Navigation – Plan du site

Henri Desbois, Les mesures du territoire : aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique

Vincent Enjalbert
Les mesures du territoire
Henri Desbois, Les mesures du territoire. Aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, 2015, 240 p., ISBN : 9791091281478.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 « A map is not the territory ». Un recueil d’écrits d’Alfred Korzybski reprenant pour titre cet aph (...)

1Prenant acte de la « boulimie cartographique » contemporaine qui fait de la carte un outil de description du monde omniprésent, Henri Desbois s’attache dans cet ouvrage issu de son habilitation à diriger des recherches à en déconstruire l’apparente neutralité. « Une carte n’est pas le territoire »1 : cet aphorisme d’Alfred Korzybski sous-tend, en filigrane, l’ensemble de l’ouvrage.

2C’est à travers une épistémologie très documentée qu’Henri Desbois décortique les visions du monde et les imaginaires dont les cartes ont été le produit et qu’elles ont dans le même temps contribué à modeler et à diffuser, au fil des innovations techniques apparues au cours des derniers siècles. Les cartes topographiques, qui sont établies à partir de mesures de la Terre, constituent le noyau central de ses recherches.

3Si, dans un souci de clarté, les aspects techniques, politiques et culturels de l’évolution de la cartographie sont traités dans trois parties distinctes, les interdépendances entre ces champs apparaissent comme évidentes à la lecture de l’ensemble : nous en restituerons donc ici les traits saillants de manière concomitante, bien qu’ils fassent l’objet de déroulés chronologiques séparés dans l’ouvrage.

4Quoique les principes d’une cartographie mathématique aient été établis par Ptolémée dès le début de notre ère, l’usage et la diffusion de cartes s’appuyant sur ces techniques restent très restreints jusqu’à la Renaissance. Les mappemondes et portulans qui circulent au Moyen-Âge ne relèvent pas d’une démarche scientifique. Dans un monde relativement clos, le besoin d’une telle cartographie ne se fait pas sentir.

  • 2 Bien qu’on l’appelle communément « la carte de Cassini », pas moins de 4 générations de Cassini, as (...)

5Au XVe siècle, la redécouverte des travaux de Ptolémée va de pair avec l’émergence en Europe des États modernes et les découvertes du Nouveau Monde : les travaux cartographiques se réapproprient l’utilisation des systèmes de coordonnées et s’appuient sur des techniques de relevés et de mesures du territoire qui se perfectionnent peu à peu. Dès lors, le renforcement des États-nations stimule la production cartographique et, du même coup, les progrès techniques visant à en améliorer la précision. C’est ainsi Louis XIV qui passa commande à Cassini d’une carte couvrant l’ensemble de son royaume. Ses relevés s’appuyant sur la technique de la triangulation, il fallut près d’un siècle pour les achever2. Cette démarche constitua un acte politique en cela qu’elle permit « d’unifier tout le territoire dans [un] canevas mathématique rigoureux » (p. 74), et donc de légitimer l’exercice du pouvoir qui s’y exerçait. La carte devient un instrument de gouvernement et un outil de gestion administrative, même si son pouvoir symbolique prend souvent le pas sur sa portée pratique. La cartographie coloniale n’a ainsi pas tant servie à s’emparer de territoires étrangers qu’à affirmer a posteriori la domination territoriale que les puissances européennes exerçaient sur eux une fois les conquêtes achevées.

  • 3 La carte du tendre, qui constitue une représentation topographique et allégorique des sentiments am (...)

6Dans le même temps, la cartographie se répand dans les arts et chez les particuliers. Comme dans le domaine politique, les cartes, qui sont d’abord l’apanage des classes aisées et instruites, ne sont pas d’abord utilitaires mais constituent plutôt des objets d’agrément, des éléments décoratifs ou ornementaux que l’on installe au mur pour témoigner de son érudition. Dans la peinture, elles figurent en bonne place dans les portraits d’hommes de pouvoir. En littérature, ce sont les métaphores cartographiques qui dominent à la suite de la « carte du Tendre » de Mademoiselle de Scudéry3. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle que leur diffusion s’élargit et prend une dimension plus pratique - pour les voyageurs ou pour l’éducation des enfants.

