Navigation – Plan du site

Claire Braud, Nicolas Jounin, Chantier interdit au public

Patrick Cotelette
Chantier interdit au public
Claire Braud, Nicolas Jounin, Chantier interdit au public, Paris, Éditions Casterman, coll. « Sociorama », 2016, 168 p., ISBN : 9782203095281.
Haut de page

Texte intégral

1Les années 2010 peuvent être considérées comme une période de transition pour le neuvième art. On assiste en effet depuis le début de la décennie à la multiplication de bandes dessinées consacrées à la narration de discours scientifiques, comme en attestait la publication de Riche, Pourquoi pas toi ? de Marion Montaigne1, première bande dessinée directement consacrée à la retranscription de travaux sociologiques (ceux des Pinçon et Pinçon-Charlot). En réponse aux mutations du lectorat et à la « crise » de l’imprimé, les éditions Casterman viennent d’entrer dans cette dynamique collective en proposant la création d’une nouvelle collection, Sociorama, « quand auteurs de BD et sociologues de terrain s’allient pour décrypter les dessous de notre société »2. Parmi les titres qui lancent la série se trouvent la présentation de travaux sociologues récents consacrés à la production de cinéma pornographique (Mandel & Trachmann, La fabrique pornographique3), aux rapports des passagers à l’avion (Virot & Lambert, Turbulences), aux séducteurs de rue (Maret & Gourrarier, Séducteurs de rue) ainsi qu’au secteur du BTP (Braud & Jounin, Chantier interdit au public) qui nous intéresse ici. Dans cette présentation, nous parlerons moins de l’enquête sociologique de Nicolas Jounin elle-même (déjà présentée par ailleurs sur Lectures4), que de l’apport spécifique de sa retranscription sous forme de bande dessinée.

2Dans cette fiction, le lecteur suit la semaine de travail de Hassan et de Soleymane sur un chantier en banlieue parisienne. Tandis qu’Hassan est un jeune intérimaire qui réalise son premier jour de chantier suite aux conseils de son cousin, Soleymane est un intérimaire travaillant depuis 10 ans pour un sous-traitant de l’entreprise « Boucifage », malien récemment naturalisé français et passé de manœuvre à coffreur au cours de sa carrière. La rencontre entre les deux personnages au début de la bande dessinée permet de justifier la présentation faite par Souleymane de la vie du chantier et de ses caractéristiques, et l’initiation du lecteur aux secrets qui se trouvent derrière la barrière « Interdit au public ». On y retrouve les descriptions apportées par l’enquête ethnographique originelle de Nicolas Jounin : respect plus ou moins factice des consignes de sécurité (« une bonne partie de notre savoir-faire consiste à travailler en ne respectant pas les consignes de sécurité… tout en assurant la cadence… et sans se faire choper », p. 67) ; coexistence sur un même chantier de différentes entreprises (le commanditaire principal et ses nombreux sous-traitants) qui se traduit par une segmentation des travailleurs en différents statuts (les embauchés en CDI et les intérimaires), en différents métiers (du manœuvre au chef de chantier en passant par le coffreur et le ferrailleur) et dont les frontières reproduisent les frontières ethniques. Ainsi les métiers de « chefs » sont exercés par les « Français » blancs et les « Portugais », tandis que les manœuvres sont habituellement « Noirs » et les « Arabes » sont envoyés au ferraillage.

3Après une première journée passée à découvrir le chantier et les contraintes spécifiques de comportement qu’il demande aux travailleurs (comme celle de toujours donner l’impression de faire quelque chose), le récit se centre sur les relations qui font la vie d’un chantier. Si le fil narratif porte sur la demande d’embauche de Soleymane et la survenue d’un accident majeur du travail, on retrouve tout au long du reste de la bande dessinée de nombreuses scènes de vie permettant de rendre compte des interactions spécifiques ayant lieu dans le monde large du BTP. Tout semble passé au crible : le comportement des agences d’intérim par rapport aux salariés envoyés sur les chantiers, et leur racisme latent ; les relations hiérarchiques entre travailleurs où la différence ethnique est souvent mobilisée sous forme de blague douce-amère pour « rappeler à l’ordre » chacun ; les relations hiérarchiques entre la direction et les exécutants soumis à une obligation de productivité avec des moyens tronqués ; le rapport des travailleurs aux représentants de la loi (police, inspection du travail) et à la vie hors chantier (leurs parents, leurs familles, etc.). Sans dévoiler le scénario exact de la bande dessinée, le fil narratif choisi par Claire Braud permet ainsi, par touches progressives, de rendre compte avec justesse d’un monde social.

4Sur ce point, on peut souligner l’apport spécifique de la retranscription d’une enquête ethnographique sous forme de bande dessinée. Sachant qu’un des apports principaux du travail de Nicolas Jounin portait sur le dévoilement de l’existence de frontières doublement hiérarchiques et ethniques dans le monde du BTP, la dessinatrice use des moyens propres à la bande dessinée (taille des cases, taille des bulles, police des bulles, cadrage, montage discret, palette chromatique) pour rendre sensible ce résultat d’observation (ainsi que d’autres que nous laissons le soin au lecteur de relever). Dans cette bande dessinée en noir et blanc, nous constatons assez rapidement que la couleur de peau des personnages s’adapte à la situation. Si cela est rendu explicite à la fin de l’œuvre (Soleymane, malien d’origine, s’écriant : « je suis blanc… blanchi », p. 146), les nombreuses interactions qui égrènent le récit sont traduites chromatiquement. Par exemple, les pages 113 à 116 rendent compte d’une altercation entre Soleymane et un salarié (blanc) de Boucifage. Le rappel des statuts de chacun au cours de l’algarade se traduit par un Soleymane dont la peau perd des traits de crayon grisonnants, et prend un placement dans la gauche du cadre (position première dans le sens de lecture occidental), à mesure qu’il affirme sa position hiérarchique. Nous ne pouvons que saluer l’effort de retranscription picturale opéré ici par Claire Braud, et qui se retrouve dans d’autres passages de la bande dessinée.

5Avec cet ouvrage, le pari des éditions Casterman paraît ainsi réussi. Sans être une publication de sciences sociales à part entière, cette bande dessinée permet de donner au lecteur le goût du regard sociologique et l’envie de revenir à l’œuvre originelle.

Haut de page

Notes

1 Dont on trouvera un compte rendu en ligne : https://lectures.revues.org/13182.

2 Pour plus de détails voir en ligne : http://www.casterman.com/Bande-dessinee/Collections-series/sociorama.

3 Dont on trouvera un compte rendu en ligne : http://lectures.revues.org/20279.

4 Compte rendu en ligne : https://lectures.revues.org/646.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Claire Braud, Nicolas Jounin, Chantier interdit au public », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2016, mis en ligne le 11 mars 2016, consulté le 06 décembre 2016. URL : http://lectures.revues.org/20343

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page