Navigation – Plan du site

Léo Coutellec (dir.), « Le temps des sciences impliquées », Ecologie & Politique, n° 51, 2015.

Julie Patarin-Jossec
Le temps des sciences impliquées
Léa Coutellec (dir.), « Le temps des sciences impliquées », Écologie & Politique, n° 51, 2015, 200 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724634013.
Haut de page

Texte intégral

1Si véhiculée la neutralité axiologique du scientifique soit-elle, aucune science ne pourrait vraisemblablement se dire non-engagée ou, dit autrement, non impliquée dans « un contexte [et] immergée dans un paysage de valeurs et d’intentions » (p. 18). Si toute science est ainsi avant tout « portée par des collectifs humains » (id.), la production de savoirs scientifiques ne doit se faire qu’en adéquation avec les valeurs et expériences de ces collectifs.

  • 1 Coutellec Léo, La science au pluriel : Essai d'épistémologie pour des sciences impliquées, Versaill (...)
  • 2 Épistémologie, histoire, microbiologie, philosophie, physique, psychologie et sociologie.
  • 3 Les contributeurs reprennent en effet la terminologie de Thomas S. Kuhn afin de mettre en avant la (...)
  • 4 Au même titre que les Feminist studies of science citées par S. Ruphy ou les Subaltern studies, éto (...)

2Sous les hospices bien reconnaissables de son ouvrage publié en 2015, Léo Coutellec1 rassemble ici des contributions pluridisciplinaires2 autour de différentes manières possibles de rompre avec les paradigmes dominants ou illusions réifiées (la neutralité axiologique du scientifique en est un exemple redondant), au profit d’une science « prenant acte de sa responsabilité » (p. 19) et appréhendée pleinement comme « engagée »  : non pas coupée de son environnement dans une poursuite incohérente de l’objectivité, mais porteuse de valeurs sociopolitiques dépassant le seul cadre du travail scientifique. D’où le concept d’un « savoir environnemental » en fil rouge des contributions qui, bien qu’il ne bénéficie pas d’une définition explicite pour le non initié, semble pouvoir être compris comme tel au fil des textes. Dans la cacophonie des contraintes que semble poser une vision univoque du réel –lequel serait dès lors « consigné » (p. 62) sous le coup d’une différenciation simpliste entre nature (assimilé au réel) et culture (assimilé au symbolique)—, le « savoir environnemental » présenterait l’avantage de susciter un dialogue « où se retrouvent et se confrontent diverses rationalités et divers imaginaires » (p. 168), permettant dès lors de penser en dehors des catégories rigides de la « science normale »3 et, plus qu’une posture épistémologique, d’être un outil de justice épistémique4 présenté dans ce numéro selon trois axes : la place des valeurs et du contexte dans le processus de production des connaissances (p. 27-64), le lien entre finalité et pratiques (p. 65-92), et les enjeux politiques d’une démocratisation des sciences et techniques (p. 93-120).

  • 5 Pour la prise en compte des biais dans le processus de recherche scientifique, voir également Georg (...)
  • 6 Directeur de la revue, interviewé par Léo Coutellec à l’occasion du numéro.

