêtre. Ian, devenu Jean, suivit le chemin de son père en devenant un maître-imprimeur libraire itinérant, avant d’arriver à Vannes. Son fils Christophe y épousa une fille de la famille Audran, famille également liée au métier d’imprimeur, de bonne réputation, et ayant connu une ascension sociale au cours de la seconde moitié du XVIe siècle. En effet, l’un de ses membres, Louis, était le fils d’artisans et fut officier de la louveterie d’Henri IV (p. 34). De telles unions intégraient le lignage Galles, d’origine étrangère et au métier itinérant, aux élites bourgeoises locales, rappelant le parcours des ancêtres du maréchal Fabert, eux-mêmes imprimeurs originaires d’Allemagne.

8Le fils, Nicolas Galles, poursuivit le métier d’imprimeur, après avoir suivi un enseignement dévolu aux élites. Bon élève au collège des Jésuites, connaissant le latin et le grec, il perfectionna son apprentissage selon le principe du compagnonnage (c’est-à-dire en poursuivant sa formation chez des maîtres-imprimeurs de villes différentes), ce que fit également son fils, Jean-Marie, au parcours similaire. Devenir bourgeois était aussi un processus culturel et financier. Johnson s’est intéressé à ces deux aspects. Le catalogue de la bibliothèque personnelle de la famille Galles est intéressant par sa diversité, et atteste de certains intérêts du moment, comme le montre l’exemple de l’acquisition de l’Histoire du maréchal de Guébriant de Jean Le Laboureur, imprimé pour la première en fois en 1656, mais que Nicolas Galles possédait certainement dans l’édition de 1676. La famille des Budes de Guébriant étaient un lignage breton, ce qui explique l’intérêt pour ce personnage, les raisons étant certainement locales. L’inventaire des vêtements donne des indications sur l’évolution de l’habillement en relation avec la position sociale. Ils contribuent à attester de la possession de biens et d’une aisance financière. Nicolas Galles n’avait pas de dettes et était même créancier (p. 47).

  • 5 Sur cette question, nous renvoyons à la thèse de Laurence Croq, Les « Bourgeois de Paris » au XVIII(...)

9Le départ de Jean-Marie Galles pour Paris fut un tournant. Sans couper les ponts avec Vannes, son intégration à Paris était un signe d’ascension. Il devint en 1770 « bourgeois de Paris » (p. 81), ce qui était une distinction. En effet, les villes consignaient sur registre les personnes pouvant porter le titre de « bourgeois », qui accordait certains privilèges (armoiries, port de l’épée, exemption de la taille…). Ce pouvait être un marchepied vers l’anoblissement, à condition d’avoir l’occasion de devenir prévôt des marchands ou échevin5. Il aurait fallu pour cela que la Révolution n’ait pas lieu, mais il aurait fallu aussi fonder une lignée, ce que ne fit pas Jean-Marie Galles.

  • 6 Denise Davidson et Anne Verjus, Le Roman conjugal, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

10Les aléas sentimentaux de Jean-Marie Galles avec une Parisienne (p. 71) constituent pour Johnson une marque d’appartenance à la bourgeoisie, évoquant même un « Sturm und Drang » (p. 76). Est dépeint ici un véritable « roman sentimental », selon une approche qui n’est pas sans rappeler celle du « roman conjugal », titre d’un ouvrage de Denise Davidson et Anne Verjus paru en 20116, notamment pour la dimension intime qui ressort de cette histoire d’amour. L’intimité est un thème récurrent dans l’ouvrage, puisque les correspondances comportent d’autres exemples d’« amour profond » (p. 171) au XIXe siècle.

11Malgré son ascension parisienne, Jean-Marie Galles paraît atypique au regard du destin de son lignage, du fait de son célibat (p. 80). Sa famille n’approuvait pas sa situation, si bien qu’un plan d’essai contre le célibat lui avait été adressé, dans lequel on peut lire, outre des allusions à l’Antiquité et des arguments médicaux spécieux, que le célibat n’est pas une vertu et s’avère socialement inutile. Un tel choix risquait d’être une entrave à l’ascension sociale d’un lignage bourgeois, c’est-à-dire aspirant logiquement à la noblesse. En ne se mariant pas et en ne fondant pas une lignée légitime, Jean-Marie ne servait pas les intérêts de sa famille, mais il n’était pas un cas isolé (pensons au maréchal de Catinat, qui a toujours refusé de se marier, au grand dam de sa famille, anoblie à peine un siècle auparavant).

