Navigation – Plan du site

Gérard Noiriel, Chocolat. La véritable histoire d’un homme sans nom

Jean-François Blanchard
Chocolat
Gérard Noiriel, Chocolat. La véritable histoire d’un homme sans nom, Paris, Bayard, 2016, 600 p..
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous ne reprenons pas ici la bibliographie de Gérard Noiriel qui est abondante et facilement access (...)
  • 2 La perspective sociohistorique dans laquelle se place Noiriel combine histoire, sociologie et scien (...)
  • 3 Dans son précédent ouvrage sur Chocolat, Noiriel avait fermement critiqué l’analyse rendue par Pasc (...)
  • 4 Gérard Noiriel a été membre fondateur et président du Comité de vigilance face aux usages publics d (...)
  • 5 Conseiller historique et co-auteur de la série Racines, 40 films documentaires sur L’histoire de l’ (...)
  • 6 En 2007, alors qu’il était président du CVUH, Noiriel a démissionné du Conseil scientifique au mome (...)
  • 7 Le collectif DAJA (Des Acteurs culturels Jusqu’aux chercheurs et aux Artistes) a été fondé en 2007 (...)
  • 8 Voir le compte rendu d’Igor Martinache : https://lectures.revues.org/8074
  • 9 Le lecteur est invité à se reporter au site : http://clown-chocolat.com.

1L’historien Gérard Noiriel, né en 1950, est l’auteur d’une œuvre magistrale et dense, qui a rompu un silence historiographique sur des questions considérées jusqu’alors comme spécifiquement sociales (la classe ouvrière, l’immigration) ou uniquement politiques et juridiques (l’identification des personnes et la nationalité en France), pour s’en tenir à quelques-uns de ses principaux objets de recherche1. Les travaux de Noiriel restituent l’historicité de la construction sociale d’un vivre ensemble, soumis à des enjeux de pouvoir à différentes échelles (groupes, classes, nation). L’historien cherche à connaitre le contexte sociologique des périodes étudiées et se place sur un temps long2. Il écarte les biais qui consistent à aborder le passé avec des notions d’aujourd’hui3, ou, ce qui est pire encore, à instrumentaliser l’histoire4. Parallèlement, et depuis ses débuts, Noiriel est fortement engagé dans un travail associatif et militant, où l’histoire joue un rôle éducatif et mémoriel qui prolonge sa vocation scientifique. À ce titre, l’auteur a contribué à plusieurs productions audiovisuelles sur l’histoire de l’immigration et du droit d’asile5, et à la création de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, dont il a été membre du Conseil scientifique6. Plus récemment, les activités éducatives et militantes de l’auteur ont abouti, au sein du collectif DAJA7, à un projet de conférence-spectacle sur le thème de l’histoire du racisme en France, fondé sur la vie du clown noir Chocolat. Les recherches réalisées par Noiriel sur la vie de Rafael (1868-1917), esclave cubain devenu à la Belle Époque le célèbre clown Chocolat, se sont concrétisées par un spectacle théâtral d’éducation populaire, puis par la publication, en 2012, du travail de recherche sous le titre : Chocolat, clown nègre. L’histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française8, et enfin par ce livre, destiné au grand public, qui nous raconte Chocolat. La véritable histoire d’un homme sans nom. La sortie du livre en février 2016 accompagne un film, des expositions, des conférences9.

  • 10 Les Noces de Chocolat sont jouées au moment de l’Exposition universelle de 1889, d’où le très large (...)

