Navigation – Plan du site

Damien Oboul, La Peur

Pierre-Louis Buzzi
La Peur
Damien Odoul, La Peur, Blaq Out, 2016.
Haut de page

Texte intégral

1Événement matrice du XXe siècle, la Première Guerre mondiale a suscité de nombreuses œuvres cinématographiques, et aujourd’hui encore à l’heure du Centenaire1, avec ce dernier film de Damien Oboul, La Peur. Le réalisateur, révélé à la Mostra de Venise en 2001, livre ici un septième long métrage, qui porte sur le vécu des combattants pendant la Grande Guerre. Ce film est une adaptation du roman autobiographique de Gabriel Chevalier, intitulé La Peur et publié en 19302, qui présente la guerre comme un évènement inutile, où les hommes se résignent à combattre dans la peur permanente. Le personnage central est donc Gabriel, un jeune homme français qui, après s’être s’engagé dans l’armée, va faire chaque jour l’expérience de la peur, du bruit et de la violence guerrière.

2Comme il l’indique dans un des bonus du DVD, Damien Oboul ne souhaitait pas réaliser une fresque historique sur la violence de la Grande Guerre, mais plutôt présenter « une traversée », celle d’un homme dans la guerre, de sa déclaration à l’armistice. Par ailleurs, Damien Oboul n’entend pas respecter la vérité historique : « Je ne suis pas historien. Je me fous de l’aspect didactique. Cela ne m’intéresse pas. Sinon autant faire un documentaire, il y a assez d’images d’archives sur la guerre de 1914 », explique-t-il dans une interview3. Faire une reconstitution historique ne l’intéressait pas car il estime que c’est une « fausseté », précise-t-il encore dans le dossier de presse du film4. Pourtant, le cinéaste ne se gêne pas pour effectuer des modifications et des ajouts au texte original : changement de nom du protagoniste et invention d’une relation amoureuse entre Gabriel et sa fiancée Marguerite. La description de Chevalier d’un front arrière incapable de s’imaginer la boucherie dans laquelle vivent les combattants et qui n’est soucieux que de décorations se trouve réduite à une scène expérimentale : le spectateur ne comprend pas très bien si elle se déroule réellement ou s’il s’agit d’un rêve de Gabriel. Le même réalisateur qui rejetait la « fausseté » des reconstitutions se justifie en affirmant : « Je fais de la fiction, je peux me permettre de changer les noms et j’ai même écrit des séquences qui ne sont pas dans le livre »5. Damien Oboul entend donc surtout dévoiler un visage de l’enfer de la guerre : « C’est en ce sens que le film trouvera sa modernité et son originalité. La plongée dans le cauchemar subjectif d’un être, celui de Gabriel, qui nous fera vivre “sa guerre” »6. Le réalisateur a ainsi souhaité concevoir le film « comme un ventre humain avec tous ses organes, plus ou moins sains ou détraqués. Je l’ai imaginé, sur le papier, comme un grand labyrinthe avec ses boyaux, ses tranchées, ses veines. En effet, j’ai fait un film viscéral. Tout le décor est un ventre […]. J’étais obsédé par cette idée que le ventre des hommes, leurs viscères qui pouvaient finir par pendre à l’extérieur de l’enveloppe charnelle, leurs boyaux encrassés par une nourriture infecte, et une gnôle brûlante, leurs organes abîmés par tant d’épreuves, allaient créer ce grand labyrinthe où l’on allait pouvoir “se faire de la bile” », explique-t-il dans le dossier de presse7.

3Mais à force de vouloir faire original, le risque est grand pour le réalisateur de tomber dans l’incompréhensible ou dans la maladresse. Et force est de constater que Damien Oboul réalise ici un film assez maladroit. On ne sait en effet si l’on a à faire à un film artistique expérimental, comme le laisse penser par exemple la première scène avec les dialogues désynchronisés, à un film qui cherche le spectaculaire avec les nombreuses scènes de bombardement, ou bien à un film plus consensuel sur la vie des combattants pendant la Première Guerre mondiale. L’image est d’une belle définition grâce à l’utilisation d’une caméra Red Dragon Epic en 4K, qui rend les plans larges très précis, et cela permet au cinéaste de mener à bien son projet de réaliser une « fresque intimiste », comme il le précise dans une interview en supplément. Les plans sont souvent serrés, ce qui fait du film plus une histoire d’hommes qu’une fresque historique. Mais là encore, on est déçu car au lieu de poursuivre dans cette belle idée de « fresque intimiste » et d’histoires d’hommes, le film multiplie les plans sur des personnages sans nécessairement lier ces derniers entre eux, donnant au spectateur l’impression d’un film décousu ou inachevé.