7Le XIXe siècle marque une profonde militarisation de la cartographie, et assoit son caractère utilitaire et stratégique. En France, la carte de Cassini est nationalisée en 1793, et confiée à un organisme de nature militaire. Des projets de nouvelles cartes voient le jour, avec l’objectif d’améliorer la précision des relevés et d’étoffer les informations qu’elle contient, avec par exemple des relevés d’altitude systématiques ; ainsi, les territoires des nations sont perçus comme des « objets construits de la guerre », notamment à travers les aventures impériales en Europe.

8L’emprise des militaires sur la cartographie ne se dément pas au tournant du XXe siècle, où ils constituent même « les principaux moteurs de l’évolution des techniques cartographiques » (p. 84). L’artillerie, gagnant en précision et en portée, exige des données fiables pour viser les cibles ennemies. C’est la raison pour laquelle la France abandonne en 1914 le système de projection qu’elle avait adopté jusque-là pour ses cartes d’état-major : ce système préservait les proportions entre les surfaces mais modifiait les angles, ce qui engendrait des écarts de visée. Une nouvelle projection, dite de Lambert, est mise sur pied pour répondre à ces impératifs.

9Le déploiement des satellites d’observation et l’apparition des techniques de géolocalisation engendrent dans l’après deuxième guerre mondiale une petite révolution dans la monde de la cartographie. Là encore, les militaires sont à la manœuvre : le système du GPS voit le jour à travers des programmes américains et russes dans le contexte de la guerre froide et du développement des arsenaux balistiques et nucléaires à longue portée. Les échelles et les territoires à cartographier se transforment par la même occasion : les États ne cherchent plus tant à établir des représentations de leurs territoires nationaux qu’à connaître les territoires étrangers qui pourraient faire l’objet d’attaques.

  • 4 Les systèmes d’information géographique constituent un ensemble de techniques et outils permettant (...)

10Le progrès phénoménal de l’outil informatique à la fin du XXe siècle ouvre cependant une brèche dans cette mainmise du monde militaire et des États sur la cartographie. D’abord étendu aux chercheurs et aux grandes entreprises avec le développement des systèmes d’information géographique4, l’accès à la cartographie numérique s’élargit au grand public dans des proportions sans précédent avec la démocratisation des équipements informatiques.

11Cette mutation ne constitue pas « un simple changement de support » : le passage de la carte papier à la carte sur écran fait de la cartographie un mode d’appréhension du monde ubiquitaire, à travers des outils comme Google Earth et Google Maps. Alors que les cartes précises et en haute résolution restaient réservées à une seule frange de la population, ces services permettent désormais d’accéder facilement et gratuitement à un corpus exhaustif couvrant l’ensemble de la planète. Cette révolution achève de transformer en profondeur les imaginaires cartographiques populaires. Les cartes fictives qui imprégnaient les romans d’exploration de Jules Verne ou de Stevenson au XIXe siècle s’appuyaient sur les « blancs » des cartes réelles pour stimuler l’imagination. La démocratisation des cartes imprimées tout au long du XXe siècle et surtout l’accès généralisé à une cartographie exhaustive, avec les outils numériques, ont contribué à faire que la carte englobe tout : rien ne lui échappe à présent. La frontière entre le monde réel et le monde virtuel s’en trouve brouillée parce que la géographie numérique fournit une illusion de réalité jusque-là inégalée. Il est d’autant plus difficile de faire la part des choses entre la réalité et sa représentation que l’image ou la photographie font désormais partie intégrante de la carte.

12C’est que la cartographie numérique transforme la nature même des cartes, notamment par l’ajout de fonctionnalités qui en démultiplient les usages : fluidité de l’exploration, changements d’échelle immédiats, flexibilité, choix des données à afficher, mise à jour continue, multiplication des supports d’affichage (ordinateur, smartphones, tablettes, GPS…). La carte, sous toutes ses formes, fait désormais partie de notre quotidien.