3La première thématique s’organise ainsi autour des enjeux éthiques de la production de connaissances scientifiques, où prédomine un besoin de construire des savoirs « robustes » qui délaisseraient une bonne fois pour toute l’illusion d’une science objectivée dépourvue de valeurs culturelles. Pour Hugh Lacey, les approches méthodologiques du « système hégémonique » (p. 28), « décontextualisantes » puisqu’elles imposent une rupture stérile entre réel naturel et symbolique culturel, sont indissociables de l’illusion de neutralité axiologique —empêchant les scientifiques d’appréhender leur travail dans son entièreté en en acceptant la perméabilité aux valeurs composant leur environnement sociopolitique. Elles ne constituent ainsi qu’un arcane de la science mystificatrice parmi d’autres, faisant de l’ombre à l’heuristique du combat social. L’agroécologie semble en être la preuve, étant à la fois une pratique et un domaine de recherche entièrement fondés sur les mouvements sociaux s’opposant à la « mécanisation à grande échelle » du système agricole et alimentaire hégémonique (p. 28). Cette discussion sur la légitimation (ou non) de certains savoirs et l’imbrication de valeurs différenciées dans le travail scientifique prend un tournant historiographique avec la contribution Stéphanie Ruphy, pour qui la philosophie féministe des sciences de Helen Longino impose non seulement l’enrôlement des valeurs dans le process scientifique, mais surtout le démantèlement de son « idéal traditionnel de neutralité » (p. 42) depuis lequel une science émancip(atrice)ée serait finalement possible. Une science « démocratique » prenant en compte les intérêts d’acteurs dominés ne peut dès lors se faire qu’en en appelant à la « composante humaine » qui, loin d’un « biais »5 à la rigueur scientifique, en est partie intégrante. Jean-Paul Deléage6 va cependant plus loin lorsqu’il avance que, de ces valeurs que la science hégémonique classe dans le symbolique culturellement construit, l’engagement militant (de l’écologie politique) doit être prise comme une valeur épistémique (de l’écologie scientifique). L’écologie serait ainsi une science en marge, « impliquée depuis ses origines » (p. 61) car construite sur la remise en cause de la dichotomie wébérienne entre savant et politique. Ce besoin de relier moyens de production technico-scientifique et choix de leur devenir est précisément l’épicentre de la deuxième thématique identifiable parmi les contributions : repenser les finalités et pratiques de la science afin de produire des savoirs « pertinents », et non plus « scientifiquement robustes ».

  • 7 Confer plus haut l’avant-propos de Coutellec.
  • 8 Pour lequel aucun élément ne provenant pas directement de l’expérience ne doit être crédité. Voir J (...)

4En effet, si « le seul critère de la vérité ne peut pas être de l’ordre purement scientifique mais doit aussi rendre compte des effets qu’a l’interprétation des signes sur celles et ceux qui les émettent » (p. 22), le savoir scientifique (se) doit (d’) être coproduit par les divers « savoirs expérientiels » et cadres de pratiques en interaction. Les universités Quart Monde présentées par Geneviève Defraigne Tardieu en fournissent un exemple déjà opérationnalisé, où travailler sur nos rapports aux savoirs avant de travailler sur des savoirs stabilisés7 doit permettre le développement de savoirs « appropriés » (aux personnes qui les vivent) et émancipateurs (car détachés de catégories réifiées du savoir canonique prétendument objectif). L’implication personnelle des chercheurs dans la cause des populations qu’ils étudient ne constituerait donc pas un frein à la « pertinence » des savoirs produits, mais pallierait au contraire bien « des biais, (…) des erreurs et (…) des conclusions susceptibles de nuire aux publics concernés » (p. 83). Emilie Hermant et Katrin Solhdju donnent un autre exemple de cette mise à « l’épreuve du réel » (p. 91). Partant du constat que la terminologie médicale habituelle ne permet pas de rendre compte de la réalité vécue par les patients rencontrés, le collectif Dingdingdong en vient à construire, à coup d’empirisme radical8, un projet d’espace heuristique de la maladie qui ne soit plus « stigmatisé » ou « indigne » (p. 75-78) afin de (ré)interroger les mécanismes par lesquels la légitimité de certaines assertions est posée pour rendre compte de la réalité, au détriment d’autres paradigmes possibles.

  • 9 Et non plus sur un renversement de la légitimité des savoirs entre expérience des populations conce (...)

5S’en suit avec logique la dernière thématique sur les conditions de démocratisation des sciences. Plutôt que s’apitoyer sur les « mauvaises applications » d’une « science “bonne et pure” par nature » (p. 95), Céline Pessis et Sara Angeli Aguiton proposent un retour sur les contestations de la big science et de la « technoparade » des sciences sujettes du complexe militaro-industriel entamées depuis les années 1970. Un (énième) nouvel esprit scientifique se formerait ainsi au cours des années 1980, tout droit émergé de la complexité et du réseau au cœur du savoir environnementaliste (p. 97-98 ; p. 100). Afin de conduire à une innovation responsable, les auteures mettent en avant plusieurs modèles participatifs et dispositifs de « démocratie technique » (p. 102-103), donnant aux institutions les moyens de relégitimiser leurs politiques, tout en modifiant les rapports science-société qu’ils visent à remodeler. L’articulation entre science et démocratie n’en est donc que plus inévitable selon Annick Jacq et Janine Guespin-Michel, notamment car ce n’est que par un compromis démocratique que le lien entre pratiques (scientifiques) et finalités (politiques) au gré des différents cadres axiologiques et expérientiels des acteurs concernés ne peut se faire9. Il s’agit donc d’instaurer un espace de dialogue autour des choix de priorités dans la recherche, susceptible de conduire à un « pluralisme scientifique » (p. 120) issu d’une participation citoyenne —» essentielle pour définir des programmes de recherche pertinents, impliqués et contextualisés » (p. 119)— tout en garantissant l’autonomie relative « de la recherche permettant l’impartialité du travail d’enquête scientifique » (id.).

