Navigation – Plan du site

Guy Dugas, et Sonia Zlitni Fitouri (dir.), « Nouvelles expressions judéo-maghrébines », Expressions maghrébines, vol. 13, n° 2, hiver 2014

Élisabeth Schulz
Nouvelles expressions judéo-maghrébines
Guy Dugas, Sonia Zlitni Fitouri (dir.), « Nouvelles expressions judéo-maghrébines », Expressions maghrébines, Vol. 13, n° 2, hiver 2014, 2014, Barcelone, Centre Dona i Literatura, Universitat de Barcelona, ISBN : 15400085.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que depuis des années, Expressions maghrébines contribue à présenter la diversité des écritures maghrébines, ce numéro constitue un hommage à Guy Dugas et un prolongement à ses travaux. Celui-ci a en effet défriché le vaste champ de la littérature maghrébine et notamment judéo-maghrébine. Ce dossier tente de présenter une nouvelle définition de l’identité judéo-maghrébine qui est marquée par ses multi-appartenances. Les diverses réflexions portent sur de nouveaux concepts tels que : « tunisianité », « fantaisie », « maghrébin » ou « francophone ». À travers des problématiques variées (la mémoire, l’histoire ou l’évolution identitaire), deux grandes interrogations émergent : quelles sont les nouvelles expressions judéo-maghrébines en littérature ainsi que dans les arts et spectacles et quelles sont les idées fondatrices de la littérature judéo-maghrébine actuelle ? Le volume se découpe en quatre parties qui ne cessent de se faire écho.

2Dans la première partie, le lecteur découvre les travaux d’écrivains qui tentent de négocier une nouvelle identité à travers leurs pratiques esthétiques et discursives. L’article de Debbie Banard s’intéresse à l’ironie, à l’altérité et au racisme dans le roman Le Café de Madame Ben Djamil de Claude Kayat. Le roman est présenté comme une œuvre échappant à toute classification. Son analyse permet à Debbie Banard de démontrer que l’identité collective des immigrés ne peut être figée dans une définition mais, au contraire demeure fluide. L’article de Mohamed Chagraoui présente une réflexion sur les textes de l’écrivain Gilbert Naccache dans lesquels le concept d’identité varie selon qu’il est associé aux concepts de « société », « judéité », « individualité » ou « communauté ». Le romancier introduit alors la notion de « tunisianité » fondée sur une identité plurielle qui est toujours en construction. Naccache esquisse une peinture de la « tunisianité » à travers laquelle l’altérité est toujours à l’œuvre comme non-coïncidence tandis que la judéité se présente en fait comme une utopie – ce qui s’oppose alors à la définition qu’en donne Albert Memmi.

  • 1 Clara Lévy, Écritures de l’identité, les écrivains juifs après la Shoah, Paris, PUF, 1998.
  • 2 Gueye Abdoulaye, « Lévy Clara, Écritures de l’identité, les écrivains juifs après la Shoah », Archi (...)

3La violence, l’exil et le traumatisme qu’ont subis les communautés judéo-maghrébines engendrent une littérature de la mémoire. Dans la seconde partie, nous découvrons des auteurs qui « marchent contre l’oubli », pour reprendre le titre. Les articles proposent d’analyser les préoccupations majeures qui transparaissent à travers la littérature judéo-maghrébine. Dans son article Wafa Ben Aziza situe l’évolution de l’écriture dans les nouvelles expressions judéo-maghrébines entre mémoire et Histoire. Elle synthétise les principaux thèmes de la littérature judéo-méditerranéenne en partant des travaux de Guy Dugas. Alors qu’elle présente cette écriture comme une réécriture de l’histoire, elle s’interroge sur la frontière entre la mémoire et l’histoire. Elle questionne aussi le cadre auquel s’identifient les auteurs judéo-maghrébins, mettant en garde les chercheurs contre leur tendance à enfermer ces écrivains dans un monde littéraire lié à la France et à la judéité, comme ce serait le cas de Clara Lévy dans Écritures de l’identité, les écrivains juifs après la Shoah1 – Wafa s’appuie pour l’affirmer sur le compte rendu d’Abdoulaye Gueye2. Sur ce point, on reconnaît l’influence de Guy Dugas, dont le travail a montré l’importance de mettre en perspective la littérature judéo-maghrébine avec le reste de la littérature maghrébine. En effet, ceci permet de mieux cerner leurs contours et, en même temps, de mettre en relief les disparités mais surtout l’univers commun à ces littératures. Alors que Wafa Ben Aziza s’interroge sur les caractéristiques de la littérature judéo-maghrébine, elle parvient à la conclusion que, pour décrire l’évolution entre l’ancienne et la nouvelle littérature judéo-méditerranéenne, il serait plus juste de parler de convergence et de différence plutôt que d’innovations – notamment en ce qui concerne les interrogations permanentes qu’on y retrouve. L’article de Danielle Dahan-Feucht fait écho à celui de Debbie Banard sur l’immigration. L’auteur revient sur le phénomène de métamorphose des immigrés en France qui est lié à l’exigence assimilationniste dans le contexte des années 1960. Elle approfondit cette réflexion à partir des deux premiers romans de Marlène Amar, La femme sans tête et Des gens infréquentables, où, suite à son exil en France, une famille s’est complétement transformée. L’exil est alors la source de la destruction non seulement d’une part de soi et des liens familiaux mais surtout de celle de la parole. L’écriture de Marlène Amar vient alors enrayer le silence et rend la parole aux protagonistes.