  • 5 Le titre d’un essai d’Yves Lacoste, géographe français, en témoigne d’ailleurs admirablement : Yves (...)
  • 6 Pour approfondir la réflexion sur cette dimension géopolitique de la cartographie contemporaine, vo (...)

13Si la cartographie a été mobilisée par les États pour assoir leur pouvoir sur des territoires, puis pour assurer un contrôle militaire de l’espace5, la prolifération des cartes que nous connaissons actuellement rend leur contrôle plus difficile. Le tracé des frontières faisant l’objet de litiges entre plusieurs États constitue un véritable enjeu diplomatique6. À l’instar de la Chine, certains États exercent des pressions sur les services de cartographie en ligne pour qu’ils adaptent leurs versions locales conformément aux revendications territoriales officielles. Ainsi, la version chinoise de Google Maps intègre Taïwan comme territoire chinois. De la même manière, les États s’efforcent de rendre inaccessibles les informations correspondant à des sites jugés stratégiques (installations militaires, centrales nucléaires, etc). Cet exercice peut cependant se révéler complexe et même paradoxal. Ainsi, les premières versions des cartes de France diffusées sur le site web officiel Géoportail comportaient des « blancs » sur ces emplacements stratégiques ; si ce procédé a permis de masquer les informations géographiques correspondantes, il a révélé dans le même temps la localisation des sites jugés sensibles.

14L’essor de la cartographie numérique bouscule donc la mainmise que les États ont longtemps exercée sur la production et la diffusion des cartes. Mais elle ouvre dans le même temps un champ nouveau d’inquiétude : avec la généralisation des applications cartographiques utilisant des fonctions de géolocalisation, la carte ne risque-t-elle pas de devenir un vecteur potentiel de surveillance généralisée ?

15À travers ce panorama historique, Henri Desbois parvient ainsi à nous sensibiliser efficacement à ce qui se cache derrière les cartes, aux affects qui s’y rattachent et aux enjeux qu’elles portent : la scientificité des méthodes qui président à leur conception n’efface pas le décalage entre la réalité et sa représentation, entre une vérité et un choix singulier de restitution, entre un outil et les usages que l’on en fait. C’est d’ailleurs la variété des matériaux que l’auteur convoque dans son analyse qui convainc : depuis les rapports officiels de l’ONU jusqu’à la littérature de science-fiction, tous les champs susceptibles de révéler les imaginaires véhiculés par la cartographie sont auscultés, afin d’en saisir le plus finement possible toutes les subtilités.

Haut de page

Notes

1 « A map is not the territory ». Un recueil d’écrits d’Alfred Korzybski reprenant pour titre cet aphorisme a été publié en France : Alfred Korzybski, Une carte n'est pas le territoire. Prolégomènes aux systèmes non aristotéliciens et à la sémantique générale, Éclat, 2007.

2 Bien qu’on l’appelle communément « la carte de Cassini », pas moins de 4 générations de Cassini, astronomes et géographes de pères en fils, ont contribué à son élaboration et à ses déclinaisons.

3 La carte du tendre, qui constitue une représentation topographique et allégorique des sentiments amoureux, trouve sa source dans le roman Clélie, une histoire romaine de Madeleine de Scudéry. Il est possible d’en consulter un exemplaire numérisé ici : https://fr.wikisource.org/wiki/Carte_de_Tendre.

4 Les systèmes d’information géographique constituent un ensemble de techniques et outils permettant le traitement informatique des données géographiques.

5 Le titre d’un essai d’Yves Lacoste, géographe français, en témoigne d’ailleurs admirablement : Yves Lacoste, La géographie, ça sert, d'abord, à faire la guerre, Paris, La Découverte, 1976.

6 Pour approfondir la réflexion sur cette dimension géopolitique de la cartographie contemporaine, voir notamment Philippe Rekacewicz, « La cartographie, entre science, art et manipulation », Le Monde diplomatique, février 2006, p. 14–15, disponible en ligne : http://www.monde-diplomatique.fr/2006/02/REKACEWICZ/13169.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Enjalbert, « Henri Desbois, Les mesures du territoire : aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 10 mars 2016, consulté le 05 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20335

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page