Navigation – Plan du site

Ahmed Kherraz, Kit de survie en économie et Kit de survie en sociologie et en politique

Eric Keslassy
Économie, kit de survie
Ahmed Kherraz, Économie, kit de survie, Levallois-Péret, Bréal, coll. « Réflexions [im]pertinentes », 2015, 176 p., ISBN : 9782749534770.
Sociologie et politique, kit de survie
Ahmed Kherraz, Sociologie et politique, kit de survie. Glossaire contre les idées reçues, Levallois-Péret, Bréal, coll. « Réflexions [im]pertinentes », 2015, 176 p., ISBN : 9782749534763.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue : préalab (...)

1Le débat public « avance » très souvent par le biais d’idées reçues tant dans le champ de l’économie que dans celui de la vie sociale ou encore de la politique. L’objectif annoncé de ces deux ouvrages est donc de tordre le coup à ces « évidences aveuglantes qui procurent à trop bon compte l’illusion du savoir immédiat »1. En utilisant les sciences économiques, la sociologie et la science politique, Ahmed Kherraz entend ainsi offrir des « kits de survie » aux lecteurs. Pour ce faire, il se propose d’apporter réponse à cinquante-deux questions en économie, trente-six en sociologie et vingt et un en science politique. Chaque fois en moins de trois pages, il tente de « faire le tour » de la question posée et, généralement, propose une ou deux pistes de lecture « pour aller plus loin ». On comprend aisément que les thèmes abordés sont nombreux dans chacune des disciplines.

2En économie, une première partie consacrée aux grands enjeux de l’économie évoque des sujets d’actualité aussi divers que les limites de la croissance économique, le niveau de la fiscalité, la crise économique, la désindustrialisation ou encore la place prise par Internet aujourd’hui. Prenons un exemple : « Peut-on mesurer la question du bien-être ? » est la cinquième question posée. Force est de constater que sur deux pages et demi, il n’est pas possible de convoquer toute la littérature consacrée ces dernières années à ce thème fécond. Mais on peut vraiment regretter que les débats – nombreux et passionnants – qui ont entouré les travaux de la Commission Stiglitz n’aient pas été utilisés : est-ce aux experts de définir le bien-être, ne faudrait-il pas en finir définitivement avec le PIB, pourquoi la vision économique du bien-être domine-t-elle à ce point, etc. ? On saisit donc que cette question de la mesure du bien-être est traitée de façon beaucoup trop rapide. D’une façon générale, c’est d’ailleurs le reproche que l’on peut faire à ces deux ouvrages : ils offrent des réponses trop courtes, parfois superficielles et qui, par voie de conséquence, occultent des points fondamentaux.

3La deuxième partie du livre d’économie porte sur le marché du travail ; elle se focalise sur les éventuelles explications du chômage(les 35 heures), sur la façon dont il faudrait le combattre (faut-il augmenter ou baisser les salaires ?, les minima sociaux sont-ils réellement désincitatifs au travail ?) et sur la transformation des emplois (en s’interrogeant sur l’avenir du CDI, par exemple). La partie qui suit donne un éclairage sur l’action des pouvoirs publics en matière de croissance économique, s’interroge sur la prétendue importance de la dette publique, se demande si l’Allemagne est véritablement « un modèle à suivre », et présente les moyens que possède l’État pour lutter contre les défaillances du marché, avec un accent porté sur la question environnementale et la lutte contre le réchauffement climatique. Enfin, la quatrième partie aborde les thématiques d’économie internationales et analyse les problématiques liées à la mondialisation, à l’Europe ou encore à la dimension prise par les monnaies depuis la mise en place d’un régime de change flottant.