  • 8 « Blessure du combattant suffisamment sérieuse pour lui permettre d’être évacué du front mais n’imp (...)
  • 9 Georges Leroux, L’Enfer, huile sur toile, 114,3 x 161,3 cm, 1917-1918, Imperial War Museum, Londres (...)

4Damien Oboul semble utiliser le roman de Chevalier pour évoquer bien des aspects et des leitmotivs de la Grande Guerre. Gabriel rejoint comme volontaire l’armée française en 1914, mais ce n’est que bien des mois plus tard qu’il découvre un front déjà largement dévasté. Se succèdent ensuite les marches, les assauts, la « bonne blessure »8, les rencontres avec un anarchiste, avec un soldat ivre, et avec des troupes coloniales, etc. Le spectateur parvient sans trop de peine à imaginer les répliques tant elles sont « clichées ». La plus grande partie du film est accompagnée par la voix-off du personnage principal qui livre ses sentiments, ses impressions sur la guerre à sa promise d’avant-guerre, qu’il refuse d’aimer désormais. Cette voix, assez monotone vient souvent faire contraste avec des scènes de violence, notamment les scènes de bombardements qui font penser à des tableaux comme ceux de Georges Leroux, en particulier L’Enfer9. On s’étonne aussi de voir dans le film la grande facilité avec laquelle le personnage principal parvient à quitter l’escouade en marche pour aller fumer assis dans l’herbe, à sortir de la tranchée pour marcher sur un champ de bataille silencieux et y retrouver le corps d’un ami, ou encore pour suivre un Poilu anarchiste qui fait du trafic de marchandises. Le port d’un chapeau melon non réglementaire interroge aussi l’historien. Le jeu des acteurs est lui aussi assez décevant dans l’ensemble et approximatif (des non-professionnels qui récitent leur texte plus qu’ils ne le font vivre), malgré quelques belles performances.

Haut de page

Notes

1 http://centenaire.org/fr/autour-de-la-grande-guerre/cinema-audiovisuel/la-cinematheque-du-centenaire.

2 Gabriel Chevalier, La Peur, Stock, 1930.

3 Stéphanie Trouillard, « Centenaire 14-18 : “La Peur” des tranchées sur grand écran », France 24, 14 septembre 2015, en ligne : http://www.france24.com/fr/20150812-grande-guerre-cinema-peur-gabriel-chevallier-damien-odoul-adaptation-roman.

4 Dossier de presse du film : http://download.pro.arte.tv/uploads/LA_PEUR_DP_WEB.pdf.

5 Stéphanie Trouillard, op. cit.

6 Cité par Olivier Père sur son blog, 22 novembre 2013, en ligne : http://www.arte.tv/sites/fr/olivierpere/2013/11/22/arte-france-cinema-coproduit-les-prochains-films-de-nanni-moretti-damien-odoul-et-emmanuel-mouret/.

7 Dossier de presse, op. cit.

8 « Blessure du combattant suffisamment sérieuse pour lui permettre d’être évacué du front mais n’impliquant pas de séquelles trop importantes ; en ce sens, elle peut paraître un sort meilleur que la vie aux tranchées », selon la définition donnée par le Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918, dans le Lexique des termes employés en 1914-1918, en ligne : http://www.crid1418.org/espace_pedagogique/lexique/lexique_ab.htm.

9 Georges Leroux, L’Enfer, huile sur toile, 114,3 x 161,3 cm, 1917-1918, Imperial War Museum, Londres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre-Louis Buzzi, « Damien Oboul, La Peur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/20324

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page