  • 3 La démarche de ce film se différencie du film Juifs et musulmans : si loin, si proche de Karim Misk (...)

4La troisième partie constitue une démarche plutôt inédite puisque le lecteur y découvre des articles réalisés à partir de supports visuels. Ceci illustre bien un renouvellement sur lequel Guy Dugas revient dans la dernière partie de son article. Les supports visuels jouent un rôle primordial car ils permettent de raviver la mémoire – et ceci également chez les écrivains. Ainsi, grâce à l’article de Dora Carpenter-Latiri, on découvre un travail d’anthropologie photographique portant sur la Synagogue de la Goulette, en Tunisie. Puis Denise Brahimi entreprend de commenter le film documentaire Tinghir-Jérusalem : les échos du Mellah réalisé par Kamal Hachkar3. Ce film met particulièrement en relief les résistances de la mémoire collective, d’une part des Judéo-Berbères Marocains de Tinghir installés depuis les années 1960 en Israël, et d’autre part de leurs anciens voisins musulmans. Enfin, l’article d’Ewa Tartakowsky sur  les couvertures de romans judéo-maghrébins permet de cerner l’identification des auteurs qui réaffirment leur appartenance au Maghreb et plus largement à l’Orient.

  • 4 Cet élément transparait déjà dans la table ronde consacrée aux nouvelles générations d’écrivains ju (...)
  • 5 Guy Dugas, Bibliographie critique de la littérature judéo-maghrébine d’expression française, Paris  (...)

5Pour finir, les articles de la quatrième partie intitulée « conceptualisation » s’attachent à montrer que le travail d’écriture reflète, jusque dans sa forme, la complexité et la richesse de l’identité judéo-maghrébine. Cette partie révèle de quelle manière la mémoire vive des écrivains judéo-maghrébins est liée, par exemple, à la sonorité de la langue4. Comme Claude Kayat, Edmond Amran El Maleh est un auteur dont l’identité plurielle le rend inclassable. Rien d’étonnant dans le fait qu’un article réalisé par Zakaria Faith lui soit consacré, bien que son sujet aborde plutôt l’esthétique fragmentée de ses romans. Ce numéro donne ensuite l’occasion à Guy Dugas de redéfinir les perspectives de ses travaux et montre que cette littérature possède une étroite relation avec le réel et l’histoire. Cependant, dans son article, intitulé « Fantaisie, littérature mémorieuse, iconophilie », celui-ci affirme, à juste titre, que les écrivains font le choix de la subversion grâce à la théâtralisation et à la polyphonie mais aussi grâce à des sujets qui sont volontairement futiles, ou encore à la mythification-démythification. Ils ont également recours à la « dérision sépharade. » pour décrire l’expérience difficile de l’exil et de la séparation. C’est ainsi que Guy Dugas oppose cette écriture à l’écriture postcoloniale. Wafa Ben Aziza rappelle d’ailleurs que la nouvelle littérature judéo-méditerranéenne est écrite exclusivement en diaspora. De plus, elle reconnait finalement l’existence d’une innovation dans la littérature judéo-maghrébine, qui fait de l’identité une forme d’écriture où transparaissent « l’errance et l’ambiguïté dans ses procédés » (p. 57). Guy Dugas va dans le même sens lorsqu’il évoque notamment l’iconophilie chez Michel Valensi et Collette Fellous. Il donne aussi l’exemple des « idiolectes » qui cohabitent dans le texte avec le français. Comme Wafa Ben Aziza le souligne, le français reste cependant pour l’écrivain judéo-maghrébin « son milieu d’authenticité et d’expressions », contrairement à la langue arabo-berbère utilisée dans la littérature maghrébine. Pour clôturer le dossier, la revue présente une bibliographie inédite constituée par Guy Dugas selon le pays et le genre. Parce qu’elle couvre la période entre 1983-2013, elle fait suite à celles de 1896-1980 et 1896-1990 déjà réalisée par Dugas5. Cette bibliographie met bien en évidence la profusion et la vigueur de la littérature judéo-maghrébine.

