Navigation – Plan du site

Alain Giami, Émilie Moreau et Pierre Moulin, Infirmières et sexualité : entre soins et relation

Nadia Veyrié
Infirmières et sexualité
Alain Giami, Émilie Moreau, Pierre Moulin, Infirmières et sexualité. Entre soins et relation, Rennes, Presses de l'EHESP, coll. « Recherche, santé, social », 2015, 160 p., ISBN : 978-2-8109-0409-9.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, les psycho-sociologues Alain Giami et Pierre Moulin et la psychologue Émilie Moreau interrogent la profession d’infirmière et le rapport à la sexualité dans le cadre de cet exercice professionnel. En effet, en France, devant le constat de la quasi-absence de travaux à ce sujet dans la littérature professionnelle et scientifique, les auteurs se questionnent quant à la formation des infirmières et aux soins réalisés. Ils s’appuient sur une recherche qu’ils ont réalisée sur la place de la sexualité dans la pratique des infirmières qui travaillent principalement dans des structures hospitalières dans le champ de la cancérologie. Cette étude a été menée en 2007-2008 auprès de 64 infirmières et de soignants (cadres infirmiers, aides-soignants, manipulateurs en radiologie), par entretiens semi-directifs. Tout au long de l’ouvrage, les auteurs emploient le terme d’infirmière et non d’infirmier en rappelant que 87 % des infirmiers sont des femmes, selon le répertoire national ADELI en 2014 (p. 6). Nous évoquerons donc souvent cette profession au féminin.

2Les auteurs souhaitent comprendre les différentes dimensions (culturelles, interpersonnelles dans un contexte professionnel singulier et subjectives) de ce double objet de recherche. Les représentations liées à la sexualité et à la profession des infirmières sont ainsi mises en évidence dès le départ par le fait que les discours scientifiques diffèrent du vécu des infirmières. En effet, au-delà des imaginaires qui présentent l’infirmière de manière débridée, les entretiens révèlent qu’elles perçoivent la sexualité des malades comme un « problème », par crainte de « comportements inappropriés » (harcèlement sexuel, exhibition, masturbation). Peu formées à ce sujet, les infirmières ont des difficultés à communiquer sur la sexualité. Pour recueillir une parole plus libre, les chercheurs ont élargi leurs interrogations au-delà de la sexualité en évoquant l’érotisation dans la relation de soin. Ainsi, ce sont les relations dans la « situation de soins » (soignant-soigné, soignant-entourage du malade, malades entre eux, professionnels dans les équipes) qui intéressent Alain Giami, Émilie Moreau et Pierre Moulin.

  • 1 Voir Nadia Veyrié, Émilie Mouchet et Virginie Testu, « Fin de vie et “demande d’euthanasie”. Des pa (...)

3Les infirmières sont interrogées non pour cibler leurs manquements, dans une société où l’idéal de la santé sexuelle est aussi normé, mais pour analyser et comprendre « les conditions dans lesquelles [elles] se sentent légitimes ou non pour aborder la sexualité et les difficultés qu’elles rencontrent » (p. 47). Ainsi, certaines personnes interrogées témoignent de leur désir de ne pas séparer la sexualité de la vie des patients malgré la maladie. D’autres expriment que la confrontation à la réalité est autre et qu’il est complexe d’aborder cette question quand le patient n’effectue pas de demande à ce sujet. C’est alors l’écoute et la reformulation qui sont mises en place comme relation d’aide, comme cela est pratiqué en réponse aux plaintes des personnes en fin de vie auprès des soignants1. Mais quel temps les infirmières ont-elles, surtout à l’hôpital, pour que cette relation puisse s’instaurer ? Comment les malades se sentent-ils mis en confiance pour aborder la sexualité en général et leur sexualité en particulier ?

4Si des échanges autour de la sexualité peuvent être évincés pour de multiples raisons, des témoignages d’infirmières évoquent en revanche que la relation de confiance avec le patient permet d’engager une discussion sur la maladie du cancer : le sentiment de survie malgré tout, l’importance de la préservation de la sexualité et de la procréation, la nouvelle vie (y compris avec les conjoints) après la mutilation du corps, ou encore la vie sexuelle et affective en fin de vie, où une culpabilité polymorphe ronge les malades. La prise en charge est alors singulière, selon le sexe du patient et le cancer, notamment les cancers du sein et de la prostate : prise charge « psycho-relationnelle » avec les femmes et « médico-technique » envers les hommes (p. 66-68). Le fait que les infirmières soient majoritairement des femmes influe beaucoup sur cette prise en charge.

