Navigation – Plan du site

Saïd Haddad (dir.), Les armées dans les révolutions arabes : positions et rôles. Perspectives théoriques et études de cas

Nicolas Lepoutre
Les armées dans les révolutions arabes : positions et rôles
Saïd Haddad (dir.), Les armées dans les révolutions arabes : positions et rôles. Perspectives théoriques et études de cas, Rennes, PU Rennes, coll. « Essais », 2016, 156 p., ISBN : 978-2-7535-4360-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « En Algérie, le service de renseignement militaire passe sous tutelle », Le Monde, 26 janvier 2016

1Alors que les conflits armés se multiplient dans le sillage des révolutions arabes de 2011 (guerre civile en Libye et en Syrie, prise de contrôle par l’Organisation de l’État islamique d’une large partie de l’Irak et de la Syrie) et que le secteur de la sécurité algérien est l’objet d’importantes mais obscures réformes1, les armées arabes s’avèrent un sujet d’étude particulièrement pertinent. C’est le thème de cette publication, qui est le fruit d’un colloque de 2012 organisé par le Centre de Recherche des Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Les différentes contributions ont été rédigées en 2013 puis actualisées en 2015 afin de prendre en compte, au moins partiellement, les évolutions sur le terrain. L’ouvrage se compose, en plus de brèves introduction et conclusion, de sept chapitres : le premier propose un cadre théorique général pour renouveler l’analyse des armées arabes tandis que les six autres sont autant d’études de cas relatives à l’Algérie, l’Irak, la Tunisie, l’Égypte, la Libye et la Syrie. L’ensemble a été dirigé par Saïd Haddad, maître de conférences en sociologie aux Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, qui a réuni pour ce colloque des chercheurs en sciences politiques issus dans leur majorité de divers centres de recherches ou universités européens.

2L’objectif de l’ouvrage est de s’intéresser à l’un des acteurs centraux des révolutions arabes et de comprendre ainsi la diversité des situations qui en résultent : l’armée. S. Haddad (dans son introduction) et Florence Gaub tentent ainsi de dépasser l’historiographie traditionnelle des armées arabes qui s’est longtemps focalisée selon eux sur la participation des armées à la construction de l’État après les indépendances et sur le rôle modernisateur qu’elles pouvaient avoir dans ce cadre. La déception des observateurs devant la participation des forces armées à la consolidation de régimes autoritaires aurait ensuite provoqué un désintérêt relatif et un faible renouvellement de la recherche en ce domaine. F. Gaub, qui signe le premier chapitre plus transversal, souligne la nécessité d’étudier les armées à la fois d’un point de vue interne ou sociétal – c’est-à-dire leur composition ou leur professionnalisme par exemple – et d’un point de vue qu’elle qualifie d’externe ou d’institutionnel – à savoir notamment leur rôle et leur image au sein du pays. Les articles suivants tentent de définir les évolutions de la structure des armées et de leur implication dans l’État pour comprendre leur réaction aux événements révolutionnaires déclenchés en 2011. Ils montrent ainsi que l’armée est au cœur de l’État en Égypte mais qu’elle est marginalisée en Irak (du fait de l’invasion américaine de 2003 et de la dissolution de l’armée irakienne décidée par l’administrateur civil américain Paul Bremer), ainsi qu’en Tunisie et en Libye (par décision du pouvoir, qui craint les coups d’État et préfère se reposer sur les forces de police ou des milices). Myriam Aït-Aoudia s’intéresse à l’Algérie mais en 1989 ; elle montre que l’armée a alors décidé, de sa propre initiative, de se mettre en retrait du jeu politique. L’article sur la Syrie de Sihem Djebbi se concentre quant à lui sur la gestion des forces armées par le pouvoir et montre que la grille de lecture purement confessionnelle souvent adoptée pour l’analyse de ce pays est inappropriée.