2Le livre retrace, en vingt-six chapitres chronologiques, la biographie de Rafael, esclave né à Cuba, vendu à l’âge de dix ans environ à un marchand espagnol, qui le transfère en Espagne et l’emploie comme domestique. Mal traité, Rafael s’enfuit et trouve une place chez un clown anglais en tournée, dont il devient le domestique et l’assistant. En 1886, suivant son patron, le clown Tony Grice, Rafael arrive à Paris et débute au Grand Cirque, qui vient d’ouvrir. Cascadeur et faire-valoir, Rafael conquiert peu à peu la sympathie d’un public d’aristocrates qu’il fait rire. En 1888, Chocolat est le protagoniste central des Noces de Chocolat10, une pantomime burlesque dont le succès ne faiblira pas et qui fera l’objet de nombreuses reprises, la dernière en 1907 ! Chocolat se produit régulièrement avec Foottit, un autre clown anglais talentueux, qui devient son partenaire attitré à partir de 1897. Les deux artistes connaissent d’abord un grand succès auprès d’un public influent, composé d’aristocrates parisiens habitués du Grand Cirque, lieu de prouesses hippiques. Par la suite, ils vont se produire devant des publics prestigieux, des têtes couronnées et dans les lieux les plus remarquables (à l’Opéra de Paris en 1905). Ils sont également célèbres auprès du grand public grâce à la presse, à la réclame et aux manifestations populaires et caritatives auxquelles ils participent.

3Après 20 ans de succès, la société parisienne a évolué, l’aristocratie est supplantée par la bourgeoisie, dont les goûts vont vers le café-concert et le théâtre. De nouvelles salles sont ouvertes (Folies Bergère, Olympia) ; Foottit et Chocolat, forts de leur notoriété, y accèdent, mais la concurrence de la jeune génération d’artistes est rude, et de plus, le cinématographe éloigne le public du spectacle vivant. Les artistes de cirque se replient alors sur leur cœur de métier (cascades et jongleries), mais l’âge est là. Chocolat termine sa vie par des tournées avec le cirque Drancy. C’est à Bordeaux qu’il meurt en 1917. Anonyme, il est enterré au carré des indigents. Son nom tombe dans l’oubli.

  • 11 Le film, dirigé par Roschdy Zem, est sorti le 3 février 2016. Omar Sy y joue le rôle de Chocolat.

4Disposant de peu d’éléments bibliographiques et de seulement quelques fonds documentaires et d’archives, l’historien adapte ses méthodes de recherche grâce à la puissance des nouvelles techniques de l’information et des moteurs de recherche. Avec le service en ligne de Gallica, il accède directement à la presse de l’époque, qui est conservée, numérisée, à la Bibliothèque nationale. La messagerie lui permet d’interroger ses collègues historiens du monde entier et d’entrer en relation avec le grand public : il enrichit ainsi ses sources, et retrouve les descendants des proches ou des protagonistes impliqués dans le récit. Les cinq ans de recherches et la publication du premier livre, en 2012, ont laissé à son auteur « un goût d’inachevé » (p. 11), et il a eu envie d’aller plus loin. En tant qu’historien, il cherche à en savoir plus sur l’homme, mais aussi à donner davantage d’ampleur à l’initiative du collectif DAJA, surtout qu’un projet de film se profile11. Au fil du temps, le lien empathique entre l’auteur et son sujet d’étude s’est renforcé. Le lecteur peut en prendre la mesure, car Noiriel livre des extraits de son propre journal, où il s’adresse à Rafael sur le ton de la confidence. Il évoque des évènements personnels de son enfance qui le rapprochent du clown. Au cours de son enquête, Noiriel va partout où a vécu Rafael (La Havane, Bilbao, le Pays basque, les rues de Paris, Bordeaux), il recherche ses traces, visionne des films, cherche à s’imprégner des lieux et des ambiances pour nous les restituer tels qu’ils pouvaient être à la fin du XIXe siècle. Tel un archéologue, Noiriel s’empare de vestiges, construit des scénarios, imagine des dialogues. L’historien se nourrit aussi de mémoires (Jean Cocteau), de récits et de romans (le Black Boy de Richard Wright notamment), qui décrivent des évènements ou des circonstances analogues à celles qu’a pu rencontrer Rafael. Noiriel compare sa démarche à celle de Patrick Modiano écrivant l’histoire de la juive Dora Bruder. Mais l’historien reste à la frontière de sa discipline, sans jamais franchir la ligne rouge qui le ferait passer dans la fiction ou le roman.