4L’ouvrage consacré aux thématiques sociologiques et politiques est tout aussi fourni. Une première partie fait office de repère épistémologique : l’auteur se pose notamment deux questions fondamentales : à quoi sert la sociologie s’agit-il d’une science comme les autres ?, mais elle ne cite pas une seule fois Emile Durkheim, pourtant fondateur de l’école française de sociologie. Dans Les règles de la méthode sociologique (1895), Durkheim explique pourtant clairement quel est l’objet spécifique de la sociologie – étudier les faits sociaux – et démontre qu’elle constitue bien une science, sous réserve de respecter certaines précautions méthodologiques. Il semble bien difficile de faire l’impasse sur un tel auteur pour répondre à ces deux questions. La seconde partie du livre de sociologie s’intéresse à « la société en miettes » au travers notamment du thème classique des classes sociales. Si Karl Marx est cité en lien avec la lutte des classes, on peut s’étonner que la définition des classes sociales marxiste ne soit pas présente. Cette partie aborde également, plutôt intelligemment, la question toujours sensible des banlieues : peut-on réellement parler d’un « nouvel apartheid », le terme de « ghettos » est-il plus approprié ? La troisième partie présente la façon dont l’État cherche à « cimenter » la société et à créer de la cohésion sociale au travers de l’égalité des conditions. La question de savoir si l’école permet l’égalité des chances permet de retrouver les « classiques » : Bourdieu et Passeron avec leur thèse sur Les Héritiers (1964). Le paradoxe d’Anderson est bien évoqué mais on peut, là encore, déplorer que la théorie de Raymond Boudon ne soit pas retranscrite. La crise de l’État-providence est analysée sans référence à l’ouvrage fondateur de Pierre Rosanvallon, de même que la question des inégalités dans la société démocratique est abordée sans aucun rappel de la thèse fondatrice d’Alexis de Tocqueville dans La démocratie en Amérique (1835 et 1840). La dernière partie de sociologie s’interroge sur la façon dont les institutions sociales (famille, État, etc.) parviennent encore à produire du lien social. Dans cette perspective, sous la forme de quatre leçons, le thème de la délinquance est bien traité : l’auteur démontre que la « peur de l’insécurité » mérite des nuances et met en lumière le rôle de « loupe grossissante » des médias ; la notion de « chiffre noir de la délinquance » est bien expliquée ; enfin, l’origine de la délinquance est traitée d’une façon originale : les dangers du culturalisme sont mis en avant tandis que l’hypothèse de la rationalité est étudiée avec finesse.

5L’ouvrage propose ensuite trois parties de science politique autour de la participation politique, de l’opinion publique et les grands enjeux de la démocratie.

6Si l’auteur brasse large, cela semble donc être au détriment d’un approfondissement qui, assez souvent, se serait pourtant avéré nécessaire. Chaque réponse est finalement assez courte, tous les débats ne sont pas posés avec précision et, au bout du compte, peu d’auteurs sont mobilisés (et les références bibliographiques sont quasiment inexistantes à l’intérieur des différentes notices). Comme nous l’avons pointé, la des auteurs fondamentaux ne sont pas présents, ce qui est clairement une faiblesse pour une approche académique des disciplines abordées. Peut-être n’est-ce pas l’objectif prioritaire de l’auteur, mais il y a tout de mêmes des références incontournables pour constituer un « kit de survie » en économie, en sociologie ou en science politique. Au fond, Ahmed Kherraz semble avoir voulu répondre à chacune des questions selon ses préférences, et en exploitant plutôt des matériaux d’aujourd’hui : ainsi, les articles et ouvrages mobilisés sont généralement récents, au détriment des apports fondateurs des pères de chacune des disciplines présentées. Ces ouvrages offrent donc un point de repère utile pour un élève de lycée, mais ne sont en aucun cas suffisants pour un étudiant ; « l’honnête homme » y trouvera bien des éléments de réponse intéressants, des pistes à exploiter, mais ne pourra se satisfaire d’une présentation qu’il jugera trop rapide. Il faut donc considérer ces ouvrages comme une invitation au savoir, sans doute un moyen de moins se tromper, mais pas comme des livres qui offriraient une présentation sinon exhaustive du moins complète du thème abordé.

7L’ensemble reste intéressant. L’idée de départ est excellente et les questions sont bien choisies. S’il est évident que la construction parait quelque peu artificielle, on regrette surtout que les réponses apportées ne soient pas plus approfondies.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Chamboredon et Jean-Claude Passeron, Le métier de sociologue : préalables épistémologiques, École des hautes études en sciences sociales, 1968, p. 27.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Ahmed Kherraz, Kit de survie en économie et Kit de survie en sociologie et en politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20321

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page