  • 6 Dans une perspective plus large, Thomas Nolden consacre un chapitre à la question de la nouvelle gé (...)

6La dernière partie de l’article de Guy Dugas fait figure de conclusion. Pour répondre à la problématique générale, il propose trois caractéristiques principales. D’abord, la nouvelle littérature judéo-méditerranéenne fait preuve d’une résistance à s’inscrire dans tous les cadres et les réseaux tissés par les approches théoriques. Ensuite, elle se fonde sur une écriture mémorielle. Et enfin elle déploie une capacité de subversion et de remise en cause par le rire. En cela, Dugas confirme qu’elle se démarque des autres littératures et justifie pleinement d’être qualifiée de « nouvelle » expression judéo-maghrébine6.

Haut de page

Notes

1 Clara Lévy, Écritures de l’identité, les écrivains juifs après la Shoah, Paris, PUF, 1998.

2 Gueye Abdoulaye, « Lévy Clara, Écritures de l’identité, les écrivains juifs après la Shoah », Archives des sciences sociales des religions, vol. 108, n° 108, 1999, p. 90-92.

3 La démarche de ce film se différencie du film Juifs et musulmans : si loin, si proche de Karim Miské (sorti en 2013 et diffusé sur Arte en quatre épisodes de 52 minutes diffusés). Shmuel Trigano accuse ce dernier de faire « une propagande idéologique de grande ampleur » car la principale idée véhiculée est qu’il n’y aurait pas eu d’antisémitisme en terre d’Islam. Shmuel Trigano, « “Les Juifs sont des arabes comme les autres”, une opération idéologique de grande ampleur », Des Infos.com, 11 novembre 2013, en ligne : http://www.desinfos.com/spip.php?article38444.

4 Cet élément transparait déjà dans la table ronde consacrée aux nouvelles générations d’écrivains judéo-méditerranéens francophones lors d’un colloque qui a eu lieu du 12 au 15 septembre 1980 au Centre Georges Pompidou. Voir Bernard et Françoise Chaouat et Claudine Guittonneau (dir.), Cultures Juives méditerranéennes et orientales, Paris, Syros, 1982, p. 313-330.

5 Guy Dugas, Bibliographie critique de la littérature judéo-maghrébine d’expression française, Paris : L’Harmattan, 1991.

6 Dans une perspective plus large, Thomas Nolden consacre un chapitre à la question de la nouvelle génération d’auteurs juifs francophones, dans son ouvrage Thomas Nolden, In Lieu of Memory, New York, Cyracuse, 2006, p. 1-28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Schulz, « Guy Dugas, et Sonia Zlitni Fitouri (dir.), « Nouvelles expressions judéo-maghrébines », Expressions maghrébines, vol. 13, n° 2, hiver 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 02 mars 2016, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://lectures.revues.org/20268

Haut de page

Rédacteur

Élisabeth Schulz

Les recherches d’Elisabeth Schulz sont essentiellement centrées sur la littérature judéo-méditerranéenne et orientale francophone. Elle a enseigné à l’Université hébraïque de Jérusalem et a été professeur de FLE à l’institut Romain Gary. En 2014, sa thèse a été publiée sous le titre Identité et littérature séfarade en France au XXe.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page