  • 12 Le livre ne comporte ni note ni bibliographie : voir le site http://clown-chocolat.com/

5Comme le souligne l’auteur (p. 71), le livre s’apparente à un roman d’apprentissage, tel qu’il fut inventé au XVIIIe siècle : « J’ai renoncé au style universitaire12, car je souhaite que le lecteur puisse s’identifier à toi », confie Noiriel à Rafael dans son journal ; il ajoute : « [je veux] raconter comment tu as découvert progressivement les réalités de notre monde en dévoilant les facettes de nous-mêmes que nous ne pouvions voir par manque de recul » (ibid.). Noiriel se met à la place du héros, imagine son existence, ses apprentissages, ses souffrances, ses solidarités, et comment il devient acteur de sa propre vie, saisit les opportunités, retourne les préjugés raciaux et s’émancipe en tant qu’être humain pour être reconnu en tant qu’artiste.

  • 13 Voir Penser avec, penser contre. Itinéraire d’un historien, Paris, Belin, coll. « Socio-Histoires » (...)

6Mais, dans son travail d’historien, Noiriel refuse de trancher et de dire si le succès de Rafael était lié à l’influence des stéréotypes et préjugés raciaux dans le public ou au talent de l’artiste (p. 129). L’auteur laisse le lecteur élaborer sa réponse à cette question complexe, en lui transmettant tous les éléments de connaissance disponibles. Cette neutralité épistémique du travail de l’historien est une constante dans l’œuvre de Noiriel13.

7En ce qui concerne Rafael en tant qu’artiste, Noiriel a travaillé à partir des scénarios déposés au service de censure d’alors, et des films qui ont pu être tournés à l’époque, ainsi que d’articles de presse. Sans formation circassienne, Rafael a la capacité de reprendre, sous une forme originale et authentique, le jeu de scène des Black Minstrels inspiré de la culture noire nord-américaine. Dans les sketches, le rapport entre Chocolat et Foottit repose sur une « satire » burlesque des relations de pouvoir (p. 140). Notre clown est « un bouffon qui… déréglait la vie des objets, redistribuait généreusement les gifles qu’il avait reçues… » (p. 165), il utilisait « l’arme du cirque pour dénoncer les travers des hommes » (p. 140).

8En ce qui concerne la question des stéréotypes et préjugés raciaux, nous sommes à l’époque où Paris est le centre d’un empire colonial qui, tout à la fois honore le centenaire des Droits de l’homme, par l’Exposition universelle de 1989, et exhibe des autochtones africains devant le public parisien. Le mot racisme n’existe pas encore. Nous découvrons comment le terme, qui n’évoquait alors que l’antisémitisme, va bientôt prendre corps avec l’affaire Dreyfus, puis les luttes coloniales, avant d’être saisi par le politique.

9L’ouvrage paru en 2012 nous permettait de comprendre le contexte socio-historique, il nous expliquait le succès du clown et la désaffection ultérieure de son public, en analysant les formes de pouvoirs dans la micro-société parisienne — la place de l’aristocratie, le rôle de la presse — et la réception différenciée qui était faite des prestations de Chocolat. Le livre recensé nous parle plutôt de l’homme sans état civil désigné sous le nom de Chocolat. Comme indique l’auteur (p. 50) : « j’ai besoin d’exemples et de modèles que je m’approprie pour les adapter à mon propre but ».

