Navigation – Plan du site

Jean Remy, L’espace, un objet central de la sociologie

Olivier Cléach
L'espace, un objet central de la sociologie
Jean Remy, L'espace, un objet central de la sociologie, Toulouse, Erès, coll. « érès poche - Sociétés urbaines et rurales », 2015, 183 p., préface de Maurice Blanc, ISBN : 978-2-7492-4899-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Qui englobe également les problématiques consacrées à la campagne.

1Dans cet ouvrage, l’auteur, professeur honoraire à l’université catholique de Louvain, spécialiste des questions urbaines1 et de l’aménagement du territoire, revient sur son œuvre, avec pour guide la question suivante : l’espace, est-il un (bon) analyseur du social ? Il nous livre sa réponse à travers la généalogie et la synthèse d’une partie de ses travaux et de ses enseignements, le tout en moins de 200 pages.

2Jean Remy revient sur le statut qu’il a accordé à la notion d’espace, tout au long de sa trajectoire d’enseignant-chercheur praticien (rappelée en partie dans le premier chapitre), tant d’un point de vue analytique que méthodologique, pour en livrer une théorie. L’espace est ici « pris comme une dimension structurante de la matérialité du social, dotée d’une logique propre et d’un statut socioculturel particulier » (p. 158-159). Il permet de « penser le social dans sa matérialité » (p. 155), de prendre en considération l’environnement physique dans lequel l’action se déroule. Le concept d’espace renvoie à un ensemble de flux, de lieux, de relations, de modes de vie, d’actions, de stratégies… Plus généralement, l’objectif principal de l’auteur, à travers ce texte, est de (re-)donner à l’espace la même importance que celle accordée au temps dans les sciences sociales. Pour ce faire, il s’emploie à en démontrer les vertus explicatives en élaborant une véritable « grammaire de l’espace » (préface de Maurice Blanc).

  • 2 L’auteur fait référence à la première école, Park et Wirth, qui a servi à l’économiste de formation (...)

3Dans le premier chapitre, Jean Remy retrace les traditions scientifiques dans lesquelles il s’est inscrit, avec plus ou moins de distance critique. Par exemple, il emprunte à Henri Lefebvre son approche du marxisme appliqué à l’espace et sa typologique de l’espace conçu, vécu et perçu. Cette typologie n’est d’ailleurs pas sans rappeler celle que les sociologues et les ergonomes mobilisent par rapport à la notion de travail. Les travaux de Raymond Ledrut consacrés à l’urbain sont l’autre source d’inspiration de l’auteur. De manière plus critique, il prolonge également les travaux que l’École de Chicago2 a réservés aux questions urbaines, à l’écologie urbaine et aux « unités de vie sociale », comme moyens de comprendre une partie de l’évolution de la société. La théorie structuro-fonctionnalisme américaine (Parsons, Merton) a également influencé les premiers travaux de l’auteur. Curieusement, ce dernier ne revient pas sur l’influence qu’a pu exercer sur lui Alain Touraine, si ce n’est pour évoquer le débat avec l’un de ses disciples, Manuel Castells à propos de l’analyse marxiste de l’espace. Par contre, les principaux fondateurs de la sociologie sont mobilisés : Max Weber (qui considère la ville « comme le lieu à partir duquel s’organisent les diverses activités et se prennent les décisions de coordination » p. 98) et Émile Durkheim, notamment pour distinguer les niveaux individuel et social (Jean Remy considérant l’urbanisation comme le moteur du passage « d’une société à solidarité collective à une société qui rend plausible la promotion de l’individuation », p. 101).

4Sans pouvoir rendre compte ici de toute la richesse de l’ouvrage, nous en avons retenu quelques idées essentielles. La première idée qui ressort, réside dans le fait que le bâti, dans toute sa matérialité, est d’abord une construction socioculturelle, le produit d’un compromis, avant d’être une construction architecturale. Vivre ensemble, c’est partager un même espace, quelle que soit son échelle (locale ou nationale). En ce sens, l’auteur rappelle, après d’autres, que l’espace et les processus qui lui sont liés (comme la mobilité, l’urbanisation…) sont un des éléments structurants des rapports sociaux (il parle à ce propos d’« espace relationnel »). Le sens qu’on leur donne et les usages qu’on en fait sont le produit d’interactions entre individus et groupes d’individus. Pour l’auteur, la ville est un bien collectif dont la conception et l’aménagement nécessitent un ensemble de décisions plurielles qui débouchent généralement, après quelques conflits, sur des compromis.

5Jean Remy appelle l’ensemble de ce processus la « transaction sociale », notion et démarche au cœur de son dispositif d’analyse (sociologie de l’action, p. 26) et de sa posture de chercheur. C’est la deuxième idée que nous retenons. Plus précisément, il définit la transaction comme « un processus où se fait une confrontation entre des acteurs dotés d’une matrice de comportements, à travers des pratiques quotidiennes » (p. 167-168). Cette transaction renvoie à un ensemble d’échanges, de négociations, d’expériences entre personnes ayant des niveaux de ressources différents, dans la perspective de générer des compromis acceptables par tous et de rapprocher les points de vue. Il n’est donc pas étonnant que son approche présente de fortes accointances avec la méthode de l’analyse stratégique (même si ses concepteurs ne sont pas cités : méconnaissance ou oubli ?).

  • 3 Dans un autre contexte (l’usine), nous retrouvons une démarche similaire chez Philippe Bernoux (Un (...)