  • 7 Pierre Serna, La République des girouettes, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

12Les bouleversements de la Révolution mirent à l’épreuve les lignages. Les parentés firent qu’aucune des familles concernées ne s’en sortit sans être marquée par les événements. Les chemins choisis furent divers, les Le Ridant (alliés aux Jollivet, eux-mêmes liés aux Galles), ayant eu en leur sein un Chouan, mais également un soldat de la France républicaine. L’ascension familiale ne fut pas altérée pour autant, puisque les parentés s’adaptèrent aux régimes politiques qui se suivirent au cours du XIXe siècle. Ce fut le siècle de la bourgeoisie. Les différents régimes politiques furent acceptés, tant qu’ils n’inquiétaient pas les familles bourgeoises dans leur sûreté, voire soutenus, si lesdits régimes correspondaient à leurs aspirations politiques, car l’intégration de la bourgeoisie dans la vie politique française était devenue irrésistible. Le Concordat rassura (p. 127). Mieux encore, les parentés sentaient le vent tourner. La famille Galles choisit de ne pas rallier Napoléon à son retour de l’île d’Elbe, parvenant tant à ne pas se compromettre qu’à pratiquer un « girouettisme »7 intelligent (p. 140). Seul un membre de la famille se rallia à l’Empereur. Il s’agit de Bertin Galles, officier de marine resté en activité après la première abdication de Napoléon (contrairement à son jeune frère Eugène, qui combattit en Allemagne en 1813 puis en France l’année suivante, où il fut capturé, emmené à Berlin avant d’être libéré et placé en demi-solde par Louis XVIII). Bertin explique dans une lettre que son choix n’était pas guidé par une conviction bonapartiste, mais fait au nom de l’honneur de la France (p. 138). Comme beaucoup d’officiers, il considérait que la Première Restauration avait avili le prestige de la France, soumise à la merci des troupes coalisées (Prusse, Russie, Autriche, Angleterre et même la Suède avec le maréchal d’Empire Bernadotte, retourné contre son ancien maître). Toutefois, il espérait le maintien de la paix, ce à quoi se refusèrent les coalisés. Vaincu à Waterloo, poussé à l’abdication, Napoléon fut déporté à Sainte-Hélène.

13Le système politique libéral développé au cours de la Restauration permit à René-Marie Jollivet (beau-frère d’un Galles) d’intégrer la vie politique nationale, en tant que député du Morbihan, de 1815 à 1823. La famille Jollivet conserva son importance politique locale jusqu’au Second Empire, notamment en tenant la mairie de Vannes, ville dont l’importance avait cru dans le sillage de la révolution industrielle. La conservation de la puissance et le maintien d’une entité familiale furent renforcées par l’établissement d’une consanguinité, via des mariages entre cousins. Néanmoins, cette pratique ne fut pas trop récurrente, et les mariages exogames permirent un renouvellement biologique et territorial, ainsi qu’un accroissement de l’emprise économique, politique et sociale de la famille (p. 319-320).

14Le roman familial de Christopher H. Johnson reconstitue une intimité et un univers aujourd’hui disparu, celui de la bourgeoisie urbaine et artisanale, puis industrielle, celui de la bourgeoisie triomphante. Sa narration est remplie de ramifications, à l’image de la généalogie dense servant de charpente à l’ouvrage. Un bel exemple régional, qu’il faudrait imiter pour d’autres régions afin de songer à la possibilité d’une globalisation du champ d’étude.

Haut de page

Notes

1 http://recherche.archives.morbihan.fr/archives/archives/fonds/FRAD056_00000002J/view:all?pagination=300

2 Le travail d’Albert Macé et son édition du Journal sont disponibles sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k453810n/f187.item.r=.zoom

3 Valérie Toureille, Le drame d’Azincourt. Histoire d’une étrange défaite, Paris, Albin Michel, 2015, p. 90-91.

4 Actes de la chancellerie d’Henri VI concernant la Normandie sous la domination anglaise (1422-1435), Paris, Imprimerie nationale, 1908, II, p. 354.

5 Sur cette question, nous renvoyons à la thèse de Laurence Croq, Les « Bourgeois de Paris » au XVIIIe siècle : identification d’une catégorie sociale polymorphe, soutenue à l’Université Paris I – Panthéon-Sorbonne sous la direction de Daniel Roche, 1998.

6 Denise Davidson et Anne Verjus, Le Roman conjugal, Seyssel, Champ Vallon, 2011.

7 Pierre Serna, La République des girouettes, Seyssel, Champ Vallon, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadi El Hage, « Christopher H. Johnson, Becoming bourgeois. Love, kinship & power in Provincial France, 1670-1880 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/20234

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page