3L’intérêt principal de cet ouvrage réside dans le panorama court mais globalement efficace de la place de l’armée dans les pays arabes depuis l’indépendance jusqu’à aujourd’hui. Il permet également de remettre en cause certains préjugés encore trop présents dans les médias, telle que la vision essentialiste de la Syrie et du pouvoir des Assad, ainsi que de rappeler la diversité des situations qui prévalent dans les États de la région. On notera également des analyses plus novatrices, à l’image de la contribution de M. Aït-Aoudia sur le rôle de l’armée algérienne dans l’interprétation de la Constitution de 1989.

  • 2 G. Casey, J. Kolbe, « A New Deal : Reforming US Defense Cooperation With Egypt, Libya, and Tunisia  (...)

4Cependant, l’ouvrage souffre également de plusieurs écueils majeurs qui en réduisent grandement la pertinence. En premier lieu, un certain nombre d’éléments développés dans les articles apparaissent surprenants, voire très discutables dans certains cas. Il en est ainsi de la typologie des armées arabes dressée par F. Gaub dans son article, laquelle regroupe dans une même catégorie les armées égyptienne et tunisienne. Il s’avère pourtant que leur degré d’intégration dans l’État ainsi que leur réaction aux événements révolutionnaires de 2011 et aux développements politiques subséquents diffèrent pour le moins fortement. La lecture des articles d'Amal Hamada et de Mourad Chabbi, consacrés précisément à ces deux pays, permet de mesurer d’ailleurs toute l’étendue de ces disparités. Plus généralement, l’ensemble des articles sont pénalisés par leur format même : brossant à grands traits l’évolution d’un pays pendant un demi-siècle en une quinzaine ou vingtaine de pages tout au plus, les analyses manquent d’approfondissement et de démonstrations étayées. Ainsi, il apparaît audacieux d’affirmer que les officiers tunisiens protègent les civils et sont respectueux des normes démocratiques simplement parce qu’ils ont été formés en Europe et aux États-Unis, comme le fait M. Chabbi – qui s’appuie pour cela sur une étude de l’Atlantic Council elle-même très brève et sans sources précises2. Et ce d’autant plus que l’armée égyptienne, également formée en partie aux États-Unis, a adopté une posture difficilement comparable à celle de l’armée tunisienne. En outre, et il s’agit en définitive du problème majeur de la publication, les contributions manquent d’unité. Certains articles sont tout à fait intéressants mais on peine à comprendre par exemple pourquoi celui consacré à l’Algérie se limite à l’année 1989 alors que le but de l’ouvrage est de s’intéresser au rôle des armées dans les révolutions arabes. De la même manière, l’exemple de l’Irak s’avère assez différent des cas tunisien ou même libyen dès lors que le pays a été envahi par les États-Unis en 2003 et que l’armée a été entièrement démobilisée à cette date. Il aurait été judicieux à ce titre de s’interroger sur la définition des « révolutions arabes » : peut-on affirmer que l’Algérie ou l’Irak en connaissent une dans la décennie 2010 ? On regrettera enfin que la vision de l’armée soit souvent très monolithique, les articles ayant tendance à la considérer comme un acteur uniforme et soudé alors qu’une réflexion sur les tensions qui règnent parfois en son sein aurait pu utilement complexifier l’analyse.

Haut de page

Notes

1 « En Algérie, le service de renseignement militaire passe sous tutelle », Le Monde, 26 janvier 2016.

2 G. Casey, J. Kolbe, « A New Deal : Reforming US Defense Cooperation With Egypt, Libya, and Tunisia », Atlantic Council, avril 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « Saïd Haddad (dir.), Les armées dans les révolutions arabes : positions et rôles. Perspectives théoriques et études de cas », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 02 mars 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://lectures.revues.org/20264

Haut de page

Lieu

Algérie

Égypte

Irak

Libye

Tunisie

Syrie

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Lepoutre

Diplômé de l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Lille, agrégé d’histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page