  • 2 Georges Devereux, « Le modèle sexuel de soi », in De l’angoisse à la méthode dans les sciences du c (...)
  • 3 Voir Pierre Moulin, « La construction de la sexualité chez les professionnels de santé et du travai (...)

5Concernant l’érotisation dans la relation de soins, les auteurs étudient le transfert et le contre-transfert du professionnel. Comme le démontre Georges Devereux, une personne en situation d’observation renvoie à autrui un « modèle sexuel de soi » qu’elle peut apprendre à connaître en prenant aussi en compte que les comportements liés à la sexualité sont culturellement déterminés2. C’est alors toute la complexité pour un soignant de construire des soins ou un accompagnement en proximité avec les personnes sans dépasser certaines frontières, d’avoir des « barrières » (p. 84), comme les professionnels du médical et du social le soulignent souvent3. Le souci de ces professionnels n’est-il pas de respecter le malade – par exemple dans sa pudeur – et en fonction de leurs propres appréhensions du corps malade, meurtri de celui-ci ?

6Comment la question du sexe apparaît-elle dans les soins ? Érections du fait du toucher, délires érotiques provoqués par des produits et médicaments, corps des soignants agrippés par des patients atteints de troubles psychiatriques ou neurologiques importants, mains baladeuses... : ces comportements sont présentés par les infirmières distinctement des harcèlements sexuels – exhibitionnisme, masturbation, plaisanteries grivoises, attouchements  –, où l’intentionnalité des patients envers les soignants est manifeste. Ils sont alors « recadrés » différemment, souvent par la parole. Quant à la possibilité que les soignants soient « acteurs » d’une activité sexuelle avec les patients, elle est aussi évoquée. Certaines infirmières pensent qu’il s’agit d’un « dérapage inconcevable » ; d’autres témoignent de rares relations entre soignants-soignés (p.  99), dépassant d’ailleurs le cadre de la sexualité. En fait, la sexualité interroge l’espace de travail et la protection envers les patients malades quand ils se trouvent dans des institutions médicales. La perception des soins au domicile dans l’intimité des personnes semble être différente.

7Alain Giami, Émilie Moreau et Pierre Moulin exposent, enfin, des perspectives pour que la sexualité ne soit pas toujours perçue par les infirmières comme un problème. Une formation renforcée envers cette profession est évoquée ainsi qu’un travail pluriprofessionnel. De plus, certaines infirmières précisent qu’un travail sur soi en lien avec la sexualité (identité, fantasmes, envies, communication) est nécessaire dans cet exercice professionnel. Il pourrait se rapprocher, comme le suggère une infirmière, de la démarche liée à la mort et au travail de deuil.

  • 4 Voir Patrick Ben Soussan et Claire Julian-Reynier (dir.), Cancer et recherches en sciences humaines(...)
  • 5 Quelques témoignages d’infirmiers auraient-ils pu apporter un autre point de vue ?

8Pour conclure, au fil des pages de cet ouvrage, nous avons beaucoup apprécié l’explication de la démarche des chercheurs. En effet, ils sont demeurés soucieux que la sexualité, en tant qu’objet de recherche, soit comprise dans toutes ses dimensions, ainsi que les transferts et contre-transferts provoqués auprès des infirmières. La présence d’extraits d’entretiens est, à cet égard, très explicite, illustrant bien le vécu des professionnels dans leur rapport au sexe et à la sexualité tout en révélant les normes et les représentations liées à la maladie du cancer4. Ce petit ouvrage est pertinent et efficace, témoignant ainsi de l’importance de la relation de soins pour une profession, celle d’infirmière5, qui demeure essentielle dans notre société.

Haut de page

Notes

1 Voir Nadia Veyrié, Émilie Mouchet et Virginie Testu, « Fin de vie et “demande d’euthanasie”. Des paroles de professionnels aux dimensions médico-sociales », Le Sociographe, hors-série n° 4, 2011, p. 49-64.

2 Georges Devereux, « Le modèle sexuel de soi », in De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Aubier, 1980, p. 249-267.

3 Voir Pierre Moulin, « La construction de la sexualité chez les professionnels de santé et du travail social ou la normalisation des conduites profanes », Nouvelle revue de psychosociologie, n° 4, 2007, p. 59-88.

4 Voir Patrick Ben Soussan et Claire Julian-Reynier (dir.), Cancer et recherches en sciences humaines, Toulouse, Érès, 2008.

5 Quelques témoignages d’infirmiers auraient-ils pu apporter un autre point de vue ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Veyrié, « Alain Giami, Émilie Moreau et Pierre Moulin, Infirmières et sexualité : entre soins et relation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 07 mars 2016, consulté le 26 août 2016. URL : http://lectures.revues.org/20292

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page