10Noiriel conduit sa recherche au-delà de la formation matérielle du pouvoir symbolique et de la domination. Face à cette dernière, il décrit les formes d’autonomie et de solidarité vécues par les dominés, restés acteurs de leur propre vie. L’historien rejette toute forme d’« enfermement identitaire » (p. 99) dans une catégorisation des victimes et la condamnation morale du racisme. L’auteur mobilise la dimension mémorielle de l’histoire qui, à ses yeux, a vocation à rassembler, et les personnages symboliques y contribuent. Ici Noiriel va plus loin : « Chocolat doit trouver sa place dans le palais des héros qui font la France » (p. 71). Grâce à l’historien, Rafael, le premier artiste noir de la scène française, sous le nom de Chocolat, est désormais de retour dans le Creuset français.

Haut de page

Notes

1 Nous ne reprenons pas ici la bibliographie de Gérard Noiriel qui est abondante et facilement accessible. Certains titres sont d’ailleurs incontournables dans toute formation sérieuse en sciences sociales : Le Creuset français. Histoire de l’immigration (XIXe — XXe siècle) ou encore, par exemple, Les Ouvriers dans la société française (XIXe — XXe siècle).

2 La perspective sociohistorique dans laquelle se place Noiriel combine histoire, sociologie et science politique. Sa méthode de travail est d’abord empirique (connaissance et validation des faits). En sociologie, Gérard Noiriel va prendre, aussi bien chez Max Weber que chez Émile Durkheim, les outils théoriques qui lui sont nécessaires (déterminants individuels et formes de domination chez l’un, formation des représentations collectives chez l’autre), cf. aussi Gérard Noiriel, Introduction à la sociohistoire, Paris, La Découverte, 2006.

3 Dans son précédent ouvrage sur Chocolat, Noiriel avait fermement critiqué l’analyse rendue par Pascal Blanchard et al. dans Les zoos humains (Paris, La Découverte, 2002). Pour Noiriel, il faut cesser de reproduire l’image sociale du Noir-victime, en se contentant de juger et de condamner, au nom de l’antiracisme. Il reprend cette critique dans le présent livre où il met l’accent sur la force de la solidarité et de la résistance chez les dominés.

4 Gérard Noiriel a été membre fondateur et président du Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire (CVUH), créé peu après la publication de la Loi du 23 février 2005, qui soulignait, notamment, « les effets positifs de la colonisation ».

5 Conseiller historique et co-auteur de la série Racines, 40 films documentaires sur L’histoire de l’immigration en France, diffusés par FR3 (1990-91). Conseiller historique de trois films documentaires de 52 minutes, sur L’histoire du droit d’asile en Europe, diffusés par les télévisions française, suisse et allemande (1996).

6 En 2007, alors qu’il était président du CVUH, Noiriel a démissionné du Conseil scientifique au moment de la création du Ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale. Il publie alors À quoi sert l’identité nationale ? Paris, Éditions Agone, 2007.

7 Le collectif DAJA (Des Acteurs culturels Jusqu’aux chercheurs et aux Artistes) a été fondé en 2007 par des enseignants, des artistes du spectacle vivant, des travailleurs sociaux et des chercheurs en sciences sociales, dans le but de développer des projets communs et de réinvestir le chantier de la démocratisation de la culture.

8 Voir le compte rendu d’Igor Martinache : https://lectures.revues.org/8074

9 Le lecteur est invité à se reporter au site : http://clown-chocolat.com.

10 Les Noces de Chocolat sont jouées au moment de l’Exposition universelle de 1889, d’où le très large succès populaire du clown.

11 Le film, dirigé par Roschdy Zem, est sorti le 3 février 2016. Omar Sy y joue le rôle de Chocolat.

12 Le livre ne comporte ni note ni bibliographie : voir le site http://clown-chocolat.com/

13 Voir Penser avec, penser contre. Itinéraire d’un historien, Paris, Belin, coll. « Socio-Histoires », 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Blanchard, « Gérard Noiriel, Chocolat. La véritable histoire d’un homme sans nom », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 01 mars 2016, consulté le 30 juin 2016. URL : http://lectures.revues.org/20242

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page