6La troisième idée forte de cette partie est que l’espace est source d’enjeux (politiques, culturels, économiques…) pour les concepteurs des projets urbains aussi bien que pour leurs futurs usagers et, à ce titre, il peut être perçu de deux manières. Pour les uns, l’espace constitue une ressource « qui permet aux individus et aux groupes de s’affirmer et de communiquer, en tenant compte de leur autonomie » (p. 43). Cet aspect et les stratégies liées sont développés tout au long du chapitre 2, notamment autour de la notion de logique d’appropriation (que l’auteur oppose à une logique de production)3. Pour d’autres, l’espace peut être appréhendé comme une contrainte, notamment pour toutes celles et tous ceux pour qui le logement et le lieu d’habitation représentent plus une astreinte qu’un choix.

7Globalement, les chapitres 2 et 3 présentent des éléments plus classiques en sociologie urbaine, notamment en revenant sur le langage propre à l’espace, sur la distinction ou le rapprochement entre la ville et la campagne, sur les questions liées à la mobilité, etc. Dans « l’espace » qui nous est ici imparti, nous ne nous y attardons pas pour rendre compte de la dernière partie où se mêlent expérimentations, actions et réflexions. Cette partie est, pour nous, la plus intéressante et la plus abordable de l’ouvrage. Elle rend compte de la construction (de la conception à la matérialisation) de la ville nouvelle de Louvain-la-Neuve, lorsque l’université de Louvain a dû déménager, à travers diverses initiatives participatives. L’auteur, avec d’autres collègues, a joué un rôle praticien : il a été l’un des principaux animateurs du plan urbain, de son développement et de sa mise en œuvre. Reprenant sa casquette de chercheur, Jean Remy montre bien que la configuration d’une ville ne devrait pas être l’apanage de quelques experts (architectes) ou des politiques. Pour que la ville et son cadre de vie soient adaptés aux usagers, les différents acteurs du projet doivent apprendre à sortir des schémas tout faits (il faut innover) et des modèles dominants en matière d’architecture. La réflexion gagne à être collective et à prendre en considération les gens censés vivre dans la ville, en tenant compte aussi bien de dimensions individuelles que sociales. Louvain-la-Neuve a ainsi servi à Jean Remy et ses collègues de laboratoire grandeur nature, comme Chicago l’a été en son temps pour d’autres sociologues.

8Finalement, la première phrase de la conclusion résume bien l’état d’esprit de l’auteur : « Le centre des préoccupations du sociologue n’est pas l’espace en tant que tel, mais la contribution que ce dernier peut apporter dans la formation des acteurs sociaux et dans leurs rapports, autant sur le plan de la représentation que de l’interaction » (p. 155). Du reste, cette conclusion, en replaçant la focale sur les acteurs et leurs relations, est une pierre dans le jardin des sociologies de l’objet, du moins nous l’interprétons ainsi.

  • 4 Ray Oldenburg, The Great Good Place, New York, Paragon House, 1989.

9Au-delà de ces aspects, le lecteur s’intéressant aux espaces de travail, quelque peu remis au goût du jour par le développement de « tiers lieux », risque de rester sur sa faim. En effet, la question de l’espace organisationnel est peu abordée, l’auteur privilégiant les dimensions spatiale et géographique de la notion. Il aurait d’ailleurs été intéressant, par exemple dans son post-scriptum, que l’auteur confronte ses réflexions avec celle de Ray Oldenburg4 à qui l’on doit cette notion de « tiers lieux ». Le fait également, non seulement de ne pas les citer, mais également de ne pas se positionner par rapport aux travaux d’Henri Mendras (notamment dans le premier chapitre plus « théorique ») pose aussi question, alors même qu’il a lui aussi décrit des phénomènes similaires et qu’il a travaillé sur des problématiques proches.

10Pour finir, la lecture de cet ouvrage s’avère difficile pour un non-spécialiste de la sociologie urbaine et/ou des travaux de Jean Remy. En effet, plusieurs idées, notions et analyses sont ici supposées connues du lecteur. Plus celui-ci est éloigné du champ théorique abordé dans cet ouvrage, plus il risque de lui manquer des clés de déchiffrage pour comprendre les débats sous-jacents. En effet, un certain nombre de démonstrations est renvoyé à des textes ou à des ouvrages de l’auteur. Il ne reste souvent que les affirmations qui en découlent. Deux sentiments peuvent alors habiter le lecteur : la frustration ou l’envie d’aller lire les travaux antérieurs de l’auteur.

Haut de page

Notes

1 Qui englobe également les problématiques consacrées à la campagne.

2 L’auteur fait référence à la première école, Park et Wirth, qui a servi à l’économiste de formation qu’il était de « porte d’entrée dans la sociologie ». Connaissant son influence sur ladite école, il n’est donc pas étonnant que Georg Simmel soit également mobilisé par l’auteur à plusieurs reprises.

3 Dans un autre contexte (l’usine), nous retrouvons une démarche similaire chez Philippe Bernoux (Un travail à soi, Paris, Privat, 1982).

4 Ray Oldenburg, The Great Good Place, New York, Paragon House, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Jean Remy, L’espace, un objet central de la sociologie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 09 mars 2016, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://lectures.revues.org/20334

Haut de page

Rédacteur

Olivier Cléach

Sociologue, chercheur associé à l’Institut d’Éthique Appliquée de l’Université Laval (Québec).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page