  • 10 Comme, par exemple, un recours à la « technoscience » à tout-va, dont les truismes sémantiques sont (...)

6Pour les contributeurs, il s’est agi de proposer le programme de recherche d’une science responsable, car consciente de sa responsabilité (dont l’opérationnalisation est, selon les contributions, difficile à discerner dans une terminologie parfois ambigüe voire ésotérique10). Si à la lecture, le stade où l’on tentait d’intégrer « la composante sociale et humaine dans la construction des connaissances scientifiques en écologie sans en affaiblir le contenu » (p. 58) semble bien dépassé, il reste cependant à sonder les possibles voies alternatives à l’hégémonie « technocratique » ou « androcentrée ». La problématique lancinante retrouvée au fil des contributions se situe dans un débat épistémologique aujourd’hui omniprésent et dépassant le seul cadre des sciences studies : celui de l’autonomie et de la spécificité de la communauté scientifique. Sans doute cet ouvrage devrait-il permettre d’engager la réflexion sur quelques soubassements que ce débat soulève (comme, par exemple, la circonscription des savoirs légitimes).

Haut de page

Notes

1 Coutellec Léo, La science au pluriel : Essai d'épistémologie pour des sciences impliquées, Versailles, Quae, 2015.

2 Épistémologie, histoire, microbiologie, philosophie, physique, psychologie et sociologie.

3 Les contributeurs reprennent en effet la terminologie de Thomas S. Kuhn afin de mettre en avant la différenciation entre le paradigme dominant (accepté par une majorité de la communauté scientifique), et la pléiade de voix alternatives possibles développées par des groupes de scientifiques minoritaires.

4 Au même titre que les Feminist studies of science citées par S. Ruphy ou les Subaltern studies, étonnamment absentes.

5 Pour la prise en compte des biais dans le processus de recherche scientifique, voir également George Devereux, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, 1980.

6 Directeur de la revue, interviewé par Léo Coutellec à l’occasion du numéro.

7 Confer plus haut l’avant-propos de Coutellec.

8 Pour lequel aucun élément ne provenant pas directement de l’expérience ne doit être crédité. Voir James William, Essais d’empirisme radical, Agone, Marseille, 1957, cité p. 67.

9 Et non plus sur un renversement de la légitimité des savoirs entre expérience des populations concernées et canons supposément objectifs de la science hégémonique (confer les contributions de Ruphy, Hermant et Solhdju, Defraigne Tardieu).

10 Comme, par exemple, un recours à la « technoscience » à tout-va, dont les truismes sémantiques sont tout de même partiellement rappelés par Jacq et Guespin-Michel, dont le fait de « masquer » les « différences entre sciences, techniques et politique de la science » dans un contexte où « les politiques scientifiques actuelles (…) poussent à faire des possibles applications le moteur essentiel, sinon exclusif, des recherches publiques » (p. 112). Pour une archéologie critique du terme « technoscience » et de ses usages, voir également Raynaud Dominique, « Note historique sur le mot “technoscience” », Carnet Zilsel, 4 avril 2015 ; « Note critique sur le mot “technoscience”», Carnet Zilsel, 25 avril 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Patarin-Jossec, « Léo Coutellec (dir.), « Le temps des sciences impliquées », Ecologie & Politique, n° 51, 2015. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/20322

Haut de page

Rédacteur

Julie Patarin-Jossec

Doctorante en sociologie à l’Université de Bordeaux, elle prépare une thèse sur les modalités d’organisation et de réalisation des expériences scientifiques réalisées à bord de l’International Space Station.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page