Navigation – Plan du site

Lisa Mandel, Mathieu Trachman, La fabrique pornographique

Anne-Charlotte Millepied
La fabrique pornographique
Lisa Mandel, Mathieu Trachman, La fabrique pornographique, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, 170 p., ISBN : 9782203095298.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir leur site : http://sociobd.hypotheses.org/.
  • 2 Avec la collection « Sociorama » créée pour l’occasion, par Lisa Mandel et Yasmine Bouagga. Voir : (...)
  • 3 Mathieu Trachman est sociologue, chargé de recherche à l’Institut National d’Etudes Démographiques (...)
  • 4 Mathieu Trachman, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Déco (...)

1Transposer la sociologie en dessin, voilà l’idée originale née du séminaire « Bande-dessinée et sociologie » organisé à l’École Normale Supérieure de Paris par un groupe de jeunes sociologues en 2012-2013. Le séminaire a débouché sur la création de l’association « Socio en cases »1, lieu de rencontre entre dessinateurs et sociologues, puis sur la réalisation de plusieurs projets dont La fabrique pornographique fait partie. L’ouvrage, publié aux éditions Casterman2 est une adaptation par Lisa Mandel de l’enquête ethnographique de Mathieu Trachman3, initialement publiée sous le titre Le travail pornographique4 en 2013.

2La collaboration entre sociologie et bande-dessinée se révèle tout à fait surprenante, mais surtout réussie, le support du dessin étant bien adapté à l’illustration de la recherche ethnographique. Cette entreprise de vulgarisation, sans toutefois prétendre rendre compte de la complexité de l’analyse sociologique, permet de faire sortir les travaux des chercheurs hors du champ académique – assez fermé – et de les rendre accessible à tous d’une manière ludique. La dessinatrice a eu à cœur d’être le plus proche possible de la réalité, en utilisant les observations, les anecdotes et les témoignages présents dans l’enquête de Mathieu Trachman.

3Comment les fantasmes sont-ils produits ? La fabrique pornographique bascule de l’autre côté de la caméra pour faire découvrir au lecteur l’envers du décor : le travail pornographique en train de se faire. On suit l’histoire de Howard, un jeune vigile qui travaille dans un centre commercial. Fan de porno amateur, Howard rentre dans le milieu de la pornographie suite à une rencontre avec Pamela Anderson. Il expérimente le racisme qui l’oblige à endosser le rôle de « black à femmes mûres » (p. 45), justifié comme étant une réponse nécessaire à la demande des spectateurs. Alors qu’il a l’opportunité de tourner dans un film plus professionnel, on lui demande de venir avec une fille, de préférence une débutante. La suite de la BD porte sur le tournage du film en question.

  • 5 Mathieu Trachman, op. cit., p. 207.
  • 6 Ibid., p. 192.

4Cette question des débutantes est centrale. Elles sont très prisées sur le marché du travail pornographique car elles « conjuguent un âge relativement bas et un caractère inédit sur le marché des fantasmes »5, ce qui instaure chez les actrices un turn-over important qui n’a pas son équivalent chez les acteurs. Alors que les débutants sont discrédités, les débutantes sont convoitées. Il faut relier cette question à celle des salaires, qui est abordée dans la BD et qui mérite qu’on s’y arrête, car contrairement à la norme sur le marché du travail, le salaire des femmes dans la pornographie est plus élevé que celui des hommes. Cela est lié aux deux sens du travail pornographique selon Mathieu Trachman : « un sens féminin où le salaire rémunère une marchandise prisée sur le marché de la sexualité ; un sens masculin où le salaire est une compensation supplémentaire à une activité satisfaisante en elle-même »6.

  • 7 Une page est d’ailleurs consacrée à un rappel des chiffres sur la prévalence des violences faites a (...)
  • 8 Voir par exemple p. 118-119.

5La différence de traitement entre les hommes et les femmes pose la question des rapports de genre dans la pornographie, qui nous renvoie à l’éternel débat – un débat de société mais aussi interne au féminisme – sur la domination masculine à l’œuvre dans l’industrie pornographique. Il est difficile de savoir comment appréhender la capacité d’agir des actrices porno. Sur ce point, la BD choisit de représenter des femmes qui assument les choix qu’elles ont fait concernant leur corps et leur sexualité, mais qui doivent quand même affronter des situations de sexisme et de violence de la part des autres hommes sur le plateau (réalisateurs, acteurs)7. Leur situation est donc ambivalente : une grande importance est donnée au consentement, voire au plaisir, mais dans le même temps elles doivent se soumettre aux cadres imposés par les hommes (qui, rappelons-le, dominent clairement le champ professionnel en accédant aux positions supérieures, notamment celle de réalisateur). La BD donne des exemples de petites résistances mises en œuvre par les actrices pour se faire respecter8.

6D’autres thématiques centrales sont abordées au fil des pages : le statut professionnel précaire (les professionnels de la pornographie ne bénéficient pas du statut d’intermittents du spectacle), la gestion du désir et du plaisir, de ses fantasmes (faire des choses qu’on n’aime pas ou au contraire réaliser des fantasmes personnels), de la frontière entre sexualité privée et travail. On peut aussi mentionner le caractère contraignant de la caméra, qui conditionne les modalités de l’agencement des corps : donner une visibilité à certaines parties du corps ne correspond pas toujours aux positions les plus agréables ou les plus pratiques. La rigidité du « script pornographique » a également son importance, car il limite grandement les possibilités d’innover en matière de scénario. Par exemple, le déroulé type d’une scène de couple est le suivant : cunnilingus, fellation, pénétration vaginale, pénétration anale, puis éjaculation externe, « parce qu’il faut que les orgasmes soient de vrais orgasmes » (p. 70). Enfin, d’autres thématiques sont abordées, comme celle de la transmission des techniques et des expériences personnelles, notamment entre femmes.

7Globalement, la BD dresse un tableau assez positif de ce milieu professionnel, où l’ambiance et l’entente sont bonnes. Elle présente avec humour l’ordinaire du travail pornographique, ce qui permet de dédramatiser ses aspects parfois plus glauques. Ses dimensions négatives et oppressives, en particulier pour les femmes, ne sont pas évacuées, mais à trop se placer sur le registre du comique, elles tendent à passer au second plan. Finalement, malgré la volonté, louable, d’éviter le double écueil de réduire la situation des actrices soit à une aliénation totale soit à un plein exercice de liberté, la portée critique de l’ouvrage s’en trouve diminuée.

Haut de page

Notes

1 Voir leur site : http://sociobd.hypotheses.org/.

2 Avec la collection « Sociorama » créée pour l’occasion, par Lisa Mandel et Yasmine Bouagga. Voir : http://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/sociorama.

3 Mathieu Trachman est sociologue, chargé de recherche à l’Institut National d’Etudes Démographiques (INED) et chargé de conférences à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS).

4 Mathieu Trachman, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte, 2013. Voir le compte rendu de Pierre Brasseur pour Lectures : https://lectures.revues.org/11591.

5 Mathieu Trachman, op. cit., p. 207.

6 Ibid., p. 192.

7 Une page est d’ailleurs consacrée à un rappel des chiffres sur la prévalence des violences faites aux femmes (p. 32).

8 Voir par exemple p. 118-119.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Charlotte Millepied, « Lisa Mandel, Mathieu Trachman, La fabrique pornographique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://lectures.revues.org/20279

Haut de page

Rédacteur

Anne-Charlotte Millepied

Étudiante en master « Genre, politique et sexualité » à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page